Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
COMPILER ET ALORS !

COMPILER ET ALORS !

 

 

Compiler, c’est mettre ensemble, c’est rechercher, c’est remonter jusqu’à la source. En informatique c’est même traduire le code source. Pour cela il faut remonter jusqu’au sommet de la montagne et réunir dans une même rivière les torrents des pensées, qui feront les vagues de l’océan. Au pêcheur ensuite de retrouver la source, de remonter jusqu’au sommet de la montagne, tel le saumon qui remonte la rivière jusqu’à l’endroit précis de sa naissance, sa mémoire, son imagination feront le travail.

 

En philosophie en appuyant légèrement pour grossir le trait, l’on peut reprendre ce qu’a dit Alfred North Whitehead :

« Toute l’histoire de la philosophie n’est qu’une suite de notes de bas de page aux dialogues de Platon. » À noter au passage que la philosophe Belge Isabelle Stengers est une spécialiste de Whitehead, et quelle s’intéresse particulièrement à la nature et l’écologie. Whitehead est l’initiateur de la philosophie du processus, de l’idée d’une certaine logique où tout coule de source.

 

L’idée selon laquelle Platon serait à l’origine de la philosophie est sans doute erronée, il fut plutôt un génial metteur en scène, et aussi un compilateur de traditions ancestrales.

En franc-maçonnerie René Guénon parle de Tradition Primordiale, première, fondatrice. Cette tradition voie pour la reconstruction du temple intérieur de l’homme. Il n’y aurait qu’une seule Vérité originelle, il paraît illusoire de pouvoir un jour l’atteindre, elle s’est  dégradée avec le temps, ayant perdu son unité. Chacun a construit sa vérité à la mesure de son humanité. C’est un prolongement de la tradition primordiale, une interprétation modeste des pensées de ses prédécesseurs, pour créer sa propre pensée.

 

Les interventions dans les loges maçonniques par les conférenciers et les apports des sœurs et des frères, sont qualifiées d’enrichissements. La pierre se taille et se polit sans cesse.

Les citations, les références ne doivent pas être à mon sens critiquer. Sauf si elles constituent l’ensemble du travail, qui devient alors un copier-coller.

Elles doivent servir, comme des images, des symboles, à la création, l’imagination personnelle, dans le respect de leur origine.

 

C’est bien le but de la franc-maçonnerie de :

 

« Dispersa congregas, et congregata est » réunir ce qui est épars.

 

L’initiation maçonnique est imprégnée des textes sacrés de toutes les traditions, c’est son universalité. Mais elle est aussi occidentale, son socle est donc judéo-chrétien, ses rituels en sont les témoins, ils constituent la propédeutique de l’initiation.

Par le travail en loge, l’instruction qui suggère sans imposer, l’adepte est à la recherche des idées cachées sous les symboles, mais aussi dans les textes sacrés qui illustrent les légendes. Il concrétise ses recherches par la pratique des vertus qui lui ont été révélées par son travail.

 

L’ésotérisme de la religion chrétienne avec les textes de l’évangile de jean et l’ésotérisme de la religion juive avec la Cabbale et la science des nombres d’or de Pythagore, forme le squelette de l’accès à la Connaissance.

 

Il ne s’agit pas de dogmatisme religieux, mais de la pratique d’exercices spirituels, car rien définitif, le franc-maçon ne construit aujourd’hui des temples de pierre, mais il construit sa demeure intérieure sous la direction de son maître intérieur, il devient un temple capable d’accueillir l’esprit. Il sait que les temples matériels sont éphémères seules les forces de l’esprit demeures. Il sait aussi que cette construction est l’œuvre de sa vie. La Vérité est dans le chemin.

 

L’initiation maçonnique impose en quelque sorte la compilation des traditions, elle est une école des mystères de la vie. Mais pas une religion, ni une école mystique. René Guénon démontre dans ces quelques lignes quelle n’est pas une religion, cela peut servir de réponse aux jeunes sœurs ou frères embarrassés par cette question des profanes qui voient dans la franc-maçonnerie une forme de religion dans le sens commun.

 

« La religion permet spécialement la réunion de trois éléments d’ordre divers : un dogme, une morale, et un culte ; quand un de ces éléments manque, il ne s’agira plus d’une religion dans le sens propre de ce terme. Le premier élément forme la partie intellectuelle de la religion, le second forme sa partie sociale, et le troisième l’élément rituel, tient à la fois de l’un et l’autre. »

Il faut se défier néanmoins de la compilation elle peut faire prendre de mauvaises voies, qui n’ont que des rapports lointains avec l’initiation maçonnique. Certains voient dans l’emblématique Maître Hiram un Dieu Panthéiste, cette approche est présente dans la maçonnerie forestière, dite du bois, sans doute la proximité des forges. Le chercheur trouvera sans aucun doute des rapports étroits, des vertus communes. Il n’en reste pas moins que le Panthéisme, n’est pas pour moi la Maçonnerie forestière, mais plutôt une philosophie naturaliste, écologiste, voire hédoniste. Ses adeptes revendiquent rassembler en son sein les traditions métaphysiques d’orient et d’occident. René Guénon encore démontre simplement que le Panthéisme associe naturalisme et matérialisme, il est donc antimétaphysique. Je cite :

« Comme le signale un Rituel du R E A A : L’homme véritablement sage ne peut être panthéiste, parce qu’il distingue la cause de l’effet et appelle le G A D L U cause première, parce que de lui viennent les causes secondes. »

 

Il ne s’agit pas de critiquer les panthéistes au demeurant nombre d’entre eux déclarent voir dans la nature la présence du G A D L U, donc la cause. Nombre d’entre eux déclarent aussi ne croire en rien, si ce n’est en la nature mère et matière. Pour moi donc la maçonnerie du bois n’est pas Panthéiste, sauf si elle n’entend pas se référer au G A D L U.

 

Autre danger si j’ose dire de la compilation l’occultisme et le mysticisme. Il serait trop long de s’étendre sur ces sujets.

 

Compiler c’est donc chercher, travailler, on revient au V I T R I O L. Le dernier numéro de la revue de la Grande Loge de France Points de Vue Initiatiques, est paru sur le thème L’initiation en questions. Il trace un chemin de compréhension de l’initiation maçonnique, particulièrement à mon sens, si l’on relie trois articles.

Le premier : Cherchez et vous trouverez. Sous-titre : Oui, mais si je ne trouve pas ? Il pose une autre question est-il obligatoire de trouver ? Le deuxième article : « Trouver ce que l’on ne cherche pas » et le troisième : « Accompagner l’initié, c’est voyager avec lui. » Un petit regret dans la mise en page, il aurait été intéressant de ne pas séparer ces trois articles, une lecture à la suite aurait donné un supplément de cohérence à mon sens.

 

Cette lecture permet d’agir selon la devise ordo ab chao, post tenebra lux. Lecture qui souligne la spécificité de l’initiation maçonnique, recherche individuelle et cadre collectif de recherche dans l’œuf cosmique de la loge, la mère initiatrice. Actuellement éloignés de nos loges nous ressentant au plus profond de nous ce manque de pratique fraternelle.

 

Notre recherche individuelle devient plus active, nous permet de nous préparer à accueillir en nous, la spiritualité, sous la direction de notre maître intérieur, d’ouvrir encore plus notre œil du cœur, en restant serein dans notre cloisonnement méditatif, nous avons que le lien n’est pas rompu avec nos frères nous devons donc continuer : « Cherchez et vous serez trouvés ! » Musa Najib.

Ou encore pour conclure un proverbe chinois :

 

« La boussole indique la direction, mais ce sont nos jambes laborieuses qui font le chemin. »

 

Il nous faut donc travailler, lire, relire, méditer, prier sans doute, pour trouver, compiler non pas entasser. Car, avant nous aurons fait le vide, pour accueillir en nous, les pensées les plus sages, les plus fortes, les plus belles. (En Sagesse, Force et Beauté)

 

Jean-François Guerry.

 

 

Note : ma lecture du moment : « LE RETOUR D’HENOCH » de Fermin Vale Amesti. Éditions TÉLÈTES.

 

Commenter cet article

Guillaume Sarazin 07/05/2020 16:07

Dans l'article précédent on y voit une multitude d'informations ,de forme ,d'idée pré conçu (ceci n'est pas un préjugé négatif). Forte heureusement, l'esprit Sapiens a conçu des socles pour y re poser ses pieds. Selon ma maigre et limité observations , les socles se traduisent en image ,voir en symbole .Les images me parle moins mais j'entends le symbole. L'organe sensible de mes compilations intellectuelle c'est l'oreille .Je connais peu de mot en arabe . Ce lègue vient de ma belle famille qui est musulmane d'origine Malienne.Lorsque le coran est chanter en sourate , je ne comprend absolument rien , je ne puis distinguées que quelque mot mais l'attention ne dois pas être porté sur la langue ou l'ascendance de cette religion. La vibration que je ressens, la paix que je vis, via les tonalités des mouvances de la langue arabe en chant coranique ....cela ne saurait s'expliquer .Je me sens me rapprocher de mon essence divine. Paradoxalement , je suis celui qui s'oppose très souvent aux idées dogmatique islamique( pardon). Les sourates me son compté, je deviens révolte(pardon) . Quelques fois, je vois l'injustice dans la symbolique d'autruit . Les sourates me sont chanté , je me sens paisible. Cela ne saurait prendre racine dans la religion musulmane puisque je ne suis pas enclin à épouser un dogme . Un dogme est aussi un symbole ( dichotomie de l'esprit?).Si j'étais du règne des végétaux je n'aurais pas de racine pour me fixer dans un socle unique mais j'aimerais avoir des risomes . Le risome pousse a un endroits et cré un autre risome ailleurs plus loin....il est socles en abondance .il vit des tendances de la terre tantôt ici, plus tard ailleurs mais toujours relié a ;
son socle mère.Peut-il également s'en séparer , il ne mourra pas. Courir sous la terre , c'est développer des risomes ailleurs.C'est goûter en abondance les richesses de multiples terroirs intellectuelle. Le symbole c'est également la déclaration de Balfour et le l'accord d' Oslo . Dans ces symboles je me tiens à côté de l'homme que Camus décrivaient dans son livre écrit en 1951. Catholique, juif , musulmans nous serons intelligent ici qu'a la condition de renié la perception que nous avons de l'ethnie ou des croyances religieuses. Reste que ces symboles n'ont pas su amèner la paix sur ce territoire. Le sionisme tantôt condamné par certains Rabbin Juifs, tantôt approuvé par certain Imam arabe. Je suis franç et quelqu'un de pacific mais si je m'oppose partiellement au sioniste contemporain, ai-je une place dans la maçonnerie? Le sionisme ne saurait être mauvais, mais a mes yeux il est décevant ( seulement ma perception c tout). Je crois qu' il y a des sionistes bienveillants pour la Palestine et des palestinien qui espère une guerre sans arrêt contre Israël. Ma raison , mes intuition me disent aussi que le contraire est majoritaire a la phrase précédente vu le caractère empirique des faits actuels (le mieux ici serait d'avoir tord).... la violence n'étant pas un médium que j'affectionne.Bref bcp de verbiage de ma part pour vous demander si ces opinions sont en accord avec celle de la franç maçonnerie. Le socle qui est judéo -chrétien ne semble pas autant vibré que d'autre ascendances inexplicable tel les sourates musulmane chanté , l'astrologie occidentale et le monde des djinns. Mes symboles ? Vos symboles? , les symboles? où les frères trouve- t'ils leur unité?

Cordialement l'abeille sans Ruche

Frère Tuck 07/05/2020 10:22

Bonjour
Personnellement j'ai toujours été trés intrigué par les écrits de Guénon. Peut-être parce que je n'ai pas encore tout compris... La métaphysique et moi... C'est complexe en même temps que trés riche, mais Guénon est quelqu'un qui s'est toujours attaché à rechercher la Tradition primordiale, conscient que de nombreuses traditions actuelles s'en sont imprégnées et l'ont souvent altérée par défaut de textes incomplets ou mal traduits. C'est pour cela qu'il a beaucoup voyagé pour remonter aux sources et qu'il parlait plus de 25 langues et dialectes...
Il a su montrer aussi ce que la Franc-maçonnerie de tradition avait emprunté à la Tradition primordiale comme il a eu le courage d'en démontrer les hérésies. Qui a ce courage aujourd'hui face à l'omniprésence des obédiences dans la Maçonnerie?
Si un homme comme lui était encore présent actuellement on assisterait sans doute à moins de dérives, qu'elles soient sociétales ou spirituelles...
Pour preuve, il est maintenant à l'étude dans de nombreuses facultés avec des ouvrages comme "le règne de la quantité" ou "les principes de calcul infinitésimal"...
Bien fraternellement, mes Frères.

Frère Tuck 07/05/2020 11:50

Merci pour cette réponse JF
Moi non plus je ne suis pas un inconditionnel de Guénon: je ne connais pas assez bien son oeuvre pour cela. Mais je vois que tu es d'accord avec moi sur le fond. "Sa religion naturelle" que tu évoques est bien le signe de son combat contre l'anti-tradition véhiculée par une civilisation moderne qui veut écarter toute spiritualité au nom d'un dogmatisme sociétal qui s'installe progressivement dans le monde. On vide les cerveaux pour mieux les manipuler: n'est qu'à suivre l'actualité pour comprendre...
Sur l'ouvrage "Symboles de la science sacrée" que tu recommandes, beaucoup devraient l'étudier pour comprendre que la Tradition remonte à la nuit des temps... pour ne pas dire à l'inconscient collectif que tu as évoqué à plusieurs reprises dans tes articles précédents.
Bien fraternellement, de Frère Tuck.

07/05/2020 10:43

Bonjour Frère Tuck

Je ne suis pas un inconditionnel de R Guénon, comment d'ailleurs pourrait t'on être un inconditionnel en Franc-Maçonnerie sans frôler les limites du dogmatisme. Dogmatisme que Guénon a mis à mal avec sa Tradition Primordiale, sa Religion Naturelle autre expression de ses recherches, après avoir cherché dans toutes les religions, les valeurs essentielles communes, après avoir étudié les symboles universels, sans tombé dans le syncrétisme, en leur conservant leur pureté. On n'aime, on n'aime pas, on ne comprend pas tout parfois, mais il y a un travail certain sur le symbolisme qui est bien la méthode par excellence de la franc-maçonnerie. S'il y a un ouvrage de Guénon que les maçons pour moi se doivent de lire c'est cette compilation tient on revient sur Compiler et alors ! ce livre donc est "Symboles de la Science Sacrée" rien que le titre de l'ouvrage est Royal si j'ose dire. Quand au sommaire à lui seul il est un parcours initiatique: II Le verbe et le symbole, VII La langue des Oiseaux, les symboles du centre du Monde, symboles de la manifestation cyclique, Armes symboliques, Symbolique cosmique, symbolisme constructif, symbolisme axial et du passage, pour terminer par le symbolisme du coeur. Bonne lecture.
Jean-François

Galinier 06/05/2020 12:34

Je te rejoins totalement mon cher Jean François sur la compilation. Nous compilons tous afin d'apprendre. J'ai compilé toute ma vie et compile encore, car je ne sais rien ?. L'étudiant compile et, peu passer des examens indispensables à son avenir. J'ai souvent entendu dans les Loges cette réflexion imbécile, " il a compile ". C'est indispensable, pour apprendre le peu que nous savons par rapport, à toute la connaissance terrestre. Compiler et retenir, autant que faire ce peu, apporte une richesse de l'esprit aux bons maçons. F.B C.G

Rastetter 06/05/2020 11:44

Fort heureusement, il y a des maçonneries en dehors de René Guénon!

Frère Tuck 07/05/2020 09:51

Affirmer ce genre de choses sans étayer ses propos relève d'une gratuité inutile... Mais la réponse se trouve peut-être dans "il y a des maçonneries"...

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog