Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
ITINÉRAIRE ÉCOSSAIS

ITINÉRAIRE ÉCOSSAIS

 

Rennes le 19 septembre 1986- 18h 30. Le soleil commence a décliner, je lève les yeux, je peux lire sur cette pancarte proche de l’hôtel : Boulevard de la Tour-d’Auvergne, boulevard de la T A comme disent les Rennais. Je tourne à gauche rue Thiers, c’est là un bâtiment à la façade étrange, des dessins et inscriptions qui font penser à l’Égypte ancienne. C’est le temple maçonnique de la « Parfaite Union. » Cette loge est une des plus anciennes de France. Je serais ce soir-là initié aux mystères de la franc-maçonnerie, dans la loge Kalédonia.

 

J’ignorais à l’époque qu’un triangle était en train de se construire entre Théophile, Malo, de la Tour-d’Auvergne-Corret ce militaire français premier grenadier des armées françaises, celtisant à qui l’on doit probablement les mots menhirs et dolmens, écrits dans son livre Origines gauloises. Ce breton natif de Carhaix fût franc-maçon membre du Grand Orient de Bouillon travaillant au rite écossais ancien et accepté. Ce qui nous rappelle, la croisade de Godefroy de Bouillon (voir article sur le site lafrancmaconnerieaucoeur.com du 25 août 2015)

 

La deuxième partie du triangle la loge Kalédonia qui portait le N°177 au registre de la GLNF aujourd’hui en sommeil. Kalédonia ce pays des caledones, du Brittonique Caleto dur comme la pierre et du Breton Kalet. En fait Kalédonia est l’ancien nom de l’Écosse.

 

Quelques années plus tard, 20 ans, après avoir taillé ma pierre, ma pierre cubique à pointe, tracé les plans, je mettais à nouveau mon tablier dans la région d’Auray, proche du tas de cailloux, c’est-à -dire de Carnac, le troisième côté du triangle se refermait.

 

 

Auray le 1er mars 2008- Des frères du rite écossais ancien et accepté inspirés par le lieu et le grand architecte ont posé la première pierre de la loge les Mégalithes. Une nouvelle loge  du rite naissait 103 ans après la loge la Solidarité Bretonne qui ouvrait ses travaux près du port de Saint-Goustan et qui pour des raisons pratiques, s’installa peu après à l’Orient de Lorient.

Des nouvelles pierres se dressaient démontrant le caractère sacré et universel du lieu. La tradition celte donne à ses pierres levées un triple caractère.

 

Le premier cosmique ; comme une projection du ciel sur terre, avec un rapport direct entre le soleil et la lune, les hommes d’alors, vivaient en fonction des rythmes solaires, lunaires, solsticiaux et équinoxiaux. Ces pierres levées symbolisent la verticalité, comme un axe, entre terre et ciel.

 

Sur le plan spirituel et évocatoire ces pierres sont aussi la maison des anciens, elles témoignent de la tradition. Ces anciens qui ont le devoir, d’ensemencer, de transmettre, d’éveiller la spiritualité des jeunes générations. Ces pierres prennent alors une autre dimension brisant l’espace et le temps entre les vivants et les morts, elles sont les maillons d’une chaîne d’union fraternelle.

 

 

Ces pierres levées ont aussi un rôle initiatique, elles posent des questions, peu importe les réponses ! Elles éveillent notre conscience, nous obligent à ouvrir notre esprit, notre cœur à atteindre notre âme.

 

 

Les paysans bretons avaient pour habitude de dire que leur pierre grossissait.

 

Ces pierres sont toujours vivantes, la tradition celte rapporte quelles vont : « Bouger, virer, trembler. » En Bretagne chacun a près de chez lui : « Une pierre qui vire, une pierre qui tremble, une pierre qui chante. »

Des légendes disent même que ces pierres sont tombées du ciel, comme des cendres, que mêlées à la rosée céleste elles peuvent servir à la construction d’un temple mystérieux où règnent l’harmonie et l’amour. Il faudra du temps pour construire ce temple, les ouvriers devront manier la truelle qui étale le ciment de la fraternité et l’épée de justice qui met de l’ordre dans le chaos.

 

 

La petite mer, le Mor Bihan a entrepris de faire classer au patrimoine de l’UNESCO toutes ces pierres éternelles, pour leur donner un caractère universel. Yves Coppens le plus célèbre de nos paléontologues français, découvreur de Lucy en 1974 et natif de Vannes parle ainsi de ces pierres : « Tous ces alignements sont des temples, tous ces dolmens, et tumulus sont des sépultures. » Il fallut une société, riche, puissante, évoluée et organisée pour ériger toutes ces pierres, parfois gigantesques.

Yves Coppens dit encore cette région n’a pas été choisie au hasard, elle a été choisie parce qu’elle était sacrée.

Yves Coppens dit enfin, ces paroles que chaque franc-maçon peut faire siennes : « S’interroger est de toute façon plus intéressant que de savoir ! »

 

Ce n’est donc pas par hasard que je mets régulièrement mon tablier de travail, à quelques pas de ces pierres levées.

 

JF.

 

Source : Le journal du département du Morbihan Juillet /Août/Septembre 2018.

Réflexions personnelles.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog