Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le
LIRE LES APOPHETGMES

Lire les Apophtegmes

 

 

Le retour aux origines à la Lumière des premiers jours, à la source des fleuves, au premier souffle de vie, à la naissance de la terre à la naissance et l’ouverture de l’esprit est une quête perpétuelle, spirituelle.

Elle passe par la confrontation avec les éléments, leur simplicité

Etre proche de la nature, est une préoccupation de plus en plus grande, le désir de sortir du béton, de la minéralisation de nos mégalopoles du retour aux choses simples, comme un besoin de purification devient de plus en plus intense. Etre proche de la nature, c’est être proche de soi, de son être intérieur.

S’isolé du bruit, des apparences, de la surabondance des images artificielles s’assimile de plus en plus à « la qualité » qui renverse le règne de la quantité, c’est le besoin de sobriété.

S’isolé n’est pas toujours fuir l’autre, mais prendre le temps de l’écoute de l’autre, de tout ce qui ne compte pas et qui compte le plus. Partager des moments d’amour fraternel en silence.

 

Retracer le chemin à la recherche des paroles mémorables, interroger sa mémoire, retracer la géométrie sacrée. Boire à la fontaine de jouvence.

 

Au commencement était la parole… elle a fleuri dans le désert, elle est imputrescible, comme l’acacia vivant planté sur le tertre.

Boire les paroles, retrouver la route de l’Orient spirituel, remettre du sacré dans la vie, reprendre le chemin du divin. Refaire la route du profane au sacré.

Texte de Peter Sloterdijk :

 

« Le monde moderne a voulu supprimer l’orientalisme dans la vie spirituelle et intellectuelle de l’occident. Jusqu’à la fin du Moyen-Âge, la proximité avec l’Orient était une donnée primordiale dans la cartographie spirituelle. Le terme géographie Proche-Orient avait aussi un sens spirituel. Dans la représentation du monde des croisés, Jérusalem était au centre.

À partir du XVIème siècle, les liens avec l’Orient ont été interrompus pour que s’établisse une relation impérialiste aux XVIIIème et XIXème siècle. Dans la marche vers l’Occident, le christianisme s’est de plus en plus éloigné de ses origines. Pour s’en convaincre il suffit de lire les Apophtegmes des Pères du désert. »

Les Apophtegmes sont de véritables fleurs du désert, leur suc est un véritable nectar, une boisson pure divine, des paroles sources, des échelles spirituelles, rencontres du céleste et du terrestre au centre du cœur.

 

Jean-François Guerry.

LIRE LES APOPHETGMES

Apophtegmes

 

Un frère demande à un ancien : " Dis-moi : Comment me sauver ?". L'ancien lui répond : " Si tu peux être injurié et le supporter, c'est une grande chose, plus grande que toutes les vertus".

 

Si des mauvaises pensées te font la guerre, ne les cache pas, mais dis-les tout de suite à ton abba. Plus on cache ses pensées, plus elles deviennent nombreuses et fortes. C'est comme un serpent : sorti de son trou, il s'enfuit aussitôt. Ainsi la mauvaise pensée s'en va dès qu'on la montre.

Mais si on la cache, c'est comme un ver dans le bois, elle détruit le coeur. Celui qui montre ses pensées est aussitôt guéri ; celui qui les cache se rend malade d'orgueil.

Un jour, quatre frères de Scété, habillés de peaux de bêtes, viennent trouver le grand Pambo. Chacun lui parle de la bonne action de son voisin, celui-ci n'étant pas là. Le premier jeûne beaucoup. Le deuxième est pauvre. Le troisième possède une grande charité. Et du quatrième ils disent : " Depuis vingt-deux ans, il obéit à un ancien".

Abba Pambo leur répond : " Je vous le dis, la vertu de ce frère est la plus grande. En effet, chaque frère a obtenu la vertu qu'il voulait posséder. Mais ce frère-là a dit non à sa volonté égoïste, et il fait la volonté d'un autre. Des hommes comme lui sont des martyrs s'ils tiennent bon jusqu'à la fin".

L'abba Évagre dit : "Quand une pensée ennemie monte dans ton coeur, ne cherche pas à prier d'une manière ou de l'autre, mais aiguise l'épée des larmes".

 

Abba Poémen disait souvent : " Ce qu'il nous faut, c'est une intelligence en éveil".

Commenter cet article

cincinnatus 06/07/2020 11:59

Chouette, même si on ne va pas manquer de se gausser de mon inculture, ce soir je me suis instruit!
"Apophtegme" dîtes vous, késako, vite rendons nous sur le Larousse et la lumière qui nous est si chère jaillira!
Ça y est j'ai pigé!
Revenons à l'article de l'ami Peter Sloterdjik (kicé celui là?), on y lit, ceci:
"Dans la marche vers l’Occident, le Christianisme s’est de plus en plus éloigné de ses origines", la chose est vraisemblable et on peut se demander où est le "P'tit Jésus" dans toutes les horreurs commises en son nom?
Mais ne soyons pas sectaires, il en va du monde religieux comme il en va des grandes philosophies et religions qui ont pu être mises en avant à un moment ou à un autre de l'histoire.
Quand j'étais jeune, l'étude en classe du "Manifeste du parti communiste" m'avait séduit, mais à la même époque j'avais eu entre les mains le fameux "J'ai choisi la liberté" de Kravchenko (ouah j'ai des lettres!), aussi force me fût de constater qu'entre le principe du Marxisme et son application, beurk, ...il y avait un monde et tout cela n'était pas tout à fait cohérent!
De même, les idées de Proudhon, Louis Blanc, Fourrier, Guesde, etc...m'avaient enthousiasmé, mais aïe, peut- on dire que le "Socialisme" tel qu'on le connaît est le continuateur naturel de tous ces utopistes, je m'interroge!
Pour ne vexer personne je poserai aussi la question de savoir si tous ceux qui se réclament maintenant du Gaullisme, savent bien qui était le Grand Charles !
J'en viens tout naturellement, et vous vous y attendiez, à la FM, celle que nous connaissons peut- elle être qualifiée d’héritière légitime de la FM « primitive », j’ai quelques doutes !
Affreux « réact » dirons les « progressistes », j’en suis resté aux idées qu’on m’avait inculquées (au siècle dernier !) sur cette étrange société qui prônait la fraternité, qui se réclamait du Grand Architecte, qui assumait d’être strictement masculine, et qui ne transigeait pas avec les recommandations ou exigences de la Bible en matière de mœurs.
Tout cela, au nom d’un modernisme outrancier est foulé au pied et on ne sait plus trop sur lequel danser !
S’il faut vivre avec son époque, moi je veux bien, mais quant à jouer les iconoclastes, (depuis quelques jours c’est à la mode), pas question, je souhaiterais que l’on reste fidèle aux traditions de l’Ordre et que l’on mette un terme aux dérives de celui-ci.
Certes je ne vais pas me faire de nouveaux amis!,

07/07/2020 08:44

Bonjour Cincinnatus

Beau et long commentaire, j'aime les racines sauf celles des pissenlits bien sûr a consommer le plus tard possible. Sérieusement en complément de ton commentaire il est intéressant de constater qu'à chaque fois qu'il y a création d'une nouvelle obébience maçonnique elle revendique être la plus proche des racines de la Franc-Maçonnerie, de la tradition. C'est sans doute désobligeant pour les autres et un peu teinté d'orgueil et de vanité. Cela démontre néanmoins la recherche d'une certaine pureté et le refus de la dégradation des principes et des idées. Il convient toutefois de ne pas succomber ni à la nostalgie ni au c'était mieux avant ambiant. La FM comme toute institution se doit d'être vivante, en prenant soin de regarder les lumières du passé pour avancer dans le labyrinthe de l'avenir. Recherche de la 4 ème dimension, de la quadrature du cercle, de la réunion de ce qui est épars. En tout cas c'est une institution humaine, avec ses qualités et ses défauts.
JF

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog