Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Absence

Absence

EN FORME D’EXCUSE.

 

 

Chaque franc-maçon, a promis d’être assidu aux travaux de sa loge, il en est membre à part entière pas occasionnellement, il sait que l’initiation est longue, que nul ne peut s’initier sans le concours de ses frères, c’est dans sa loge que lui seront transmis les secrets, les valeurs que chaque jour il devra pratiquer en dehors de sa loge, quand il aura franchi les portes du temple.

 

C’est donc un devoir de participer aux tenues régulières, cela fait partie de l’ascèse maçonnique, qui permet de devenir initié. L’initiation est commencement, évolution, métamorphose lente, il faut obtenir par le travail, la liberté de passer d’un état à l’autre, de l’avoir des apparences à la réalité de l’être intérieur. Cette mutation n’est possible que dans le creuset de la loge, avec l’aide de ses frères. Nos rituels sont assez précis sur l’assiduité et le travail en loge « malheur à ceux qui acceptent des tâches en sachant qu’ils ne pourront les assumer. »

Lors des cérémonies initiatiques à chacun, il est demandé un engagement solennel devant les frères, mais surtout vis-à-vis de lui-même, malheur à ceux qui ne respectent pas leur serment.

 

Bien sûr il est des circonstances ou l’absence se justifie, mais c’est toujours une souffrance pour les frères présents de constater une absence, la colonne en est ébranlée, fragilisée, tout comme la chaîne quand il manque un maillon.

 

Dans l’ancien temps on ne pouvait être absent qu’en justifiant un éloignement dans l’espace de son chantier, ou la nécessité impérieuse de travailler sur un autre chantier, souvent pour y être le représentant de sa loge. Le frère juste et fidèle aura donc toujours à cœur de présenter à son Vénérable Maître sa demande d’excuse, sous la forme écrite en justifiant son absence, il y joindra son obole.Seul le Vénérable appréciera si la demande d’excuse peut être recevable. 

Les règlements généraux de certaines obédiences prévoient de différer les progressions initiatiques des frères trop souvent absents, cela est juste car ils n’auront pas reçu les clés nécessaires à leur progression initiatique.

 

Notre frère poète nous propose une demande d’excuse en ce début de semaine, puisse-t-elle inspirer les vôtres, quand vous serez éloigné de vos frères.

 

JF.

EN FORME D’EXCUSE.

 

 

Planche d’excuse 

 

De profanes raisons, me tiennent éloigné

De vos travaux ce soir ; j’en suis bien attristé

Mais ne puis renoncer à ces obligations.

 

Je souhaite que la tenue soit intense et parfaite

Que les récipiendaires par cette initiation

Soient touchés au tréfonds de leur prochaine foi ;

 

Qu’ils encrent à tout jamais ces instants, cette fête

Dans leur mémoire émue, car la première fois

Est empreinte toujours d’une telle intensité

Qu’elle devient le socle, la référence première

De nos quêtes sacrées ; l’abondance de lumière

Au sein de l’édifice, de ce Temple sacré 

Agit comme un marqueur, toute la vie durant.

 

Mais vous leur direz bien comme à chaque réception

L’émotion de leurs frères de leur nouvelle famille

Qui n’exclut aucun membre, aucun de ses enfants

Vous leur direz ces mots avec cette conviction

Que chaque nouveau maillon, à l’heure ou tout vacille

Nous rapproche du faîte de nos temples d’éveil

Du terme de nos quêtes où les yeux s’émerveillent.

 

Voici donc mon obole, faites en bon usage

Vous me pardonnerez cette trop longue page

Pour dire mes regrets d’être éloigné de vous

Dire toujours, dire encore ce que d’autres ont dit

Avec plus de panache avec moins d’interdits

Car j’ai l’âge de raison où l’on se tord le cou

Pour décrypter encore des symboles le sens.

 

Bon ça y est cette fois c’est la bonne j’ai dit !

 

Philippe Jouvert

 

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

ACTUALITÉS

Les deux Loges de la Grande Loge de France à Lorient organisent une conférence publique. La Loge la Solidarité Bretonne crée en 1905 à l'origine à Auray est une des plus anciennes Loges de la Grande Loge de France en Bretagne, elle témoigne de la vivacité de la Franc-Maçonnerie en Bretagne sud. L'Union Juste et Parfaite est sa fille.

JF

Conférence de la Grande Loge de  France à Lorient 56100

 

 

                Le jeudi 6 décembre 2018

     

        Le lieu : Salle AGORA-COURBET

        8, rue Amiral Courbet

           Lorient 56100

                      L’heure : 18h 30

            Entrée gratuite 

 

                 Charles-Bernard Jameux

 Écrivain, Poète, Franc-Maçon de la Grande Loge de France,   Ancien Grand-Chancelier de la Grande Loge de France

 

                               Présentera :

     « La Franc-Maçonnerie au XXIème Siècle. »

    Humanisme, Initiation, Spiritualité

 

       Contacts :secretaire@ujp.fr

                secretaire@solidaritebretonne.fr

Charles-Bernard Jameux

Charles-Bernard Jameux

 

 

 

A PROPOS DE CHARLES – BERNARD JAMEUX

 

Charles-Bernard Jameux fut l'élève de Jean Mitry et de Léopold Schlosberg à l'I.D.H.E.C. (actuellement la FEMIS) et a participé aux activités collectives du surréalisme de 1964 à 1969.

Il fut rédacteur en chef de Points de Vue Iniatiques de 1989 à 2001 et Grand Chancelier de la GLdF de 1998 à 2001. Il est directeur de la collection "Pierre Vivante" aux Editions Dervy-Trédaniel.

 Il est aussi auteur des ouvrages

"MURNAU", Editions Universitaires, 1965 (Réédité aux éditions du Cerf-Corlet, 2006)

"Le surréalisme" Collaboration à l'ouvrage collectif. Entretiens du colloque de Cérisy-la-Salle, Editions Mouton, 1968

"Le vaisseau de feu" Chez l'auteur, 1980

"Souvenirs de la maison des vivants" (A.G. Editions, 2008)

"Lieux communs, poèmes" (Editions du Nouvel Athanor, 2011).

"Le livre de la franc-maçonnerie" (Collaboration à l'ouvrage collectif.A paraître chez Bouquins, Editions Robert Laffont).

Source : BAGLIS VIDEO

EN FORME D’EXCUSE.

 

 

NOTE ÉDITEUR

Connu pour ses travaux sur l'origine de la franc-maçonnerie spéculative dans l'ancien « art de la mémoire », Charles B. Jameux revient tout d'abord sur les étapes de sa recherche : une jeunesse troublée par une généalogie familiale délibérément opaque, une adolescence marquée par l'adhésion au mouvement surréaliste d'André Breton, une découverte à 34 ans de la franc-maçonnerie. Cette dernière apportera bientôt à l'auteur, dont l'interrogation majeure est la relation de l'homme au temps, une réponse éclairante : la voie du franc-maçon, désormais orientée vers la mise en oeuvre du vrai, du bien et du beau, repose principalement sur la dimension d'universel et d'intemporel en germe dans chaque individu. Mais cette quête, pour ne pas rester lettre morte, dépend du recours à la méthode propre à la franc-maçonnerie, le symbolisme. Cet examen conduit donc Charles B. Jameux à retracer l'histoire de l'apparition des symboles maçonniques. Écartant clairement toute filiation historique directe depuis l'Antiquité, l'auteur rattache le symbolisme maçonnique à l'ésotérisme traditionnel, mais en le distinguant bien, preuves datées à l'appui, de la première apparition documentée connue d'un symbole purement spéculatif, le temple de Salomon. Celui-ci apparaît en 1637 en Écosse, mentionné dans le « Mot du maçon », dans le milieu calviniste presbytérien. Le mystère des origines culturelles et historiques de la maçonnerie moderne se dissipe ainsi peu à peu.

EN FORME D’EXCUSE.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog