Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Contre la bienveillance de Yves Michaud.

Contre la bienveillance de Yves Michaud.

RECENSION : Contre la Bienveillance.

 

Yves Michaud, né à Lyon le 11/07/1944 professeur de philosophie politique et d’esthétique travaille depuis longtemps sur le thème de la violence. Il a été directeur de l’École Nationale supérieure des beaux arts de Bordeaux et a enseigné la philosophie successivement à Montpellier, Berkeley, Édimbourg, Rouen, Sao Paulo et Paris.

Classé plutôt à gauche il signa un manifeste de soutien à la candidature de Ségolène Royal à l’occasion de la campagne pour l’élection présidentielle. Étant en accord avec la notion « d’ordre juste », il marqua ensuite son désaccord avec le concept « de démocratie participative ».

Il est auteur de plusieurs ouvrages de sa spécialité la philosophie politique. Son dernier essai Contre la bienveillance est paru en 2015.

 

Mon intérêt pour Yves Michaud est né suite à l’envoi d’un mail par un lecteur du Blog. En ma qualité de Franc-Maçon puisque paraît t’il mes Frères me reconnaisse pour tel, je suis par nature porté à la bienveillance, sans exclure la vigilance. J’ai donc pris connaissance de cet essai.

C’est l’occasion de revisiter les bons sentiments, les petites et grandes vertus, qui par leur pratique, leur douce et constante habitude construisent l’homme, mais peut être pas une politique pour une communauté nationale et encore moins universelle ?

Au rang de ces vertus, la tempérance, la compassion, la miséricorde, la tolérance cette dernière issue des bons sentiments de bienveillance et de bienfaisance.

Le Franc-Maçon par son initiation progressive aux mystères, sa régénération personnelle se veut porteur de Lumière dans le monde profane naïveté ou utopie ?

La bienveillance le porte donc à la pratique de la bienfaisance, faire par préférence le bien plutôt que le mal fuir le vice pratiquer la vertu.

La grandeur véritable est dans la bienfaisance Voltaire pensait même «  que la bienfaisance devait être universelle »

Pour le Maçon cela passe d’abord par sa volonté individuelle, il mène un combat contre lui même, pour ensuite conquérir une citadelle céleste. Il y a d’ailleurs des Chevaliers de la Bienfaisance par exemple au Rite Ecossais Rectifié. Par une sorte d’ascension l’homme progressera vers la miséricorde, mis en ce moment en exergue par le Pape.

 

Pourquoi donc ce philosophe par ailleurs porté vers l’esthétisme serait t’il contre la bienveillance. Cela ressemble à une provocation, sans aucun doute pour provoquer une réaction. Le sentiment de bienveillance nous conduit comme indiqué plus avant à la vertu de Tolérance à une posture de facilité exprimée, régulièrement dans le langage courant par les expressions : Pourquoi pas ! Et après tout !.

Yves Michaud n’est pas contre la bienveillance, mais il démontre dans cet essai qu’elle doit se cantonner au domaine de la morale individuelle. Quelle ne peut être le fondement d’une communauté politique, basée sur un contrat social.

 

Il écrit : «  le constat est maintenant partout : la puissance du fondamentalisme religieux, la montée des populismes de droite comme de gauche, le discrédit de la classe politique, le rejet de la construction européenne, rendent caducs les schémas anciens. En particulier l’idée que la démocratie, à force de bienveillance, peut tolérer toutes les différences, les croyances.

Oui ! Il y a des croyances insupportables et intolérables. Non ! Le populisme n’est pas une illusion qui se dissipera d’elle-même avec un peu de pédagogie et bonne volonté. Non ! La politique internationale  n’obéit pas aux chartres du droit international.

Il faut dénoncer la tyrannie des bons sentiments, la politique de l’émotion et de la compassion. Non que la bienveillance soit un sentiment indigne, mais nous devons cesser de croire qu’on peut bâtir sur elle une communauté  politique »

 

Son essai se décline en une introduction, quatre parties et une conclusion, voici quelques phrases clés.

 

Dans son introduction :

La montée du communautarisme (…) du fondamentalisme religieux amplifie le désarroi de plus en plus agressif.

 

Rien de ce qui est imaginable n’est impossible.

 

Notre incapacité à appréhender  la nouvelle situation avec la tyrannie des bons sentiments, avec la politique de l’émotion et de la compassion, avec la vision morale du monde  - avec la tyrannie de la bienveillance.

 

Qu’on m’entende bien : je ne soutiens pas que la bienveillance est un sentiment indigne qui devrait être exclu de nos affections. Je dis seulement que c’est un sentiment caractéristique  des relations en face-à- face ou de proximité, qui facilite et accroît la sociabilité mais ne constitue en aucun cas la base de la relation au sein d’une communauté politique.

 

Dans la première partie : LE FAIT DU FONDAMENTALISME RELIGIEUX.

Il y a beaucoup de confusion, faute de situer le mal où il est : dans la non-adhésion à la démocratie, dans le refus de ses principes. Ni l’identité ni le respecte des différences ne sont ici en jeu, mais carrément l’adhésion aux principes démocratiques partagés – ou plutôt leur refus.

 

L’islam sunnite, en attendant le moment où il deviendrait tolérant et s’ouvrirait à la critique est aujourd’hui une religion obscurantiste, intolérante et antidémocratique.

 

Quand la ministre Mme Vallaud –Belkacem qualifie le 17 mars 2015 en une formule dont l’étrangeté ne peut faire croire à un simple lapsus, les menus de cantine sans porc de « menus non confessionnels », ce qui signifie en langage religieux musulman que les menus comportant du porc sont, à ses yeux, des menus confessionnels, autrement dit des menus de chrétiens infidèles et que la nourriture halal est, à ses yeux la norme.

 

Le contrat social est remis en cause par le fondamentalisme islamique.

 

De Jean-Jacques Rousseau en 1712-1778 « Il y a donc dans l’état une force commune qui le soutient, une volonté générale qui dirige cette force, et c’est l’application de l’une à l’autre qui constitue la souveraineté. »

 

Or ce à quoi nous assistons aujourd’hui c’est la remise en cause de la puissance souveraine. (…) Je fais ce que je veux.

 

Fraternité pour partager les efforts, les sacrifices et les produits. Ce qui signifie une fiscalité  simple, allégée, unifiée, juste, strictement et constamment progressive, sans taxes de tout genre ,exemptions… 

 

La révolution française  quand elle accueillait avec enthousiasme  les étrangers venus la rejoindre par conviction.

Le fait du fondamentalisme nous force à prendre conscience que l’accès automatique, somnolent  et passif à la communauté politique ne peut plus avoir cours et doit faire place à un serment civique, accepté et respecté…

 

Une communauté doit être choisie pour ses principes explicites, pas pour ses vitrines et ses guichets.

 

C’est donc en fonction de l’adhésion à un contrat Social que doivent êtres reçus ceux qui veulent faire partie de la communauté nationale, il ne s’agit pas en effet de vouloir définir ou redéfinir une identité nationale, qui ne mettra en exergue que des différences. L’important est de définir les valeurs communes qui nous fédèrent « Pour êtres reconnus comme tels ». Ces valeurs acceptées d’une libre volonté par serment doivent respectées sous peine d’exclusion de la communauté.

 

JFG

 

 A suivre : LE FAIT DU POPULISME, LE FAIT DE LA Realpolitik, CONTRE LA VISION MORALE DU MONDE, CONTRE LA BIENVEILLANCE POLITIQUE.

 

 

Contre la bienveillance de Yves Michaud Éditions Stock. Les essais 18 €.  

Commenter cet article

JF Launay 27/08/2016 12:15

La mise en cause de Mme la Ministre de l'Education nationale est d'une relative honnêteté intellectuelle, car il s'agissait - comme le préconise également Yves Jégo - d'offrir un autre choix quand le porc est au menu de la cantine, ce choix ne pouvant (pour des raisons matérielles évidentes) ni ne devant être un plat "confessionnel" c'est-à-dire obéissant à des normes et à des rites (halal ou casher, par exemple). M; Michaud feint de croire que ça désigne le porc comme confessionnel, ce qui est assez hardi d'ailleurs puisque l'église catholique, sans proscrire totalement le porc l'interdisait certains jours.

JFG 27/08/2016 16:41

Bonjour JF LAUNAY

Il est clair qu'il faut se méfier des interprétations, c'est au regard des faits qu'une opinion objective (il y déjà une contradiction entre opinion et objective) peut tenter d'être émise. S'il s'agit d'un simple choix de repas cela mérite même pas le moindre commentaire. Si c'est autre chose, c'est l'introduction du fait religieux dans l'école laïque de la République. Il convient d'examiner également en toute honnêteté ce qui ce pratique en matière de repas le Vendredi si le poisson est de rigueur ? Au fond c'est en conscience que peut se dénouer cette affaire il ne doit pas y avoir d'arrières pensées.
JFG

Claudius 12/04/2016 19:15

L'auteur de ce livre comme d'autres affichent les maux qui rongent la France, alors que le Monde est entré dans une révolution, celle d'un progrès irréversible, devenu incontrôlable, lequel nous impose une société robotisée et l'intelligence artificielle va créer pour longtemps un chômage de masse regroupant dans une fraternelle misère les sans diplômes et ceux qui en ont.
Nos hommes politiques quels qu'ils soient ne pensent qu'à leur carrière et nous mentent en permanence, pour certains se veulent les chantres de la défense sociale, alors que leur fortune financière commence à être connue, par quels moyens l'ont- il acquise!
Ceux là, n'iront pas glaner dans les poubelles les aliments invendus .
Les nouvelles générations sont à la dérive, un manque de culture, un manque de savoir faire, des études dans tous les domaines qui aboutiront pour beaucoup dans une impasse!!!
A quand le grand réveil avec des hommes neufs, compétents, innovants, qui sauront se servir d'un balais pour purger la France de ceux que l'on a trop vus , lesquels par intérêt sans oublier, qu'ils ouvrent les portes à une immigration dont on ne saura que faire , tant par leurs modes de vie que par le chômage qui les attend.
Claudius

cincinnatus 11/04/2016 21:58

Le Grand Charles disait "qu'un état n'avait pas d'amis, il n'avait que des intérêts" ce qui pouvait vouloir dire que l'affectif ne doit se manifester qu'au niveau de l'individu, c'est à dire au domaine strictement privé et ne peut en aucun cas s'appliquer aux relations entre les états.
On ne joue pas sur le même terrain!
Aussi que les hommes soient bienveillants les uns avec les autres, bien sur, mais demander à ce que les états fassent de même n'est qu'une illusion , pire une hypocrisie.
La raison en est que les intérêts de ces états sont souvent opposés et qu'en dépit des sourires et embrassades de façade, (un peu comme chez les Francs Maçons qui comme chacun sait donnent une magnifique image de l'amour fraternel en..... s'étripant à longueur de blogs!) , la prudence sinon la méfiance sont toujours bien présentes, seuls des naïfs ou des bobos politiquement corrects pourraient soutenir le contraire.
Alors ....quant à la bienveillance, j'ai des doutes qu'elle ait sa place dans les relations internationales!

Claudius 11/04/2016 10:41

La bienveillance est le comportement réciproque entre deux individus chacun capable de se comprendre, d'apprécier l'autre, ceci nécessite un certain niveau de culture, ce qui hélas n'est pas le cas de l'actuelle multitude plongée dans sa propre inculture , l'obscurantisme de ses croyances, la peur du lendemain, le mépris de la vie d'autrui et pour certains de sa propre vie.
Que faire? Faire confiance à des hommes nouveaux pour diriger ce monde en marche vers quel destin ? Le progrès est un certain mouton qui se veut intelligent lequel conduit son troupeau bêlant soit vers la félicité, soit vers le précipice. A nous de faire le bon choix!!!!
Claudius

JFG 11/04/2016 11:57

Bonjour Claudius

Merci pour le commentaire, demain la suite dans quelques jours la conclusion.
JFG

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog