Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
PARTAGES

PAROLES DE FRERES

                   C’est avec le cœur qu’on entrouvre les portes…

Que voilà une jolie fonction ! Le cœur ouvrant les portes, aplanissant les obstacles, les incompréhensions, traduisant en mots d’amour des oppositions le plus souvent stériles, afin de construire unité et fraternité. Le cœur écoute et voit, il ressent les ondes qui traversent les corps. « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux », dit le renard du petit prince d’A de Saint ex. Se sentir unique et donc précieux dans le cœur d’un ami de rencontre n’est-il pas chose exaltante et fondatrice de la meilleure part de l’histoire de notre vie ? Au fait « L’amour (n’est-il pas) la clé qui entrouvre la porte du bonheur ? »

 

Le cœur est le symbole de l’amour, mais il est également le centre de l’activité émotionnelle et spirituelle. La plupart des religions ont pointé le cœur comme symbole, tantôt de vie surnaturelle (Egyptiens), de siège des facultés de l’âme (Hébreux), de la demeure de Dieu (Musulmans). D’aucuns affirment encore que le cœur se situerait à un niveau supérieur englobant la totalité de l’être. Le cœur serait-t-il donc « aussi » le siège de ce qui touche au sacré ?

« Si l’homme fermait son cœur à l’iniquité, elle n’aurait aucune issue pour pouvoir se glisser dans le monde» Parole de philosophe que je n’ai pas identifié. Voilà donc une affirmation capitale, certes, mais…quand le mal s’empare de l’individu, à son insu, et que son cœur se ferme juste après, derrière cet envahissement, il se ferme à l’autre, son cœur se ferme et ce lierre meurtrier répand son venin jusque dans l’outrance et la déraison. Or si le mal est rentré, il peut également être refoulé. Pour ce faire il faut apprendre à le reconnaître, qu’il se nomme iniquité, égocentrisme, lâcheté, afin de mieux le traquer et l’expulser. Nous pouvons fermer nos cœurs aux sollicitations iniques, aux funestes projets. De même que nous pouvons les ouvrir dans un élan d’amour constructif et pérenne.

 

Le cœur possèderait ainsi des portes (selon Marie Lise Labonté) je la cite : « Ses portes vibratoires (les portes du cœur !) Donnent accès à un puits d’amour intarissable, et l’ouverture de ces portes nous apprend à discerner ce qui est juste ». Le cœur est le siège du subjectif, de l’élan, de la passion, des émotions. Le cœur « déraisonne » parfois et il convient donc de lui apprendre à s’ouvrir... Et ce n’est point chose aisée ! Il faut du temps, il faut user de silence et apprendre à écouter ! Puis apprendre à déceler les idées qui se cachent derrière les mots pour construire solidement, flanqué de racines épaisses et prospères, et pour s’élever pierre après pierre, jusqu’à reconnaître la porte altière, la troisième porte, celle dotée de la clef ouvrant sur l’invisible, cette clef des résolutions fondatrices du plus ambitieux des projets : l’empathie ambassadrice d’amour et de liberté.

Mais Il faut donc d’abord tuer l’égo ! Il faut être en capacité de reconnaître sa paranoïa et la soigner, taire le « moi je », apprendre l’humilité, ne pas s’arroger gloire et beauté, ne plus penser à soi en première intention, accéder à l’apaisement pour jouir d’une libération. Les émotions négatives pourront alors disparaître, possession, besoin de reconnaissance, primauté, jalousie…auront laissé la place à l’homme nouveau qui pourra dès lors se mettre en marche. Il entrouvrira la porte, et en la franchissant, il s’engagera résolument et durablement sur le chemin de vérité.

 

“Frapper et l’on vous ouvrira”…Pas si simple !

La porte évoque le mystère, un rite de passage, de naissance, vers un monde inconnu. Elle est invisible pour quiconque ne sait voir et écouter. Et puis elle semble infranchissable, elle est gardée, protégée, ce qui signifie que le passager doit être reconnu digne avant que d’espérer franchir cette frontière sur un inconnu tentateur. Comment se rendre digne de ce franchissement ? Certainement pas sur des critères d’apparence, de paraître. Non le passager doit oser le dépouillement, l’humilité, mettre à bas ses certitudes pour être reconnu apte. Cependant, et même si le gardien consent à laisser passer, encore faut-il être prêt pour cet engagement. Pour cet accostage sur les rives d’un monde invisible parsemé d’épreuves, car cette aventure nous entraîne à la découverte de nous-mêmes, à la rencontre de l’être authentique niché au tréfonds de notre cœur, cet être réel qui se révèlera également la clé des autres portes qui s’ouvriront au fur et à mesure de notre construction jusqu’au jour du parachèvement, jusqu’au jour où nous franchirons l’ultime porte…

 

C’est avec le cœur qu’on entrouvre les portes. Dès lors que l’on aura appris à ouvrir celles de son cœur, alors toutes les autres portes s’ouvriront. Alors les murailles de l’incompréhension et de la haine pourront disparaître pour que se répande des messages d’amour et de tolérance.

La beauté vraie est dissimulée à celui qui ne cherche pas, qui ne veut pas la voir, mais si l’on regarde avec son cœur, porté par un sentiment d’amour et de partage, alors les portes s’ouvrent, alors nous voyons clair, alors nous serons en mesure de poursuivre plus fort, plus vrai, notre quête.

L’être vrai se construit en donnant une place prépondérante à son monde intérieur au détriment des mille futilités qui avilissent ses pensées et ses actes au quotidien et il demeure libre. Il conserve cette liberté intérieure parce qu’il est en harmonie avec le monde. Dès lors il pourra susciter le développement d’un processus empathique et provoquer des réactions en chaîne, promouvant la voie du consensus garante de liberté, d’égalité et de fraternité.

Ce regard apaisé porté sur le monde, sur les êtres et les choses est un petit miracle pourvu que resplendisse un jour « l’image de soi dans le regard de l’autre ». Mais, n’est-ce pas Cher Antoine, « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».

Liberté Intérieure

En conscience je promets de chercher l’harmonie

Comme la nature dispense sans compter ses trésors

Je m‘en vais de ce pas déceler les accords

Qui seront les ferments de ma nouvelle vie.

Je chercherai d’abord auprès de mes aînés

De quoi vêtir mon âme pour ne pas déchaîner

Les violentes passions qui entravent ma quête

Je fuirai les gourous, les menteurs, les prophètes

Les faiseurs de miracle, les marchands de bonheur

Je choisirai, paisible, ma route et mon labeur ;

Puis je regarderai par-delà mon miroir

Les êtres et les choses dont l’éclat a terni

Je leur demanderai de gommer le verni

Qui déforme mes pensées, qui m’attelle au perchoir

De la médiocrité ; Ainsi vont mes vœux, Pieux !

Pour libérer mon âme, gagner un paradis,

Elever ma pensée, et ordonner ma vie.

 

 

 

A force de chercher rencontrerai-je Dieu ?

A défaut de divin, j’y trouverai la Paix

Et la sérénité, la tranquille assurance

Que confère à l’esprit une bonne conscience

Quand on ose arracher, brûler le voile épais

Qui réduit notre champ, et nous prive d’existence.

 

Cela prendra du temps, une vie toute entière,

Le doute, omniprésent, enveloppera ma pierre

Et l’ouvrage sera plus ardu à polir.

Et puis tranquillement à force de fléchir,

A force de soumettre orgueil et volonté,

Des portes s’ouvriront sur de riches contrées

Et je contemplerai, ébahi, libéré,

Ce que le cœur a mis d’un élan impavide,

Ce que l’amour a fait, où tout semblait aride.

Alors s’établira la seule liberté,

La seule vérité qui console mon âme

En toute circonstance, ce pouvoir, ce grand art,

Qui fait ce que je suis, constitué et sans fard,

Qui devient comme un socle, ma lumière et ma trame.

Cette force colossale encore enfouie en moi

Qui sous-tend mes actions et dispose de mes choix,

Je la reconnaîtrai ; alors je serai libre,

Alors je serai Homme, tout suintant de Lumière

Etourdi et heureux, j’aurai l’âme qui vibre,

Et ces tressaillements, comme nos trois luminaires

Feront naître l’harmonie :

                                     Sagesse, Force et Beauté.

 

Requête, quête, et conquête


Je travaille sur ma pierre, si vulgaire, si rugueuse,
J'y mets toutes mes forces, et je frappe et je creuse,
Pour qu'elle polisse un peu, pour que j'y trouve grâce,
et, maladroitement, je passe et je repasse,
sur les angles tordus de ma quête impossible;


Je tente, exténué, d'appréhender ma cible,
la tâche est colossale, ma confiance vacille,
j'entraperçois alors que ce rêve est fragile
jusqu'au renoncement, et ma peine est immense.

Le martellement cesse autant que l'espérance.

Alors que mon esprit est fatigué de tordre,
alors que ma raison m'incline à ne plus mordre,
je sens monter en moi une force indicible,
une chaîne tendue vers un point invisible
dont je deviens le centre, et ce flux d’énergie
m'imprègne de courage pour qu’opère la magie ,
et la transformation; je redeviens maillon,
plus fort, plus sûr de moi, je tombe mon bâillon,
et j’écoute mon cœur qui entrouvre une porte

Et puis deux, et puis trois, j’entends que l’on m’exhorte

A libérer mon âme, et à fermer les yeux

Pour répandre à mon tour le message ambitieux

D’un amour éperdu, audacieux et fertile.

 

Puis la vie s’illumine, j’apprivoise l'espoir,
rogne mes certitudes, jusqu’à me faire croire,
que tout va s'arranger, que la profonde nuit
où s'enlisaient mes rêves, dans mon cœur s'est enfouie
pour qu'éclate de joie l'humanisme triomphant,
Et que nous conservions tous nos rires d’enfant.


Je veux croire en cela, bannir les portes closes,
m’éprendre de justice, défendre cette cause,
et répandre un message empreint de tolérance
et de cordialité, aiguiser tous mes sens,
et polir ma vertu, pour façonner ce temple
que mes yeux entrevoient, mais que l'esprit contemple...

 

Philippe Joubert- Avec son aimable autorisation.

Mojave Desert US par Joshua Sortino

Mojave Desert US par Joshua Sortino

 

PROPOSEE PAR : Rémy Le Tallec.
 

La chanson « Il fait soleil » a été interprétée par Jean-Roger Caussimon
et apparaît sur l'album Il fait soleil (1975)

 

De la chanson à la prière
Y a loin et cependant
À chaque matin de lumière
Je retrouve une âme d'enfant
Qui se recueille et s'émerveille

Je suis heureux, il fait soleil
Et pourtant

Dans ce journal que l'on m'apporte
Je pourrai lire, noir sur blanc
Les faits-divers, en lettres mortes
Tout ce flot de pleurs et de sang
Roule comme il roulait, la veille

Je suis heureux, il fait soleil
Et pourtant

Je suis libre, je bois, je mange
En prison, pleure un innocent
Sur la rive asséchée du Gange
Un enfant s'endort doucement
Sous l'œil sec du vautour qui veille

Je suis heureux, il fait soleil
Et pourtant

Notre seul pays c'est le monde
On y oublie, de temps en temps
Qu'ici et là, le canon gronde
Mais qui veut l'écouter, l'entend
Il suffit de prêter l'oreille

Je suis heureux, il fait soleil
Et pourtant

Que pour l'abîme, il appareille
Ce temps de misère et de mort
Où nos joies, de honte se payent
Et que je chante sans remords
Simplement, comme fait l'abeille

Pour tout le monde il fait soleil
Il fait soleil ! Il fait soleil
Soleil ! Soleil, soleil, soleil, soleil…

Commenter cet article

Evy 31/01/2018 14:36

Beau partage bonne journée

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog