Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Les naturels de Ticopia

Les naturels de Ticopia

FRANCS-MACONS DE LA MER – XXI – Lapérouse :Dillon  à Vanikoro.

 

C’est le capitaine de la compagnie Anglaise des Indes Dillon, qui retrouva les traces des deux frégates la Boussole et l’Astrolabe ;

En 1826 il s’arrête à Ticopia dans les Iles Salomon à la recherche de l’allemand Martin Bushart et de Lascar Joe qu’il avait laissé 13 ans auparavant.

 

Le Lascar ayant vendu à l’armurier de Dillon une poignée d’épée en argent, Dillon en chercha la provenance. Il appris que les Ticopiens possédaient un grand nombre d’objets métalliques, obtenus des habitants de Vanikoro.

 

Joe avait des témoignages de vieillards alors enfants, que deux grands bateaux avaient fait naufrages. Il avait retrouvé l’expédition de Lapérouse.

 

« Les naturels de Vanikoro racontaient que, bien des années auparavant, deux grands vaisseaux étaient arrivés près de leur îles, qu’ils avaient jetés l’ancre, l’un à l’île de Whanou et l’autre à l’île de Palou, peu éloignés l’une de l’autre. Quelques temps après qu’ils avaient mouillé, et avant qu’ils eussent eu aucune communication avec la terre, une tempête s’était élevée et avait poussé les deux navires à la côte »

 

Le bateau ancré à Whanou fut jeté sur les rochers et son équipage noyé ou massacré par les indigènes.

 

L’équipage du deuxième bateau échoué sur un banc de sable négocia avec les indigènes et obtenue avec les restes de leur bateau d’en construire un plus petit, ils quittèrent Vanikoro en laissant quelques-uns des leurs.

 

Dillon fit voile rapidement vers l’ile du double naufrage. Malheureusement l’état de son navire l’empêcha de débarquer. Il rallie alors les indes et entreprends de lever les fonds nécessaires à une expédition de recherche.

 

A suivre enquête à Vanikoro…..

 

JFG

 

Source et Étiquette : La Pérouse Voyage autour du Monde Éditions de Conti. 

 

 

UN FRANC-MACON DE LA MER :

Le Comte Louis René Levassor de Latouche-Tréville (1745-1804). Né à Rochefort le 3 juin d’une famille de marin. Il joua un rôle de premier plan dans la guerre d’Amérique  aux côtés de La Pérouse, après s’être distingué dans celle de sept ans.

Il occupa à terre des postes prestigieux directeur des ports et arsenaux. Il fut nommé en 1787 chancelier du Duc d’Orléans. Puis en 1789 député de la noblesse de Montargis, contre amiral en 1793, il prend le commandement de l’escadre de Brest ensuite il rejoint Boulogne et se heurte violement à Nelson. Il décéda ayant reçu les honneurs de Napoléon à bord du Bucentaure, alors qu’il était inspecteur général de la marine en méditerranée

Il possédait une volonté à toute épreuve, il fût l’un des amiraux des plus grands amiraux Français du XVIIIème siècle.

En 1783 alors directeur du port de Rochefort il ne se plaisait pas, ce qui le poussa avec l’appui de Lafayette a demander son intégration dans la nation américaine, démarche sans suite.

Il fût membre de la Loge « Les disciples d’Heredom et de la Madeleine Réunis » à Montargis, dont il fût Vénérable en 1793, les deux Loges ayant fusionnées pendant la révolution.

 

Source : Dictionnaire des Marins Francs-Maçons  Travaux de recherche de la Loge La Pérouse Éditions Kronos.                                             

Martin Bushart

Martin Bushart

Commenter cet article

Meinier 29/11/2016 15:55

Bonjour, le capitaine Dillon état-il FM ? et pourriez vous me dire ou vous avez pu avoir le portrait de Martin Buschard ? Très cordialement

JF 29/11/2016 16:12

Bonjour MEINIER

Concernant DILLON l'excellent juste et parfait dictionnaire des Marins Francs-Maçons, gens de mer et professions connexes faisant état des travaux de la Loge Maritime de Recherche la Pérouse ne fait pas mention du Capitaine Dillon en tant que Franc-Maçon
Quand au portrait de Martin Buschard il provient du livre : Lapérouse Voyages autour du Monde Éditions Conti.

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog