Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Empédocle

Empédocle

LA HAINE DIVISE, L’AMOUR RASSEMBLE…

 

Les trois premiers pas après le passage de la porte basse, nous mènent vers la Connaissance des mystères de la vie. Guidé par une main experte nous allons vers la purification par les quatre éléments. C’est toute la cosmologie philosophique du poète Empédocle qui finira par plonger dans le feu régénérateur de l’Etna.

Observateur avec le regard d’en haut, celui du poète permet de voir la beauté de la terre et celle de l’humanité. Pour peu que l’on chasse l’ignorance et la haine de notre esprit. Les francs-maçons après avoir franchi la porte basse, font les premiers pas, ils vont se purifier pour accéder aux mystères de la vie et de la franc-maçonnerie.

 

Empédocle a souligné l’opposition des contraires, les francs-maçons travaillent leur conciliation, par l’élévation de leur esprit, la concentration de leur âme, pour la rendre plus belle.

 

La vie est une succession de constructions et de destructions, de morts et de régénérations, mais aussi le désir constant d’unification. En réunissant ce qui est épars, les contraires, les multiples. En pratiquant la justice, la compassion et non la haine et la vengeance, l’on travaille à l’unité et la concorde universelle. La haine divise, l’amour rassemble c’est un combat digne de l’homme, qui ne cesse jamais.

 

                                                              Jean-François Guerry. 

Je vais t’annoncer deux choses : tantôt en effet l’un grandit à partir du multiple jusqu’à demeurer seul,

Tantôt il se divise à nouveau et de l’un surgit le multiple.

Double est donc la naissance des choses périssables, double aussi leur dislocation ;

Car pour toute chose, la réunion en même temps engendre et sépare,

Tandis que ce qui s’est développé se disperse à nouveau et s’envole.

Et cet échange continuel n’a pas de fin .

 

                                                     EMPÉDOCLE.

 

LA HAINE DIVISE, L'AMOUR RASSEMBLE

De toute Eternité : questions sans réponse


Se demander pourquoi l'univers est là, c'est absurde, parce que cela suppose qu'il aurait pu ne pas être. Et, s'il n'avait pas été, il n'y aurait eu personne pour se poser la question.

L'homme a donc imaginé une conscience, un Dieu antérieur à l'univers, et qui se serait posé la question de savoir s'il fallait ou s'il avait envie de créer l'univers, et qui dès lors se serait interrogé sur sa structure. Et quant à la structure de l'univers, ce Dieu aurait alors pu se trouver devant un choix ou une obligation. Or, se poser ce genre de question n'a aucun sens puisque cela reviendrait à considérer Dieu comme éprouvant des besoins ou des envies, c'est-à-dire comme étant capable d'éprouver un sentiment de manque et donc d'être incomplet. Ce qui est évidemment contraire à la définition même de Dieu.

En réalité, l'univers est là "depuis toujours", c'est-à-dire de toute éternité, et c'est de cet univers que sont "sortis" les êtres qui ont inventé Dieu.

L'éternité de l'univers n'exclut pas la temporalité de la Terre et de ses habitants. L'univers est éternel, mais l'agencement de ses différents composants est temporel. Or, les êtres produits par l'univers, dans leur sentiments qu'ils faisaient quelque chose, ont imaginé analogiquement que l'univers lui-même avait été fait intentionnellement, qu'il était né de la volonté et de l'initiative de Quelqu'un agissant à leur manière. On a donc bien raison de dire que si Dieu a créé l'homme, celui-ci le Lui a bien rendu…

Mais alors, comment expliquer que de l'essence d'un être éternel aient pu naître le temps et l'espace. En effet, nous pourrions imaginer soit une éternité immuable, soit un changement impérissable, c'est-à-dire continu et toujours pareil à lui-même. Dans la première hypothèse il n'y a pas de transformation, et dans la seconde, la transformation est continue et identique pour toutes les formes manifestées, ce qui n'est pas le cas.

Il semble évident que le temps et l'espace sont intimement liés et qu'ils ne sont que deux faces différentes de la même réalité.

Comment passer de l'être pur au devenir ? Dieu est-il un éternel devenir qui se répéterait toujours au regard d'une conscience ? Serait-ce le regard de l'homme incarné qui lui donne l'impression de vivre dans le temps et l'espace, et ceux-ci ne seraient-ils alors que des illusions ? Ces questions ont-elles un sens ?

Cela pose le même problème que celui de la définition du présent qui est inexorablement vouée à l'échec.

En fait, tout revient toujours à un problème de conscience. C'est la conscience de l'état humain qui fait que l'homme se pose la question de l'immortalité. L'homme vit dans l'illusion d'agir, de penser et d'hésiter, car tout est déterminé, et sans doute même les questions que nous nous posons. Celle-ci nous incitent à nous élever pour tenter d'obtenir LA réponse, mais cette "élévation" nous privera de l'état d'homme, c'est-à-dire de dualité et donc de possibilité de conscience. C'est là que se situe la souffrance de l'homme : être homme et être conscient, y compris de sa temporalité, ou être dieu et perdre sa conscience.

C'est alors que surgit la question suivante : comment l'intemporel a-t-il pu engendrer une pensée qui ne le comprend pas ? Il ne s'agit pas là d'une incapacité transitoire. Sauf si cette pensée est provisoirement bridée par un voile qui se lèverait un jour. Mais alors la conscience disparaîtra également puisqu'elle est nécessairement liée à la différence. La conscience serait-elle la source de la souffrance de l'homme ?

Imaginer que l'univers a été construit par quelque chose pour expliquer qu'il existe conduirait alors à se demander si ce quelque chose, à son tour, pour être là, aurait dû être créé par quelque chose d'autre, ce qui conduirait à une impasse.

Tous les mots que nous pouvons utiliser pour essayer d'exprimer l'éternité sont limités. Dire qu'une chose existe "depuis toujours" ou "depuis le départ" revient à utiliser des termes temporels.

Les notions d'univers, de Dieu et d'éternité ne sont sans doute là que pour nous faire réfléchir car jamais aucun être humain ne pourra les approcher. Sans doute est-ce pour cela que la mort est considérée comme l'Initiation réelle. Mais n'est-ce pas, une fois encore, une idée née de la frustration de l'homme ?

ANONYME

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

Académie Maçonnique Provence


Samedi  4 septembre 2021
10 heures
Château Saint Antoine Marseille





Dialogue à hautes voix


Réfléchir et échanger sur les défis
auxquels la Franc-maçonnerie
doit répondre dans un monde
dominé par l’incertitude,
en mutation accélérée
et en perte de repères.


 
 
Ma Très Chère Sœur,
Mon Très Cher Frère,


 
Toute l'équipe de l'Académie Maçonnique Provence est heureuse de vous convier le samedi 4 septembre au Château Saint Antoine à Marseille au 
 
"Dialogue à hautes voix"

entre

 
Alain-Noël DUBART
Chirurgien, Ancien Grand Maître de la GLDF



et


Marc HALÉVY 
Physicien, Philosophe, Expert de la Complexité et membre de la
Grande Loge Régulière de Belgique


 
Tous deux débattront de l'avenir de la Franc-maçonnerie et des Francs-maçons, de leur rôle à jouer dans la société en tant qu'organisation et en tant que citoyen.  

Alain-Noël Dubart présentera son ouvrage "Franc-Maçonnerie entre passé et avenir" qui sortira le 20 septembre dans lequel il développe ses propositions pour une Franc-Maçonnerie plus responsable et active.
Ce livre marquera d'autant plus ses lecteurs qu'il s'agit là du tout premier livre de l'Ancien Grand Maître de la GLDF. 

Marc Halévy  présentera son dernier opus "Après la Modernité, quelle Franc-maçonnerie" dans lequel il montre et démontre combien la Franc-maçonnerie initiatique a beaucoup à apprendre au monde.

Ces deux ouvrages sont coédités par les Éditions Ubik et l'Académie Maçonnique Provence.

 

 La Rencontre "Dialogue à haute voix" du samedi 4 septembre est ouverte à tous les Frères et Sœurs de toutes les obédiences et de tous les degrés, aussi n'hésitez pas à diffuser très largement cette invitation.


Un repas est proposé à l'issue de la rencontre.

Cette rencontre est gratuite pour les adhérents de l'Académie Maçonnique Provence (hors restauration) et de toutes les autres Académies régionales, et les frais de participation pour les non-adhérents sont de 10 € (hors restauration).


Merci de vous vous inscrire en cliquant ICI...

 
Prenez soin de vous, des vôtres et des autres !
Salutations très fraternelles,

Alain Boccard
Président



PS: Les 4 premiers ouvrages coédités par les Éditions Ubik et l'Académie Maçonnique Provence sont toujours disponibles en cliquant ICI:

NOUVEAU: Le désir des collines éternelles de Louis Trébuchet

Marc Halévy, Kabbale et Franc Maçonnerie.
Michel Fromaget, Corps, Âme, Esprit: Liberté, Vérité, Beauté
Solange Sudarskis, Il était une fois un mythe, Hiram
Commenter cet article
G
Antropomorphiser Dieu n'est-il pas une conséquence de notre condition d'homme? La quête du dépassement de soi par le recherche intellectuel et philosophique de ces questions ne conduit-elle pas au constat suivant; Je possède une plus grande part de savoir sur ce que je ne saisi pas du monde. Je saisi de plus en plus l'amplitude de mon ignorance par la lecture et l'apprentissage. Cela me semble un phénomène de décroissance. Plus j'apprend, plus je constate que je suis fait d'opinion et non de certitudes et de vérités. Ainsi je me demande qu'avons- nous comme réel pouvoir ? Lorsque nous faisons du bien à quelqu' un ,nous le voyons heureux et plus complet en cet instant.... Comme quoi tenter d'être altruiste pour l'autre est peut-être le seul dons véritable que nous ayons . L'être aimé a l' air en complétude.Peut-être cela semble-il trop " fleur bleue" ou trop naif , sinon comment s'emplir de certitude par la recherche intellectuel et philosophique sans tomber dans l'asymptotisme du Savoir là où les opinions et la personnalité semble se défiler au profit du mutisme.
Répondre

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog