Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L'INITIE

L’INITIE

 

 

Définir l’initiation maçonnique est un exercice périlleux. Elle est à la fois individuelle et plurielle. Beaucoup d’auteurs en « maçonnologie »sont des spécialistes de la dissection, de l’analyse universitaire, ils coupent en deux, puis en quatre et ainsi de suite, et ils s’avèrent incapables de réunir ce qui est épars, ce sont les intellectuels de la maçonnerie, le souffle, la sève ne résiste pas au bistouri. Comme les mots vrais manquent, ils remplissent  les bibliothèques de mots substitués, asséchés, qui dorment enfermés.

 

Paradoxe quand l’initiation prétend être une méthode de l’éveil, de l’essor, de l’homme intérieur. Essayer de définir un secret relié au sacré et qui ne se manifeste que dans l’intime, dans le vécu, c’est aborder les rivages d’une île, sans rapprocher sans jamais la connaître. C’est faire un tour de l’horizon, voir de loin, sans regarder, sans jamais marcher sur le rayon de lumière qui mène au centre du cercle. Vivre l’initiation n’est pas forcément la dire, c’est au plus la ressentir, quels sont vos impressions, vos sentiments ma sœur, mon frère, les vôtres !

 

Si l’on est dans de bonnes dispositions, pour saisir la clé qui nous est donnée, c’est seul à force de travail de persévérance que nous pourrons ouvrir la porte qui mène à l’intérieur de nous-mêmes, c’est seul que nous pouvons libérer notre être intérieur, le faire vivre en soi, et, espérer parfois l’extérioriser. C’est peut-être cela être un initié.  

 

 

Je regarde donc les effets, les conséquences de l’initiation sur les initiés, et c’est une joie qui embrase le cœur. C’est comme ce rayon de soleil qui pénètre par ma fenêtre le matin et viens s’asseoir près de moi, il me donne le baiser fraternel de l’aube.

Les chefs-d’œuvre ne sont rien face au visage de mon frère où l’initiation a creusé les rides, des vallées de la sagesse. L’illumination de l’initiation a déposé dans ses yeux la douceur de l’amour fraternel, comme un papillon bienveillant qui se pose sur le bord de la fleur, pour boire dans son Graal la rosée céleste.

 

Ces dans les yeux lumineux de ma sœur, de mon frère que je discerne la flamme de l’initiation, qui brûle dans la nuit des ténèbres et annonce l’arrivée de la grande lumière. C’est donc là que se trouve le mystère de l’initiation, dans l’initié et elle fait sa trace sur lui.

 

Jean-François.

Attention plusieurs abonnés m'ont signalé que les mails des articles étaient systématiquement mis dans leurs spams ou indésirables.

Si vous souhaitez recevoir autrement les articles merci de m'écrire à l'adresse suivante:

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

Avec les vieux mots

 
 

Avec les vieux mots
Les anciennes rimes
J’arrive trop tôt
J’arrive trop tard
J’arrive trop tôt
Pour casser la lime
J’arrive trop tard
Pour prendre ma part
Ma part c’était toi
Ma part c’était elle
C’était vous trois fois
Nous quatre et vous deux
Ailleurs c’est à toi
Que je suis fidèle
Je vieillis pour deux
Je m’importe peu

Je guette ma saison
Du coin de l’oeil
Je n’ai pas de maison
C’est mon orgueil

Je refais des jeux
Que j’ai vu refaire
Quand je nomme Dieu
C’est à mon insu
Je fais des adieux
Mais c’est sur la terre
Par vice ou vertu
Rien ne m’a déçu
Loin dans la maison
Une jeune fille
Guette à l’horizon
Mon ombre et mon pas
Mais c’est sans raison
L’âme se gaspille
Paisse le veau gras
Je ne viendrai pas

Vous me croyez maison
Je suis dehors
Vous me voyez saison
C’est un décor

Il fait mil huit cent
Et c’est mon grand-père
On verse le sang
Comme les liqueurs
Tes yeux et tes dents
Diamants et rivières
Arrêtez ce coeur
J’ai peine et j’ai peur
J’ai peur de passer
Sans t’avoir fait naître
J’ai peur d’entasser
Tes noms sur les miens
Peine et peur d’aimer
Devant ta fenêtre
Et je m’en souviens
Tu n’en diras rien

Vous me cherchez maison
Je meurs ailleurs
Je quitte ma saison
À son meilleur

Avant d’inventer
Ma vie éternelle
Je veux m’acheter
Le cri d’un hibou
L’immortalité
Dort dans ta prunelle
Je n’ai plus beaucoup
Le temps ni le goût
Qui sème l’argent
Récolte la bombe
Va voir dans le champ
Si le foin est beau
Mets des fleurs aux gens
Loin avant la tombe
Tes prochains robots
Moins sots et plus beaux

N’était point ma saison
Les jeux sont faits
Tu sauras mes raisons
Si je m’en vais

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog