Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
ELECTEURS ET ELUS EN FRANC-MACONNERIE

ELECTEURS ET ELUS EN FRANC-MACONNERIE

 

 

La structuration des loges maçonniques se fait par l’intégration, l’affiliation volontaire de celles-ci à une obédience, entité juridique calquée sur les associations profanes souvent de type loi 1901, avec une particularité la fusion entre l’aspect administratif et l’objet de l’obédience ainsi le président de l’obédience a une double responsabilité de gestionnaire et Grand Maître chargé de la régularité de la pratique du ou des rituels, de la conservation des principes créateurs et de leur transmission dans leur pureté d’origine.

 

Les valeurs humanistes et spirituelles, éthiques se mêlent à la rigueur administrative donnant ainsi une harmonie à l’ensemble. Cela oblige au rejet des positions extrémistes, qui clivent, fracturent. 

L’obédience comme la franc-maçonnerie en général a pour vocation de réunir les hommes au-delà de leurs différences, puisqu’ils regardent dans la même direction, l’accomplissement, de l’unité de l’homme, le rendre plus humain et l’élever spirituellement en rejetant tous les dogmes.

 

 

C’est pourquoi le principe démocratique d’élection est fondamental, et doit être appliqué à tous les niveaux de responsabilité, à toutes les fonctions de l’obédience, suivant le principe maçonnique de mes frères me reconnaisse pour tel.

 

Pas de despote, de guide spirituel éclairé en franc-maçonnerie, pas de président à vie. Toute obédience soucieuse de justice et d’équité procède à l’élection de ses membres dirigeants. Les nominations conduisent à des dérives, à des hiérarchies d’honneur, à la distribution de médailles, symboles de la cordonite. Les frères finissent par ressembler aux anciens généraux mexicains ou à des sapins de Noël, c’est une maçonnerie d’opérette qui célèbre l’ego. Le corps maçonnique chargé de transmettre des valeurs se réduit alors à distribuer des médailles.

 

Ainsi donc le maître maçon est un électeur qui vote, par son vote il exprime sa liberté, acquiert son autonomie. C’est en conscience qu’il descend dans son propre cabinet de réflexion, pour décider en dehors de toute pression, de toute pulsion de son ego ceux qui seront les défenseurs de l’ordre maçonnique en général et de leur loge en particulier.

 

L’élu, pour une fonction, une charge, au sein de l’obédience, ne l’est pas pour faire une carrière maçonnique, il sait par avance que cela ne sera qu’une fraction, un fragment de sa vie. Il est à l’image du président d’une loge qui après avoir occupé la plus haute responsabilité, sera chargé de la plus humble des tâches, celle de gardien de l’entrée de la loge, il surveillera la porte d’entrée, dans certains rites il y a même un frère qui stationne pendant toutes les réunions sur le parvis du temple, empêchant les profanes de pénétrer dans l’espace sacré de la loge.

 

L’élu, est un chercheur de sagesse et d’harmonie, l’obédience utilise ses qualités, elle sait qu’il les mettra à son service avec humilité. Sa récompense sera de retourner en silence sur les colonnes de sa loge mère, cette loge dans laquelle il fera jusqu’à seuil de l’orient éternel les pas d’apprenti maçon, premiers pas initiatiques, démontrant que l’on peut vaincre son ego.

 

Les grades d’élus et leurs rituels pratiqués en loge de perfectionnement en particulier dans le Rite Ecossais Ancien et Accepté, sont à cet égard formateur. On y trouve : « le Maître élu des neuf, l’illustre élu des quinze, le sublime chevalier élu, le grand élu parfait et sublime maçon. »

 Je sais que ces titres qui paraissent pompeux agacent certains, c’est qu’ils en ignorent la symbolique et les charges et devoirs qui y sont attachés.

 

Cette méthode d’élection toute démocratique a été copiée, sur les sociétés profanes, et reproduite dans sa pureté dans les obédiences maçonniques, alors qu’elle subit une dégradation constante dans le monde politique, ou 50% des électeurs ne se rendent plus aux urnes, ayant pour résultat la contestation de la valeur de chaque élection, ou un parti politique au pouvoir, même s’il obtient 25% des voix, ne représente en réalité que 12% des électeurs ! 

Dans les convents maçonniques le pourcentage des votants est entre 85 et 95 %.

 

Jean-François.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog