Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L'ESCALADE

L’ESCALADE.

 

                                   « Que ce nouveau Titan n’escalade les cieux… »

                                                          Boileau – Sur les folies humaines.

 

 

Il y a dans nos loges maçonniques, des Titans qui veulent monter au ciel, sans jamais redescendre, ils sont des puits de connaissances, si bien que l’on ose à peine croiser leur regard, de crainte qu’ils devinent dans nos yeux une forme d’incompréhension, renforçant leur conviction d’êtres au sommet de leur art.

 

Ils tissent avec des mots savants leurs discours comme un filet qui se saisit des frêles poissons qui restent bouches béantes, sur le flanc. Plus la pêche est bonne, plus ils gravissent l’échelle, inatteignables au sommet de leur art, ils sont seuls, ils mourront sans transmettre, le grain mis en terre doit pourtant renaître.

 

Nicolas Boileau l’intransigeant passionné, nous révèle dans ses satires, ces personnages intemporels qui font société et ne font pas la société, ils brillent de mille éclats, jusqu’à en être éblouis eux-mêmes. 

Ne les cherchez pas au pied du mur, ne les cherchez pas dans salle humide (la salle où les sœurs et les frères partagent ensemble le pain fraternel), ils ne sont pas au service de table, ils ne sont pas affairés derrière les fourneaux où à faire la vaisselle, ni à mettre le temple en ordre. Ils sont encore en haut de l’échelle, ils résonnent comme des cymbales.  

 

Remplis de connaissances ils côtoient les cimes, vous me trouver sans doute sévère, voir censeur et de quel droit ? Sans hypocrisie j’ai beaucoup de compassions pour eux, ils n’ont pas encore eu la chance de descendre dans leur être intérieur, de découvrir que s’il y a des limites aux connaissances à hauteur de notre humanité, il n’y a pas de limites à l’intelligence du cœur.

 

 

Sans négliger les connaissances intellectuelles, indispensables à la progression initiatique elles ne sont que les branches sèches d’un arbre, si elles ne sont irriguées par la sève de l’amour fraternel.

 

« Ces discours, il est vrai, sont forts beaux dans un livre ; je les estime fort ; mais je trouve en effet.

Que le plus fou souvent est le plus satisfait. » (1)

 

  Jean-François.

(1) Boileau -Sur les folies humaines.

L'ESCALADE

Poésie : À M. L'abbé Le Vayer

(Sur les folies humaines.)

D'où vient, cher Le Vayer, que l'homme le moins sage 
Croit toujours seul avoir la sagesse en partage, 
Et qu'il n'est point de fou, qui, par belles raisons, 
Ne loge son voisin aux Petites-Maisons ?

Un pédant enivré de sa vaine science, 
Tout hérissé de grec, tout bouffi d'arrogance, 
Et qui, de mille auteurs retenus mot pour mot, 
Dans sa tête entassés, n'a souvent fait qu'un sot, 
Croit qu'un livre fait tout, et que, sans Aristote, 
La raison ne voit goutte, et le bon sens radote.

D'autre part un galant, de qui tout le métier 
Est de courir le jour de quartier en quartier, 
Et d'aller, à l'abri d'une perruque blonde, 
De ses froides douceurs fatiguer le beau monde, 
Condamne la science, et, blâmant tout écrit, 
Croit qu'en lui l'ignorance est un titre d'esprit : 
Que c'est des gens de cour le plus beau privilège, 
Et renvoie un savant dans le fond d'un collège.

Un bigot orgueilleux, qui, dans sa vanité, 
Croit duper jusqu'à Dieu par son zèle affecté, 
Couvrant tous ses défauts d'une sainte apparence, 
Damne tous les humains, de sa pleine puissance.

Un libertin d'ailleurs, qui, sans âme et sans foi, 
Se fait de son plaisir une suprême loi, 
Tient que ces vieux propos de démons et de flammes 
Sont bons pour étonner des enfants et des femmes, 
Que c'est s'embarrasser de soucis superflus, 
Et qu'enfin tout dévot a le cerveau perclus. 
En un mot, qui voudrait épuiser ces matières, 
Peignant de tant d'esprits les diverses manières, 
Il compterait plutôt combien, dans un printemps, 
Guénaud et l'antimoine ont fait mourir de gens, 
Et combien la Neveu, devant son mariage, 
A de fois au public, vendu son p... 
Mais, sans errer en vain dans ces vagues propos, 
Et pour rimer ici ma pensée en deux mots, 
N'en déplaise à ces fous nommés sages de Grèce, 
En ce monde il n'est point de parfaite sagesse : 
Tous les hommes sont fous, et, malgré tous leurs soins 
Ne diffèrent entre eux que du plus ou du moins.

Comme on voit qu'en un bois que cent routes séparer 
Les voyageurs sans guide assez souvent s'égarent, 
L'un à droit, l'autre à gauche, et, courant vainement, 
La même erreur les fait errer diversement : 
Chacun suit dans le monde une route incertaine, 
Selon que son erreur le joue et le promène ; 
Et tel y fait l'habile et nous traite de fous, 
Qui sous le nom de sage est le plus fou de tous. 
Mais, quoi que sur ce point la satire publie, 
Chacun veut en sagesse ériger sa folie, 
Et, se laissant régler à son esprit tortu, 
De ses propres défauts se fait une vertu. 
Ainsi, cela soit dit pour qui veut se connaître, 
Le plus sage est celui qui ne pense point l'être ; 
Qui, toujours pour un autre enclin vers la douceur, 
Se regarde soi-même en sévère censeur, 
Rend à tous ses défauts une exacte justice, 
Et fait sans se flatter le procès à son vice. 
Mais chacun pour soi-même est toujours indulgent.

Un avare, idolâtre et fou de son argent, 
Rencontrant la disette au sein de l'abondance, 
Appelle sa folie une rare prudence, 
Et met toute sa gloire et son souverain bien 
A grossir un trésor qui ne lui sert de rien. 
Plus il le voit accru, moins il en sait l'usage. 
Sans mentir, l'avarice est une étrange rage, 
Dira cet autre fou non moins privé de sens, 
Qui jette, furieux, son bien à tout venant, 
Et dont l'âme inquiète, à soi-même importune, 
Se fait un embarras de sa bonne fortune. 
Qui des deux en effet est le plus aveuglé ?

L'un et l'autre, à mon sens, ont le cerveau troublé. 
Répondra, chez Frédoc, ce marquis sage et prude, 
Et qui sans cesse au jeu, dont il fait son étude, 
Attendant son destin d'un quatorze ou d'un sept, 
Voit sa vie ou sa mort sortir de son cornet. 
Que si d'un sort fâcheux la maligne inconstance 
Vient par un coup fatal faire tourner la chance, 
Vous le verrez bientôt, les cheveux hérissés, 
Et les yeux vers le ciel de fureur élancés, 
Ainsi qu'un possédé que le prêtre exorcise, 
Fêter dans ses serments tous les saints de l'Eglise. 
Qu'on le lie ; ou je crains, à son air furieux, 
Que ce nouveau Titan n'escalade les cieux.

Mais laissons-le plutôt en proie à son caprice ; 
Sa folie, aussi bien, lui tient lieu de supplice. 
Il est d'autres erreurs dont l'aimable poison 
D'un charme bien plus doux enivre la raison : 
L'esprit dans ce nectar heureusement s'oublie.

Chapelain veut rimer, et c'est là sa folie. 
Mais bien que ses durs vers, d'épithètes enflés, 
Soient des moindres grimauds chez Ménage sifflés, 
Lui-même il s'applaudit, et, d'un esprit tranquille, 
Prend le pas au Parnasse au-dessus de Virgile. 
Que ferait-il, hélas ! si quelque audacieux 
Allait pour son malheur lui dessiller les yeux, 
Lui faisant voir ces vers et sans force et sans grâces 
Montés sur deux grands mots, comme sur deux échasses, 
Ces termes sans raison l'un de l'autre écartés, 
Et ces froids ornements à la ligne plantés ? 
Qu'il maudirait le jour où son âme insensée 
Perdit l'heureuse erreur qui charmait sa pensée !

Jadis certain bigot, d'ailleurs homme sensé, 
D'un mal assez bizarre eut le cerveau blessé, 
S'imaginant sans cesse, en sa douce manie, 
Des esprits bienheureux entendre l'harmonie. 
Enfin, un médecin, fort expert en son art, 
Le guérit par adresse, ou plutôt par hasard ; 
Mais voulant de ses soins exiger le salaire, 
Moi ! vous payer ! lui dit le bigot en colère, 
Vous dont l'art infernal, par des secrets maudits, 
En me tirant d'erreur m'ôte du paradis !

J'approuve son courroux ; car puisqu'il faut le dire, 
Souvent de tous nos maux la raison est le pire. 
C'est elle qui, farouche, au milieu des plaisirs, 
D'un remords importun vient brider nos désirs. 
La fâcheuse a pour nous des rigueurs sans pareilles ; 
C'est un pédant qu'on a sans cesse à ses oreilles, 
Qui toujours nous gourmande, et, loin de nous toucher, 
Souvent, comme Joli, perd son temps à prêcher. 
En vain certains rêveurs nous l'habillent en reine, 
Veulent sur tous nos sens la rendre souveraine. 
Et, s'en formant en terre une divinité, 
Pensent aller par elle à la félicité : 
C'est elle, disent-ils, qui nous montre à bien vivre. 
Ces discours, il est vrai, sont fort beaux dans un livre ; 
Je les estime fort ; mais je trouve en effet 
Que le plus fou souvent est le plus satisfait.

Commenter cet article

cincinnatus 13/12/2019 10:15

Boileau dans ses "Satires", La Bruyère dans ses "Caractères", Molière dans ses pièces de théâtre et bien d'autres auteurs ont tous dénoncé l'égo démesuré des uns, l'hypocrisie des autres et la sottise abyssale qui est leur trait commun !
Nos loges hélas n’échappent pas à ce délire !
Qui d’entre nous n’a pas connu de « frères » qui se prenaient pour des druides ou des gourous, qui n’a pas entendu des « hauts grades » ou qualifiés de tels, pérorer en affectant une fausse modestie et manifester à l’occasion, une réelle arrogance !
Personnellement cela m’ a toujours fait rigoler et pour l’avoir laissé entendre j’ai souvent donné l’image d’un impertinent sinon d’un iconoclaste !
Ce désir de paraitre, d’être (enfin) reconnu, ne fait que traduire une certaine frustration de la part de ceux qui n’ont pas trop « réussi » dans leur vie familiale ou professionnelle ou qui, au contraire, jouissant d’une position sociale enviable mais malades du pouvoir, en veulent toujours plus et sont à l’affût de tout ce qui pourrait flatter leur petite personne et leur renommée!
Je me suis souvent demandé où était la fraternité, la vraie, dans tout cela et ne me suis jamais fait d’illusion sur la sincérité des triples bises échangées entre les « Enfants de la Veuve » lorsqu’ils se retrouvaient en tenue!

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog