Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Partie du tableau de Raphaël : l'Ecole d'Athènes Platon et Aristote

Partie du tableau de Raphaël : l'Ecole d'Athènes Platon et Aristote

LE FRANC-MAÇON ENTRE PLATON ET ARISTOTE

 

La Franc-Maçonnerie n’est pas une école philosophique au sens moderne (1), car elle n’est pas une fabrique de concepts, elle est une voie de réalisation de l’homme par son initiation progressive, on parle d’adapte, d’initié, de la Connaissance et non de connaissances et de savoirs. Elle ne rejette pas, n’exclue pas, ses fondements sont immémoriaux et font références à des traditions ancestrales, dont la philosophie antique.

 

La Franc-Maçonnerie a subit plusieurs influences, elle n’est pas hors sol, mais elle sait aussi, pour sa partie la plus spirituelle, la plus sacrée, admettre l’influence divine d’un principe créateur.

Elle admet donc au delà de la raison, la foi en un principe créateur, que certains Maçons iront jusqu’à nommer, d’autres en resteront a un principe générique de Grand Architecte de l’Architecte, si l’excipient change le principe actif est le même. D’autres Maçons resteront sur un plan humain, plus sociétal, plus terrestre, en revendiquant une « spiritualité laïque » nourrie par la pratique de vertus humanistes. Tout fait d’excellents Maçons, c’est la vraie universalité Maçonnique peu commune dans notre monde d’affrontements.

 

Tous ces Frères se situent entre Platon et Aristote à des degrés différents, le tableau de Raphaël sur l’Ecole d’Athènes suffit presque a différencier les deux hommes et les Frères en Maçonnerie. On y voit Platon l’index dressé vers le ciel, et Aristote la main tendue à l’horizontale, signe de son attachement à la terre.

Le Franc-Maçon suivant son degré d’initiation se situe surement entre les deux. Il reconnaît et admet son humanité, il a soit des aspirations  vers le céleste, soit des inclinaisons à plus de réalisation sur terre, ou il y a tant à faire, et il n’y a aucune incompatibilité entre les deux. Je ne fais pas là de l’eau tiède, c’est simplement constitutif de ce que nous sommes, conscient de nos allers et retours incessants le long du fils à plomb, de notre volonté de parvenir à la quadrature du cercle.

 

Pour revenir à la philosophie, celle de Platon et de son maître Socrate est descendue du ciel sur la terre. Ce fut une période de haute spiritualité, puis cette philosophie « c’est dégradée » pour certains, c’est séparée de la foi ou de la croyance pour d’autres, se détachant peu à peu de sa spiritualité, pour s’attacher à la raison, au raisonné, au raisonnable, premiers pas vers une certaine modernité, dans la ligne aristotélicienne.

 

Les sujets de prédilection de Platon ont été le beau, le bien, le vrai, Aristote lui a préféré les sciences, ce dernier a montré un attachement particulier à la nature, c’est peut être là leur point de convergence vers le céleste, la main tendue d’Aristote vers le doigt de Platon.

 

Cette opposition du céleste et terrestre pourrait être symbolisée par l’épaisseur d’une feuille de papier transparent.

Le Franc-Maçon sait que tout ce qui est bas est semblable à ce qui est en haut. Alors sur ce principe énoncé dans la célèbre table d’émeraude comment pourrait il y avoir une opposition entre le céleste et terrestre ? Il convient d’y voir plutôt une complémentarité, une harmonie, quand les mains et les doigts se rejoindront, tous les hommes seront Frères et reconnus comme tels.

 

JF.

 

 

 

(1) Je tiendrais à part la philosophie antique, cette philosophie ou les philosophes vivaient leur philosophie.

Commenter cet article

JF 08/10/2017 09:46

Commentaire de GE
Qu'est ce que Dieu ? Ne serait-ce pas aussi une façon de nommer l'imprononçable, une façon de définir l'indéfinissable ou même d'essayer comprendre l'incompréhensible ?
Ce qui n'a de début ni de fin, cette notion d'infini et même d'éternel ne rentre pas à mon avis en contradiction. C'est pour moi une notion tout autant complexe et incompréhensible..

Defacques Max 05/10/2017 08:30

bonjour
nous débattons aux sein de notre loge de la possibilité qu'il n'y ait pas eu de début comme il n'y aura pas de fin, seul effet sans cause, donc ni dieu ni grand architecte, ce qui ne nous impose pas de travailler sur le sociétal, les anciennes traditions face aux dernières théories scientifiques sont une mine de réflexions

et si possible dans tous ces posts, vérifiez l'orthographe

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog