Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Débat serein sur l'identité Nationale dans un village Gaulois.

Débat serein sur l'identité Nationale dans un village Gaulois.

 

La notion d’identité nationale est elle compatible avec nos valeurs maçonniques...

Publié le 4 Mai 2016

Dans un premier temps, nous avons tentés de cerner le vocable de l’identité nationale. Des contradictions et différentes interprétations sont apparues.

Pour certains, l’identité nationale est contraire à l’idée de fraternité et aux valeurs maçonniques elle serait responsable de la xénophobie et du patriotisme, se pose aussi la question de savoir s’il faut résonner France ou Europe.

Dans ce cas nous ne parlons plus d’universalisme, nous restreignons ce concept à un territoire géographique, intégrant ainsi diverses sources « culturo-nationales » et la notion de nation universelle devient un mythe, les groupes de pensées étant formés et structurés par l’origine physique des individus qui les composent.

Ces groupes doivent ils être des émanations d’individus se reconnaissant d’une même origine ? Alors dans ce cas, oui il y a exclusion notamment dans les moments de crises sociales, financières ou autre ; nous pouvons le cerner par la création d’institutions telle qu’un ministère de l’intégration et de l’immigration.

Pour d’autre l’identité nationale c’est le sentiment d’appartenance à des concepts, à des valeurs défendus sur un territoire donné, par exemple l’émigration importante vers les Etats-Unis et dans des proportions moindres vers la France. Ou sont mes pieds, mes ancrages anciens ou nouveaux sont ou seront mes racines physiques et mes bases. Aucun Homme ne peut vivre sans elles, sans cet enracinement l’Homme est rien.

La richesse de cette identité là est celle de l’universalisme de l’apport des cultures et des différences, ce n’est pas parce qu’on adhère à une nation que le culturalisme de chacun doit être nié ; au contraire en restant fier des apports multiples, en sachant les reconnaître et les valoriser.

 

Partout les peuples ont des sentiments d’appartenance, c’est la valeur refuge de chacun, l’individu s’y réfère mais veut aussi s’en démarquer, trouver et affirmer sa différence. L’identité nationale c’est aussi le rassemblement volontaire d’Hommes autour de valeurs qui pourraient être universelles, mais auront elles le même sens, la même interprétation partout dans le monde.

La Démocratie, la liberté individuelle et collective, le libre choix de ses croyances, la laïcité, ses choix vie, l’égalité, la fraternité la solidarité etc …, ces valeurs auxquels nous attachons tant d’importance et que nous défendons en FM sont justement celles pour lesquelles nombre d’hommes et de femmes sont venus en France, pour cette nation pays des droits de l’Homme et défenseurs des diversités dans l’union.

 

L’identité qui doit intéresser un Maçon, un profane ou un homme politique c’est la citoyenneté. Ce qui est contraire à la notion d’identité nationale, c’est la patrie référence à une exclusive territoriale et culturelle. Celle-ci est par essence contradictoire avec la pensée universelle. Cette dernière est par nature une ouverture aux valeurs communes.

 

Les valeurs Maçonniques s’ancrent dans des racines grecques, judéo-chrétiennes, dans l’humanisme diffusé fortement depuis le siècle des Lumières. Elles énoncent la liberté absolue de consciences et nous propose une méthode qui pourrait être universelle, l’union dans la diversité et non l’unité dans la conformité.

 

Si les valeurs Maçonniques sont héritées et choisies ont elles réellement une notion d’universalité. Les constitutions d’Anderson, texte considéré comme la loi fondamentale de la Franc-Maçonnerie universelle ne sont pas regardées et appliquées de la même manière par tous les FM. " Ces valeurs, que sont la liberté absolue de conscience, de pensée, la tolérance et la compréhension mutuelle, l¹étude de la morale et l’honneur fait au travail tant intellectuel que manuel ; sont inaliénables atemporelles et partagées par tous.

Par contre des approches différentes sont apparues pour certaines de ces valeurs, la croyance en Dieu et en l¹immortalité de l¹âme par exemple, c’est ce qui différencie, entre autres, les obédiences les unes des autres. La question se pose donc de savoir si les valeurs Maçonnique sont évolutives, sous quelles limites et sous combien de temps.

Les valeurs inaliénables évoquées plus haut, doivent être encore plus ancrées, elles sont les repaires qui nous permettent justement de nous poser les bonnes questions, les réelles réflexions de fonds sur nous, sur notre identité et sur nos futures évolutions. La pratique de l¹écoute, la volonté de ne pas juger l¹autre et sa pensée, la défense de la laïcité, la conservation des langues, des différences culturelles nous permettent de faire évoluer positivement la notion d’identité nationale et dans un avenir, la création aussi d¹une identité européenne ; étage supérieur pour la réalisation réelle d¹une identité Humaine, notamment au sens de l’article 1 de notre constitution : travailler à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et moral de l’humanité.

J’ai dit

 

Texte Source sur le Blog RL FRANCOIS RAKOCZY II de Budapest.

francoisrakoczi2.over-blog.com/2015/10/le-scarabee.html

RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE
RÉFLEXIONS : IDENTITÉ NATIONALE ET FRANC-MAÇONNERIE

CONTRIBUTION.

 

Cette réflexion sur l’identité Nationale est un sujet chaud, très chaud. Il oblige à une réflexion approfondie. L’identité Nationale est  ce qui fonde une Nation avec des valeurs communes, des traditions communes, une langue, une histoire partagée.

 

La question de « l’identité » est elle même universelle se définir par rapport à autrui où que l’on soit dans le monde, cela prend une acuité particulière en Europe où les frontières ont disparues. Peut on dans ce cas revendiquer une identité Nationale qui ne soit pas une identité Européenne ?

 

L’identité doit t’elle être Nationale et unique et que faire des minorités de plus en plus vivaces  Corse, Bretonne, Catalane, Basque, Occitane, Alsacienne etc…. qui revendiquent aussi une identité ?

 

L’actualité démontre que ces minorités malgré la centralisation politique et administrative ne sont plus désuètes. Devons nous revendiquer nos singularités, nos appartenances ou devons nous nous diluer dans le grand bain de l’uniformisation, de la mondialisation ? L’universel est t’il destructeur de nos singularités, sur l’autel du consumérisme ?

 

Y a t’il une contradiction, une opposition entre le concept de Nation et un empire Universel pour l’humanité.

 

Le Franc-Maçon adepte de l’Universel, n’aurait pas d’identité Nationale, ni de singularité, si en plus il est Catalan, Breton etc…. Pour le Franc-Maçon ce sont les « Valeurs qui doivent êtres universelles. » placer l’humain, libre et de bonnes mœurs au centre, continuer d’affirmer que l’on s’enrichit de nos différences et l’on s’améliore par la pratique du bien.

 

L’identité est unité, cette unité se réalise dans le multiple, le chemin de l’identité est de réunir ce qui est épars.

 

Il n’y a donc pas de contradiction, ni d’incompatibilité entre Identité Nationale et les Identités particulières.

 

La difficulté est de définir ce que l’on met dans l’identité Nationale et si elle est exclusive (donc qu’elle exclue plus quelle ne rassemble.) Si l’on veut être pragmatique elle ne peut rejeter les particularismes et les singularités dans leur totalité. Preuves en sont faites par les statuts particuliers accordés aux Corses et de manière moindre aux Bretons. (On se demande d’ailleurs pourquoi un traitement différent pour les Bretons qui sont 4 365 000 Loire Atlantique compris, statistiques de 2007 et qui sont à l’origine de 10% de la population française. Alors que les Corses sont 305 000 statistiques de 2012 ! Pas d’efforts particulier de la Nation pour le développement de la Langue Bretonne, alors que notre premier ministre d’origine Catalane se fend d’un discours en langue catalane d’une heure et demie à Barcelone.)

 

Nationalisme et Universalisme ne sont pas faciles à accorder, ils peuvent se retrouver néanmoins dans une maison commune pour une pratique Universelle du bien, du beau, du juste.

 

L’Identité Nationale doit prendre la forme d’un contrat social librement accepté par tous et dans lequel tous se retrouvent. Et ceux qui s’en écartent doivent êtres sanctionnés, jusqu’à l’exclusion pour non respect du contrat.

 

Ou cela peut se compliquer, c’est dans la hiérarchie de ces identités suis-je d’abord Corse ou Breton et ensuite  Français, puis Européen. Le problème en fait ne se pose que pour les minorités. Et dans la mesure ou elles sont admises dans la communauté Nationale et quelles l’ont acceptés librement, le problème ne se pose plus si l’on respecte leurs traditions au premier desquelles figure la langue ; vouloir réduire les minorités au silence, à l’oubli, au folklore est une forme de dictature intellectuelle.

 

Ce sont les peuples qui fondent les états et les Nations et non l’inverse.

 

Affirmer une identité Nationale, une communauté Nationale n’exclu pas une appartenance conjointe à une identité particulière. L’identité Nationale doit être un espace ou se retrouvent toutes les minorités qui doivent accepter toutes les règles de cette communauté Nationale, c’est le respect de la devise Républicaine de Liberté, d’Égalité et de Fraternité qui fonde le contrat social et les citoyens.

 

Je pense à l’un des Frères de ma Loge Japonais qui réside en France depuis de nombreuses années, il a opté pour la Nationalité Française, il a perdu au sens administratif sa nationalité Japonaise. Au Japon il n’y a pas de bi nationalité, il faut choisir. Mais il reste Japonais d’origine, de tradition, de culture, de langue.

 

Mais il est aussi Français, Breton, Européen, citoyen du monde Franc-maçon il a réuni ce qui est épars, membre de notre Loge il l’enrichit de ses différences et regarde avec nous dans la direction d’où vient la Lumière.

Ce sont donc bien les valeurs qui sont universelles au delà des Nations pour le Franc-Maçon.

 

Je n’ai bien sûr pas tout dit sur ce vaste sujet et donné une modeste contribution, que la parole circule….

 

JFG. 

Commenter cet article

Frère Tuck 06/09/2016 08:49

Je suis bien d'accord avec notre Ami Cincinnatus.... notamment sur l'analyse des mots, et je pense que les Français, en général, s'interrogent de la même façon. La confusion règne! Le chaos diraient d'autres... et la réponse se trouve dans ce sondage: "Les sondés estiment que "valeurs républicaines" et "identité nationale" ont été galvaudées ou ont perdu de leur contenu, alors qu'ils sont de plus en plus utilisés dans le discours politique français depuis les attentats".(copiez/collez le lien pour lire l'article):
http://www.atlantico.fr/decryptage/sensibilite-aux-valeurs-republicaines-et-identite-nationale-sondage-qui-pourrait-rebattre-cartes-campagne-jerome-fourquet-2810029.html

Quant au "fond" de mon commentaire, je voulais simplement dire, sur un autre plan effectivement, que si l'on peut comparer certaines valeurs, il n'y a pas lieu de les comparer dans la "forme" pour en faire une espèce d'oxymore qui pourrait amener une certaine confusion chez nos plus jeunes.

D'autres s'y emploient à notre place: ainsi on entend parler maintenant "d'identité heureuse", voire même "d'identité de la diversité"...
Bien fraternellement, de Frère Tuck.

JFG 05/09/2016 07:28

Cincinnatus me transmet un commentaire le voici dans son intégralité :



Avant de parler « d’identité nationale » peut être serait il souhaitable de savoir ce que chacun entend par « identité » et « nation ».
En effet, il y a tellement de choses plus ou moins confuses qui sont dites sur le sujet qu’il semble nécessaire d’y mettre un peu d’ordre !
J’ai donc « fouiné » quelque peu sur internet pour y voir plus clair et j’y ai découvert ceci :
Identité :
Michel Castra, éminent sociologue et anthropologue, résume sans doute très bien tout ce que l’on peut lire sur la question et je rapporte ci-dessous fidèlement sa pensée:
«l’identité est constituée par l’ensemble des caractéristiques et des attributs qui font qu’un individu ou un groupe se perçoivent comme une entité spécifique et qu’ils sont perçus comme telle par les autres ».
Il ajoute également :
« Les identités collectives trouvent leur origine dans les formes identitaires communautaires où les sentiments d’appartenance sont particulièrement forts (culture, nation, ethnies…) et les formes identitaires sociétaires qui renvoient à des collectifs plus éphémères, à des liens sociaux provisoires (famille, groupe de pairs, travail, religion…). L’individu appartient ainsi de manière simultanée ou successive, à des groupes sociaux qui lui fournissent des ressources d’identification multiples ».
Nation :
Poursuivant ma quête d’informations j’ai découvert ceci à propos du terme de « nation » :
Pour le Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue française de François Guizot (1822) :
« Un peuple est une multitude d'hommes, vivant dans le même pays et sous les mêmes lois. Une nation est une multitude d'hommes, ayant la même origine, vivant dans le même État et sous les mêmes lois».
Pour Le Petit Robert :
« Une nation est un groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini (…) et personnifiée par une autorité souveraine ».
Pour le Dictionnaire de la langue française:
« La nation est un Ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle, etc.) et constituant une entité politique7 ».
Pour le Dictionnaire Hachette, :
«La nation est une communauté humaine caractérisée par la conscience de son identité historique ou culturelle, et souvent par l'unité linguistique ou religieuse. »
L’identité nationale :
Partant de ces interprétations, est il possible maintenant de définir ce qu’est « l’identité nationale » ?
La tâche est délicate, essayons toutefois de faire la part des choses tout en sachant très bien que nombre de personnes ne seront pas d’accord avec moi et bien évidemment …donneront leurs points de vue!
Du moins cela serait il souhaitable, pour le plus grand bonheur de ce site bien sûr, mais aussi pour montrer que les Maçons n’hésitent pas à « se mouiller » pour faire, sinon valoir, du moins connaître, leurs sentiments sur des sujets sensibles!

Compte tenu de ce qui précède on peut estimer que le terme «identité nationale » repose :
* sur un pays géographiquement défini,
* sur une communauté qui parle le même langage,
* sur un peuple qui a une certaine histoire,
* sur une population qui reconnait une même autorité, respecte les mêmes lois et honore les mêmes valeurs.
Cette « identité nationale » exige t’elle que les individus qui la revendiquent aient:
* la même origine,
* la même religion,
et disons le crûment :
* la même couleur de peau
* la même coupe de cheveux,
* sinon la même musique ou la même cuisine ?
…certainement pas, mais toutes ces différences doivent se fondre dans le cadre d’un code de vie librement et sincèrement accepté, faisant fi de toutes les attitudes communautaristes lesquelles ne peuvent que nuire au bel édifice !
Dès l’instant qu’un « non aborigène » (Aïe quel mot !) qu’il soit issu du Pôle Nord, d’Afrique, du pays des Incas ou de celui des Mandarins, adhère aux valeurs de cet autre « pays » dans lequel il entend s’intégrer, et cela que ses cheveux soient lisses ou frisés, qu’il prie le « P’tit Jésus », le Prophète Mahomet, Vichnou etc…sinon personne, il peut légitimement revendiquer cette fameuse identité nationale, la nôtre donc, et nous nous enrichirons mutuellement de nos différences en nous moquant parfaitement du fait qu’il ne descende pas des Gaulois !
Par contre si ce « déplacé » prétend modifier notre style de vie, imposer celui qu’il a connu là d’où il vient (…qui l’a fait fuir !), et qui peut ne pas convenir aux « locaux », alors qu’il passe son chemin, en aucun cas il ne pourra se réclamer de cette fameuse identité nationale qu'il ne pourra que nous extorquer

Je me permet de souligner à notre Frère que l'article traitait de l'éventuelle compatibilité entre identité Nationale et les Valeurs de la FM. Si le F TUCK place sur un autre plan les valeurs de la FM et l'identité Nationale on peut néanmoins s'interroger sur leurs compatibilités.Les valeurs Maçonniques touchent à l'humain et à l'Universel, les F M déclarent respecter les lois du pays ou ils se trouvent.
JFG

Frère Tuck 02/09/2016 10:59

Personnellement, je ne vois pas le rapport, ni l'utilité du débat, entre "identité nationale" et Franc-Maçonnerie... En effet, l'universalité de la Franc-Maçonnerie fait qu'elle se trouve au-dessus des principes et valeurs évoquées au nom de l'identité nationale, car elle a comme principe la croyance en Dieu, quelque chose d'universel et plus fort que ce qui est en bas: c'est la raison pour laquelle de nombreux pays combattent la Franc-Maçonnerie et ne l'autorisent pas au nom d'archaïsmes religieux ou politiques...
Etre Franc-Maçon c'est vouloir s'élever au dessus des préjugés et des vices tout en n'ayant pas honte de ses origines puisque vertueuses. Ainsi la Franc-Maçonnerie acceptent des profanes de toutes origines, mais le serment se fait sur le même livre et les mêmes outils, et landsmarks. Ce faisant, on adhère tout naturellement, à partir d'une démarche volontaire, à des valeurs et principes... Le problème avec l'identité nationale ne réside donc pas sur l'appréciation de nos valeurs et préceptes (quoique... parfois) mais sur la confusion (volontaire) avec les mots race et religion! Les médias s'évertuent à transformer les propos des uns et des autres afin d'entretenir cette confusion au nom d'une soi-disant bien-pensance qui pourrit le débat chaque jour un peu plus. Ainsi quand on parle de laïcité, on est contre l'islam... Ainsi quand on parle de burkini, on n'aime pas les musulmans... Ainsi quand on parle d'immigration, on est raciste... Ainsi quand on parle d'identité nationale, on est frontiste... Etc...
La vraie question dans notre pays est de savoir si on peut avoir encore un vrai débat sociétal tel qu'on peut le pratiquer en loge autour d'un sujet symbolique!
Bien fraternellement, de Frère Tuck.

JFG 02/09/2016 09:49

Bonjour suite à la lecture de l'article une pensée intéressante transmise par D F lecteur du Blog

Je ne vois pas d`autre issue : que chacun de nous fasse un retour sur lui-même et extirpe et anéantisse en lui tout ce qu`il croit devoir anéantir chez les autres. Et soyons bien convaincus que le moindre atome de haine que nous ajoutons à ce monde nous le rend plus inhospitalier qu`il ne l`est déjà.
Je ne crois plus que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur que nous n`ayons d`abord corrigé en nous. L`unique leçon de cette guerre est de nous avoir appris à chercher en nous mêmes et pas ailleurs.

Etty Hillesum

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog