Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
LA BEAUTÉ DES LARMES D'ARGENT

LA BEAUTÉ DES LARMES D’ARGENT.

 

Quand allons-nous pleurer avec des larmes d’argent ? à quand le retour de l’humilité. Dans son dernier livre Solange Sudarskis Il était une fois un mythe, Hiram, nous rappelle le Psaume 126-5,6.

Dans la chambre du milieu les maîtres pleurent la perte de l’Architecte tué par l’ignorance, le fanatisme et l’ambition. Nous dirions aujourd’hui par l’arrogance, l’ego, le désir de célébrité, la lumière des apparences, la volonté d’avoir avant de savoir, avant d’agir pour être.

Les larmes d’argent coulent sur les tentures de la loge en chambre du milieu, elles coulent aussi sur le drap mortuaire symbolisant les âmes lumineuses qui s’élèvent quand la chaire quitte les os, elles sont lumières de lune.

« Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent en chantant. »

« On s’en va, on s’en va en pleurant, on porte semence »

On s’en vient, on s’en vient en chantant, on rapporte des gerbes. » (Psaume 126-5,6) Chant du Retour, Cantique des montées.

 

Les larmes de lune d’humilité, annoncent le retour du maître plus radieux que jamais au soleil levant.

 

Jean-François Guerry.

 

 

À Lire : Il était une fois un mythe, Hiram de Solange Sudarskis. Éditions UBIK – Académie Maçonnique de Provence.

LA BEAUTÉ DES LARMES D'ARGENT
POUR COMMANDER LE LIVRE
J'ai le bonheur de vous faire bénéficier de textes qui m'ont été transmis par Claudius un lecteur du Blog. Ces textes ont été écrits par un franc-maçon humble et qui a souhaité rester anonyme.
LA BEAUTÉ DES LARMES D'ARGENT
Réflexion collective sur le Bonheur !


Avertissement. Ce texte n'est que la réunion des notes prises par les uns et les autres durant la soirée, d'où la sécheresse du style et l'absence de liens logiques systématiques.

 

Thème général : le bonheur

 

Peut-on le définir et si non, quels en sont les principaux caractères?

Argument contre l'existence du bonheur : si le bonheur est l'absence de souffrance, on a toujours une tension vers lui ; mais la satisfaction n'est jamais atteinte, les désirs sont toujours insatisfaits, et donc le bonheur est inaccessible. En effet, en cas de souffrance, on cherche à réduire cette souffrance par le plaisir ; quand ce plaisir est insuffisant, la souffrance demeure, et quand le plaisir dépasse cette souffrance, l'ennui prend peu à peu sa place. Dans tous les cas, le bonheur ne peut être atteint. Il est le plus souvent remplacé par la recherche de plaisirs.

Rapport entre plaisir et bonheur : le bonheur semble être un plaisir très intense. Comme le plaisir, il aide à réduire la souffrance. Mais, à la différence du plaisir, le bonheur ne peut pas céder la place à l'ennui et à la lassitude ; d'autre part, le bonheur est plus durable qu'un plaisir intense (le bonheur s'étale sur une échelle de temps moyenne à longue [sa durée est très variable et indépendante de son intensité], le plaisir à plus courte échelle). Enfin, les plaisirs semblent essentiellement liés aux sens, tandis que le bonheur est en rapport avec les sentiments ou l'intellect, et a plus à voir avec un état d'esprit qu'avec une sensation. Ainsi même un bonheur causé par une musique, par exemple, n'est pas directement lié à l'audition puisque ce bonheur est accompagné de la sensation qu'il y a quelque chose de plus à comprendre dans cette musique que les sons ; de plus, localiser précisément dans une pièce le passage musical créant le bonheur est impossible, contrairement aux plaisirs dont les causes sont aisément reconnaissables. Autre différence : le bonheur mobilise bien plus l'esprit que les plaisirs même les plus intenses, en ce sens qu'il peut empêcher totalement l'esprit de penser à autre chose, qu'il donne lieu à une plénitude de sentiment. Enfin, les bonheurs d'origines différentes donnent lieu à un sentiment unique, tandis que le sentiment de plaisir varie avec sa cause.

[Remarque : il semble difficile de parler du bonheur sans le ressentir au moment où on en parle. Cependant, il est possible de se remémorer des sentiments sans nécessairement les revivre, mais sous forme de concept (ce qui est différent d'une description intellectuelle), càd ressentis sous une forme atténuée en intensité mais qui en conserve tous les traits.]

Contrairement à une opinion répandue : il n'y a pas forcément de malheur correspondant à un bonheur. Le bonheur peut ainsi être intrinsèque, sans référence à l'absence d'une souffrance. Il semblerait que la dichotomie entre les bonheurs intrinsèques et les bonheurs antagonistes d'un malheur (d'une souffrance, d'un désir) recouvre exactement la dichotomie existant entre les bonheurs d'origine exclusivement personnelle (comme le bonheur intellectuel, ou par exemple celui d'une musique que l'on a toujours à disposition et qui ne dépend donc que de nous) et les bonheurs dépendant d'un facteur extérieur (les sentiments, une musique inaccessible...). Cf. Stoïcisme? L'attente peut renforcer le bonheur uniquement surtout dans le cas d'un bonheur extérieur.

On peut se demander si les bonheurs extérieurs sont vraiment des bonheurs ou simplement des plaisirs. En effet, par exemple, le bonheur de la reconnaissance publique d'une découverte n'est pas lui-même un bonheur mais simplement la résurgence du bonheur (personnel) éprouvé lors de la découverte. Cependant, pour ce qui est du domaine affectif, il semble qu'un apport extérieur peut créer un vrai bonheur.

On peut aussi se demander si tout sentiment puissant n'est pas un bonheur. En effet, même la tristesse qui semble antagoniste du bonheur, peut le créer (par exemple, dans le domaine artistique, l'expression d'un malheur peut créer le bonheur chez le spectateur, même [et surtout] si celui-ci s'identifie au héros malheureux qui est décrit). En fait, tout sentiment fort révèle au sujet qu'il existe plus intensément, et cette constatation d'existence intense entraîne un certain bonheur, qui est cependant distinct du sentiment de départ.

Même si le bonheur est unique, on peut se demander s'il n'y a pas gradation dans son intensité. Il y a bien sûr gradation, comme dans tout phénomène psychologique, mais en fait, si des états intermédiaires existent, la zone où ils se trouvent doit être peu étendue, et surtout ces états doivent être instables, càd qu'ils se muent rapidement soit en véritable bonheur, soit en absence de bonheur, ce qui fait que la gradation est difficilement perceptible. Exemple : l'attente d'un résultat important crée un bonheur accompagné d'excitation et d'angoisse, mais cet état d'esprit dure assez peu et se résorbe rapidement en attente plus posée ou en bonheur véritable prématuré (sinon en évanouissement dû à la surexcitation).

D'autre part, une conjonction de plaisirs peut engendrer le bonheur. Cependant, il subsiste une différence importante : ce bonheur n'intervient qu'après une certaine distanciation (pas forcément temporelle : elle peut se faire en quelques secondes alors que la cause des plaisirs existe encore ; mais ce bonheur nécessite d'avoir la tête froide, afin d'être conscient de ces plaisirs, et non emportée dans les plaisirs), en reconsidérant consciemment ces plaisirs (on retrouve ici l'intervention de la conscience, qui nous fait sentir notre existence, comme dans le cas ci-dessus où les sentiments puissants, même la tristesse, pouvaient engendrer un bonheur), alors qu'au moment précis où les plaisirs étaient ressentis, aucun bonheur n'était éprouvé.

Ceci amène à remarquer que le plaisir intense est incompatible avec la conscience (càd, pour résumer, le fait de penser qu'on pense), tandis que le bonheur est toujours conscient. Autrement dit, on ne se dit pas "j'éprouve du plaisir" au moment où on l'éprouve, mais on se dit toujours "je suis heureux" quand on l'est. Si le bonheur ne va pas de pair avec sa constatation, il n'y a plus bonheur mais simplement plaisir, agrément.

[Remarque : si une conjonction de plaisirs peut créer le bonheur, d'origine extérieure, on peut se demander si, parallèlement, comme il existe des bonheurs d'origine personnelle, il est possible de se créer soi-même le bonheur par autosuggestion. En fait, le bonheur d'origine personnelle dépend d'un état d'esprit (intellectuel, sentimental) qu'il est souvent difficile de contrôler, même s'il n'a que des causes internes.]

Ainsi le bonheur apparaît-il comme la constatation d'une pensée (origine interne), d'un sentiment ou d'un plaisir (origine externe). Il en est, en quelque sorte, le bilan. Il peut aussi en être le but. Pour cette raison, paradoxalement, le bonheur marque une interruption dans le processus de cette pensée, de ce plaisir, et devient statique. Le bonheur interrompt la pensée (ou le sentiment, ou le plaisir) précédente, mais agit aussi comme un but, et stimule donc la reprise de la pensée (ou...).

Réciproquement, quels sont les plaisirs, pensées, sentiments, susceptibles d'engendrer le bonheur? Il semble cette fois-ci que la notion d'attente (qui n'implique pas forcément l'existence d'un malheur antagoniste : pour le bonheur intellectuel dû à une découverte, par exemple, l'absence de découverte n'entraîne pas le malheur puisque la découverte est le résultat d'un processus qui a une durée non connue, ce qui signifie que le bonheur ne peut pas être obtenu maintenant, et donc l'absence de réussite maintenant n'est pas l'échec mais le report de cette réussite, ce qui est plutôt stimulant, et donc aucun malheur [qui serait lié à un échec] ne peut apparaître, alors que le malheur résulte, pour les bonheurs d'origine extérieure, du fait de la possibilité théorique d'obtenir ce bonheur au moment présent) prenne une place importante, car la satisfaction du désir lié à cette attente impliquera plus personnellement le sujet, qui sera plus susceptible de prendre conscience de cette satisfaction, la conscience étant un élément essentiel du bonheur.

Enfin, on peut se demander dans quelle mesure le but de la vie est la recherche du bonheur. Cette question a deux sens : un sens de descritpion scientifique de ce qui est (les gens autour de nous tendent-ils effectivement à rechercher le bonheur?) et un sens moral, ce qui doit être (doit-on rechercher le bonheur?). Pour la première question, il semble qu'en fait, le plaisir soit plus souvent recherché que le bonheur (ou bien le plaisir est confondu avec le bonheur) ; la seconde question reste en suspens.

Conclusion : le bonheur semble être la constatation consciente, le bilan, de la réalisation passée (ce passé pouvant être, très souvent, immédiat) d'un désir ressenti pendant une période assez importante. Il se distingue clairement du plaisir par le fait qu'il est ultérieur à sa cause et qu'il nécessite la conscience, alors que le plaisir est simultané à sa cause et ne nécessite pas (voire oblitère) la conscience.

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog