Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Dessin de Stephane Serre.

Dessin de Stephane Serre.

Egratignures

La différence entre une pierre lisse et une pierre rugueuse se traduit, aussi, par les égratignures que la seconde laisse sur la peau du tailleur, subtils messages de son imperfection. Avec du temps, un travail régulier et de la patience, l’ouvrier passe ainsi des blessures aux écorchures, des éraflures aux griffures, de moins en moins graves et de moins en moins fréquentes mais qui toutes le marquent dans sa chair.

Et pourtant, si intenses qu’elles puissent parfois l’être, ces souffrances du corps sont bien moins douloureuses que les blessures de l’ego ! Orgueil, arrogance, vanité, morgue ou suffisance, peu importe en fait comment nous nommons cette carapace de certitudes, si dure à l’intérieur qu’elle peut rendre sourd et aveugle ; si tendre à l’extérieur que le moindre souffle contraire et contrariant peut la déchirer jusqu’à la moelle et nous faire hurler de rage.

Mais revenons à la pierre. Comment puis-je savoir à quel point elle est lisse (et polie…) si je ne la rapproche pas des autres pierres ? Comment puis-je connaître mon degré de progression et la solidité de mes convictions si je ne me confronte qu’à celles et ceux qui sont a priori d’accord avec moi ? Oui, je sais, deux points de vue ne sont jamais parfaitement identiques, ils ne font que se confondre pendant un temps plus ou moins long, certes. Mais au-delà de ces moments heureux ( ! ?) où nous pensons tous de la même manière, où toutes les pierres semblent douces les unes aux autres, les déconvenues et les déboires nous guettent si nous nous berçons de l’illusion du lisse. Il faut des mois et des mois de polissage aux chamoisines industrielles pour que les lentilles de verre d’un télescope permettent d’entrevoir l’univers. Il faut des années de polissage intensif pour que la pierre taillée permette de côtoyer l’univers de l’autre sans que la moindre aspérité nous fasse saigner.

Mais le lisse n’existe pas vraiment et n’importe quel bon microscope nous le prouve, tout n’est qu’aspérités et rugosité ; ce n’est qu’une question d’échelle et de sensibilité. Il faut bien alors admettre que la pierre qui nous blesse n’est qu’à moitié coupable ( !) et que la chair qui se laisse faire l’est sans doute tout autant.

Et tous ces cris de douleur, ces hurlements indignés, ces vociférations justifiables (et parfois justifiées) ne sont alors que de petits « aïe ! » insignifiants qui nous indiquent avec violence que nous nous sommes légèrement égratigné et qu’il convient parfois d’écouter la souffrance de l’autre sans penser à nos petits bobos.

Théodore Neville.

Pierre Levée.

Pierre Levée.

 

 A PROPOS DE PIERRES :

« Il est vrai qu’on ne peut trouver la pierre philosophale, mais il est bon qu’on la cherche »

Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle 1800.

« Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve. »

Confucius

 « Etre homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre que l’on contribue à bâtir le monde. »

Antoine de Saint-Exupéry.

Humour de Pierres.

« On vient enfin de décrypter la pierre de Rosette : le texte est en fait la recette du couscous »

Auteur célèbre inconnu

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog