Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
AU SECOURS MOZART

AU SECOURS MOZART !

 

 

Il y a 263 ans en 1756 Mozart venait au monde, sa musique allait l’envahir, passer les frontières de son pays, de l’Europe, l’art ne s’impose aucune limite. Il y a 63 ans en 1956 Albert Camus signait sa dernière chronique dans l’express, il rendait un hommage à ce franc-maçon, témoin et acteur de l’universel.

 

Il n’est pas inutile à l’aube des interrogations qui assaillent notre quotidien de regarder la grandeur de l’Europe plus que ses faiblesses, cette vieille dame respectable à quelques rhumatismes, quelques blocages, mais est encore un foyer culturel rayonnant dans le monde.

Il nous faut avoir le courage nécessaire pour puiser en elle ce qu’elle a de meilleur, sans oublier le pire qui reste à combattre, elle n’est pas qu’une affaire de boutiquiers.

 

Il nous faut faire vivre la mémoire, pour vivre ensemble, renoncer parfois à nos petits privilèges, pour garder celui de pouvoir vivre ensemble dans la paix et l’harmonie, continuer a élever l’homme vers plus de justice et d’humanité.

 

JF.

AU SECOURS MOZART

 

Extrait de la Chronique d’Albert Camus parue en 1956dans l’Express :

 

« Quand le monde fléchit autour de soi, quand les structures d’une civilisation vacillent. Il est bon de revenir à ce qui, dans l’histoire, ne fléchit pas, mais au contraire redresse le courage, rassemble les séparés, pacifie sans meurtrir.

 

Il est bon de rappeler que le génie de la création est, lui aussi à l’œuvre dans une histoire vouée à la destruction. L’Europe contestée aujourd’hui dans sa puissance mécanique, imitée pourtant dans ce qu’elle à de pire par ceux-là mêmes qui l’assiègent, n’a jamais été contestée ni égalée dans ce qu’elle a de plus grand, et qui rayonne dans l’œuvre de Mozart. » (…) ni les machines, ni la puissance matérielle, ne sont créatrices par elles-mêmes. Elles préparent sans doute la création, quand elles ne la tuent pas. Privées de grands artistes, pourtant, les sociétés ne peuvent longtemps dominer : elles ne règneront jamais. »

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog