Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
POSÉ SUR MON BUREAU

POSÉ SUR MON BUREAU

 

J’ai toujours un livre posé sur mon bureau, chaque matin je l’ouvre, avant que le soleil ne se lève, je cherche à l’intérieur, j’écoute le vent des pages qui tournent… En ce moment c’est Météores de Stéphane Barsacq…

 

Extraits du vent des pages…

 

Jean-François Guerry.

 

          FEU

 

« Un jour, on le saura ; un jour tôt ou tard, le méconnu sera reconnu ; jamais personne n’a été méconnu jusqu’à la fin des temps ; jusqu’à la mort, oui, peut-être ; mais jusqu’à la fin des temps, non. Ce jour-là, ce sont les terroristes et les rugissants qui seront anéantis, et pour toujours. Ils ne laisseront aucune trace. Leur nom sera même oublié ; on ne comprendra plus qu’ils aient pu faire autant de bruit, et on ne pourra même pas savoir qu’ils ont existé. Comme il est dit dans La Grande Pâques russe, ils disparaîtront comme disparaît la fumée ; ils fondront comme fond la cire à la chaleur du feu. (Vladimir Jankélévitch)

 

                                                                      CONFIANCE

 

Nietzsche, à 43 ans, à deux ans de sombrer dans la folie, déclarait : « Ma vie est juste en plein méridien : une porte se ferme, une autre s’ouvre » Moi, non. Sentiment de continuité. Impression que le meilleur est au-devant. Mon problème à présent est que je ne dissocie plus le futur du passé, comme si le futur devait à coup sûr me rapporter le passé. Peut-être est-ce la raison pour laquelle je reste optimiste, malgré tout : ce que j’ai vécu, je me dis que je vais le revivre. Comme si une loi indiquait qu’il faille pour coïncider avec son passé tout l’avenir, et même l’éternité.

 

 

Le Livre posé : Météores –Stéphane Barsacq – Revue NUNC _ Éditions de Corlevour.

 

En couverture : Stanislas Bouvier. Le soir huile sur toile.

4e de couverture :
“Météores ? En Grèce, on parle de « monastères suspendus au ciel ». Ici, ce sont des Fusées. Elles font écho à Mystica, le recueil d’aphorismes que Franz-Olivier Giesbert a consacré dans Le Point comme un « livre-culte ».
Depuis ces Météores, Stéphane Barsacq nous invite à scruter notre temps fait d’inquiétudes et de lueurs. Et à s’élever, quand tout alentour semble sur le point de s’effondrer.
Il est question d’amour et de grâce, mais encore de figures élues propres à inspirer à chacun l’insolence de se dresser face à « la contagion des ténèbres ».
Quand l’enjeu majeur n’est plus entre humanisme ou transhumanisme, mais entre la vie profonde ou le néant total, ce recueil fait le pari scandaleux de mettre à jour des paroles immémoriales.”

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog