Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

 

 

 

Je ne vais pas vous parlez de cosmogonie en général, ni en particulier des cosmogonies ésotériques, de ces récits mythologiques qui expliquent la fondation du monde, selon des mythes ou des légendes. Mais plutôt de la question, de la vérité combat contre l’ignorance, voie vers la liberté de l’homme.

Ces concepts qui fondent la démocratie, la font, plus juste, plus harmonieuse, plus acceptable, plus vivable que toutes les autres formes de gouvernance de la cité.

 

Une des richesses des démocraties est la liberté d’expression en général et celle de la presse en particulier. La loi du 29 juillet 1881 sur la Liberté de la Presse, précise dans son Art-1- L’imprimerie et la librairie sont libres, Art-2- Le secret des sources des journalistes est protégé dans l’exercice de leur mission d’information du public.

 

 

Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse - Article 2 bis

Article 2 bis

Tout journaliste, au sens du 1° du I de l'article 2, a le droit de refuser toute pression, de refuser de divulguer ses sources et de refuser de signer un article, une émission, une partie d'émission ou une contribution dont la forme ou le contenu auraient été modifiés à son insu ou contre sa volonté. Il ne peut être contraint à accepter un acte contraire à sa conviction professionnelle formée dans le respect de la charte déontologique de son entreprise ou de sa société éditrice. 

Toute convention ou tout contrat de travail signé entre un journaliste professionnel et une entreprise ou une société éditrice de presse ou de communication audiovisuelle entraîne l'adhésion à la charte déontologique de l'entreprise ou de la société éditrice. 

Les entreprises ou sociétés éditrices de presse ou audiovisuelles dépourvues de charte déontologique engagent des négociations à compter de la publication de la loi n° 2016-1524 du 14 novembre 2016 visant à renforcer la liberté, l'indépendance et le pluralisme des médias. Cette charte est rédigée conjointement par la direction et les représentants des journalistes. A défaut de conclusion d'une charte avant le 1er juillet 2017 et jusqu'à l'adoption de celle-ci, les déclarations et les usages professionnels relatifs à la profession de journaliste peuvent être invoqués en cas de litige. Le comité institué à l'article 30-8 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication est consulté lors de cette rédaction. Le deuxième alinéa du présent article s'applique à compter du 1er juillet 2017.


 

Liens relatifs à cet article

Cite: 
Cité par: 
Créé par:
 LOI n°2016-1524 du 14 novembre 2016 - art. 1

 

 

 

Cette loi, à subi quelques entorses douloureuses, dans le cadre d’enquêtes judiciaires, des journalistes, ont été convoqués, pour leur demander de révéler leurs sources.

 

Cette loi de 1881 est issue des articles 11 et 19 : De la déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Renforcée par l’Art-19 de la : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948.

 

 

 l'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »L'article 19 de Déclaration universelle des droits de l'homme aussi dispose la protection de la liberté de la presse.

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 10 décembre 1948, Article 19.

Rattachée à la liberté de la presse, la liberté d’expression est également en lien avec la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté de manifestation et le respect d’autrui.

 

 

Le monde bouge, le nouveau monde bouscule l’ancien monde. La « la com » et « l’info » se confondent, se raccourcissent comme les mots, tout se Babelise.

Les autoroutes du net, au faible péage et où la vitesse est illimitée, les réseaux sociaux, le Web 2.0, déversent des informations, sans contrôle, sans déontologie, formant un chao médiatique sans aucune éthique. Les mots-clés triturés par la dictature des algorithmes, modifient la réalité, la vérité et la liberté, avec le Web 2.0 ces pseudos informations ne sont en réalité que des instruments au service d’un militantisme en ligne, un vecteur de mobilisation.

 

Face à cette communication débridée sans aucun cadre déontologique, une idée se dégage : « La mise en place d’un conseil de déontologie journalistique. » Nos politiques impuissants face aux excès du net, à la dictature des GAFAM, veulent encadrer la profession de journaliste, qui l’ait déjà ! Ils se trompent de cible, en s’interrogeant sur les manquements à la marge de certains journalistes, alors que la presse est de moins en moins lue.

 

L’intention est de protéger le citoyen qualifié : « d’Ordinaire.» Il y a là une certaine forme d’arrogance et de déconsidération.

 

Arnaud Mercier professeur en sciences de l’information et de la communication à l’institut français de presse de l’université Panthéon-Assas écrit : 

 

« Ce pari n’est pas sans risque. On est arrivé aujourd’hui à un tel niveau de défiance de l’opinion vis-à-vis des médias qu’il est important de réagir, d’avancer des propositions. Il ne faudrait pas que cette instance (Le conseil de déontologie journalistique) ne soit qu’une première étape vers la création d’une sorte de conseil de l’Ordre des journalistes. »

 

Dans ce chao seuls les journalistes seraient soumis à des règles, et à défaut des règles strictes, l’on aura créé un nouveau conseil Théodule !

 

À mon sens il serait plus efficient, que chaque citoyen s’applique à lui-même cette pratique maçonnique : de l’écoute, de la réflexion, s’obligeant à se faire par lui-même son opinion librement, après avoir avec rigueur vérifié chaque information qu’on lui propose, en langage simple faire l’effort de ne pas prendre « les vessies pour des lanternes.»

 

L’homme vulgaire qualifié d’Ordinaire auquel les promoteurs dédient ce projet, avec quelque mépris, est le plus souvent un homme de bon sens. Cet homme ordinaire du latin ordinarus est un homme d’ordre. Ordo ab Chao.

 

                                   Jean-François.

CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

Commenter cet article

cincinnatus 06/12/2019 11:08

Liberté de la presse , liberté d'expression, oui et non quand on regarde ce qui se passe à l'époque actuelle!
Des rappeurs se permettent d'insulter notre pays, ses habitants et toute notre histoire, au nom de la sacro- sainte liberté d'expression on laisse faire et il y a même des c...pour applaudir, passons!
Mais attention, si vous touchez à des sujets sensibles, sur lesquels la bien pensance et le politiquement correct ont des idées bien arrêtés alors vous êtes facho, nazillon, que sais je...!
Comprenne qui pourra, le bal des faux culs a encore de belles années devant lui!

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog