Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III

VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III

 

 

Il est venu le temps de clôturer cette recension en trois parties, sur la symbolique du temps, puisqu’il est l’heure avant de se quitter, il nous faut prendre le temps, un dernier temps pour s’interroger, comme le fit Charles-Bernard Jameux avec sa thèse sur l’Art de la Mémoire à l’œuvre dans le temps Maçonnique.

 

Le 4ème Cahier de l’Alliance se termine sur un article de Jean Dumonteil, qui propose puisqu’il est l’heure et que nous avons l’âge et j’ajouterais quelques mots, il nous propose une Méditation sur le Temps, comment mieux clôturer ce travail collectif, qui inspire l’individuel, ouvre sur le monde, et fait prendre conscience qu’à défaut de pouvoir arrêter le sablier présent dans le cabinet de réflexion, il est venu le temps du travail sur soi, et la nécessité de réaliser la folle utopie de transmettre dans le monde, les valeurs que nous avons eu la chance de recevoir et de cultiver en loge. Le temps de reconstruire de nouvelles cathédrales.

 

L’Art de la mémoire à l’œuvre dans le temps maçonnique. 

 

Charles Bernard Jameux, poète, écrivain, un des derniers surréalistes, de surcroit Franc-Maçon à la Grande Loge de France où il occupa de hautes responsabilités est invité dans ce cahier à faire part de sa thèse originale sur l’Art de la Mémoire.

 

Les questions : 

 

« (…) la nature de l’initiation proposée par la franc-maçonnerie spéculative ? Que transmet-on ? Comment le transmet-on…(…)

 

La nature de la démarche initiatique vient-elle par filiation directe (…) de la franc-maçonnerie de métier-ou, au contraire, par influence spirituelle d’une tradition antique bien antérieure ?

 

L’auteur dans sa thèse est à la recherche de la datation de la franc-maçonnerie spéculative, s’appuie sur deux auteurs britanniques non-maçons ce qui accrédite un peu plus sa thèse, et ses recherches personnelles sur une longue période, à caractère historique. Les deux auteurs, en l’occurrence Madame Frances Yates avec son ouvrage l’art de la mémoire (The Art of Memory), et celui de David Stevenson qui s’intitule Les Origines de la franc-Maçonnerie- Le siècle Écossais.

 

L’ouvrage de Frances Yates affirme en quelque sorte que c’est :

 

« (…),non pas l’architecture réelle de la maçonnerie « opérative », mais l’architecture imaginaire ou ‘spéculative’ de l’art de la mémoire comme moyen de véhiculer ses enseignements. »

 

David Stevenson renforce cette idée par l’étude des Seconds Statuts Schaw. Il souligne fait important :

 

 « l’influence de  Giordano Bruno, de ses voyages anglais et allemands et surtout à l’architecture imaginaire ou spéculative de l’art classique de la mémoire. »

 

Point départ sans doute des recherches de Charles Bernard Jameux, il allait mettre à jour l’analogie de structure et de fonctionnement entre l’art de la mémoire et la Franc-Maçonnerie spéculative. Il écrit :

 

« Les symboles maçonniques sont des imagines, les images de l’art de la mémoire. »

 

Le myste grâce au Rite Maçonnique, c’est-à-dire l’enseignement maçonnique, va pouvoir se déplacer dans ce temple imaginaire aussi grand que l’univers, à chaque pas, à chaque découverte il sera invité à pratiquer la vertu, fidèle à ses serments. On peut parler là d’un rappel constant à la mémoire.

 

L’auteur fait un rappel du bon usage de la mémoire, selon Saint-Thomas, en quatre préceptes extraits :

 

« Le premier est qu’il faut prendre des symboles appropriés des choses que l’on veut se rappeler ;….

 

Deuxièmement, il faut placé les choses dans un ordre déterminé les choses que l’on veut se rappeler, …

 

Troisièmement, il faut s’arrêter avec soi sur les choses qu’on veut se rappeler,….

 

Quatrièmement, il faut méditer souvent sur ce que l’on veut se rappeler. »

 

Charles Bernard Jameux, souligne le levier que constitue cette méthode, le choix des symboles, il reste a trouver un lieu de travail, calme, discret, propice au recueillement et à l’étude « La Loge », des hommes de bonne volonté à la recherche de la vertu, cela ressemble en tout point à la Franc-Maçonnerie spéculative pratiquée encore de nos jours.

 

Au terme de son article Charles Bernard Jameux émet une hypothèse : 

 

« L’initiation maçonnique consiste peut-être à passer d’une pièce à l’autre  et à chaque étape, comme disait Gérard de Nerval dans une lettre célèbre, à « se souvenir ».

 

Je dirais à se souvenir et à méditer, ce qui fait transition avec l’article de Jean Dumonteil : Méditation sur le temps.

 

L’auteur propose dés le début de son article une réflexion sur l’engagement maçonnique qui est libre et se conçoit sur la durée, donc sur des obligations d’assiduité, de présence et de pratique. Il n’y a pas d’initiation maçonnique sans la pratique collective en loge.

Il faut du temps pour l’initiation 

 

« Comme il faut du temps pour l’initiation comme le sucre mets du temps à fondre dans l’eau. »

 

Le temps initiatique s’égrène en :

 « Un temps immuable de la tenue et un temps progressif du parcours maçonnique. »

 

L’auteur propose une réflexion sur la trajectoire du temps, l’écoulement du temps, les illusions du temps il cite Vladimir Jankélévitch pour extrait ;

 

« Ce qu’il y a de plus mystérieux, ce n’est pas la nuit profonde, c’est le grand jour à midi. »

 

Ce midi plein parle au Franc-Maçon, le moment de la pleine lumière propice à la prise de conscience, de l’éveil aux secrets.

 

Le temps en loge est rythmé par le rite, ce rite comme l’indique l’auteur :

 

« …comme battement de cœur de la vie maçonnique. »

 

Il évoque également le mythe de la perfection des commencements, le désir du retour aux paradis perdus, à la Jérusalem céleste. Le Franc-Maçon prend soudain conscience de l’impérieuse nécessité de réalisation parfaite du rite d’ouverture des travaux en loge.

 

Dans sa conclusion Jean Dumonteil appelle en quelque sorte, à ne pas fermer les travaux, peut-être seulement à les suspendre, à ne pas éteindre la lumière.

 

« Que la Lumière qui a éclairé nos Travaux continue de briller en nous. »

 

C’est un appel à l’exemplarité, un appel pour répandre la Lumière. Le temps ne s’arrête pas à l’image des deux Saint-Jean. La Lumière se transmet à travers le temps.

 

Je ne puis que vous encourager à lire ce 4ème Cahier de L’Alliance, il est que l’on soit Franc-Maçon ou non un livre de méditation sur le temps, un arrêt nécessaire.

 

                                                     Jean-François.

 

A LIRE : Le 4ème Cahier de l’Alliance. – La Symbolique du Temps- Puisqu’il est l’heure…

 

Contact Abonnements :

 

Cahiers.abonnement@gl-amf.net

 

Ou par courrier : GL-AMF-CAHIERS DE L’ALLIANCE- 8, Rue Gesnouin 92110 CLICHY.

 

Pour les numéros déjà parus :

 

www.eosphoros.fr

www.numerilivre.fr

VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III

BIBLIOGRAPHIE

VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III
VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III
VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III
VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III
VERBALISER LE TEMPS LA SYMBOLIQUE DU TEMPS –PART-III

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog