Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Ces yeux...

Ces yeux...

DU PROFANE AU SACRÉ, LE CAMINO…

 

 

 

Du monde phénoménal aux mondes invisibles et de leurs correspondances, de la porte du temple, à l’intérieur de la loge, des marches de l’occident à l’orient, de l’Orient au Sanctuaire, c’est le Camino du profane à l’initié aux mystères.

 

Le siècle des lumières comme un paradoxe par ses excès nous projette dans l’obscurité du passé, par la perte du sacré. La raison et nos sens limités à notre condition humaine, sont des obstacles à franchir pour notre élévation spirituelle, notre voyage vers notre homme intérieur, et pourtant nous ne disposons que de ces outils pour pénétrer le centre de notre pierre. 

 

C’est en puisant dans le meilleur de nos traditions, dans leurs cœurs vivants, malgré le temps, que nous pourrons monter vers le sanctuaire. En occident le permafrostde notre esprit est constitué par les traditions judéo gréco-latine, et il est en train de fondre sous l’effet des techniques et des sciences non maîtrisées, « nos métaux »,sont mal employés. La volonté de construire un homme demi-dieu immortel, autre paradoxe en désacralisant nos sociétés.

 

L’exotérisme ensevelit l’ésotérisme, la source se tarit et les rivières s’assèchent, ne voyant plus que la surface des choses, le cœur se flétrit et le sens de la vie s’étiole, se dissous peu à peu.

 

L’initiation maçonnique traditionnelle, propose de stopper cette dégradation de l’un, sa désintégration dans un multiple artificiel, un multiple de clones. Elle propose de remettre du sacré dans la société, de refaire le chemin vers le sanctuaire, non pas par refus de l’individualité, mais pour redonner à l’homme sa dignité et sa place dans l’univers, voie vers l’ipséité.

l’ipséité.

 

La franc-maçonnerie travaille au perfectionnement de l’homme et de l’humanité cela passe par plus de sacré dans nos sociétés, par la connaissance de son soi, son être intérieur, qui permet l’approche de l’invisible.

 

La porte de l’invisible est franchie avec cette clé que l’on appelle l’égrégore, du grec égrégoros veilleur. Le veilleur, du temple, le thuileur est à la porte de l’espace sacré de la loge ou veille le couvreur qui reçoit les mots de passe, ces mots qui ouvrent le cœur, ces leviers de l’âme endormie. Cet égrégore est le moteur de l’apocalypse de l’homme intérieur. Notre esprit alors éveillé entreprend une ascension vers le bien, en toute humilité considérant notre état intermédiaire entre terre et ciel.

 

Ce passage du profane au sacré, cette liberté de passer acquise par le combat pour le bien, le beau, le bon, est un combat universel loin des dogmes, il se réalise avec le concours d’un principe supérieur, principe qui fait vivre le sacré dans le cœur de l’homme, principe qui fait régner l’ordre après le chaos. Le rassemblement des égrégores, nourrit l’homme intérieur, celui qui aspire à plus de spiritualité. Le sacré avec ses mots en forceétabli, un temple pour l’esprit, libère l’homme qui devient plus fraternel.

 

Quels que soient nos édifices, nos regards se tournent vers le sanctuaire, vers la nuée, vers l’œil qui brille du feu régénérant, ce feu qui projette sa lumière dans le coeur des hommes.

 

Jean-François.

HUMOUR PIERRE DAC

 

Le mieux est l'ennemi du bien, mais le pire est l'ami de l'excès.

Commenter cet article

Frère Tuck 23/08/2019 09:49

Bonjour à tous, les vacances se terminent...

L'ipséité n'est elle pas paradoxale au fait de vouloir "remettre du sacré partout dans le profane"?
Le sacré est déjà partout pour celui qui a les yeux et l'esprit ouverts... mais la société moderne fait que ceux-ci se ferment progressivement. Le sacré est portant en chacun de nous, et le fait d'accéder à la Lumière par l'initiation n'implique pas forcément, du moins dans l'immédiat, l'intégration du sacré. C'est quelque chose qui se vit et qui n'est pas transmissible. Chacun de nous est différent et ne verra du sacré que ce qu'il a envie de voir ou pourra voir. Le "camino" est long et incertain et beaucoup l'empruntent sans trop savoir pourquoi, ni où ils vont arriver. Pour preuve est que parvenu à Compostelle tu peux découvrir que "l'arrivée" est encore plus loin... au bout de la terre... à Fisterra. (Les étoiles de Compostelle - H. Vincenot)
Malheureusement, la Maçonnerie se comporte un peu comme Don Quichotte et ne voit souvent dans ses candidats que des "moulins à vent" qu'elle a pris un instant pour des "guerriers de Lumière".
Bien fraternellement, de Frère Tuck.

claudius 21/08/2019 13:52

Très belle incitation maçonnique du texte intitulé du profane au sacré,cependant !!! quid des mots camino et ipseité, lesquels restent inconnus du Robert, disant ce qui m'amène à citer à nouveau cet Homme émérite que fut Albert Sweitzer,il était un Apôtre de l'Ethique, en effet, c'est bien plutôt le fait de son charisme de savoir exprimer les pensées les plus profondes en termes très simples, si bien qu'il pouvait intéresser simultanément les auditeurs de niveaux intellectuels tout à fait différents, il en est de même dans nos loges,quand nos FF:. prennent la parole, hélas des planches sont parfois d'un effet soporifique.L'écriture se doit d'être claire pour permettre à la parole d'être perçue et comprise.
Très fraternellement, ton vieux F:., le nonantième!!!!
claudius

jean françois 22/08/2019 08:33

Bonjour Claudius,
Je vois que la vigilance et la persévérance du nonantième est intacte, que tu pratique toujours ces vertus maçonniques. Pour en revenir au Camino j'avoue avoir succombé à la mode et je ne le regrette pas. Le terme Camino vient de nos frères Ibères, pardon d'une partie de leurs descendants les Galiciens Celtes, les Espagnols, les Basques peu importe tous ceux maintenant du monde entier qui viennent imprimer leurs pas sur ce Camino, ce chemin de Saint-Jacques, cette Jérusalem terrestre occidentale pour certains, et céleste pour d'autres, peu importe encore ils sont sur le Camino, sur le chemin, le Camino touche donc à l'universel et incarne donc un renouveau du sacré dans notre société.

Quant à l'ipseité le terme m'a paru intéressant sur le principe que les lumières du passé éclairent l'obscurité du labyrinthe de l'avenir. Dans une période où l'individualisme a remplacé l'individualité qui est presque devenue tabou sous l'effet de la mondialisation et de ses déviances. L'ipseité peut être un rempart contre l'uniformité souhaitée par la marchandisation de notre société. Les dictionnaires s'entendent d'une manière uniforme sur sa définition philosophique : "c'est l'identité propre ce qui fait qu'une personne est unique et absolument distincte d'une autre. "
Ce terme "pour moi" uniquement "pour moi" vu sous le prisme de ce que j'ai pu connaître par ma pratique maçonnique est a rapprocher de la définition de l'initié qui en révélant son homme intérieur "reste le même tout en étant autre"

Mon cher Claudius je te présente une demande d'excuse pour ne pas avoir exposé ma vue de ces deux termes (c'est souvent le cas, sans doute la formule du Blog) Mais est-ce un mal d'avoir simplement donné la clé, pour inciter le lecteur à ouvrir la porte ? Selon l'adage qui cherches trouve et qui demande reçoit. En tous les cas loin de moi l'idée de pratiquer une forme d'intellectualisme qui n'a pas sa place en franc-maçonnerie, nos loges ne sont pas des clubs philosophiques, savoir n'est pas Connaissance, mais "en même temps" les savoirs sont des portes pour accéder à la connaissance.
Merci de tes commentaires toujours judicieux et d'être un des gardiens du temple.
Bien Fraternellement
Jean-François.

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog