Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
LE VOYAGE ULTREÏA

LE VOYAGE ULTREÏA !

 

                              Ultreïa ou plus loin, plus haut… sur les chemins de la sagesse.

 

 

Voilà déjà plus d’un an, dans l’hiver 2020 qu’est paru l’ultime, le dernier numéro du livre magazine Ultreïa. Les travaux sur les chemins de la sagesse sont suspendus, mais jamais clos. Le chemin, l’itinéraire de la sagesse est toujours présent dans mon cœur. L’aventure avait commencé en 2014 avec l’interrogation du numéro un : Existe-il une Sagesse Universelle et Intemporelle ?

Une rencontre avec Pierre Rabhi récemment disparu, une illumination italienne avec Simone Weil, la quête soufie d’Isabelle Eberhardt, un portfolio sur le Tibet secret de Frédéric Lemalet, les sanctuaires shintô d’Isé, et le symbolisme de René Guénon évoqué dans une esquisse de sa biographie par Bernard Chevillat le directeur de la rédaction.

 

Ce livre magazine avait plusieurs ambitions, offrir à ses lecteurs la multiplicité des traditions d’orient et d’occident, par des textes mettant en valeur le meilleur de celles-ci, magnifiquement illustrées. La parution de ces livres de sagesse était rythmée par les saisons, donnant ainsi le temps au lecteur d’en recevoir les bienfaits, donner du temps au temps ce que nous faisons de moins en moins. L’incantation des Jacquets a repris de la vigueur sur les chemins de Compostelle. Les véritables chemins pour les marcheurs sont toujours une quête de spiritualité, comme l’initiation est mouvement perpétuel vers plus haut que soi.

Chaque page lue est un pas, une trace laissée dans l’âme du pèlerin, chaque image regardée une proximité avec le visage de l’autre fut-il au bout du monde ou d’un autre temps.

Bernard Chevillat boucle son ultime éditorial avec la mystique Simone Weil déjà présente au début du voyage, dans une nostalgie créatrice : « De tous les besoins de l’âme humaine, il n’y en a pas de plus vital que le passé. »

Cette nostalgie bienfaisante s’exprime dans la construction de l’avenir, elle est un levier de la construction vu sous le prisme maçonnique. L’on peut lire dans certains rituels : « Que le labyrinthe de l’avenir est éclairé par les lumières du passé. »

Lire Ultreïa, c’est déjà marcher pieds nus comme le pèlerin jusqu’au centre du labyrinthe de la cathédrale, c’est ouvrir la porte de son cœur. C’est passer des mots secrets aux mots sacrés, ces mots qui jalonnent les bornes des étapes spirituelles imprègnent et révèlent toutes les traditions, les mots que l’on découvre dans les mythes, les rites. De ces mots, de ces images, de ces symboles jaillissent les idées qui se rassemblent dans une vision, une contemplation de l’unique, qui ignore le temps et l’espace. Dans la multiplicité des traditions évoquées dans les pages l’on trouve les invariants intemporels qui font la vraie vie, celle de l’esprit. L’on découvre qu’il y a autre chose, que les produits consommables, que l’économie, que les statistiques, que le point PIB, que l’individualisme et le matérialisme. Que la vraie vie, est spirituelle, que c’est l’essence même de l’homme. Que l’esprit reste quand on a tout perdu corps et biens.

Le plus beau, le plus grand combat de l’homme est celui qu’il mène pour faire régner l’esprit sur le monde, poser le compas sur l’équerre, ne pas nier la nécessité des nourritures spirituelles mais faire grandir la spiritualité en lui.

L’homme est horizontal, mais surtout il apparaît plus radieux que jamais quand il se redresse, pour contemplant la beauté de l’un, la beauté de la Rose qui est sans pourquoi. Cette rose placée au centre de la Croix, des chevaliers de l’esprit.

 

« Combattre pour une idée, combattre pour un sentiment, pour une passion ou pour une folie, mais croire en quelque chose et combattre, voilà la vie. » (Panaït Israti)

 

Faire, essayer de faire, donner à sa vie plus de spiritualité, la vouloir plus lumineuse, plus ardente, faire que le feu de l’amour ne s’éteigne pas. Avec la même conviction que celle de Giordano Bruno : « Que Dieu est en chaque homme plus intérieur à lui-même que lui-même ne peut l’être. »

Peu importe ce que l’on définit derrière le mot Dieu, puisqu’il est indicible, innommable. Ce qui compte c’est le voyage spirituel, vers l’unicité de son être, c’est aussi l’alliance avec les autres, prochains et lointains.

La Franc-Maçonnerie offre la possibilité de ces voyages, par sa voie à la fois spirituelle et humaniste, elle permet aux hommes sincères et de bonne volonté d’aller plus loin, plus haut !  En toute Fraternité.

 

Qu’est-ce qui peut sauver ou contribuer à sauver ce monde trop matériel, l’homo economicus, quel peut être l’élan salvateur, le sursaut ? Sinon Le moment fraternité comme l’a écrit Régis Debray : « L’individu est tout, et le tout n’est plus rien. Que faire pour qu’il devienne quelque chose ? Comment au royaume éclaté du moi-Je, susciter ou réveiller des Nous qui ne se payent pas de mots et laissent chacun respirer ? Qu’est-ce qui peut encore sceller une complicité… » Sinon la Fraternité humaine, pure, non matérielle, une Fraternité armée, entretenue par le cœur et l’esprit. Cette Fraternité nourrie par l’initiation maçonnique. Elle n’est pas un leurre, elle est plus qu’une simple solidarité corporatiste, elle est cette Fraternité promise par Victor Hugo : « Il y aura une heure de pleine Fraternité comme il y a une heure de plein midi ».

 

Cette Fraternité n’est pas un rêve, je peux en témoigner, je l’ai rencontrée quand il était minuit dans mon cœur.

 

Elle est fille de la Sagesse, elle est le flambeau qui éclaire le pèlerin, son bâton parfois pour supporter les épreuves de la vie, elle permet de vivre, d’espérer, de continuer le chemin, plus loin, plus haut !

 

Je vous souhaite à toutes et à tous de vivre en 2022, pleins de bonheurs et de joies, de vivre des moments de Fraternité.

 

                                                       Jean-François Guerry.  

     

le premier et le dernier numéro  en vente en ligne ou en librairie
le premier et le dernier numéro  en vente en ligne ou en librairie

le premier et le dernier numéro en vente en ligne ou en librairie

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

Phare de la Teignouse Baie de Quiberon

Phare de la Teignouse Baie de Quiberon

Commenter cet article
F
Bonjour
En ces temps difficiles pour les uns, et avec les grands malheurs qui frappent parfois les autres, Ultreïa c’est aussi se (re)lever chaque jour malgré les obstacles de tous ordres qui peuvent entraver notre vie et aller de l’avant, vers un but précis. Faire d’une épreuve une expérience et se relever toujours plus fort… Se dépasser pour aller plus haut et s’élever spirituellement : le chemin ne devient alors qu’une étape et permet de transformer les épreuves en victoire. Le chemin devient alors un lieu de rencontre, et effectivement, de fraternité… car « Si grand que soit un homme, c'est peu de chose qu'un homme tout seul. » (Samuel Brohl et Cie – 1877)
Alors moi aussi je voudrais que cette nouvelle année qui arrive soit un havre de paix et d’harmonie permettant à chacun de retrouver son équilibre moral et son centre spirituel ! Fraternité à toutes et à tous.
Pour accompagner ces vœux, je termine avec un petit poème d’un auteur inconnu que j’avais trouvé en début d’année pour d’autres recherches : il est à lire jusqu’au bout pour comprendre comment il fallait le lire…
Ultreîa !
Un pas de plus, un geste de plus, vers son unité, sa liberté, son autonomie…
Ultreïa !
Un pas de plus vers son affranchissement, la fin de ses préjugés, la fin de ses peurs…
Ultreïa !
Un pas de plus pour apprendre à s’aimer, à se respecter, à s’accepter…
Ultreïa !
Un pas de plus vers la sagesse et l’action, pour affronter les tourments de nos vies…
Ultreïa !
Un pas de plus pour s’éloigner de tous les « ismes » des dogmes et des écueils, des passions et des dérives spirituelles…
Ultreïa !
Un pas de plus pour s’éloigner des idées reçues, des certitudes et des irrespects envers l’humanité journellement créés…
Ultreïa !
Un pas de plus loin des belles paroles et des bons sentiments…
Bon sang, qu’il est difficile concrètement de se mettre à l’ordre…
Mais que nous manque t-il donc ???
Ultreïa !
Bien fraternellement, de Frère Tuck.
Répondre
Merci Frère Tuck pour tous ses mots, ses pas en cette fin d'année où la lumière semble, mais semble seulement manquer nous savons quelle va revenir...
Jean-François
I
MERCI!!! iiiGRACIAS!!!
Répondre
Merci Rémy de ton message qui recule l'horizon à chaque fois que l'on fait un pas et qui paradoxalement nous en rapproche car l'on finit par toujours avoir les yeux fixés sur le ciel qui semble dès lors plus proche que l'on ne pensait, l'on regardait avant seulement le bout de nos pieds ou l'extrémité de notre index. Marcher élargit notre champ de vision, convertit peu à peu notre regard sur le monde et les choses. A pas mesurés l'on prend la valeur des choses essentielles. Je vais m'empresser de lire "Marcher est une philosophie". Les marches, les pas, les voyages comme tu le soulignes sont des invariants de l'initiation en général et de l'initiation maçonnique en particulier, on y trouve la rigueur de l'équerre et l'ouverture du compas. Puissions-nous en 2022 faire de longues marches fraternelles ensemble.
Jean-François
R
Merci Jean-François, de ces rappels au sens de nos voyages initiatiques.
"Quand on marche depuis longtemps, il arrive un moment où on ne sait plus depuis combien d'heures se sont déjà écoulées, ni combien il en faudra encore pour parvenir au terme, on sent sur ses épaules le strict nécessaire, on se dit que c'est bien assez - si vraiment il faut davantage pour insister dans l'existence - et on sent qu'on pourrait continuer ainsi des jours, des siècles. C'est à peine si l'on sait où on va et pourquoi, cela ne compte pas plus que mon passé ou l'heure qu'il est. Et on se sent libre, parce que, dès qu'il s'agit de se rappeler les signes anciens de notre engagement - nom, âge, profession, domicile - tout, absolument, apparaît dérisoire, minuscule, fantomatique".
Lu dans Frédéric Gros : "Marcher, une philosophie", où j' ai le sentiment d'avoir approché le sens de tous nos voyages initiatiques, en même temps que ce bonheur indicible de respirer le vent sur les chemins de terre.
Puisse cette année nous donner à tous de longs cheminements à tes côtés.
Fraternellement
Rémy