Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
COMMENT FAIRE ?

COMMENT FAIRE…

 

 

C’est une question d’actualité, il faut peut-être faire simple, et s’inspirer des sagesses anciennes.

 

JF.

 

 

 

Quatre vertus

 

Comment traverser les courants passionnés ?

 

Comment franchir les océans ?

 

Comment être capable d’abandonner la souffrance ?

 

Et comment obtenir la pureté ?

 

Alors l’Honoré du Monde récita une stance :

 

C’est par la foi que l’on peut traverser les courants.

 

C’est en faisant diligence que l’on franchit l’océan.

 

C’est par l’énergie que l’on peut rejeter la souffrance.

 

Et c’est par la Sagesse que l’on obtient la pureté.

 

Paroles du Bouddha.

COMMENT FAIRE ?

 

La Tempête

 

La tempête s’est levée, l’orage a retenti.
Du tréfonds de la nuit, une clameur immense
A tonné, fantastique, d’une rare puissance,
Nous nous sommes levés un peu au ralenti

Nous contemplons hagards les Vagues gigantesques
Qui soulèvent l’écume et creusent des abîmes
De bruit et de fureur dans ce décor dantesque.

Ô nuit désespérante, furieuse et sublime
Les enfants sont debout, le nez à la fenêtre,
Ils scrutent alentour, la peur vissée au ventre.

Le ciel s’illumine découvrant tous les antres
Dérisoires refuges rongés par le salpêtre.
Nous sommes si nombreux contemplant la fureur
Des anges de la nuit qui répandent le malheur.

Par-delà mon rempart crasseux et dérisoire
J’entraperçois un mât ; la frêle embarcation
Se brise sur les flots, sublime altercation,
Avec les éléments, ultime réquisitoire.

Des marins apparaissent sur la crête d’écume
Et puis ils disparaissent avalés par l’eau noire,
Leurs mains montent au ciel et déchirent la brume
Leurs visages sont tordus par la peur et l’espoir.

Je regarde impuissant n’osant porter secours
Cloitré en mon refuge, sans détourner les yeux
Ils sont si terrifiés implorant tous les dieux
De leur venir en aide dans un geste d’amour.

La tempête assassine redouble de puissance
Et les eaux furieuses engloutissent l’espoir
On ne voit bientôt plus que l’écume qui danse
Comme une ultime farce au sommet des flots noirs.

 

Philippe Jouvert.

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog