Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
LES FRANCS-MAÇONS ET LES JAÏNS

LES FRANCS-MAÇONS ET LES JAÏNS

 

Il n’y a rien à voir, circulez disait Coluche, aucune similitude entre les Jaïns et les francs-maçons pourtant !

 

Les Jaïns sont plusieurs millions en Inde, surtout présents en Inde du nord. Leur doctrine ne franchit pas le seuil de la divinité, c’est donc un art de vivre, une philosophie, ce n’est pas une religion qu’ils pratiquent.

 

Le Mahavira, le fondateur est en réalité le 24ème et dernier des sauveurs Jaïns, comme le détenteur d’une règle a 24 pouces signifiant les 24 heures du jour rien à voir avec la franc-maçonnerie.

 

Les sauveurs Jaïns les Tirtankhara sont des « faiseurs de passage de fleuve. » Ils sont des facilitateurs de passage de la matière à la spiritualité, ils ont le corps et le sang blanc, couleur de pureté, pourtant ils n’ont ni gants blancs, ni tablier comme les francs-maçons.

La lumière traverse leur corps, comme elle traverse les temples et les cathédrales de l’esprit.

 

Ils sont représentés debout, à la verticale dans la position contraire à celle des cadavres, ils sont plus radieux que jamais, les bras le long du corps en parfait équilibre, dans la position du Yoga dite de relâche du corps. Ils s’élèvent pour accueillir la lumière de l’esprit, rien à voir bien entendu avec le maître Hiram redressé face à la Lumière.

 

Parsva, leur premier faiseur de passage de fleuve comparable au Bouddha à bien des égards avait un double noir, un frère sombre portant le nom de Kamara. Cela n’a rien à voir avec le pavé mosaïque de la loge maçonnique, mais symbolise le combat de l’ombre contre la lumière.

 

La philosophie Jaïn a peut-être inspirée Leibniz, l’auteur du calcul infinitésimal qui posa le principe de continuité dans la nature. Selon lui il y a involution, jusqu’à la mort, passage par un degré zéro de conscience, renaissance et évolution, il n’y a pas de coupure dans le cycle naissance, vie, mort renaissance. C’est un cycle de régénérations successives pas de rupture de conscience.

 

Cette philosophie est semblable à la celle des Jaïns les faiseurs de passage de fleuve, on change, on évolue, vers états supérieurs de l’être. Strictement là encore rien à voir avec l’initiation maçonnique et ses diverses étapes de graduation de la conscience !

 

Pour les Jaïns un héros suffisamment initié peut devenir un rédempteur, voir le rédempteur du rédempteur, sur ce principe que les dieux ont besoin des hommes pour exister.

 

Il y aurait donc selon eux une possibilité d’évolution continue de la conscience de l’homme et de l’univers. Rien à voir encore avec la franc-maçonnerie qui croie en l’évolution, au perfectionnement de l’homme, et que ce perfectionnement, abouti à celui de l’univers entier, pour une conscience universelle élevée, menant à l’harmonie.

 

Pour les Jaïns les plus petits atomes sont sensibles et s’agrègent entre eux pour former l’individu, qui possède deux corps un corps terrestre et un corps de transfiguration. Ils ont donc un respect strict pour la vie qui pour eux s’étend dans les moindres particules vivantes, ils sont des végétariens intransigeants, ils vont jusqu’à porter des masques pour ne pas absorber les minuscules insectes.

 

Dans la société les Jaïns ne participent pas à la vie politique, ils ne sont pas pour autant absents dans la cité, ils sont de grands industriels, des entrepreneurs, des mécènes respectés pour leur rigueur morale exemplaire et leur tolérance. Rien à voir là encore avec les francs-maçons !

Les Jaïns sont en quelque sorte les protestants de l’Inde.

 

Je ne sais pas si les Jaïns sont des faiseurs de passage de fleuve du moins reconnus comme tels en Inde. Mais ils auraient sans doute chez les francs-maçons obtenus l’autorisation de franchir le pont, de passer le fleuve. Finalement il y a peut-être quelques similitudes entre l’initiation maçonnique et le Jaïnisme.

 

JF.

Le jaïnisme ou jinisme (du sanskrit : जैनमतम्IAST : jainamatam de Jina, « vainqueur » et mata « doctrine ») est une religion qui aurait probablement commencé à apparaître vers le xe ou ixe siècle av. J.-C.. Le jaïnisme ou dharma jaïn compte près de dix millions de fidèles dans le monde, ascètes et laïcs confondus, en majorité en Inde (30 000 en Europe et 100 000 aux États-Unis.

Le but de la vie pour les jaïns est le même que pour l'hindouisme, le bouddhisme et le sikhisme : l'adepte doit atteindre l'illumination menant à la fin des transmigrations de son âme appelée moksha ou nirvana. L'humain doit sortir du flux perpétuel de ses transmigrations : le samsara, par des choix de vie appelés vœux dont le premier, qui mène à tous les autres, est celui de l'universelle non-violence nommée ahimsâ ; la méditation et le jeûne sont aussi des pratiques jaïnes. Les Maîtres éveillés, guides spirituels de cette religion dénommés les Tirthankaras (en sanskrit « les faiseurs de gué ») ont enseigné avant notre ère les principes du jaïnisme. Le terme de chemin de purification est utilisé de nos jours pour décrire la route que doit suivre le pèlerin afin d'atteindre cette illumination

Source WIKIPÉDIA

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog