Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
DE L'EPAISSEUR DU PRESENT

DE L’EPAISSEUR DU PRESENT

 

La période estivale propice aux vacances, incite à apprécier le présent. Nous vivons le présent, faut il ne vivre que dans le présent ? Ce point minuscule entre le passé et l’avenir doit t’il prendre plus d’épaisseur, cette attitude est t’elle une promesse de bonheur et de sagesse.

Ces questions ont agitées les hommes de tout temps.

 

Elles font appel à la psychologie, la philosophie, la métaphysique voir à la théosophie.

Le concept du présent est indissociable de celui du temps, du fondement de l’univers, de la perception humaine que nous en avons, de notre volonté de le mesurer, de le définir avec les limites de notre raison.

 

Le Franc-Maçon enfant des Lumières, de la veuve, vit dans l’espérance d’un monde meilleur, qu’il s’efforce de construire en ayant préalablement revisité et reconstruit son temple intérieur. Il construit donc avec l’aide des traditions du passé transmises par ses Frères, une espérance nouvelle réalisable dans l’avenir. Il s’insère dans un flot continu, il se réfère au temps cyclique imagé par la roue, la spirale, l’ouroboros. Le temps n’est pas pour lui une ligne finie, il croit à la multiplicité des régénérations.

 

Notre société de l’immédiateté essaye de nous faire croire, que pour vivre heureux et sage, il faut renoncer au passé et à l’avenir. Nous ne pouvons rien sur notre passé qui par définition est dépassé, il s’éloigne de notre portée, il est insaisissable. Quant à notre avenir il ne se nourrit que d’espoirs, et l’espérance vécue au quotidien, peut, être une véritable souffrance un désir, un manque perpétuel. Il nous faudrait donc cueillir le jour présent sans se soucier du lendemain, c’est le carpe diem, le lâcher prise.

Montaigne ne disait pas autre chose, quand, partant du principe que n’ayant aucune certitude de l’avenir, nous n’avons de prise que sur le présent. Théorie reprise par André Comte Sponville, énoncée autrement : « pour pouvoir vivre le présent il ne faut pas espérer dans l’avenir. »

Cela suffit t’il a rendre le présent désirable et idyllique ? Vivre le présent n’est pas un hédonisme débridé, un rejet de toute morale et de toute spiritualité, Épicure prônait la pratique des vertus essentielles, pas le refus des vertus, son école, son jardin, exigeait de ses adeptes discipline et rigueur morale.    

 

Luc Ferry est proche de cette théorie qu’il faut vivre le présent, d’ailleurs comment faire autrement ? Mais il nuance, le présent n’est pas synonyme d’Éden. Dans un article du quotidien le Figaro du 24/08/2017 intitulé : « Fausses Sagesses » il nous apporte un commentaire qui fait suite à sa lecture  d’une sentence publiée dans les Petits cahiers d’exercices de psychologie positive aux Éditions Jouvence : Savez-vous quelle est la différence entre le succès et le bonheur ? Le succès consiste à obtenir ce que l’on désire, le bonheur consiste à savoir apprécier ce que l’on a. »

 

Avec ce principe, le bonheur serait d’apprécier l’instant présent, d’oublier le passé, de fuir l’avenir, se contenter de ce que l’on a serait le bonheur et le but de la vie. Être en permanence et refuser l’avoir le désir d’avenir, cela à l’apparence du projet de la voie initiatique du Franc-Maçon, privilégier l’être à l’avoir. Mais ce n’est que l’apparence, la couleur, le Franc-Maçon certes marque sa préférence pour l’être et son élévation spirituelle à l’avoir matérialiste, mais il a conscience de ses faiblesses et de celles de la société.

Aimer la vie présente telle qu’elle est n’est pas la certitude du bonheur. Le Franc-Maçon comme tout homme cherche sa juste place dans l’univers qui est passé, présent et avenir.

 

L’amour exclusif du présent tel qu’il est, et la maîtrise de notre présent serait la méthode pour accéder au bonheur, cette félicité de bazar est disposée sur les nombreux étals des magasins tenus par « les coachs en psychologie positive. » Ceux qui nous vendent des méthodes uniques toutes faites prêtes à consommer, distribuées individuellement ou en gros dans les entreprises, ces partisans du New Age ou des philosophies de comptoir, comme le souligne Luc Ferry ils nous invitent  a savourer béatement ce que l’on a en l’occurrence par exemple « un cancer du pancréas (…) c’est la connerie de ceux qui prétendent que l’on peut en tirer quelque chose de bon, alors qu’il s’agit d’une horreur irrémédiable. »

 

Tous les malheurs de la vie, ne seront pas résolus par l’amour inconditionnel, aveugle du présent. Aller expliquer aux parents dont l’enfant est mort à Raqqa, au Bataclan, à Nice ou Barcelone, qu’il faut savoir apprécier le temps présent !

 

Se soumettre à cette philosophie de l’instant, cette dictature du présent, teintée de stoïcisme de bon aloi, agrémentée de conseils lénifiants est un avilissement pour l’homme. Cela s’apparente comme le souligne Luc Ferry : « à une philosophie de collabo. »

 

La sagesse n’est pas là, le bonheur non plus dans cette épaisseur du présent, qui se transforme de plus en plus en un poids insupportable pour notre société.

Le Franc-Maçon construit avec les Lumières du passé transmises par ses Frères, aspire, à un futur meilleur, agit dans le présent, dans l’espérance d’un monde meilleur, il œuvre, il se révolte, il s’indigne pour faire triompher la vertu. L’épée et la truelle à la main contre ce présent trop sombre, trop épais.

 

   JF.

 

PS : Écrit en pensant à ceux qui souffrent, dans leur chair, dans leur âme, dans ce présent, à tous les enfants et les parents de Barcelone et d’ailleurs.

DE L'EPAISSEUR DU PRESENTDE L'EPAISSEUR DU PRESENT

Commenter cet article

JF 30/08/2017 16:14

Notre Frère Claudius commente ainsi :


Très belle analyse sur l'épaisseur du Présent, nous le vivons à chaque instant, il est déjà dépassé, il fonctionne à l'image de la trotteuse d'une montre qui en égrène les secondes , comment les hommes de la planète la vive cette seconde du présent ???

A chacun sa finalité selon ses origines, son âge , sa culture tant profane que religieuse, voire son inculture, les actes sont-ils réfléchis ou instinctifs ?

Les uns revoient leur passé, souvenirs de joies, de détresses, pensent à leurs erreurs, devraient profiter du présent en se regardant dans le miroir, et méditant sur l' image qu'ils donnent , une suite du temps présents s'avère nécessaire pour les corriger , pour d'autres ils les accentuent avec angoisse ou méchanceté viscérale en chevauchant toutes les actions qui s'opposent entre le bien et le mal ,en une fuite inéluctable des temps présents que l'on appelle le futur, le devenir.

Permettez de corriger Montaigne, quand il dit : (que n'ayant aucune certitude de l'avenir, nous n'avons de prise que sur le présent ) pour nous en ce Monde de la modernité, rester passifs dans le Présent, c'est se scléroser de toute imagination à bâtir un monde devant évoluer en un recherche de vivre dans l'amour et la joie.

Notre éminent Luc Ferry, nous pose cette question:( savez-vous quelle est la différence entre le succès et le bonheur ? Le succès consiste à obtenir ce que l'on désire, le bonheur consiste à savoir apprécier ce que l'on a.)

Pour moi le succès est le résultat des activités créatrices de l'esprit, et le bonheur est la joie d'avoir concrétisé des réussites quelles qu'elles soient pour le bien de la collectivité.

Pour nous Francs Maçons, l'épée permet de tenir à distance le mal endémique, la truelle pour brasser la matière en un ciment fraternel de toutes les bonnes volontés.

Claudius

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog