Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Cèdre du Liban

Cèdre du Liban

LE CEDRE ET L’ACACIA

 

La Franc-Maçonnerie s’est nourrie de Mythes et Légendes à l’instar d’autres traditions initiatiques. Les mystes que sont les Francs-Maçons comme les celtes, se sont fortement inspirés de la nature qui nous entoure et en particulier du monde végétal.

La symbolique du bois est bien présente dans les rituels maçonniques, la Franc-Maçonnerie du bois, forestière a sans doute précédée celle de la pierre, l’arche de Noé fût la toute première Cathédrale. Ces cathédrales, ces temples de pierre sont donc vivants ce sont les enfants des forêts.

 

La sève monte dans les arbres, comme elle monte dans le cœur des hommes, constructeurs de leur vie. L’arbre exprime la liaison entre le microcosme et le macrocosme, entre la terre et le ciel, entre la multiplicité et l’unité.

 

Les cèdres du Mont Liban, magnifiques tours de verdure dressées vers les cieux, incorruptibles décrits dans le Cantique des Cantiques 1-17 : « Le cèdre ne pourrit pas, faire de cèdres les poutres de nos demeures, c’est préserver l’âme de la corruption. » Des Princes sont venus du Liban munis de leur Royales haches pour construire le Temple, leur Temple. Oeuvriers ils se sont unis avec ceux qui manient la Truelle et l’Épée, pour reconstruire le Temple Spirituel.

 

L’Acacia bien connu des Maîtres Francs-Maçons à une place de choix dans la symbolique Maçonnique, l’ancien testament nous rappelle que l’Arche d’Alliance est faite d’Acacia et d’Or. L’union de l’imputrescible et du feu de l’Or spirituel, de la renaissance de la connaissance.

L’Acacia d’Orient de Gérard de Nerval, fait éclore dans le cœur de l’homme ses fleurs d’Or. L’Acacia est le gardien de la vie éternelle au milieu de l’aridité du désert il reverdit sans cesse de l’espérance.

 

Quand je me promène dans la forêt ou quand je pousse la porte de ma cathédrale intérieure, j’entends le murmure du vent, le souffle de l’esprit qui parle à mon âme.

 

JF.

ACACIA DANS LE DESERT DU NEGUEV

ACACIA DANS LE DESERT DU NEGUEV

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog