Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
QUE LA JOIE SOIT DANS LES COEURS !

QUE LA JOIE SOIT DANS LES CŒURS !

 

Comme aime à le dire un de mes frères, je ne sais pas ce que c’est que le bonheur, il est sans doute inatteignable, inconnaissable, mais j’ai tant de joies déjà à être, à être avec vous, proche de vous. C’est comme la flamme de la liberté, a chaque fois ravivée dans mon cœur, en serrant vos mains, je repars plus fort vers moi-même, vers vous.

 

Notre frère Philippe nous donne cette semaine, un morceau de sa joie, à mettre dans notre cœur. Je ne sais pas s’il évoque, les chants qui montent des plantations de coton du nouveau monde, nourries par la sueur, les larmes et le sang, des enfants, des femmes, des hommes arrachés à leurs terres africaines, jetés à la mer de l’ile de Gorée où leurs cris résonnent encore. Mais c’est bon d’entendre cette explosion de joie, dans leurs cœurs d’hommes libres.

 

JF.

Et la joie explosa !

Des plaintes qui montaient des plantations honnies
On a vu ce matin des sans grades se lever
Puis on a entendu un cri sourd s’élever
Retentir par dessus les chênes endormis ;

Le grondement enflait, magnifique et immense
Les femmes et les enfants s’étaient remis debout
Les hommes poings levés et se tordant le cou,
Incrédules et graves, appréhendaient leur chance;

Ils étaient innombrables attendant le discours
Qui les libéreraient de leurs fardeaux si lourds.
De timides sourires illuminaient leurs faces
Tandis que s’estompaient des craintes plus tenaces.

Alors que la rumeur s’élevait jusqu’aux nues
On pouvait à présent par delà la cohue
Au dessus de la cime des chênes centenaires,
Distinguer l’orateur de tous ses congénères ;

Il se tenait très droit bras tendus cœur ouvert
Solennel et bruyant il leur rendait justice ;
Un pasteur dans un coin accompagnait ce fils
Et ses larmes d’espoir ensemençaient la terre ;

La lumière surgissait du tréfonds de la nuit

Et puis, soudainement, il n’y eu plus un bruit

La voix de l’orateur s’éleva, solennelle,
Et l’histoire gravait en ces instants sacrés
Des siècles d’espérance sur ces terres rebelles;

Le Président se tut et la joie explosa !

 

Philippe Jouvert.

Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

 

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog