Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Maria Deraismes

Maria Deraismes

DU TESTAMENT PHILOSOPHIQUE MAÇONNIQUE

 

 

Un testament dans le monde profane est protégé, scellé du sceau du secret, déposé dans les minutes d’une étude notariale pour être reconnu sans tergiversations comme authentique.

 

En ce qui concerne les testaments philosophiques maçonniques rédigés par les postulants aux mystères de l’initiation, après leur communication ils sont en principe remis à leurs auteurs dans une enveloppe close afin qu’ils en est à jamais le souvenir.

 

J’ai découvert que dans certaines obédiences ces testaments étaient archivés, c’est le cas semble-t-il au Droit Humain.

Après avoir lu l’excellent livre de la Commission Histoire de la Fédération française le Droit Humain paru récemment sous le titre : Soyez parfaites, mes sœurs ! Les pionnières du Droit Humain dont les auteures sont Annick Drogou et Dominique Segalen ; elles ont rédiger une biographie des fondatrices de cette obédience mixte, ces biographies font ressortir leurs combats pour la Liberté et l’Égalité des femmes.

 

Au terme de chaque biographie l’on peut lire leur curriculum vitae maçonnique et en épilogue leur testament philosophique dévoilant leurs motivations pour intégrer l’ordre maçonnique, l’idée qu’elles se font de leurs devoirs de femme envers l’humanité et la patrie, leurs devoirs envers elles-mêmes et enfin leur testament.

 

Je vous livre donc le testament de Maria Deraismes la plus emblématique de ces pionnières, à l’aune de ce testament qui résonne comme une profession de foi, l’on comprend la détermination de cette femme remarquable :

 

« À la question : Quel est votre but en entrant dans la Maçonnerie ? Elle répond : Mon but est de mettre fin au préjugé qui exclut les femmes, car j’ai le ferme espoir que grâce à leur admission, il pourra s’accomplir au sein des loges une œuvre de relèvement général des consciences. »

 

 

« À la question : Quels sont les devoirs de la femme envers l’humanité et envers la patrie ? Elle répond : Faite par la nature pour être l’agent moralisateur dans la famille et dans la société, son premier devoir est de répandre les principes de la morale, celle même de la direction de la vie sans laquelle il n’y a ni grand caractère ni grandeur, c’est le plus éminent service qu’elle puisse rendre à l’humanité et à la patrie. »

 

 

« À la question quels sont les devoirs de la femme envers elle-même ? Elle répond : Développer ses facultés supérieures, étudier les questions avant de porter un jugement et être soucieuse de sa dignité. »

 

 

« Testament : Mes travaux, mes écrits, mes discours disent assez quel a été le but de ma vie, combattre l’erreur et l’injustice. Certes, je n’ai pas la prétention de léguer un grand exemple après moi. Mais j’affirme que je laisserai celui de la plus profonde conviction dans la progressibilité indéfinie de l’humanité et du plus sincère amour pour mes semblables. »

 

Si tels secrets pouvaient êtres dévoilés ils feraient progresser l’humanité mais aussi la loi d’amour entre les hommes.

 

Jean-François Guerry.

 

 

 

Pour aller plus loin lire :

 

Soyez parfaites mes Sœurs ! Les pionnières du DROIT HUMAIN. De Annick Drogou -Dominique Segalen.

 

Numérilivre – Éditions des Bords de Seine – 368 Pages – 20€

 

ISBN : 978 2 36632 1456.

   

DU TESTAMENT PHILOSOPHIQUE MAÇONNIQUE

4 avril 1893. Seize femmes, dans le sillage de Maria Deraismes, s’apprêtent à braver l’interdit en posant l’évidence de la Maçonnerie en mixité, dans l’équité de statut et dans l’égalité d’identité.
Qui sont-elles ? Des indignées.
Indignées par le sort déprécié fait aux femmes, par l’absence de tous droits, par les injustices dont sont victimes les enfants. Révoltées par les exactions dont la société donne le triste spectacle historique et politique.
Féministes, conférencières, philanthropes, pacifistes, elles honorent une réputation justifiée de militantes insérées dans le tissu politique, social et civique.
À ces femmes reconnues pour leur maîtrise de la parole publique et écrite, la Franc-Maçonnerie va apprendre la maîtrise du silence.
Et le cheminement initiatique les confirmera dans la certitude qu’elles ne sont pas condamnées à une place définitivement inférieure, en leur offrant l’espace de leur juste place librement, mutuellement et rituellement consentie.
Prenez place…

Commenter cet article

cincinnatus 25/10/2020 21:17

Que les choses soient claires mon cher JF, nous n'avons pas à faire preuve de modestie ni d'humilité à l'égard des femmes pas plus que nous avons à prétendre posséder une fallacieuse et illusoire supériorité sur elles!
Nous avons simplement à nous manifester mutuellement le respect et la considération qui doivent caractériser les rapports entre les humains.
Cependant les hommes restent les hommes et les femmes restent les femmes, tous avec leurs spécificités, leurs forces et leurs faiblesses, c'est ainsi que le GADLU a voulu que les choses soient et même si depuis un certain temps on ne sait plus trop qui est qui, cela ne change rien à la marche du monde!
C'est pourquoi je m'insurge, (en rigolant) devant les excès commis par certaines furies qui, elles , ont tendance à mépriser le sexe opposé au nom de je ne sais quelle évolution des moeurs.
C'est en partie parce que le rôle séculaires des femmes dans le domaine de l'éducation est dorénavant mal rempli par nombre d'entre elles, pour cause d'activités diverses, notamment de nécessités financières, que notre civilisation se dégrade, aussi ferait on bien de remettre les pendules à l'heure.
Maria Deraisme, je pense, l'avait compris!

27/10/2020 08:33

Merci Cincinnatus de tes points sur les i
Fraternellement

cincinnatus 25/10/2020 09:17

"Faite par la nature pour être l’agent moralisateur dans la famille et dans la société, son premier devoir est de répandre les principes de la morale, celle même de la direction de la vie sans laquelle il n’y a ni grand caractère ni grandeur, c’est le plus éminent service qu’elle puisse rendre à l’humanité et à la patrie. »
Je ne suis pas convaincu, mais alors pas du tout, que les féministes actuelles partagent ce point de vue qui m'apparait à moi, mâle d'un autre âge, comme évident!
Je m'attends à recevoir une volée de bois vert de la part des "me too" et autres amazones quelque peu excentriques et excitées, et d'avance je leur demande de ménager mes vieux os!
Quant aux autres femmes, je dirai les vraies, je leur exprime tout mon respect et toute mon affection!

25/10/2020 10:56

Mon Cher Cincinnatus : Quelle clameur de l'aventin en ce dimanche matin, le titre seul du livre oblige au respect : Soyez parfaites mes soeurs... J'ai lu le combat de toutes ces femmes pour acquérir leur liberté, leurs droits les plus élémentaires, souvenons nous par exemple que la Finlande dès 1906 accordait le droit de vote aux femmes, suivie en 1913 par la Norvège, en 1915 par le Danemark, 1917 les pays-Bas, 1918 l'Allemagne, l'Estonie, la Hongrie,l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, le Royaume Uni (à 30ans), en 1919 la Belgique, Le Luxembourg, 1931 l'Espagne et enfin la France en 1944.
À un moment ou l'on parle de la liberté d'expression et de laïcité cela devrait nous incliner à plus de modestie et d'humilité, vis à vis de nos mères, de nos compagnes.
Bien sûr il y a toujours un mais, mais les exceptions ne font que consolider les généralités il est difficile d'admettre de nos jours encore le peu de cas que l'on fait de la place des femmes dans notre société !
Fraternellement
Jean-François

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog