Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.
Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.

Louis XVI donne ses instructions à La Pérouse, Portrait de La Pérouse.

FRANCS-MACONS DE LA MER – VI – 1785.

 

LA PEROUSE L’AMBITIEUX.

 

Il fallait en être, il en fût. L’ambitieux capitaine Jean-François Galaup de La Pérouse, initié à Brest probablement vers 1774 à la Loge très élitiste : « L’Heureuse Rencontre ». L’on trouve très peu de choses de son dossier Maçonnique dans les archives de la Loge, hormis en 1779. En effet logiquement il est souvent sur les mers, sa présence en Loge et ses travaux pratiquement inconnus (peut être que des lecteurs ont des documents à ce sujet ?).

On peut s’interroger sur sa motivation, si ce n’est que c’est un homme curieux, bien rapport avec le siècle des lumières. Pour être Maçon à « L’Heureuse Rencontre » il était préférable d’être noble et riche, la Franc-Maçonnerie Brestoise ne s’est démocratisée que lorsque fût créée la Loge : « Les Élus de Sully ». Il y eut d’ailleurs une lutte fratricide entre ces deux Loges, à propos du recrutement, des locaux , des mœurs des membres elles auraient dues normalement êtres sœurs exerçant toutes les deux leurs travaux sous les auspices du Grand orient. Jean-Yves Gengant dans son livre Brest et la Franc-Maçonnerie décrit par le menu cette guérilla, n’entre pas qui souhaite à « L’Heureuse Rencontre », pour obtenir les 3 grades de l’apprenti au Maître ce qui peut se faire d’ailleurs très rapidement à la condition de débourser pas moins de 200 livres c’est à l’époque le salaire annuel d’un artisan qualifié. Les discussions actuelles sur le montant des cotisations semblent dérisoires. Dans ce contexte la démocratique Loge « Les Élus de Sully » n’a eu lieu qu’en 1786.

Si La Pérouse était peu actif en Loge il fût néanmoins conforté dans sa démarche, par la révolution américaine et sa proximité amicale avec le Comte Henri d’Estaing lui même Franc-Maçon.

 

LE CELEBRE VOYAGE

 

Après reçu ses instructions du Roi Louis XVI. Le célèbre voyage se met en place vers 1785, l’objectif découvrir des routes maritimes inconnues, il est programmé pour durée 4 ans avec deux navires L’Astrolabe et la Boussole. Partir vers Madère doublé le Horn se diriger vers l’Ile de Pâques puis successivement : Tahiti, emprunter la route de Bougainville vers Samoa et Tonga (dénommés alors l’Ile des Navigateurs et des Amis), la Nouvelle Calédonie, les Nouvelles Hébrides, les Salomon, la Louisiade, le tour d’Australie, relâche en Nouvelle Zélande, les Marquises, le Nord-Ouest  de l’Amérique du Nord, chercher une route reliant le Pacifique à l’Atlantique par la baie d’Hudson, la baie de Béring, le Kamtchatka, Canton, le nord des Mariannes, les Carolines, les Moluques, l’Ile de France (Maurice), le Cap Bonne Espérance et Brest.

Ce périple laissait néanmoins beaucoup de liberté au Capitaine on le comprend au regard de la longueur du Voyage.

Mais il ne s’agissait pas seulement d’une course autour du Monde, mais aussi d’un voyage je dirais encyclopédique bien rapport avec le siècle des lumières, les missions concernant l’étude du climat, les productions locales, l’astronomie, la géographie, la cartographie, la physique, l’histoire naturelle, les mœurs, véritable exploration du Monde, cela rappelle les voyages actuels liés à l’étude du climat et de la Mer, je pense à Tara.

 

Cette expédition sera minutieusement préparée, en prenant soin des hommes d’équipage le Roi souhaitait un minimum de pertes en vies humaines, l’hygiène et la santé furent des préoccupations majeures dans la préparation du Voyage.

Nous verrons plus tard les préparatifs du Voyage, l’armement et l’affrètement des navires 7 mois avant le départ de Brest le 1er Aout 1785.

JFG.  

Humour malicieux de Serge.

Humour malicieux de Serge.

LA PUISSANCE INITIATIQUE DES VOYAGES

Il y a beaucoup de similitudes entre les voyages maçonniques et les récits initiatiques des grands voyageurs de l'Antiquité à nos jours chargés de symbolisme. Vous noterez certainement la présence de chiffres symboliques comme le 3, le 5, le 7, le 9 et le 12 qui était le nombre des apôtres.

Nous sommes tous de grands voyageurs, de la naissance à la mort, confrontés chacun a de nombreuses épreuves plus ou moins douloureuses qui jalonnent notre vie pour en faire le plus exceptionnel des parcours initiatiques qui nous permettra de grandir intellectuellement et spirituellement en gravissant progressivement les degrés de la sagesse, de la connaissance et de la maîtrise de soi-même afin de nous conduire dans la sérénité à l'automne de notre vie vers l'ultime voyage initiatique à l'Orient éternel.

C'est peut-être notre quête du Graal

Pour découvrir la planète terre, la voie maritime fut l'un des premiers voyages initiatiques entrepris par l'homme en quête d'aventure et de conquête. C'est la confrontation avec les quatre éléments: la terre l'eau, l'air et le feu. L'élément liquide, la mer océane d'où il vient probablement l'a toujours attiré malgré les peurs qu'elle inspire et les épreuves qui s'abattent sur ceux qui osent l'affronter. On a longtemps cru que l'océan était peuplé de monstres marins, dragons et pieuvres géantes, le Léviathan.

ARISTOTE et son disciple PLATON pensaient qu'il existait Trois sortes d'hommes: Les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer.

Les marins de l'antiquité croyaient que la terre était un disque plat et qu'aux confins de l'horizon, on risquait de tomber dans un gouffre sans fond.

Copernic et Galilée ont été condamnés par l'inquisition pour avoir démontré que la terre était ronde.

Les oeuvres de nombreux écrivains sont inspirées d'épreuves initiatiques. Jules Verne en est une exemple incontestable: Le tour du monde en 80 jours qui a initié le trophée Jules Verne, la course autour du Monde; Vingt mille lieues sous les mers; les Indes noires; l'étoile du sud. Il en est de même pour Antoine de Saint Exupéry auteur du Petit prince et Terre des hommes.

les bandes dessinées d'Hergé qui ont réjouit mon enfance ont une conotation initiatique et très symbolique. Rappelez vous, le secret de la Licorne: Le parchemin permettant de retrouver le trésor indiquait:

Trois frères unis, trois licornes naviguant de conserves au soleil de midi parleront. Car c'est de la lumière que viendra la lumière et resplendira la croix de l'aigle.

Cette citation nous interpelle car il s'agit en fait de l'aigle de Saint Jean l'Evangéliste, celui même de Pathmos, auteur de l'apocalypse.

Plus contemporaines citons, les bandes dessinées d'Hugo Pratt, Corto Maltèse, Bourgeon et les Passagers du vent.

Les grands compositeurs ne sont pas en reste. Mozart a composé la flûte enchantée à la gloire d'une initiation maçonnique; GLUCK avec Orphée dans sa descente aux enfers pour ramener du monde des morts Eurydice, sa bien aimée.

Quant aux peintres, leurs oeuvres allégoriques sont nombreuses. citons par exemple Charon traversant le Styx pour accompagner les âmes des défunts jusqu'au Royaume des morts (Joachin Patenier).

La maçonnerie opérative illustre depuis l'édification inachevée du Temple de Salomon, les mystères des pyramides et la construction des cathédrales au Moyen age, les 3 degrés de la Franc-maçonnerie: apprentis,compagnons et maitres qui excellaient dans les arts royaux avec la maitrise de la géométrie, du compas et de la règle pour réaliser leurs plans sur la planche à tracer, l'utilisation de l'équerre pour équarrir les matériaux à angle droit, du niveau pour placer horizontalement les pierres les unes à coté des autres, et la perpendiculaire pour élever les bâtiments parfaitement d'aplomd sur leur base.

Nous pouvons encore admirer leurs chef- d'oeuvres réalisés à la gloire du GADLU

Cervantes, longtemps prisonnier des barbaresques ne disait-il pas:

Apprends qu'un homme n'est pas plus qu'un autre s'il ne fait pas plus qu'un autre.

Mais revenons à la mer océane, grande puissance initiatique depuis la nuit des temps de la mythologie grecque aux grandes courses océaniques de notre époque.

L'homme a probablement navigué dès la préhistoire, chevauchant dans un premier temps des troncs d'arbres au gré des vents et des courants marins.

Et puis progressivement, au fil des siècles, il a creusé les troncs pour en faire des pirogues rustiques propulsées par des pagaies puis des voiles.

Les pirogues ont évoluées en embarcations plus sophistiquées et plus grandes pour affronter les houles océaniques et les vents alizés. La connaissance des astres a permis d'abord sans instrument de se déplacer d'îles en îles. C'est ainsi que les Maoris peuplèrent les mers du sud et la Polynésie.

Ptolémée établit les bases de l'astronomie et de la géographie.

Les Chinois inventèrent la boussole qui devint le compas.

Les astronomes, les opticiens et les mathématiciens mirent au point le baton de jacob, l'octant puis le sextant pour trouver leur latitude en calculant la hauteur des astres sur l'horizon.

Les progrès du calcul du temps permis beaucoup plus tard de se positionner en longitude et de calculer avec de plus en plus de précisions ses coordonnées géographiques. A l'époque de Marco Polo, Magellan, Vasco de Gama et de Christophe Colomb, la conquête du monde arrivait à son apogée avec des navires plus sûrs, plus puissants, des instruments de navigations plus précis et des portulans ou cartes marines plus proches de la réalité qui commencait à tracer les contours des continents et indiquer la position des îles aperçues, longées ou abordées. Lors de la découverte des Indes de l'ouest par Christophe Colomb, on ne croyait qu'à l'existence de 3 continents et il pensait découvrir le paradis terrestre au lieu des iles caribéennes.

Mais les récits anciens de la mythologie relatent des navigations plus aléatoires et aventureuses.

Trois de ces récits illustrent la puissance initiatique des voyages:

La quête de la Toison d'or

l'Odyssée d'Homère

et l'expédition de THESEE pour vaincre le Minotore

De nombreux lieux portent encore le même nom qu'à l'époque d'HOMERE. Mais si la cartographie était inexistante, les nefs de l'Antiquité peu performante ne pouvaient naviguer qu'au vent portant. Les instruments de navigation étaient inexistants . Au fil des siècles, les contours de la Méditerranée et de ses îles subirent de nombreuses modifications à cause des mouvements tectoniques importants qui ont provoqués la disparition de grandes civilisations comme la civilisation Minoenne en Crête suite à l'éruption du volcan de Santorin et du raz de marée (on dirait Tsunami maintenant) qui la fît disparaître en partie 2000 ans avant JC.

L'aventure maritime et initiatique de JASON est probablement la plus ancienne connue. Homère l'évoquait déjà et on y trouve des éléments de preuves dans les récit anciens.

Ce voyage initiatique devait permettre à JASON de conquérir la Toison d'Or jalousement gardée par un dragon invincible. Appolonius de Rhodes raconte qu'après avoir surmonté de nombreuses épreuves, JASON et les Argonautes parvinrent en Colchide sur les rives de la mer noire où le roi ACETES, fils d'HELIOS régnait en maître absolu.

Avec la complicité de MEDEE, fille du roi, JASON réussit à s'emparer de la toison d'or. Dans sa fuite éperdue, il rencontre la belle CIRCE sur l'île d'AEA où fera escale Homère beaucoup plus tard. Ils continuent leur périple en Lybie, en Crète puis à Corynthe, ponctué de nombreuses aventures périlleuses et d'épreuves initiatiques.

L'Odyssée, récit d'aventures maritimes d'Ulysse, roi d'Ithaque, attribué à Homère est un fabuleux voyage initiatique aux confins de la Méditerranée, MARE NOSTRUM riche d'enseignements symboliques:

Le chant de l'Odyssée qui porte le nombre 3, âge du futur apprenti initié aux mystères des trois premiers nombres et qui demande l'entrée du temple a beaucoup de similitudes avec les questions qui lui sont posées:

Etrangers, qui donc êtes vous?

d'où venez vous en navigant

sur les routes des eaux?

Est-ce en vue d'un négoce,

où bien errez-vous à l'aventure,

comme font les pirates

Qui errent sur les mers

Exposant leur vie

et portant le ravage

sur les cotes étrangères.

Que demande-t-on au profane qui frappe à la porte du Temple, si ce n'est qu'il soit libre et de bonne moeurs?

Parmi les nombreuses épreuves qu'Ulysse devra affronter, il sera poussé par des vents furieux et une mer démontée pendant 9 jours. Il abordera le pays de lotophages qu'il fuira avant de dériver au gré des courants marins au pays des cyclopes. Il affrontera le cyclope Polyphème accompagnés de 12 compagnons dont 6 perdront la vie pendant le combat. Ulysse parviendra à crever l'oeil unique du cyclope en l'ennivrant mais celui-ci, survivant à cette blessure bien qu' aveugle essaiera de couler la nef d'Ulysse en balançant d'énormes rochers du haut de la falaise.

Le périple initiatique se poursuit à la rencontre du Dieu du vent EOLE qui lui remet à son départ une outre remplie de cet élément qui déclenchera une tempête, poussant la nef drossée à la cote sur l'ile de la magicienne CIRCE, fille d'HELIOS dieu du soleil et de l'Océanide Percé. Elle transforme ses ennemis en animaux en leurs faisant boire un breuvage composé de gruau d'orge, de miel vert, de fromage et de vin auquel elle ajoute un violent poison, la stramoine, dont le principe actif est l' atropine.

Ulysse échappe aux maléfices de la belle Circé qui est tombée sous son charme grâce à la protection d'HERMES et de ZEUS, dieux des voyageurs.

Parvenu chez les Cimmériens à l'entrée du monde souterrain, Ulysse entre en contact avec l'âme des morts et l'esprit des vivants. Sur le chemin du retour il doit avec ses compagnons résister au chant mélodieux des sirènes qui entrainent les marins envoutés vers les écueils. Il double enfin les gouffres mythiques situés au nord du détroit de MESSINE entre Charybde et Scylla où il doit affronter une mer démontée et fait naufrage. Il est recueilli par la divine Calypso qui lui promet l'immortalité s'il reste auprès d'elle?

Mais Ulysse après 7 années d'amours fougueuses partagées avec la nymphe décide de poursuivre son voyage initiatique

HOMERE écrit dans le chant V de l'Odyssée ( âge du compagnon):

La divine Calypso le laissa quitter l'île après l'avoir baigné et revêtu de vêtements parfumés. La Déesse plaça deux outres sur le radeau, l'une de vin noir et l'autre plus grande qu'elle avait rempli d'eau. Elle mît aussi à bord des provisions contenues dans un sac en cuir et une grande abondance de mets réconfortants. Puis, elle fît souffler une brise favorable d'un tiède douceur.

Quant au récit de THESEE, la mythologie nous ramène en CRETE où il devra vaincre le Minotaure, monstre mi-homme, mi taureau né des amours contre nature de PASIPHAE, soeur de CIRCE et d'un taureau envoyé par POSEIDON, Dieu de la mer.

Ariane, fille de MINOS, roi de Crète, follement amoureuse de THESEE lui remit une bobine de fil qui lui permit de retrouver le chemin du retour dans le labyrinthe construit par Dédale qu'il devra emprunter pour tuer le Minotaure et s'enfuir avec sa bien aimée.

Il terminera son voyage en doublant le Cap Sounion, sa nef parée de voiles noires, signe de deuil, ce qui provoquera le suicide de son père terrassé par la douleur, qui se jeteras du haut de la falaise, à l'annonce de la mort de son fils disparu lors de cette aventure initiatique maritime.

On pourrait évoquer bien d'autres voyages initiatiques comme:

La grande Troménie de Locronan où les rites solaire, celtes et druidiques s'associent aux rites chrétiens tous les 6 ans en Bretagne et attire des foules de pélerins;

les grands pélerinages sur la route de Saint Jacques de Compostelle;

Où bien encore les pélerins qui se rendent au Mont Saint Michel, à travers les sables mouvants de la baie pour gravir les trois degrés du Rocher aux allures de grande pyramide triangulaire, équilatérale:

Le premier niveau réservé, aux matériaux, aux outils, aux vivres et aux biens terrestres;

le second consacré aux activités de l'esprit avec le scriptorium et le troisième degré le plus élevé réservé aux activités spirituelles.

Permettez moi de terminer cette réflexion par une citation de Victor HUGO qui illustre mon propos:

"Donner du sens aux voyages, c'est donner du sens à sa vie"

​Texte proposé par un des Lecteurs du Blog A. L

Commenter cet article

cincinnatus 05/12/2015 15:36

Curieuse similitude que celle existant entre Brest et St Malo au sujet de la "Maçonnerie maritime"!
Si "l'Heureuse Rencontre" et les "Elus de Sully", loges historiques de la bonne ville de Brest se sont joyeusement méprisées et combattues, ...en toute fraternité bien sur, au XIXème, il n'en a pas été autrement des deux ateliers malouins de l'époque, "la Triple Essence" et la "Fidèle Maçonne", lesquels ne s'aimaient guère d'amour tendre non plus!
Il n'est qu'à se reporter au livre de Christian Jouquand, paru en 2009 et dont la teneur avait été déflorée, si j'ai bonne mémoire, à Cancale lors d'une conférence publique à laquelle j'assistais, pour s'en convaincre et ...s'interroger sur la sincérité de nos engagements.
Aïe, je vais me faire mal aimer!
Ce qui est remarquable, si l'on peut dire, c'est que dans ces deux villes co -habitaient (!) une loge de possédants, armateurs, gros bourgeois, capitaines, grands serviteurs de l'état, notaires, etc....et une autre dont les effectifs relevaient plutôt de la "plèbe" et qui avait beaucoup de mal, c'est un euphémisme, à se faire admettre par la précédente, représentante, elle, de l'élite ....oligarchique!
La encore on ne peut que s'interroger sur notre fameuse fraternité, (fumeuse conviendrait peut être mieux?) et quand on sait, par ailleurs, que des membres de ces honorables institutions "faisaient" dans le commerce triangulaire, c'est à dire dans le trafic "du bois d'ébène", la traite des Noirs pour ceux qui n'auraient pas compris, beurk beurk beurk, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez les porteurs de tabliers!
En effet, comment peut on concilier le désir exprimé et affirmé de s'améliorer avec cette morgue, ce dédain, affiché à l'égard des autres hommes?
Cela restera toujours pour moi un mystère!

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog