Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
13ème Salon du Livre Maçonnique à Paris

13ème Salon du Livre Maçonnique à Paris

Le 13e salon maçonnique du Livre de Paris organisé par l’Institut Maçonnique de France vient de refermer ses portes. Incontestablement, et de l’avis de tous les présents, celui-ci marque un tournant après l’année 2014 compliquée (qui a vu l’organisation simultanée de deux salons). Tournant par le lieu : pour la première fois, un site profane, la Bellevilloise dans le 20e.

Tournant par le nombre de présents, la barre symbolique des 5000 ayant été franchie (le chiffre avoisinant plutôt 3500 visiteurs d’ordinaire ; signe, peut-être, du choix opportun d’un lieu profane).

Tournant par la présence de nouvelles obédiences qui jusque là se tenaient plutôt à l’écart de ces réunions inter obédientielles (avec, au premier chef, la GLNF, mais aussi la GLTF ou la CLCS ; la GLAMF qui a intégré l’IMF cette année aurait dû être là, mais a renoncé récemment, pour cette année). D’ores déjà, il est annoncé pour l’année prochaine, un probable – et espéré retour de la GLDF (et, souhaitons le, une arrivée de la GLAMF pour que la fête soit complète et soit celle de tous).

On aura pu remarquer que la journée de samedi avait particulièrement attiré les profanes (en nombre supérieur aux années précédents ; là encore, l’effet lieu extérieur ?). Et surtout, bien des familiers de l’événement auront été frappés par la féminisation du salon ; les femmes y étant présentes en force. Oui, réjouissons nous de ce bel événement qui, comme d’ordinaire a récompensé quelques livres de l’édition maçonnique.

En remettant ces prix, Roger Dachez, le président de l’IMF, a pu souligner que, comme pour l’édition « classique », il y a des années de vache maigre et d’autres de grasse. Incontestablement, cette cuvée était particulièrement riche et les promus sortent d’un lot de haute qualité. Ont donc été honorés : Catégorie Histoire, Christelle Imbert et Hugues Berton, Les Enfants de Salomon (Dervy ; une admirable somme comparant l’évolution parallèle des rituels maçonniques et compagnonniques) ; catégorie Beaux Livres, les auteurs GLNF de 100 ans de Spiritualité maçonnique (Dervy ; qui au delà de la stricte GLNF, évoque un vaste pan de l’histoire de la maçonnerie française, par le simple fait que nombreuses sont les obédiences issues de la GLNF depuis 1958 et la GLTSO [alors GLNF Opéra] à 2013 et la GLAMF et la GLTF entre autres) ; Catégorie Essais, Société, Céline Bryon Portet et Daniel Keller pour L’utopie maçonnique (Dervy, un éditeur qui a décidément le vent en poupe ; et cette récompense ainsi qu’une table ronde suivie lors du salon montre que l’utopie est assurément le concept fort dont la maçonnerie – et la société en général a besoin aujourd’hui) ; Catégorie Essais symbolisme, Marie Dominique Massoni pour Du Féminin et de sa quête en franc maçonnerie (Detrad ; un ouvrage saluant la dimension féminine, sa noce allégorique, avec le masculin, dans le monde et la maçonnerie en particulier ; un prix que facétieusement, les organisateurs, avaient demandé à Jean-François Variot, le Grand Orateur de la GLNF, de remettre) ; Catégorie Humanisme (un prix récompensant chaque année un ouvrage non maçonnique mais intéressant l’esprit de la maçonnerie), Patrick Weil et Nicolas Truong (Grasset ; prix reçu, en l’absence des auteurs, par le directeur général de Grasset, preuve que cette distinction est devenue un marqueur qui compte).

Enfin, un prix spécial du jury a été décerné à Jean Moreau pour l’ensemble de son œuvre (un Jean Moreau qui a notamment publié récemment Humanisme, mode d’emploi, Detrad).

Une belle fête, encore une fois, qui ne doit pas faire oublier qu’il s’agit avant tout d’un salon du livre, mais que celui-ci, le livre en général et le livre maçonnique en particulier, va mal. L’édition est en péril. Or, n’en déplaise parfois à certains conspuant très étrangement les livres et les auteurs maçonniques, sans ces derniers, pas de vitalité, de transmission large, de bouillonnement culturel... Certes, ils ne sont pas les seuls à permettre cette réflexion qui doit d’abord s’opérer dans le creuset des loges et de nos intériorités, mais les auteurs et les livres

sont des rouages essentiels et des témoins – qu’on le veuille ou non – de la bonne santé de l’univers maçonnique. Pensons à aider l’édition maçonnique à survivre.

Et rendez-vous l’an prochain au salon 2016 (probablement de nouveau à la Bellevilloise).

Un grand merci à notre envoyé spécial au Salon du Livre Maçonnique de Paris.

Les Chrétiens persécutés de 64 à 311. Ici les jeux du cirque, tels que les représentent cette mosaïque de la villa Zliten en Libye 'en espérant sa conservation'. Un des spectacles favoris du monde Romain, ils opposent aux bêtes fauves des chrétiens martyrs.

Les Chrétiens persécutés de 64 à 311. Ici les jeux du cirque, tels que les représentent cette mosaïque de la villa Zliten en Libye 'en espérant sa conservation'. Un des spectacles favoris du monde Romain, ils opposent aux bêtes fauves des chrétiens martyrs.

LES CHRETIENS D'ORIENT.

 

Pensons aussi aux chrétiens d’Orient persécutés, Gonzague Saint Bris (Figaro du 30/10/2015) rappelle qu’aujourd’hui 150 à 200 millions de Chrétiens sont victimes de violence à travers le monde. On en parle peu, pour ne pas dire pas, au regard des migrants qui affluent en Europe. Nous sommes souvent aveugles à leurs souffrances. Et pourtant je cite encore Gonzague Saint Bris le pape François a dit : « Je suis convaincu que la persécution contre  les chrétiens est aujourd’hui plus forte qu’aux premiers siècles de l’église ». Ce n’est pas de l’imagination : « Les chiffres sont là ». Cette Christianophobie nous concernent tous, croyants ou non croyants. Ne perdons pas de vue que l’islamisme radical est à coup sûr, le plus grand fabricant de haine contre les chrétiens.

L’esprit de tolérance et d’amour fraternel du Franc-Maçon doit s’appliquer à tous les hommes libres et de bonnes mœurs, qui sont persécutés dans le monde. Comme Gonzague Saint Bris je laisse le dernier mot au Philosophe André Comte Sponville : « Défendre des Chrétiens lorsque qu’ils sont menacés à cause de leur foi, ce n’est pas défendre une religion contre les autres : c’est défendre partout où elle est attaquée, notre commune liberté de croire ou de ne pas croire. »

JFG

La Construction du Temple de Salomon. L'Apocalypse de St Jean de Patmos.
La Construction du Temple de Salomon. L'Apocalypse de St Jean de Patmos.

La Construction du Temple de Salomon. L'Apocalypse de St Jean de Patmos.

 

HUMOUR CHRETIEN

Jésus, debout sur son rocher, parle à ses disciples et leur dit : « y²=2px ».

Un des apôtres prend alors la parole : « Écoute, Jésus, déjà d’habitude on comprend pas grand chose à ce que tu nous dis, mais là, franchement on est perdus ».

Mais Jésus leur répond : « C’était une parabole…! »

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog