Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Inauguration du Cénotaphe de Vanikoro, un des deux canons donnés à la ville d'Albi, Une des trois ancres ramenée et donnée à la ville d'Albi visibles près du monument à Lapérouse.
Inauguration du Cénotaphe de Vanikoro, un des deux canons donnés à la ville d'Albi, Une des trois ancres ramenée et donnée à la ville d'Albi visibles près du monument à Lapérouse.
Inauguration du Cénotaphe de Vanikoro, un des deux canons donnés à la ville d'Albi, Une des trois ancres ramenée et donnée à la ville d'Albi visibles près du monument à Lapérouse.

Inauguration du Cénotaphe de Vanikoro, un des deux canons donnés à la ville d'Albi, Une des trois ancres ramenée et donnée à la ville d'Albi visibles près du monument à Lapérouse.

FRANCS – MACONS DE LA MER : Lapérouse –XXIII – L’Astrolabe de Dumont d’Urville.

 

Quelque mois après l’enquête de Dillon à Vanikoro, un nouveau bateau aborde le même rivage. Il s’agit de la corvette l’Astrolabe menée par Dumont d’Urville elle avait quittée Toulon en Avril 1826.

 

Sa mission explorer la Nouvelle Guinée, la Nouvelle Bretagne, la Louisiade (nommée ainsi par Bougainville en l’honneur de Louis XV) et la Nouvelle Zélande, elle se lançait également à la recherche de ce bon Monsieur de Lapérouse.

 

Le contact avec les naturels de Vanikoro fût difficile :

 

« Après diverses tentatives inutiles la vue d’un morceau de drap écarlate séduisit tellement un de ces sauvages, qu’aussitôt il conduisit le grand canot au lieu même où périt l’un de ces malheureux bâtiments. Nos gens virent, disséminés au fond de la mer, à trois ou quatre brasses sous l’eau, des ancres, des canons, des boulets, des saumons (lingots..) et surtout une immense quantité de plaques de plomb, seuls témoins durables de cette fatale catastrophe. (…) Monsieur Jacquinot tenta de soulever une de ces ancres ; mais les coraux qui, depuis quarante ans, avaient constamment  tout à l’entour, la retenaient au fond avec tant de force qu’il eût été impossible de l’en détacher sans démolir le canot .»

 

« Monsieur Guibert, parvint à se procurer une ancre de 1800 livres et un canon court en fonte du calibre 8 (…) Par là, en consultant les archives du parc d’artillerie de Brest, il sera facile de s’assurer si ces pièces proviennent de l’expédition de Lapérouse. Moins heureux que Dillon, aucun des objets que nous avons pu nous procurer, ne nous a offert de fleur de lis. »

 

Un monument à Lapérouse et à ses compagnons fut érigé. Dumont d’Urville déclara :

 

« Je pense qu’ils se dirigèrent vers la Nouvelle-Irlande pour gagner les Moluques ou les Philippines… »

 

Cette hypothèse ne fut jamais vérifiée.

 

A suivre deux siècles après le naufrage la recherche de la Vérité….

 

JFG

Source et Étiquette : Lapérouse Voyage autour du Monde Edition de Conti.

 

 

UN FRANC-MACON DE LA MER ? L’ordre de Méduse.

 

Louis Girardin de Vauvray (1635 ? – 1724). Difficile de croire que ce marin fut Franc-Maçon surtout compte tenu des dates. Pourtant cet enseigne de vaisseau qui après un contentieux avec Colbert, privilégia la plume aux combats navals et à la navigation, sous Louis XIV. Il devint commissaire de la marine, jusqu’au grade de chef d’escadre.

Ce bourguignon d’origine aimait la bonne chère et le bon vin. A Toulon il devint membre de la Confrérie de Méduse, fondée par le Marquis de Vibraye officier de marine à Marseille, qui comme lui aimait appréciait joyeuses ribotes et jolies femmes.

La société pris le nom de Chapitre cela faisait plus sérieux aux yeux des profanes. Girardin fut nommé en 1697 « Bienfaiteur de l’Ordre, Grand Prieur de Haute et Basse Provence, du Comté de Nice et des terres adjacentes. »

Quelles analogies avec la Franc-Maçonnerie : une cooptation dans les milieux de la mer, mais surtout un rituel de table qui sera repris 30 ans plus tard par la Franc-Maçonnerie.

 

Si les confréries bachiques n’étaient pas nouvelles, l’ordre de Méduse fut précurseur des Maisons de gens de mer qui proposaient aux marins  de retour de longues campagnes de se détendre dans une atmosphère fraternelle, lors de banquets bien arrosés. L’ordre des répandit sur toutes les villes côtières. Les membres s’appelaient frères et portaient un titre : frère judicieux, ardent, bienfaisant, sincère, distingué (…) Les dames étaient admises dans la société on les désignait sous le nom de : Sœur ardente, appétissante, bonne à tout, judicieuse, gracieuse, aimable, parfaite, brillante…

 

Notre bibliothèque nationale possède un manuscrit intitulé : Les agréables divertissements de la table ou les règlements de l’illustre société des frères et sœurs de l’ordre de Méduse.

Il existait également des rituels de réception des inter visites entre les chapitres. L’ordre dut dissous en 1714. Il fut réveillé en 1951 à Marseille par des vignerons provençaux, actuellement l’ordre est bien vivant dans le Var il fait la promotion des vins de la Région évidemment rien à voir avec la Franc-Maçonnerie à l’exception peut être du Château Paradis…pour les connaisseurs !

 

JFG

 

Source : Dictionnaire  des Marins et Francs-Maçons travaux de recherche de la Loge Lapérouse Éditions SPM KRONOS.

FRANCS-MACONS DE LA MER- XXIII - Lapérouse L'Astrolabe de Dumont d'Urville.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog