Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
DU SECRET AU SOUPÇON

DU SECRET AU SOUPÇON

 

Oui la Franc-maçonnerie a ses secrets et c’est bien ainsi ! Quel est son principal secret ? Essayons de répondre, ce n’est pas facile dans une société qui érige la transparence en dogme, prône la confusion totale entre le privé et le public. Dans cette société où la célébrité, l’image, le donné à voir sans limite s’impose pour satisfaire les curieux et les voyeurs passifs. Dans une société ou l’intime est relégué à l’oubli par les réseaux sociaux. Les trompettes de la renommée de l’ami Georges ne sont plus mal embouchées, il faut nourrir l’immédiateté.

Le sujet du secret maçonnique tant de fois mis sur place publique est-il éculé ? Pourtant il fait pousser périodiquement les « marronniers » !

 

Les Francs-maçons souvent mal à l’aise croient avoir trouvé la parade, dans l’esquive en usant de la polysémie du mot secret remplacé par discret, est-ce suffisant ! En affirmant leur discrétion, ils mettent en avant leur modestie, mieux leur humilité c’est plus gratifiant. Les plus retors de leurs questionneurs transforment cette vertu de l’humilité qu’ils ignorent en humiliation, les soupçonnant de se dissimuler derrière les mots. Comme s’ils cachaient une maladie honteuse transmissible, qu’ils auraient contractée volontairement. Les sœurs et les frères sont libres de répondre, de se mettre à couvert ou pas, d’ouvrir le parapluie !

Personnellement ayant peu de propension naturelle pour l’esquive qui nourrit le soupçon, je préfère répondre. Oui je revendique de l’être, sans ostentation et seulement donc quand l’on me pose la question. Pourquoi, je le suis parce-que j’apprécie les valeurs de la Franc-maçonnerie qui sont : les droits de l’homme et du citoyen, la devise de notre République la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, les valeurs morales héritées des principales traditions érigées en vertus par les femmes et les hommes qui s’efforcent de les porter, il n’y a donc pas de honte à être une sœur ou un frère. Au premier rang de ces valeurs je place la Fraternité humaine, c’est cela qui fait que je suis honoré d’être membre de cette communauté fraternelle qui reconnaît la dignité de l’homme.

 

Ne croyez pas qu’en affirmant ces valeurs, ni même en énonçant les noms de célèbres sœurs et frères vous pourrez vous débarrasser de ce sparadrap collé sur votre visage. Les curieux joueront toujours avec la polysémie des mots, et des rumeurs nauséabondes. Il vous faudra ajouter aux mots, l’action et l’exemplarité de votre vie. L’action juste et silencieuse fait bien plus que le fracas des mots.

Ceux qui sont incapables de faire tout le bien qu’ils voudraient qu’on leur fasse, ne sont pas dignes d’êtres des sœurs ou des frères et ils ont encore à devenir plus humain.

 

Bien sûr il n’est pas nécessaire d’être Franc-maçon pour faire régner le bien en soi et dans le monde. Mais c’est je dirais plus facile, car l’on travaille pour à l’intérieur et à l’extérieur de nos loges. On se forme au bien, au lieu de s’informer. Comme l’on peut vivre sans philosopher, l’on peut vivre sans maçonner, mais un peu moins bien, alors pourquoi se refuser cette possibilité ? Un des secrets de la Franc-maçonnerie, c’est de travailler chaque jour à son perfectionnement individuel dans un cadre collectif.

Travailler à son perfectionnement personnel dans le but d’améliorer la société est un Exercice exigeant. Le philosophe et sociologue Georges Friedmann écrit : « Prendre son vol chaque jour au moins un moment qui peut-être bref, pourvu qu’il soit intense. Chaque jour un exercice spirituel seul ou en compagnie d’un homme qui veut lui aussi s’améliorer aimer tous les hommes libres, s’éterniser, s’améliorer en se dépassant ».

Georges Friedmann exprime là, à mon sens la méthode maçonnique et les travaux maçonniques. Il dévoile un des secrets de la Franc-maçonnerie, le perfectionnement individuel de l’homme par son initiation et son action dans une communauté fraternelle. Le secret des loges maçonniques, c’est le « commons », l’espace ou la ressource dont l’usage partagé par une communauté de personnes qui pratiquent l’amour fraternel. Un lieu unique où des femmes et des hommes peuvent communier ensemble, faire du commun, du solidaire, non pas dans une île ou un archipel qui divise et sépare fait le lit de l’individualisme ou du communautarisme déviance de la communauté universelle.

Dans un monde qui ne sait que produire de l’individualisme, les loges maçonniques font du fraternel, du solidaire, de l’humain. C’est ce qui donne son caractère sacré à la loge, loin de l’agitation et du bruit des marchands du temple.

Celui qui à force d’exercices spirituels est capable de voir au-delà du secret le sacré, contemple la beauté de l’âme humaine et la mystérieuse beauté du monde. Il voit le réel au-delà des apparences.

 

Le mot à la fois secret, sacré et le mot de passe est le mot Fraternité, sa polysémie fait-là sa grandeur, lui donne une dimension infinie, il est la dignité de la Franc-maçonnerie. Ce mot mérite l’emphase : la Fraternité maçonnique est un torrent d’amour qui s’est nourri des différentes sources pour créer un sentiment céleste ou océanique selon votre préférence, dans le cœur des hommes.

 

La fraternité c’est à la fois la loi d’amour incarnée dans le corps du christ, le plus humble des prophètes qui a dit : aimez-vous les uns les autres. C’est aussi la pierre d’angle de l’an I de la République liée à l’Égalité, c’est la Fraternité des lumières de l’humanisme. C’est aussi maintenant la Fraternité sociale pratiquée au présent, ici et maintenant, cette Fraternité laïque sacralisée, aboutissement d’une Fraternité Sacrale selon l’expression de Régis Debray dans son « Moment de fraternité ».

 

Le secret véritable de la Franc-maçonnerie, détenu dans le cœur des sœurs et des frères, c’est la Fraternité. Le mot fondateur, créateur de cet Ordre Initiatique Fraternel et Universel, c’est le mot secret, c’est le mot qui efface le mot soupçon. Parce que le mot Fraternité construit ce centre d’union de toutes les femmes et les hommes libres.

 

                                   Jean-François Guerry.    

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

Commenter cet article
I
MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
D
A mon humble ressenti, la fraternité est de nature  intrinsèque à la franc-maçonnerie. Mon affirmation peut certainement s'élargir à toutes formes d'éveil de la conscience qui ne constitue pas l'exclusivité de certains initiés.

Que serait un homme sans sa tête, ses bras et ses jambes ? Il ne serait pas homme. De manière identique, la franc-maçonnerie ne peut être ce qu'elle est, que parce qu'elle est fraternelle...

Cette fraternité maçonnique crée un secret, comme l'est la natation ou la pratique du vélo... :-)

Je m'explique, il nous faut la pratiquer pour la connaître, elle ne se transmet pas par la lecture ou le discours. Chacun d'entre-nous parcours un chemin et va à la rencontre du secret que des mots ne sauront jamais exprimer.

Nous ne savons  ni lire ni écrire , installés à l'âge de la pierre taillée... Cette part de notre être qui s'éveille  est comme un enfant de 3 ou 5 ans qui aspire à apprendre et évoluer. Il m'arrive de penser qu'en dautres temps nous étions peut-être plus avancés que maintenant, et que notre régression spirituelle résulte d'un déséquilibre de croissance...

La pratique, seule, a la capacité de réveiller notre atrophie spirituelle et de nous soustraire au big bang matériel.

La fraternité est également cette main tendue à nous-même, seule capable de relever une partie de notre être, caché dans nos tréfonds, endormi sous les coups de nos vies dites évoluées.
Répondre
Très beau commentaire ! Très bel apport
Jean-François