Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L’ALCHIMIE OU LA REGENERATION DU MONDE

 

Quand apprenti, les Maîtres de ma Loge m’ont dit :« 

 Notre Rite s’est inspiré de l’alchimie. » J’avoue avoir été surpris, j’ai vu par le soupirail d’une sombre cave, un vieillard à la barbe blanche s’agitant au-dessus de la fumée sortant d’une cornue où bouillonnait un mystérieux liquide, au milieu de vieux grimoires.

 

Cette image du chimiste farfelu cherchant la formule pour transformer le plomb en or, semble sortie d’une bande dessinée ou d’un film de sorciers pour enfants, ou des adultes regrettant leur enfance.

 

La pratique du Rite, m’a appris que l’alchimie met en scène un vaste processus cosmogonique de l’univers, une véritable régénération de l’homme. Que le vil plomb ne se transforme pas en un or vulgaire matériel, mais en or spirituel.

 

Dans le dernier numéro de la revue L’Initiation Traditionnelle (en accès gratuit par abonnement sur le net) Annie Delcros nous donne un article sur L’Alchimieinspirée fortement comme elle l’indique par le livre de Serge Hutin L’Alchimie paru aux éditions et qui est une référence en la matière si j’ose dire.

 

L’Alchimie processus de régénération de l’univers et de l’homme est bien à sa place dans l’initiation maçonnique, du cabinet réflexion caverne sombre, jusqu’au sanctuaire de l’esprit.

 

Quelques définitions inspirantes pour les adeptes de leur transformation, de leur métamorphose. Pour les praticiens de l’Art Royal, de l’Ars Magna, du Grand Art.

 

Par A. Savouret : « L’alchimie vraie, traditionnelle, est la connaissance des lois de la vie dans l’homme et la nature, et la reconstitution du processus par lequel cette vie adultérée ici-bas par la chute adamique a perdu et peut recouvrer sa pureté, sa splendeur, sa plénitude et ses prérogatives primordiales : ce qui dans l’homme moral s’appelle rédemption, ou régénération dans l’homme physique, purification et perfection dans la nature. »

 

Jacob Boehme, a lui, une vision je dirais lumineuse de l’alchimie :

« En traitant du soufre, du mercure et du sel, je n’entends parler que d’une chose unique et spirituelle ou corporelle ; toutes les créatures sont une chose unique, mais les propriétés la différencient quand je parle d’un homme, d’un animal, d’une plante ou d’un être quelconque, tout cela est la même chose unique. Tout ce qui est corporel est une même essence, plantes, arbres, animaux, mais chacun diffère selon qu’au commencement le verbe Fiat y a imprimé une qualité. »

 

Cela pourrait inspirer nos écologistes modernes. Je ne vous parlerais pas d’Hermès le trois fois grand et de sa table d’émeraude bien connue. Qui nous amène à considérer l’univers en entier et la place que nous y occupons. 

 

 

La vie de l’être humain est inséparable de celle de l’univers, cela forme un tout. On y trouve tous les principes présentés sous forme d’esprit, d’âme et de corps, symbolisés par les éléments de l’alchimiste  par le sel, le soufre, et le mercure. Quant au Grand Architecte il englobe tout.

 

 

 

Eckharthausen a une vision nocturne sur le sanctuaire. Il pense que l’alchimie est une véritable religion, dans le sens latin de relier, les éléments de l’univers par la force et le pouvoir illimité de l’esprit sur la matière. C’est la voie du perfectionnement de l’homme, son élan, son essor vers les hautes sphères de la spiritualité. Le franc-maçon suit cette voie en accomplissant un parcours progressif, fait de métamorphoses successives de son soi, chaque mort régénération au cours de cérémonies rituelles, l’élève peu à peu vers l’unification de son être.

 

Sans cesse il renaît comme le Phénix, pierre rouge qui renaît de sescendres est de même nature que ce qui l’engendre. C’est le principe de vie, identique au verbe divin.

Les alchimistes assimilent cette pierre rouge au Christ.

 

On peut partiellement établir un rapport, une analogie entre le processus alchimique et l’initiation maçonnique. La transmutation, après avoir transfiguré l’être humain s’applique à l’univers entier. L’adepte s’efforce de générer et de régénérer sans cesse l’homme revêtu de matière, en pelant progressivement ses aspérités, en le débarrassant de toute matière inutile à sa vie spirituelle. C’est la recherche de perfectionnement vers le beau, le bon, le vrai, l’Adam originel. Ce qui n’induit pas forcément une faute originelle, la culpabilité d’une chute. Mais un désir simple de bien, la pratique de la vertu disent les francs-maçons, le combat contre l’ego.

 

On peut alors contribuer avec toute l’humilité, la douceur, mais aussi la force, à contribuer à rendre meilleure l’humanité.

 

Jean-Francois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacob Boehme

Jacob Boehme

Jakob Böhme, ou Jacob Boehme, surnommé le Philosophus Teutonicus, né à Alt-Seidenberg (Görlitz) le , et mort le  à Görlitz (Silésie) est un théosophe allemand de la Renaissance, cordonnier de son état.

Située aux confins de la métaphysique, de la mystique et de l'alchimie théorique, son œuvre présente une forme d'ésotérisme chrétien, et permettra à la théosophie du xviie siècle d'acquérir ses caractéristiques définitives.

Sa doctrine, le behménisme, constitua l'une des principales sources d’inspiration des adeptes de l'alimentation végétale (végétarisme)

 

Sources WIKIPEDIA

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog