Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Joséphine  Baker

Joséphine Baker

DEVISE : Oser l’égalité ?

 

Un peu d’égalité, un effort d’égalité, un rêve d’égalité entre les hommes et les femmes issus du même. Pour une égalité totale des droits. Nous ne naissons pas tous égaux, mais différents, heureusement !

Nous ne pouvons pas grand-chose à notre naissance. Nous pouvons revendiquer notre liberté et l’égalité de nos droits, c’est notre dignité humaine. L’égalité est désir, principe, chemin, objectif. Construire l’égalité c’est donner sa dignité à l’homme.

 

Notre société est presque semblable à l’antique Athènes où la liberté et l’égalité était refusée aux femmes et aux esclaves. Le droit canonique hérité du droit Romain, ce droit mesureur sans mesure et sans égalité, sépare les hommes et les femmes qui devraient être égaux en droit. Le cœur des femmes n’est pourtant pas moins grand que celui des hommes nos enfants en sont les témoins.

 

Le siècle des lumières est parfois obscur, il n’a pas illuminé tous les hommes, même Jean-Jacques Rousseau ne voyait dans la femme qu’une génitrice, ce qui fit dire à George Sand : « Ce sublime Rousseau n’a pas su en faire autre chose que des êtres secondaires dans la société. Il a fait des nourrices croyant faire des mères. Il a pris le sein maternel pour l’âme génératrice ». (George Sand Isidora- 1845)

Le simple fait de devoir affirmer que la femme est l’égale de l’homme en droit, c’est reconnaître pour certains, la possibilité qu’elle ne le soit pas. Supposer une inégalité c’est dégrader le triangle sacral de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité.

 

Notre révolution fondatrice de la chartre des Droits de l’Homme et du Citoyen a refusé le droit de vote aux femmes, constituant l’inégalité. Faisant ainsi des femmes des observatrices, instituant de fait une hiérarchie humaine. Il faut rompre cette évidence, cette hiérarchie et oser chanter avec le poète la femme est l’avenir de l’homme.

 

Si l’on oublie le Thymos de Platon, le désir de reconnaissance lié à la demande du « Qui suis-je donc pour vous ? » Oui si on l’oubli, l’on perd le sens de la Fraternité humaine, de la justice, on perd le sens de notre aspiration maçonnique à la pratique des vertus, qui mène à la transcendance de la Vertu feu spirituel.

 

Ainsi notre Frère, l’autre est aussi notre Sœur, égale et différente, autre partie de nous-mêmes. Alors comment ne pourrions-nous pas être le gardien de notre Frère et de notre Sœur, issus tous les deux d’un souffle unique.

 

L’espérance me fait dire que les temps sont proches de l’unité, le temps de l’union où les deux énergies se complètent. Le temps de la reconnaissance de la femme comme la face d’un même corps, la face ésotérique noire mais lumineuse, la face gauche celle du cœur, quant à l’homme ivre de lumière il tente encore de renvoyer le visage de la femme dans l’ombre, comme un ultime recours à ses insuffisances, chao avant l’ordre, avant la prise conscience de l’unité primordiale.

 

En conclusion, je fais appel Bernard Chevilliat Directeur de la rédaction du livre magazine Ultreïa :

 

« On voit aujourd’hui que ces dualités se portent mal. Extraverti et ivre de lumière, Adam tente de renvoyer Ève à l’ombre. Le monde va à vau-l’eau parce que la tonalité masculine prend plus que jamais le pas sur le féminin, que l’esprit étouffe l’âme, que « l’ hyperprose » technicienne (Edgar Morin) évacue la dimension poétique, que l’obsession de réussite, de compétition et de domination, avec son pendant d’extériorité, de violence et de prédation, est en passe de mettre à mal l’esprit de coopération et de préservation, mais aussi parce que l’estime de soi est partout bafouée et que le monde part en tous sens et se virtualise.

 

Si l’on veut sortir de l’impasse, il est donc de première nécessité de ranimer notre hémisphère droit- réputé plus intuitif et plus spirituel- et de rééquilibrer nos rapports au monde en remettant les vertus du féminin au cœur de nos vies…sans omettre de faire meilleur sort aux femmes qui partout se lèvent. Il nous faut exalter (« porter haut ») les vertus du féminin et réemprunter la voie du juste milieu, celle de l’intensité et de la sérénité (Patrick Viveret), de l’effusion réconciliante et durable de la joie qui naît de l’amour, de la beauté et de la paix intérieure ».

 

Le texte de Bernard Chevilliat est paru à l’automne 2015, il était prémonitoire, on en mesure la justesse des mots au regard des faits qui se sont produits depuis.

 

Décidemment sans faire dans l’adulation et la louange aveugle, l’enthousiasme béat, force est de reconnaître que la femme est bien l’avenir de l’homme.

 

                                         Jean-François Guerry.

 

 

Bibliographie :

 

Cynthia Fleury, Mona Ozouf, Michelle Perrot : Liberté, Égalité, Fraternité Éditions de l’Aube. 2021.

 

Bernard Chevilliat Ultreïa N° 5 Automne 2015- Dossier : Exalter le Féminin pour sortir de l’impasse….Feuille de route.

Simone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise MichelSimone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise Michel
Simone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise MichelSimone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise Michel
Simone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise MichelSimone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise Michel

Simone Veil, Mère Térésa, Maria Deraismes, Marie Curie, Louise Michel

DEVISE : OSER L'ÉGALITÉ
DEVISE : OSER L'ÉGALITÉ

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

LIRE : 

Je me permets de vous rappeler également que les livres coédités par l'Académie Maçonnique Provence et les Éditions Ubik sont toujours disponibles en cliquant ici. Vous trouverez:
Louis Trébuchet "Appel aux racines spirituelles du REAA"
Un voyage en 23 étapes fondatrices du REAA.
 
Jean-François Guerry "Exercices spirituels antiques et Franc-maçonnerie "
On peut vivre sans la philosophie, comme l'on peut vivre sans la Franc-maçonnerie, mais moins bien...
 
Marc Halévy " Après la Modernité quelle Franc-maçonnerie ? "
L'avenir de la Franc-maçonnerie dans le monde et la Franc-maçonnerie dans l'Avenir du monde.
 
Louis Trébuchet, "Le désir des collines éternelles"
La spiritualité, voie vers l'harmonie. Prix incluant la livraison à domicile.
 
Marc Halévy "Kabbale et Franc-maçonnerie"
Le regard du Kabbaliste et du Maçon pour partir à la découverte de trois échelons mystiques qui sont autant de grades maçonniques.
 
Solange Sudarkis "Il était une fois un mythe, Hiram"
Hiram raconté, Hiram commenté, Hiram interprété, mais Hiram rassemblé.
 
Michel Fromaget "Corps, Âme, esprit: Liberté, Vérité, Beauté"
Une introduction à l'anthropologie ternaire de l'Homme pour mieux comprendre la notion de deuxième naissance.
 
 
Enfin, nous sommes heureux de confirmer que les VIIes Rencontres se dérouleront au Château Saint-Antoine le samedi 5 février 2022 sur le thème :
 
"Alchimie et Hermétisme"
 
Nous vous dévoilerons prochainement les invités et les sujets de leur intervention. Nous vous réservons quelques surprises...
 
Avec les sentiments fraternels de toute l'équipe.
Alain Boccard
Président
Académie Maçonnique Provence
Commenter cet article
P
Merci d'évoquer par l'exemplarité une dimension souvent tue de notre égalité.

Ne nous voilons pas la face, si fraternité fut le terme choisi pour désigner ce lien qui nous unit, il convient de constater que la racine de fraternité est "frère", excluant par ce biais de construction les femmes et sœurs de l'expression première de notre idéal humain.

Patrie, confrérie, humanité... sont autant de termes emprunts d'un inconscient masculin.

Les constitutions d'Anderson sont d'ailleurs explicites et placent l'homme, le frère, au cœur d'une démarche excluant les serfs, les femmes, les hommes immoraux ou scandaleux...

Si la Fraternité (je place volontairement une majuscule) revêt aujourd'hui un sens universel, il est nécessaire d'en comprendre la génèse pour corriger et inclure universellement femmes et hommes, en acceptant que sonorité puisse exister au même titre que fraternité.

Sans rentrer dans un travers féministe ou celui de la tentation du non-genré actuel, convenons et reconnaissons-nous sœurs et frères au sein d'une seule Humanité.

Dans la Fraternité, qui est notre idéal commun, nous excluons souvent celles et ceux trop âgés ou qui souffrent de mutilation ou tare physique que nous jugeons inaptes à apprendre et affronter le temps long de l'Art.
Répondre
J'abonde ce commentaire très juste, pour vivre actuellement les difficultés souvent administratives concernant les Frères âgés qui ont donné souvent 20 ans voire 30 ans de leur temps de leur engagement à leur obédience qui peine à les considérer pour Frères jusqu'à leur départ pour l'orient éternel. Sous prétexte d'arguties financières bien éloignées de nos valeurs fraternelles.
Jean-François
F
Bonjour
Quand je vois les portraits de toutes ces femmes éminentes qui en cachent bien d'autres moins connues, franc-maçonnes ou pas, je ne me pose pas la question de savoir si elles sont supérieures ou inférieures à l'homme: nous sommes effectivement tous des êtres humains avec nos différences et nos complémentarités... et se poser la question ne peut être que réducteur pour les uns comme pour les autres.
Maintenant pour celles qui sont franc-maçonnes elles ne font qu'élever la joie et la fierté que j'éprouve d'être franc-maçon et d'appartenir à cette même grande chaîne fraternelle. Je les envie souvent et je me sens parfois bien inutile, faute de pouvoir faire comme elles. Pour celles qui ne le sont pas encore elles peuvent être fières de ce qu'elles font sur terre et je ne peux que les encourager à faire un pas vers notre noble institution.
Bien fraternellement, de Frère Tuck.
Répondre
T
Mais pourquoi nos femmes s'affublent-elles encore d'un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d'un homme ? Cela est-il digne d'un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu'elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n'aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple !
• Mustapha Kémal ou la mort d'un empire, Jacques Benoist-Méchin, éd. Albin Michel, 1954, p. 373

rien a ajouter
Répondre