Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
HILDEGARDE DE BINGEN - Une féministe entre terre et ciel

HILDEGARDE DE BINGEN, UNE FEMME DE LUMIÈRE !

 

Entre le premier et le deuxième millénaire, une femme exceptionnelle à la fois, philosophe, écrivaine poétesse, écologiste, soignante, pharmacologue, musicienne, féministe, indépendante, ne fût pas qu’une mystique visionnaire, cette contemporaine allemande de Bernard Clairvaux, à vécu au temps des croisades. Elle n’hésita pas à s’opposer à la fois au pape et aux chefs d’états, a été une véritable encyclopédie à elle seule elle vécue, malgré une santé dans sa jeunesse jusqu’à l’âge de 81 ans une exception pour son époque.

 

Cette femme mis fin à la prévarication morale de la genèse, la faute originelle de la femme et la chute, qui permettait le maintien de l’obscurantisme religieux, elle annonça donc à sa manière le siècle des lumières qui viendra bien plus tard. Il suffit de lire la biographie de Régine Pernoud pour finir de s’en convaincre.

 

Dans cet Antiphonaire, le refrain de ce psaume du chant grégorien Hildegarde de Bingen a écrit :

 

         « Antiphonaire à Marie »

Qu’il est grand le miracle !

Dans la figure humble de la femme entra la Reine.

Ainsi voulut Dieu

Car l’humilité s’élève au-dessus de tout.

Oh ! la béatitude que recèle cette figure !

Car le mal dont s’est rendue coupable la femme cette femme, plus tard, l’a anéanti, répandant le doux parfum de la force divine et ainsi elle orna le ciel bien plus que jadis la femme n’a perturbé le monde.

 

On a retenu de Hildegarde de Bingen ses visions mystiques en lien avec sa théologie cosmique. Mais aussi la particularité de ses chants grégoriens, elle à produit aussi les biographies de Saint Disibod et de Saint Ruppert. On verra qu’elle s’intéressa aussi à l’architecture sacrée romane.

 

Ses œuvres littéraires : Le Scivias, Le Livre des mérites de vie et le livre des œuvres divines forment un véritable triptyque visionnaire.

 

Quel rapport me direz-vous entre cette femme et la Franc-Maçonnerie ? Cette visionnaire est sur les traces des prophètes comme Ézéchiel et Jean de Patmos que l’on rencontre dans les rituels maçonniques.

Est-ce la conscience de Hildegarde qui parle à travers ses visions, est-elle la voie d’une transcendance, que l’on qualifie de Dieu ou du Grand Architecte ? Elle écrit à ce sujet :

 

« O homme fragile, cendre de cendre, pourriture de pourriture, dis et écris ce que tu vois et entends. Mais parce que tu es timide pour parler et peu habile pour exposer et peu instruite pour écrire ces choses, dis et écris non selon la bouche d’homme, ni selon l’intelligence d’une invention humaine, ni selon la volonté de composer humainement, mais selon ce que tu vois et entends de célestes merveilles venues de Dieu. Répète-les telles qu’elles te sont dites à la manière de quelqu’un qui entend les mots de celui qui l’instruit, et expose-les selon la teneur de la parole telle qu’elle est voulue, qu’elle t’est montrée et telle qu’elle t’est prescrite. Ainsi donc, toi homme, dis ce que tu vois et entends. Cela non à ta manière, ni à la manière d’un autre homme, mais selon la volonté de Celui qui sait, voit et dispose toute chose dans le secret de Ses mystères. »

 

Hildegarde de Bingen défit avec ses paroles, la parole de sa hiérarchie ecclésiastique. Bernard de Clairvaux viendra la soutenir, il a dit d’elle :

« Qu’il fallait se garder d’éteindre une aussi admirable lumière animée de l’inspiration divine. »

 

Hildegarde fût donc une sainte féministe, connue pour son franc-parler. Elle était en lutte, « contre les maîtres et les prélats endormis, qui ont délaissé la justice. » Hildegarde étonne et détonne au milieu de ces hommes suffisants, elle revendique néanmoins son ignorance, son manque de culture, sa misérable condition de femme, alors que pour son époque elle est extrêmement cultivée.

 

Ses visions d’Hildegarde se font en pleine conscience, ce qui la place plus du côté des prophètes que des mystiques, elle agit donc dans le siècle, dans le but de modifier son siècle.

 

Les Francs-Maçons observeront que sa méthode de travail est allégorique, quelle repose sur la personnalisation et le symbole. Elle associe à ses recherches la géométrie, la nature, les matériaux comme les pierres, fussent t’elles précieuses, elle ne laisse pas de place au hasard. Hildegarde parle d’horizontalité, de verticalité. Ainsi elle délimite l’espace, elle voit une harmonie par exemple entre l’architecture romane et l’homme. Autre exemple concernant sa définition des points cardinaux, Hildegarde est terrorisée par le nord, les points cardinaux ne sont pas des zones neutres. Les Francs-Maçons du Rite Écossais Rectifié eux aussi pensent que les points cardinaux ne sont pas zones neutres :

 

L’ORIENT - terre de salut – science du bien

L’OCCIDENT – terre de crainte – science du mal

Le MIDI – terre de justice – science de la perfection

Le NORD – terre de terreur – science des fautes

 

On notera également que les églises romanes n’ont pas d’ouverture dans la partie nord. Pour le Frère D-F :

« Sa vision de l’espace est en accord avec la conception scientifique actuelle, l’espace n’est pas vide mais composé d’un nombre incalculable de corps célestes (étoiles, galaxies).»

HILDEGARDE DE BINGEN - Une féministe entre terre et ciel

 

Hildegarde fait également un rapport entre ses visions et les énergies : vision de Dieu et énergie divine, vision de l’univers et énergie cosmique, vision de l’homme et énergie humaine. Nous pouvons faire une analogie entre le G A D L U et l’énergie divine agissante créatrice, cette énergie organisatrice nous fait penser au « Grand Horloger » de Voltaire.

 

Une autre notion importante de Hildegarde « La Viridité » du latin VIRIDITAS, qui signifie verdeur, vitalité, fécondation. On retrouve là les idées que défendra René Descartes, la séparation corps esprit et d’une autre manière la pensée d’Emmanuel Levinas qui lui ne voit une diachronie entre corps et esprit et non pas une synchronie.

 

Pour Hildegarde l’homme est perméable aux énergies cosmiques. Au contact de ces énergies il éveille sa conscience peu à peu, instituant ainsi un rapport entre le macrocosme et le microcosme. Dans cette position intermédiaire entre terre et ciel, il tend vers la spiritualité, il acquiert une conscience plus élevée, plus spirituelle. Comment grâce à ce que les philosophes antiques appelait les exercices spirituels bien définis par Pierre Hadot.

 

Élever sa conscience spirituelle tout en sachant, humblement que nous n’atteindrons jamais, la perfection mais en ayant le désir. C’est le parcours initiatique du Franc-Maçon qui travaille avec persévérance et fidélité, qui sait qu’il n’est pas nécessaire de réussir pour persévérer… Il dira encore au terme de ses degrés de perfectionnement : « J’ai encore à me perfectionner .. » cette formule prend là tout son sens.

L’homme pour Hildegarde est à la fois un récepteur et un émetteur d’énergie, recevant l’énergie il a la force de remettre de l’ordre dans le chaos, en fuyant le vice et pratiquant la vertu pour faire régner la justice. On arrive là à une sorte d’harmonie de symphonie c’est ce que pense aussi Hildegarde. Ces visions, lui inspire cette triade : « L’éternité est le père, le verbe est le fils et le souffle est l’esprit. »

 

L’énergie divine d’Hildegarde est le feu divin régénérateur, le feu porteur de lumière, qui pénètre le corps et l’âme de l’homme. Ce feu a besoin d’être entretenu par l’intelligence humaine, mais surtout par la force infinie de l’amour. C’est ce feu, cette force mystérieuse de l’amour qui amène l’homme vers la sagesse, l’humilité, la paix et la justice.

 

Nous pouvons faire aussi un rapprochement entre l’énergie et les éléments terre, eau, feu mais surtout l’air, le souffle. Hildegarde relie ces éléments à sa Viridité, dans des cercles concentriques et spiralés. Une succession ténèbres lumière qui élève peu à peu vers un équilibre, une harmonie spirituelle. L’homme devient un constructeur solide, trapu, les pieds sur terre la tête dans le ciel, c’est cet homme qui a édifié les églises romanes.

 

Il faut lire sur ce sujet l’initiation à la symbolique romane de Marie Madeleine Davy – la note de l’éditeur pour extrait : « …le monde est un, du macrocosme au microcosme,

, et il est le signe de l’invisible. L’art et ses symboles l’enseignent. Du portail de Cluny à la littérature du Graal. »

 

Quelle est la doctrine d’Hildegarde ? C’est la restauration du nouvel homme, du nouvel Adam. Elle a inscrit l’homme dans un cercle, comme Vitruve et Léonard de Vinci. Elle s’efforce de démontrer la puissance de l’esprit sur la matière, du compas sur l’équerre, concrétisant la conscience spirituelle de l’homme. Pourquoi la musique revêt aussi pour elle une importance majeure, parce qu’elle est l’art de l’harmonie. Elle savait en pédagogue que cette régénération de l’homme devait être joyeuse. Elle met en rapport la parole, le souffle et la musique pour faire une symphonie. Je cite Hildegarde :

 

« L’âme est symphonique de même la parole désigne le corps, la symphonie manifeste l’esprit, car l’harmonie céleste annonce la Divinité et la parole publie l’humanité du fils de Dieu. »

 

La musique d’Hildegarde est un outil pour la méditation, cette musique écoutez les yeux clos, ouvre l’âme.

 

Jean-François Guerry.

 

 

Les auteurs qui ont inspirés cet article : Marie Madeleine Davy, Régine Pernoud Biographe de Hildegarde, D F un Frère des Marches de Bretagne.

 

 

HILDEGARDE DE BINGEN - Une féministe entre terre et ciel
HILDEGARDE DE BINGEN - Une féministe entre terre et ciel

Les chants grégoriens tardifs composés par Hildegarde, la mélodie va du plus grave au plus aigu. Le mouvement mélodique oscille de la tonique à la dominante pour retourner à la tonique, en vertu du principe d'unité, imprimant une forte solidité. La sonorité transperce l'âme et éveille l'esprit.

La tonique grave monte du ventre vers les aigus jusqu'à la tête pour redescendre à nouveau. Créant une sublime harmonie.

D.F

Commenter cet article

Galinier 13/09/2020 17:38

Hildegarde de Bingen, est une visionnaire mystique qui m'émerveille. Elle était pour la musique, en relation directe avec Dieu, les sons en provenance de l'au-delà. C.G

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog