Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le
IPSÉITÉ ET CHEMIN INITIATIQUE

IPSÉITÉ ET CHEMIN INITIATIQUE

 

 

Le profane qui frappe à la porte du temple maçonnique, est à la recherche des réponses à ses questions existentielles, et d’une méthode pour parvenir à obtenir les réponses.

Il a déjà une certaine conscience de son soi, il est prêt, pour entreprendre une recherche spirituelle. Son premier questionnement est « Qui suis-je ? ». Qui suis-je vraiment.

 

Cette question il se la pose souvent au midi de sa vie, il sent que le temps presse. Il a conscience de son soi à ce moment donné, il a conscience aussi de l’évolution de son soi dans le temps, des modifications de ce qu’il est.

 

Qui n’a pas rêver des retrouvailles avec sa jeunesse, avec ses amis de jeunesse. Pour avoir réalisé ces rencontres, ces retours à l’avant, j’ai pu faire le constat que j’ai changé, que les autres ont changés, que nos chemins ne sont plus les mêmes. Ce qui dans notre jeunesse nous rapprochaient les uns des autres, jusqu’à croire que nous étions semblables, les mêmes. Cette mêmeté a pour partie été modifiée. Notre avons pris conscience de notre ipséité notre conscience, notre individualité, mais celle-ci a évoluée.

 

La bonne question au moment où nous poussons la porte du temple serait donc que suis-je ? et non qui suis-je ?

 

J’en appelle à Paul Ricœur pour mieux définir mêmeté et ipséité. La mêmeté ou l’idem en latin, le même, et l’ipséité au sens de l’ipse ou du soi-même.

La mêmeté se caractérise par ce qui est immuable dans le temps, comme les objets inertes (une table, une chaise..). Comme certains caractères d’un curriculum vitae, mais d’autres changent avec notre parcours de vie. Qui suis-je, c’est que je veux montrer à autrui et non le que suis-je.

 

Preuve en est après quelques années d’initiation maçonnique, l’autre nous dit tu as changé et pourtant je suis le même.

L’ipséité n’annule pas la mêmeté, mais la complète, elle est recherche de complétude. Au fil de l’initiation nous rencontrons les formules : « Je suis ce que je suis ; soit ce que tu es, ou encore je suis le même et un autre pourtant. »

 

L’initiation avec la prise de conscience de son soi, a permis l’accès à la connaissance de son être intérieur, son évolution, sa transmutation, une véritable métamorphose.

 

Dans le langage populaire des expressions expriment ce changement : j’ai changé, j’ai évolué…

 

« À partir de la notion d’ipséité, Paul Ricœur nous conduit ainsi à un concept d’identité souple et dynamique, qui immunise contre le danger d’un retour, fût-il indirect, vers un moi fort… »

 

Il s’agit là d’un combat conscient contre l’ego. L’ipséité c’est être le même et différend à la fois, peut-être un début de sagesse. Le maître qui résisté à l’injustice, qui respecté ses serments meurt au vulgaire mais réapparait plus radieux que jamais. Notre vie est une collection d’histoires, l’initiation maçonnique une succession d’états de conscience, une montée progressive sur les barreaux de l’échelle mystérieuse, une transformation permanente du même homme.

 

La gageure est comment tenir, faire perdurer les valeurs essentielles contenues dans notre mêmeté et les changements de notre ipséité. Il nous faut force et courage, sens de l’honneur, dignité.

 

Ce n’est pas simple, il nous faut tenir compte de notre faillibilité, de notre confrontation avec l’altérité. Être capables en toutes circonstances de juger par nous-mêmes. De distinguer le vrai du faux, le juste de l’injuste.

 

Corine Pelluchon cite Emmanuel Levinas, il faut que :

« Que l’humanité installée puisse à tout moment s’exposer à la situation dangereuse où sa dignité reste à la merci d’une voie subjective… »

 

Il faut sans cesse combattre toutes les dictatures, de toutes sortes, politiques ou religieuses.

« Notre obligation est d’abriter toute l’humanité de l’homme dans la cabane ouverte à tous les vents de la conscience. » (Réf à la fête juive de la Cabane Soukkah (cabane, hutte), c’est la fête qui célèbre les récoltes, la joie et l’assistance divine)

 

Notre ipséité, l’évolution de notre soi est une chance contre l’intégrisme, l’extrémisme qui pourrait envahir notre pensée. Notre tolérance fraternelle sans laxisme, doit toujours être présente en nous.

 

Notre ipséité, l’évolution initiatique de notre soi, ne doit pas nous faire oublier l’amour de l’autre et l’humilité :

 

« Je vois la dignité où vous êtes élevé et de quelle hauteur maintenant vous pouvez tomber. » (Saint-Bernard de Clairvaux)

 

Ou encore Corine Pelluchon :

« L’humilité est un breuvage amer qui me fait prendre conscience de mes limites, de ma faillibilité, du fait que les défauts que je vois chez autrui sont aussi en moi… »

 

L’ipséité ce que nous sommes à chaque moment, nous oblige à une constante construction, réparation de nous-mêmes, par adaptations progressives et continues. En cherchant avec constance et persévérance malgré l’usure et les circonstances à réunir ce qui est épars, pour nous réparer, nous reconstruire, sans oublier ce que nous sommes, et avec force et humilité apporter nos pierres dans l’édifice avec la truelle et le ciment de l’amour fraternel.

 

Jean-François Guerry.

 

 

 

Sources : Paul Ricœur, Corine Pelluchon, travail personnel.

Lectures : Cahiers de l’Alliance N°6. Comprendre Lévinas de Corine Pelluchon.

IPSÉITÉ ET CHEMIN INITIATIQUE
IPSÉITÉ ET CHEMIN INITIATIQUE

NOTE DE L'ÉDITEUR

Emmanuel Levinas a renouvelé en profondeur la philosophie, qu'il s'agisse de la définition de la subjectivité par la responsabilité, des implications politiques de cette conception du sujet ou de son insistance sur la corporéité, pensée comme vulnérabilité ou associée à une phénoménologie du " vivre de " et des nourritures.

Dans un séminaire qui s'adressait à des étudiants en philosophie et à des soignants, Corine Pelluchon donne les clefs pour comprendre cette œuvre exigeante et communique une expérience de pensée liée à la manière dont la réflexion et le style de Levinas l'ont bouleversée. Elle montre en quel sens il a inspiré ses propres travaux, qui prolongent et parfois discutent ses thèses, soulignant aussi l'actualité de Levinas, y compris lorsqu'on s'intéresse à des sujets sur lesquels il ne s'est pas exprimé, comme la médecine, l'écologie et le rapport aux animaux.



Corine Pelluchon est philosophe et professeur à l'université Gustave-Eiffel. Elle a publié une dizaine d'ouvrages.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog