Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
SYMBOLE : LA VACUITÉ
SYMBOLE : VACUITÉ

 

La vacuité c’est le vide, en cette rentrée scolaire pour certains, de reprise du travail pour ceux qui étaient en vacances, Maçonnique pour les enfants de la Lumière, politique pour d’autres. En matière de vide c’est plutôt le trop plein, comme une envie, une urgence de remplir et pourtant il serait nécessaire de faire « un passage par le vide ».

De faire silence en nous-même, de se nettoyer, de se débarrasser, de tous ces encombrants au sens physique mais surtout au sens moral, de faire le vide de toute cette matérialité excessive et inutile qui peu à peu nous envahie, masquant notre soif d’essentiel.

Tout oublier pour mieux réapprendre, c’est un exercice spirituel de rentrée en soi, faire le vide pour pouvoir aller au centre, au point d’intersection de la Croix où la Lumière de l'amour brille sans fin.

A l’endroit du commencement et de la fin, au centre de l’essence là ou l’on se construit. Avec courage et volonté abandonner les apparences pour la recherche du vrai, du beau, du bon.

Prendre conscience que nos sens, notre humanité est faillible, mais est aussi en toute humilité une force. Faire le vide en cette rentrée, se mettre en état de recevoir et de donner de l’amour, seule voie de reconquête de son soi, de son unité, être bien avec soi pour être bien avec autrui et enfin libre.

Bonne rentrée en vous.

 

JFG.

 

 

Le vide est tout

-puissant parce qu'il embrasse le tout. Ce n'est qu'au sein de la vacuité que tout mouvement devient possible. Celui qui parviendrait à faire de lui-même un espace vide où autrui pourrait librement pénétrer serait maître de toutes les situations.

 

Le Livre du thé de Kakuzô Okakura

 

LA VACUITÉ

 

Telle une goutte qui se noie dans l'Océan,

Telle la branche qui ploie,

Et s'arrache doucement,

Telles des paroles qui fondent et s'avalent goulûment,

Tels les mots qu'on appuie,

Oubliés dans l'instant,

Telle la paresse qui saborde les envies, implacablement,

Tels mes certitudes, mes haines inutiles, mes errements,

Tels mes rires et mes pleurs qui s'effacent follement,

Telle la pudeur qui atteint petit à petit tous mes sentiments,

Telle est la vie : sourd appel du néant.

Hassan Makaremi

1998

SYMBOLE : LA VACUITÉ
Commenter cet article
C
Essayons de comprendre les motivations à devenir un professionnel du tatouage, puis celui des particuliers à se faire tatouer. Celui qui devient tatoueur a commencé par se faire tatouer des motifs divers sur son corps, souvent ce sont des personnes en recherche d'une identité visuelle afin d'être reconnues faute de pouvoir l'être par des acquis culturels classiques, un loupé dans les études scolaires, soit un refus de compréhension familial sur des orientations artistiques contrariées. Les tatoueurs sont de réels artistes qui ont développé un don naturel, leur dextérité de la main étant la réalisation spirituelle instinctive de leur esprit, en général ils n'ont pas fait d'études artistiques.
les tatoués sont des individus en recherche d'identité, afin d'être vus alors qu'eux-mêmes ne peuvent voir leurs tatouages corporels que dans un miroir, l'épreuve du miroir n'est que matérielle, mais ne met pas en évidence une réflexion sur la prise de conscience de l'égo.
Il en est de même des piercings, qui pour moi sont un défiguration du visage et du corps, lesquels mettent en évidence souvent un état caractériel en recherche d'identité.
Le mal dans sa peau, est la rançon payée par la modernité qui ampute la volonté de réfléchir chez de nombreux individus d'une grande fragilité.
Claudius
Répondre
J
Bonjour F TUCK,

Lapais n'aurait pas mieux dit, pour faire le vide il faut qu'il y ait quelque chose a vider ! Une interrogation pourquoi un si grand vide avec tous les savoirs à notre disposition. Sans doute un manque de repères et un manque d'éducation question que l'on devrait légitiment se poser en cette rentrée scolaire ! Un grand débat national sur l'éducation serait de nature a sauver ce qui peut encore l'être. Toutes les composantes de la société devraient y être convié. Pour éviter une énième réforme concoctée entre un ministre de passage et les représentants des syndicats des enseignants en évitant soigneusement de demander aux citoyens ce qu'ils souhaitent pour l'avenir de leurs enfants. (à lire dans le dernier numéro de l'Express la chronique de Jacques Attali )
Pour renforcer ce que l'on peut exprimer "comme un excès de démocratie" qui est malheureusement exploité par tous les ismes tolérés dans notre société. L'utilisation des réseaux sociaux par la jeunesse est un leurre concernant leur désir d'affirmation individuelle, les algorithmes qui en résultent, les mènent à une uniformisation, dans le but de les amener à une consommation mondialisée.
Bientôt il ne restera que le tatouage et le piercing et encore.
JFG
Répondre
J
Bien sûr je voulais parler de LAPALISSE
F
Faire le vide occasionnellement afin de méditer et trouver une solution à un problème ne peut être que bénéfique, certes! Mais faire le vide pour chasser la réalité mène au néo-individualisme, et les médias, par le biais de leur pseudo analyses, contribuent largement au rejet de la société comme de leurs représentants... Ainsi, malgré une foultitude d'informations qui nous envahit au quotidien, le désintéressement des jeunes n'a jamais été aussi fort! Prenons des exemples simples: les campagnes contre la tabagie ou la drogue sont de plus en plus violentes, et pourtant on fume de plus en plus, on se drogue de plus en plus; les campagnes contre la "malbouffe" sont de plus en plus populaires et pourtant l'obésité progresse; la démocratie n'a jamais été aussi permissive, et pourtant les électeurs se dirigent tout droit vers les extrêmes...

Il faut dire également que faire le vide en soi devient malheureusement de plus en plus facile, puisque bien souvent, rien n'y est encore entré... Forts de ce contenant sans contenu, la plupart des jeunes errent dans cette société qu'ils méconnaissent et qu'ils rejettent. Mais le paradoxe c'est qu'ils cherchent à exister les uns par rapport aux autres, et ainsi se soumettent à une concurrence existentielle toujours plus violente. Ce "toujours plus" les mène à une sorte de narcissisme contagieux comme on peut le voir quotidiennement sur les réseaux sociaux, sans morale ni but: seul le plaisir personnel compte!
Bien fraternellement, de Frère Tuck.
Répondre