Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le
L'HOMME DES LUMIÉRES

L’HOMME DES LUMIÈRES

 

 

Quelle est la figure de l’homme des lumières dans le temps et l’espace, en 1717 date de l’organisation de la Franc-Maçonnerie spéculative, jusqu’à nos jours. Dans l’espace en Angleterre, en France en Allemagne. Cet homme a t’il un rapport avec ce qu’est un franc-maçon aujourd’hui, ou plutôt avec ce que sont les francs-maçons en l’an 2020. Autant de questions que je me pose et vous pose.

 

Il est nécessaire ou pas, à vous de juger de revenir sur la célèbre phrase des Constitutions du pasteur James Anderson, qui furent écrites sous l’impulsion de Théophile Desaguliers sans doute autour de l’année 1717 et publiées en 1723 à Londres par William Hunter. Ces constitutions qui marquent non pas le début de la franc-maçonnerie spéculative, mais son organisation autour d’un texte fondateur. La mise en ordre de plusieurs loges maçonniques, leur fédération pour constituer la première obédience maçonnique qui fût la Grande Loge Unie d’Angleterre.

 

Cette célèbre phrase traduite de l’anglais, qui a provoqué et provoque encore de nombreux commentaires, chacun ayant son interprétation.

 

« Le franc-maçon n’est ni athée stupide, ni un libertin irréligieux. »

 

Il faut avant tout replacer cette phrase dans son contexte historique, alors que des tumultes autour de la religion agitent la société anglaise, les ‘papistes’ et les ‘anti-papistes’ se déchirent, la suprématie de la religion catholique romaine est remise en cause.

 

L’on peut lire dans les déclarations des principes de l’esprit de la franc-maçonnerie spéculative : si dans les temps anciens, l’homme bon et juste était assimilé au croyant et pratiquant de la religion de son pays. La religion nouvelle, universelle des francs-maçons, n’est pas une religion au sens premier c’est-à-dire une religion particulière. Mais une religion au sens large c’est-à-dire une institution qui relie tous les hommes bons, loyaux, hommes d’honneur et de probité. Quelques soient leurs croyances. C’est un centre d’union fraternelle.

Le texte des Constitutions dites d’Anderson a été fortement inspiré par Isaac Newton, dont Théophile Désaguliers fût un temps le secrétaire, tous les deux furent membres de la Royal Society de Londres. Qui à cette époque était une véritable marmite intellectuelle comparable à celle d’Alexandrie ou du miracle Grec, à la Royal Society tout ce que le monde occidental comptait d’intellectuels de scientifiques, tous les esprits ouverts au progrès des sciences et de l’humanité pouvaient s’exprimer sans contraintes, sans dogmes de toutes sortes. Si Newton fût un anti-papiste avéré, ses jugements sur Descartes et ses travaux furent très sévères. Il n’en reste pas moins que la franc-maçonnerie spéculative, trouve ses sources à la fois dans l’ancien testament en remontant jusqu’à Noé et dans le nouveau testament jusqu’à la chrétienté, les rituels maçonniques et leurs symboles en attestent, ainsi que le fameux discours du Chevalier de Ramsay (1736). La lecture des manuscrits anciens, des ‘old charges’ tels que le Régius (1390), le Cooke (1400), Le Grand Lodge (1583), le Watson (1687), le Dumfries (1710) etc ,finissent de convaincre sur les références bibliques de la franc-maçonnerie.

 

En raccourci l’on peut qualifier la franc-maçonnerie opérative, de métier de catholique dans ses origines, et la franc-maçonnerie spéculative qui lui succède de protestante dans ses origines. (Lire à ce sujet les ouvrages de Charles-Bernard Jameux publiés aux éditions Dervy sur les origines de la franc-maçonnerie spéculative, une thèse particulièrement bien étayée.)

La franc-maçonnerie spéculative évoluera en substituant Dieu à un principe créateur désigné sous le nom de Grand Architecte de l’Univers, permettant ainsi d’accueillir en son sein des hommes de toutes les religions, des agnostiques et des athées vertueux ! Elle affirme ainsi dans la lignée de la pensée de Spinoza la primauté de l’esprit sur la matière, ouvrant une voie sans limites au perfectionnement de l’homme ayant la volonté de pratiquer le bien, le bon, le juste.

La franc-maçonnerie se propose de réunir les hommes vertueux, sans distinction de toutes les religions, de toutes les classes sociales, elle s’interdit pratiquer dans ses loges toutes discussions politiques ou religieuses.

 

Dans une évolution plus récente une partie de la franc-maçonnerie essentiellement en France, renonce à toute référence au principe du Grand Architecte de l’Univers, elle n’est pas pour autant constituée d’athées stupides c q f d.

 

Les hommes justes et bons épris des merveilles de la nature, animés par la droite raison, méritent sans contestation d’être reconnus comme membres de cette fraternité initiatique. Refuser ou contester cette appartenance (problème de la régularité) serait pour le moins dogmatique, donc contraire même à l’esprit maçonnique de tolérance, d’ouverture, de tempérance et d’universalisme, contraire aussi à l’esprit des lumières. ‘Il y a plusieurs pièces dans la maison du père’ et qui serais-je pour porter un jugement définitif sur mes frères ?

 

C’est cet esprit qui fût repris par Spinoza et Kant. L’on retrouve cela parfaitement exprimé dans l’Éthique Livre IV :

 

« Il n’existe dans la nature aucune chose singulière qui soit plus utile à l’homme qu’un homme vivant sous la conduite de la raison. »

 

C’est sous cet éclairage que naît l’homme des lumières du XVIII ème siècle, le philosophe des lumières, ou encore le franc-maçon spéculatif avec son compas largement ouvert. Cet homme décrit par Diderot dans sa notice Éclectique de son Encyclopédie.

 

« L’éclectique est un philosophe qui, foulant aux pieds le préjugé, la tradition, l’ancienneté, le consentement universel, l’autorité, en un mot tout ce qui subjugue la foule des esprits, ose penser lui-même, remonter aux principes généraux les plus clairs, les examiner, les discuter, n’admettre rien que sur le témoignage de son expérience et de sa raison (…) L’ambition de l’éclectique est moins d’être le précepteur du genre humain que son disciple ; de réformer les autres, que de se reformer lui-même. »

 

Cette description de l’homme des lumières, est comparable à l’aspiration du franc-maçon, qui entend d’abord se reformer lui-même, avant de reformer les autres et le monde. Contrairement aux apparences il n’y a pas rejet de ‘la tradition’ mais rejet des dogmes imposés, il nous faut remonter aux idées claires, pures, originelles à la ‘tradition primordiale’ au sens où l’entend par exemple René Guénon, enfin gagner la liberté de penser par soi-même.

 

Pourquoi aujourd’hui encore, faisons-nous référence à cette figure emblématique de l’homme des lumières, à cet esprit des lumières ? Sans doute parce que nous sommes à la recherche d’un optimisme perdu, enlisé dans le conformisme d’une société trop matérielle, trop uniformisée, non plus universelle au sens des lumières, mais mondialisée par les marchands.

Ce monde est gangréné par l’individualisme, qui est forme dévoyée de l’individuel, une fausse liberté.

 

Faut-il une nouvelle révolution pour redonner de l’avenir à l’humanité ?

Condorcet qui fût jeté en prison par Robespierre et sa terreur, comparable à la terreur blanche des royalistes. Condorcet malgré cette terreur continua d’avoir confiance en l’homme, il ne faut donc pas désespérer. Je cite :

 

« Tout nous dit que nous touchons à l’époque d’une des grandes révolutions de l’espèce humaine. Qui peut mieux nous éclairer sur ce que nous devons en attendre ; qui peut nous offrir un guide plus sûr pour nous conduire au milieu de ses mouvements, que le tableau des révolutions que l’on précédée et préparée ?

L’état actuel des lumières nous garantit quelle sera heureuse ; mais aussi n’est-ce pas à condition que nous saurons nous servir de toutes nos forces ?

Et pour le bonheur qu’elle promet soit moins chèrement acheté, pour qu’elle s’étende avec plus de rapidité dans le plus grand espace, pour qu’elle soit plus complète dans ses effets, n’avons-nous pas besoin d’étudier dans l’histoire de l’esprit humain quels obstacles nous restent à craindre, quels moyens nous avons de les surmonter ? »

(Extraits de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet.)

 

À suivre : Les lumières de la raison, les lumières et la religion, un débat autour des lumières…

 

Jean-François Guerry.

L'HOMME DES LUMIÉRES

Commenter cet article

claudius 23/06/2020 14:06

Quel est le poids de la Franc-Maçonnerie dans le Monde, les flambeaux qu'elle tend pour éclairer ceux qui sont dans les ténèbres, n'ont hélas que la luminosité d'un petit vers luisant!!!!!
Nous sortons d'un confinement à caractère mondial, il devrait être celui d'avoir permis une mûre réflexion à cette multitude dans sa diversité, afin que ce soit un nouveau siècle des lumières, hélas nous n'en prenons pas le chemin, il est celui d'avoir constaté chez nous en France dans les masses leur appauvrissement culturel dominé par l'instinct qui ne tient pas compte de la raison à se méfier des dangers sournois du mortifère virus, la foule s'est lâchée dans une agitation hystérique lors de la Fête de la musique, qui n'était pas celle qui sublime la beauté des sentiments !!!!!!!
Ah!!! Grand Architecte de l'Univers !!!Délègues nous un nouveau Périclès, capable de trouver les mots, pour enflammer les hommes à plus de justice,de raison, pour les sauver d'un ultime destin!!!
Claudius

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog