Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
DEVIENS QUI TU ES ! - PART- III

DEVIENS QUI TU ES ! PART III.

 

 

 

La troisième dernière partie  de cette recension, ne peut pas être un épilogue de construction d’une modeste réflexion sur cette injonction qui prendra toute une vie. Même le talent oratoire et épistolaire d’Alain Graesel ancien Grand Maître de la Grande Loge de France, ne suffira pas. Cette réalisation reste soumise à notre propre action, notre propre volonté de vouloir faire naître et grandir notre être intérieur.

 

La franc-maçonnerie dans cette réalisation sera un levier pour les hommes de bonne volonté, désireux d’êtres eux-mêmes maintenant et ici, sa méthode initiatique personnelle et collective est un chemin spécifique, dans un monde de plus en plus individualiste.

 

Alain Graesel regrette que cette injonction soit devenue une source de revenus pour les coachs en développement personnel. Son article est un essai pour :

 

« Démontrer que, si cette exhortation porte un véritable projet d’accomplissement personnel, elle porte aussi en elle une vraie complexité. »

 

La méthode de l’exhortation est bien connue des francs-maçons, présentes dans les maximes contenues dans les rituels du Rite Ecossais Ancien et Accepté, ou les exhortations aux divers degrés dans les rituels du Rite Français et du Rite Emulation qui  associe à cette méthode la présentation des outils symboliques nécessaires à l’accomplissement de l’oeuvre. La crainte de l’aporie éventuelle soulevée par Alain Graesel disparaît sous l’effet de la pratique en loge.

 

Ainsi le franc-maçon est reconnu comme tel par ses frères et aussi par sa praxis en loge et son exemplarité dans sa vie en dehors de sa loge. Ce qui lui évitera de succomber à la vanité et l’hybris, en se référant au connais-toi toi même delphique.

 

L’érudition, les connaissances philosophiques d’Alain Graesel tracent, un chemin à travers les pensées  des philosophes de la Grèce jusqu’à ceux des lumières. Pour conclure par sa vision personnelle et souvent partagée, de ce que peut signifier concrètement pour ses frères de la Grande Loge de France et pour nombre de maçons en général, le deviens ce que tu es !

 

« Devenir celui qu’il est, pour un frère de la Grande Loge de France n’est pas le terme d’un chemin mais une volonté incessante de perfectionnement vers plus de lumière et d’intelligence dans l’humain, lumière de la raison, de l’esprit et du cœur. »

 

L’article suivant de Claude Collardelle fait écho à celui d’Alain Graesel, comme une chance reçue par la sœur ou le frère qui a poussé la porte de la loge.

 

L’initiatique comme audace pour devenir ce que l’on peut oser espérer d’être. Oser la sapience.

 

Oser cette sagesse, comme un pari, pour une vie plus harmonieuse, plus bonne. Ce n’est pas par hasard que Claude Collardelle fait référence au poète latin Horace. Les poètes en vérité ont peu d’attrait pour les richesses matérielles, ils recherchent à la pointe du cœur leur âme. Horace dans ses épitres en forme d’injonctions en est un exemple avec son :

 

« Oser la sapience. Aie le courage enfin d’être sage commence ! »

 

Comme la conclusion de son épitre  à Mécène :

 

« Le sage ne voit que Jupiter au-dessus de lui : il est riche, libre, beau, comblé d’honneurs, le roi des rois enfin, et jouissant surtout d’une santé parfaite… »

 

L’autre nom de la franc-maçonnerie n’est-il pas l’Art Royal ? Claude Collardelle sous l’apparence d’une errance poético- philosophique  nous propose, une recherche de construction de soi, une recherche de la sagesse, un commencement, vers une nouvelle vie où le compas domine la matière. Il conclut en citant et en commentant Goethe : 

 

« Au commencement était l’action ». Le courage de la sagesse, l’effort pour devenir ce que l’on est, où il s’agit bien de bâtir, de bâtir des temples de pierres vives qui sont hommes. »

 

Points de Vue Initiatiques nous propose ensuite un retour sur le N°20 de l’année 1970 : A la recherche d’une voie privilégiée. Ce numéro contient une analyse et des propositions après mai 1968, un constat d’alors :

 

« Ce malaise global dont les adultes portent le faix (fardeau) sinon les responsabilités. »

 

Une crise de conscience dans notre univers (j’oserais aussi une crise de confiance.) Notre société a-t-elle évolué depuis mai 68, sans aucun doute sur le plan matériel et des techniques. Dans le Points de Vue Initiatiques de l’époque l’auteur (non cité) écrivait :

 

« En vérité, on s’accorde en gros sur ce point que le mal dont nous souffrons tous, consciemment ou non, tiendrait à une contradiction entre le progrès technique accéléré avec ce qu’il fait pressentir de figé pour l’homme dans le futur, et la sclérose des structures sociales et mentales parfaitement inadaptées au rythme et au mouvement d’une évolution planétarisée. »

 

Il suffit de changer quelques mots pour que cette analyse soit adaptée a notre ressenti actuel, c’est pourquoi j’aurais l’occasion de revenir sur cet article avec une comparaison ayant ses limites bien sûr, avec cette chronique de Leila Slimani au titre de Y’a de la joie parue dans le N°1 de la revue Zadig de mars 1919, sous le titre « Changer ». et le thème général Réparer la France évoquant la crise des gilets jaunes.   

Sculpture de Paul Le Goff

 

L’ultime article de ce Points de Vue Initiatiques sur l’injonction Deviens qui tu es !Traite de la sculpture, j’avoue qu’à sa lecture j’ai ressenti une certaine émotion, liée au souvenir de ma visite de l’été 2018 à la Vallée des Saints dans la commune de Carnoët en Bretagne, un lieu où les pierres ont été taillées, transformées, ont pris corps entre terre et ciel. Voir tous ces personnages de légende, leurs histoires symbolisées dans la pierre, sous les coups de maillet et de ciseau de leurs créateurs, devenir ce qu’ils sont sous nos yeux est comparable à la construction d’une cathédrale.

 

Jean-Claude Thomas nous propose un sujet sur Sculpture et franc-maçonnerie l’art de devenir ce que l’on est. C’est un instant de mémoire à travers les sculptures œuvres de francs-maçons qui sont restées dans nos paysages quotidiens, sans aucun doute pour eux tailler leur pierre avait une tout autre dimension. La quête de la pierre philosophale, le vitriol du cabinet de réflexion, sont pour toujours présents en nous,  avec le souffle de la forge où le feu régénère le phénix, la carrière d’où sorte les pierres brutes, choisies pour leurs aptitudes à la taille au polissage incessant. Ces pierres qui ne sont que nous-mêmes et deviendront peut-être un jour lointain vraiment ce que nous sommes.

 

                                                                         Jean-François.

La Vallée des Saints.

La Vallée des Saints.

 

Abonnez-vous ! Abonnez-vous ! à Points de Vue Initiatiques.

Pour s'abonner, commander des numéros de Points de Vue Initiatiques, etc. : cliquer sur le menu " Boutique PVI".

Renseignements auprès de la Grande Loge de France : par e-mail à redaction@gldf.org ou par courrier postal : PVI - 8, rue Puteaux - 75017 Paris

Découvrez Points de Vue Initiatiques sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram:

Notre revue a désormais sa page officielle sur Facebook: suivez ses actualités et likez via le lien : https://www.facebook.com/Points-de-Vue-Initiatiques 

et un compte officiel Instagram https://www.instagram.com/pointsdevueinitiatiques/ 

Pierre Desproges

Pierre Desproges

HUMOUR DE PIERRE SUR LA BLANCHE ALBION.

Un entrainement pour le Brexit !

 

ANGLAIS.

Alors que le porc et le Français sont omnivores, l'Anglais mange du gigot à la menthe, du boeuf à la menthe, du thé à la menthe, de la menthe à la menthe.

Non content de faire bouillir les viandes rouges, l'Anglais fait cuire les viandes blanches, telle Jeanne d'Arc qui mourut en Seine Maritime et dans les flammes en lançant vers Dieu ce cri d'amour: "Mon Dieu, mon Dieu, baisse un peu le chauffage !"

Les deux caractéristiques essentielles de l'Anglais sont l'humour et le gazon. Sans humour et sans gazon, l'Anglais s'étiole et se fane et devient creux comme un concerto de Schönberg.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog