Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
PAS D’EAU TIÈDE, NI DE LANGUE DE BOIS !

PAS D’EAU TIÈDE, NI DE LANGUE DE BOIS !

 

 

Les maçonnes et les maçons sont des sœurs et des frères, ils sont reliés entre eux par le ciment de l’amour fraternel, ce qui donne à la franc-maçonnerie un caractère universel. Il serait d’ailleurs un comble qu’il en soit autrement pour une institution qui prône la tolérance et cultive la fraternité dont elle veut faire une vertu maçonnique.

 

Ce lien qui réunit toutes les sœurs et les frères est si j’ose dire le minimum syndical, pour ces enfants de la veuve.

 

Jusque-là tout va bien et pour certaines et certains, cela suffit à donner du sens à leur engagement maçonnique et leur vie en général. D’ailleurs cet idéal de fraternité et de solidarité dans l’honneur et le respect des lois en vigueur dans le pays où l’on vit est déjà exigeant, demande des soins constants, la fraternité et la tolérance, ne sont pas des plantes sauvages, elles demandent de l’entretien, pour prospérer dans un monde où l’individualisme, le culte du matériel, des apparences nous asservit. Est-ce suffisant pour prétendre être un initié ?

 

La franc-maçonnerie serait donc un culte dévoué à la déesse fraternité, et ses nymphes, tolérance et solidarité et seulement cela ? Il existe des maçonnes et des maçons en recherche de contact et de convivialité qui vivent leur maçonnerie au rythme de la qualité des agapes partagées. Pour eux, le travail, sur eux-mêmes et en loge est accessoire. Ce sont souvent les mêmes qui pèsent les qualités de leurs sœurs ou de leurs frères suivant l’épaisseur de leur compte en banque, de leur statut social et bien sûr ils sont collectionneurs de cartes de visite.

 

 

Il y a aussi une autre fracture maçonnique entre les sœurs et les frères, dits spiritualistes et les humanistes. Y a-t-il une séparation si franche entre eux, j’en doute, ils sont tous des femmes et des hommes de bonne volonté.

 

La franc-maçonnerie moderne celle de 1717 ou quelques années avant, est celle qui est née avec le siècle des lumières, elle a signé la fin de l’obscurantisme, de la scolastique, pour entrer dans l’ère de la raison, accompagnant l’émergence des sciences et des techniques, de la modernité en marche, elle a jailli des ténèbres, paradoxalement en renonçant progressivement au divin et au sacré.

Force est de constater que cette maçonnerie est en crise, sa modernité d’antan est mise à mal. Elle a inspiré les grandes lois de notre société, mais c’était avant ! Elle se dégrade de plus en plus en ce qui ressemble à un mouvement d’idées, un mouvement sociétal, un mouvement politique. Elle met en avant l’égalité qui se dégrade en égalitarisme, elle ne fait plus sens. Ce n’est bien sûr pas le cas des frères qui adhérent à cette forme de maçonnerie humaniste et sociétale, mais plutôt les orientations des obédientielles. Cette franc-maçonnerie a sa valeur c’est celle du cœur son expression est la fraternité, et celle aussi de l’intellect par les réflexions qu’elle mène sur la société, mais il lui manque l’âme, la spiritualité. Cette franc-maçonnerie est celle du comment, sans le pour quoi.

 

Marc Halévy physicien, philosophe, écrit à ce propos :

 

« Aujourd’hui, nulle part, le ‘comment’ ne peut plus suffire : il faut du ‘pour quoi’. Les ‘comment’ prestigieux et impressionnants de la Franc-Maçonnerie, au travers de ses structures, de ses rites, de ses cérémonies, de ses grades, de ses décors, de ses coutumes, ne donnent plus le change. Si elle ne devient pas explicitement  et prioritairement un lieu du Sacré et du Sens, les initiés authentiques et les générations montantes la déserteront. »

 

On observe déjà la désaffection de la jeunesse pour nos institutions, récemment un frère apprenti de ma loge, servant l’agape, me disait avec malice et humour, j’ai l’impression de servir dans un EPHAD !

On observe aussi statistiques (le vilain mot) en main que les obédiences fédérant les sœurs et les frères des trois premiers degrés, voient leurs effectifs stagner, alors que dans les corps maçonniques regroupant les loges de perfectionnement les effectifs augmentent, il y a clairement un besoin de continuité initiatique et de verticalité spirituelle. L’homme est toujours en quête de dépassement de lui-même, d’achèvement de son être intérieur et du monde.

 

Les loges ou le Divin et le Sacré sont mis en avant, sont des réceptacles, pour la naissance et la croissance de l’être intérieur, des lieux propices aux métamorphoses successives, qui permettent de s’affranchir des pelures inutiles, pour aller à l’essence de son être, c’est ainsi que grandi son âme au-delà de son cœur si gros soit-il.

 

Marc Halévy écrit encore au sujet de la franc-maçonnerie : 

   

« Si elle ne quitte pas les valeurs obsolètes de l’humanisme et de ses dérivés égalitaristes et matérialistes, elle se sclérosera toujours plus et disparaîtra. Elle emportera avec elle son trésor spirituel parce que ceux qui en ont aujourd’hui la charge et la responsabilité, continuent de se griser avec les hochets de la satisfaction de soi et de l’hédonisme ambiant. »

 

La critique du malade est sévère, mais l’observation des symptômes renforce le diagnostic.

Heureusement l’homme a toujours eu et a encore besoin de spiritualité, ce qui le pousse à poursuivre sa quête plus loin, plus haut. Dans les loges nous traçons des plans pour donner du sens à notre vie, nous passons successivement de la perpendiculaire au niveau, de l’équerre au compas, pour aller jusqu’au centre de nous-mêmes, et réapparaître plus radieux que jamais, afin, en toute humilité d’aimer ses sœurs et ses frères répartis sur toute la surface de la terre.

 

Jean-François.

 

Citations Marc Halévy extraites du Cahier de l’Alliance N°3 la revue de la GLAMF disponible par abonnement .contact :

 

Cahiers.abonnement@gl-amf.net

PAS D’EAU TIÈDE, NI DE LANGUE DE BOIS !

 

HUMOUR :

 

Techniquement Moïse est le premier homme à télécharger des fichiers depuis le Cloud à l’aide d’une tablette.

Information scientifique transmise par un lecteur F R M.

 

POUR ECRIRE AU BLOG:

courrierlafmaucoeur@gmail.com

Commenter cet article

cincinnatus 24/06/2019 10:44

Certes, personne sinon moi n'a parlé de" frères primitifs" ou de" frères servants" mais ce genre d'adjectifs n'est pas venu par hasard, il résulte de la morgue constatée chez les réputés "hauts grades" à l'endroit des "p'tits frères" relevant des modestes loges bleues.
Emulation d'origine, passé au REAA suite à une certaine "fâcherie" j'ai très vite été sollicité pour rejoindre les degrés dits supérieurs, mais quand on m'a dit que là je trouverais des "gens intelligents" j'en ai déduit qu'en loge bleue nous n'étions que des demeurés et je n'ai bien évidemment pas donné suite à cette proposition d'accéder à l'élite de la FM!
Quand plus tard , en pleine tenue, un frère qui s'opposait à un autre a cru bon de lui rappeler que lui était XVIIIème et qu'il avait donc raison,la messe était dite!
Je n'irai sans doute pas tirer à boulets rouges sur l'ensemble des FF relevant de ces hauts grades, mais je dirai à tous de veiller à leur recrutement...comme pour les loges bleues d'ailleurs!

cincinnatus 23/06/2019 19:08

"La franc-maçonnerie moderne celle de 1717 ou quelques années avant, est celle qui est née avec le siècle des lumières, elle a signé la fin de l’obscurantisme, de la scolastique, pour entrer dans l’ère de la raison, accompagnant l’émergence des sciences et des techniques, de la modernité en marche, elle a jailli des ténèbres, paradoxalement en renonçant progressivement au divin et au sacré".
Ha bon, personnellement je ne voyais pas les choses comme cela et si effectivement la FM a renoncé au divin et au sacré je ne comprends pas pourquoi elle se réfère toujours au GADLU et persiste à considère le temple comme un lieu sacré dès que les travaux sont ouverts!
Cela tout au moins chez les "réguliers"!
C'est plutôt là que reposerait le paradoxe, non?
Quant à la stagnation des effectifs dans les loges bleues, là où réside à mon point de vue la "véritable" maçonnerie, et à la croissance de ceux des ateliers "supérieurs", admettons quand même que si les effectifs diminuent chez les "primitifs "de l'Ordre, malheureux frères servants...ils feront nécessairement de même au delà puisque la source de recrutement se tarira!
..... à moins qu'on initie directement au delà du 3ème, ce qui serait quand même cocasse mais donnerait satisfaction à ceux qui militent pour la "continuité initiatique épris de verticalité spirituelle"
Franchement ce n'est pas tout à fait ce que j'étais venu chercher et quand on parle du désir de dépassement de soi , moi j'aurais tendance à comprendre dépassement de "l'Autre"
...égo quand tu nous tiens!

jean françois 24/06/2019 08:26

Bonjour Cincinnatus
Il ne s'agit pas de jeter un voile sur les lumières, qui sont à l'origine de la naissance de la Franc-Maçonnerie spéculative, mais a ou les lumières de l'époque étaient reliées au divin et au sacré. Aujourd'hui c'est un constat les techniques, les sciences, la raison se sont substituées au divin et au sacré. Si dans les loges espaces sacralisés on pratique encore des rituels reliés au divin, force est de constater que le sacré a déserté la société, remplacé par les techniques du bien être, de l'hédonisme.
Pour ce qui est des effectifs dans les loges pratiquant les trois premiers degrés c'est malheureusement un constat, chaque année dans une obédience que je connais bien quand un maître maçon démissionne, on initie un nouveau profane, ce qui assure une stabilité de l'effectif. Et se sont des maîtres le plus souvent qui démissionnent, constatant que l'on ne travaille pas assez à ce grade.
Quand à la qualification des ateliers j'ai parlé d'ateliers de perfectionnement et non supérieurs ! Je n'ai pas non plus parlé de frères primitifs ou servants, mais de frères Maîtres. Sachant que les frères pratiquant leur perfectionnement au-delà du grade de Maître ont l'impérieuse obligation de travailler dans leur loge bleue ou symbolique ! La franc-maçonnerie en particulier au R E A A se décline en 33 degrés c'est ainsi, c'est celle la plus pratiquée de part le monde, il doit bien y avoir une raison.
D'ailleurs en matière d'effectifs cette maçonnerie du perfectionnement et non de la perfection augmente d'année en année.
Les frères pratiquants dans les loges au-delà du 3ème degré ne sont pas coupés en deux se sont les mêmes, et l'on ne se connaît véritablement que dans la connaissance de l'autre, de son prochain, de son proche. C'est le contraire de la culture de l'ego, même dans leur vêture plus les frères montent en degré, plus ils se dépouillent de leur décors. L'ego surgit et persiste dans la maçonnerie qui institue des hiérarchies d'honneur et non une hiérarchie spirituelle.
Cela bien sûr ne reste que mon humble point de vue
Bien Fraternellement
Jean-François

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog