Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56
L’EMPEREUR ET LA FRANC-MACONNERIE

 

Faut il glorifier l’empereur pour ses rapports avec la Franc-Maçonnerie au prétexte qu’il a favorisé et laissé les Francs-Maçons de son époque ? La plupart des historiens qui se sont penchés sur cette période, ont conclus que Napoléon n’était pas Franc-Maçon, mais qu’en fin politique il favorisa la Franc-Maçonnerie la craignant sans doute, il préféra la contrôler. Il considéra les Francs-Maçons comme des « illuminés » ou pire des comploteurs. Ses mauvaises relations avec le Marquis de la Fayette sont évocatrices de ces relations ambiguës. Le numéro 56 de Franc-Maçonnerie Magazine bourdonne de ces abeilles initiatiques et impériales.

 

JF.

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56

 

Avec les deux décennies qui précèdent la Révolution et la IIIe République, l’Empire a incontestablement été un âge d’or pour la franc-maçonnerie. Le Grand Orient réunit 300 Loges en 1804, plus de 600 en 1808 et… 1200 dans les 130 départements français du Grand Empire au début 1812 ! De surcroît, avec Cambacérès, Murat, Masséna, Lacépède, Kellerman, Lannes, Regnaud de Saint-Jean d’Angely, etc. la direction de l’obédience se confond presque avec le gouvernement de Napoléon.

 

Pourtant cette présence maçonnique massive au sein du Premier Empire a souvent été minorée. Longtemps, les historiens maçonniques ou ceux du Premier Empire n’ont voulu y voir qu’un phénomène superficiel sans vraie portée. Soit ils présentaient la Maçonnerie impériale comme la fantaisie d’une bourgeoisie enfin parvenue sans grande conséquence politique et citaient cette phrase de Napoléon, probablement apocryphe, ironisant sur l’archichancelier présidant les banquets maçonniques avec le même sérieux que les séances du Conseil d’État.

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56

 

Le coq, le pélican et l’aigle Symboliques ou réels - Ces animaux qui nous interrogent sur notre humaine condition

Publié le 17 Mai 2017 - par Jean-Moïse Braitberg

Du coq du cabinet de réflexion à l'aigle à une ou deux têtes en passant par le petit peuple du Livre de la jungle de Kipling, les animaux, bien que rares, sont symboliquement présents dans la franc-maçonnerie. En cela ils nous rappellent que l'observation de la nature est riche d'enseignements sur notre humaine condition. Prenons garde cependant à ne pas trop humaniser la nature, au risque de dénaturer l'humanisme.

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56

 

 

Les « quatre éléments »… Et s’ils n’étaient que deux ?

Publié le 17 Mai 2017 - par Ronan Loaëc

Les quatre éléments, le feu, l’air, la terre et l’eau dans l’ordre que leur assigna Aristote en partant du plus subtil, remontent à l’antiquité grecque : Empédocle les avait postulés comme étant les composants fondamentaux de tous les corps dont les caractéristiques dépendaient du mélange respectif de leurs composants. Aristote leur en ajoute un cinquième, l’éther (la « quintessence »), supposé baigner l’univers comme une vapeur tellement subtile qu’elle en reste invisible et impalpable, et dont nous ne nous débarrasserons vraiment qu’au XXe siècle avec la Relativité d’Einstein. Les quatre autres « éléments » perdront leur statut de composants fondamentaux dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle avec les travaux de Lavoisier qui parviendra à séparer, identifier et peser les deux constituants principaux de l’air, l’oxygène et l’azote (ainsi nommé du grec, car il ne permet pas la vie).
Avec Lavoisier, qui montre du même coup que la combustion est due à l’oxygène et non à un hypothétique « phlogistique », l’alchimie va rapidement perdre son statut au profit de la chimie moderne. Mais on n’interrompt pas aussi aisément une rêverie fondée sur des sentiments profondément enfouis dans l’inconscient, engendrés par les expériences originelles de l’enfant découvrant le monde qui l’entoure, comme l’a si bien montré Bachelard dans son étude des éléments… (1)

 

 

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56

 

La République ou le sens du bien commun

Publié le 17 Mai 2017 - par Henri Pena-Ruiz

 

Nous vivons des temps difficiles, voire tragiques, où l’humanité semble perdre de vue ses repères, et guettée par un doute ravageur sur le sens de son devenir. Des fanatismes mortifères, que l’on croyait pourtant révolus, sont réapparus. En réaction, le désarroi et la peur favorisent une idéologie d’exclusion, de quête d’un bouc émissaire, de fragmentation de l’humanité en communautés mutuellement exclusives. La thèse du prétendu « choc des civilisations » fatalise ce processus. Bref, la République est menacée au point qu’on peut se demander si elle a encore un avenir.

 

Qu’est-ce que la République ? La res publica, en latin, c’est la chose publique, commune à tous, à distinguer de la res privata, la chose privée, propre aux individus ou aux groupements particuliers qu’il forment par la mise en commun d’orientations spirituelles et de choix qui leur sont propres. L’idéal républicain est aujourd’hui menacé par des dérives communautaristes qui lui opposent l’entre-soi de populations souvent démunies, et qui tendent à se crisper sur des normes religieuses rétrogrades. Sa dimension laïque, levier d’intégration…

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE N°56

 

Essai
Philosophie de la magie

De Rémi David
Préface de Michel Onfray

Éditions Autrement
178 pages – 18 €

Rémi David, magicien et écrivain nous donne à lire une subtile approche d’un art aussi captivant que mystérieux, avec ses grandes figures qui ont marqué leur époque : Tony Slydini, Robert-Houdin, Arturo de Ascanio, David Copperfield… « La magie est un art de l’espace qui habite le réel et l’utilise comme matériau pour l’écriture de sa fiction », explique-t-il. Entre le spectateur et l’illusionniste, c’est un pacte magique qui se noue, une sorte de « tromperie volontaire », d’un commun accord, afin que naisse un sentiment d’émerveillement, une porte ouverte sur le rêve. Mais qu’advient-il lorsque les techniques de prestidigitation sont instrumentalisées et deviennent de véritables outils de propagandes employés pour véhiculer un message, une vision du monde ? Entre illusion et illusion collective, la frontière se rétrécit comme peau de chagrin. Avec force détails, Rémi David révèle comment la magie a été utilisée au cours de l’Histoire à des fins de manipulations de l’opinion… Jusqu’à aujourd’hui. Dans le monde de l’information et de la politique en particulier, « il s’agit de contrôler le regard du spectateur pour le détourner de tout ce qui pourrait constituer une remise en cause du système. » Une véritable entreprise de fabrication du consentement et de détournement du réel, facilitée par notre fascination pour les écrans. Mais la magie porte en elle son remède… À nous de nous en emparer. Une vision originale pour un ouvrage lucide et intelligent.

Thriller
L’œil de la providence

De : Robert de Rosa
Éditions De Borée
292 pages – 19,90 €

« Aime les hommes sans illusion et sans rien attendre d’eux. Ne sacrifie jamais ni la liberté ni la justice » seront les derniers mots rédigés par Joseph Raminovitch, quelques minutes avant de succomber à un malaise lors de sa cérémonie d’initiation. L’homme était le directeur d’une entreprise de travaux publics de la région de Clermont-Ferrand. Pour les inspecteurs bien nommés Spinoza et Des Cartes, il faudra « raison garder », car l’enquête n’aura rien d’une sinécure. Derrière le masque de la respectabilité se cache une bourgeoisie provinciale jalouse de ses secrets. Des secrets bien gardés depuis la Seconde Guerre mondiale. Avec ce thriller Robert de Rosa revient sur une page sombre de notre histoire, la France de Pétain, la rafle du Vél d’Hiv en juillet 1942, la collaboration, la délation mais aussi la résistance, l’aide, l’assistance. Un polar bien écrit qui manie avec une adresse certaine gravité et humour.

Essai
Les références bibliques dans la franc-maçonnerie

De Jean Solis
620 pages – 33 €

Si la franc-maçonnerie est fille des Lumières, ses rituels n’en demeurent pas moins d’inspiration chrétienne. Les rituels maçonniques fourmillent de références bibliques. Certaines sont évidentes comme lors de l’ouverture des travaux sur le Volume de la Loi sacrée au prologue de Jean ; d’autres le sont moins, voire ont été occultées au fil du temps. Jean Solis entreprend ici une entreprise colossale : une mise en relation des éléments de rituels et des passages spécifiques de la Bible. Un travail de fourmi d’un réel apport pour le cherchant. Pour l’auteur, l’enjeu n’est pas mince : « La franc-maçonnerie est ses maçons, s’ils veulent intégrer le concert spirituel du Monde (ou y rester), ont fort intérêt à cultiver les particularismes de leurs rites et mythes afin de mieux comprendre ceux des autres. L’universalité n’est pas un plat unique où tout est mélangé, c’est un banquet aux mets variés et aux plats infinis. » Qu’on se le dise !

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
COMMUNIQUE DE LA GRANDE LOGE DE LA FRATERNITÉ UNIVERSELLE
LA GLEFU COMMUNIQUE.

La Grande Loge de la Fraternité Universelle, après quelques soubresauts dus à sa jeunesse, a réussi à remettre sur les rails Maçonniques les grandes idées qui ont permis à de nombreux Frères se retrouver au sein de cette obédience, qui se veut respectueuse de la Liberté des Loges et des Frères et sœurs qui la compose.

L’administration obédientielle est réduite au strict minimum, elle ne sert qu’à réunir les Loges acceptées en son sein et nouer des liens d’amitié Fraternelles avec les autres obédiences.

Nous ne pouvons que souhaiter à la GLEFU et aux Sœurs et Frères qui la compose la poursuite de leurs travaux dans la joie et l’harmonie.

JF.
Conseil de Grande Loge du 16 mai 2017

Ce 16 mai s'est tenu le Conseil de Grande Loge, ainsi que les assemblées associatives Générale et Extraordinaire.
Ces assemblées valident les statuts associatifs, les constitutions maçonniques révisées de la GLEFU.
En particulier la validation de plusieurs nouvelles loges arrivantes, ainsi que le principe de l'accord croisé avec l'ALS, complétant ceux avec nos autres partenaires.
Les nouveaux officiers de la Grande Loge sont élus et prennent leur fonction immédiatement.
Une nouvelle ère s'ouvre pour GLEFU dans la concorde et la fraternité.

 

Un membre de la GLEFU écrit :

Mes BASS et BAFF,

 

La Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle reprend force et vigueur après une période de réflexion et de reconstruction.

Nous avons maintenu ses bases de fonctionnement que je vous énumère brièvement :

 

-Référence à un GADLU dont l’interprétation est laissée à la libre conscience de chacun.

 

-Non ingérence de l’obédience dans la vie des loges libres et souveraines

 

- Il s’agit d’une obédience à structure horizontale : le rôle du Grand Maître se résume à la communication entre les ateliers qui composent la GLEFU, la création de liens de reconnaissance et d’amitié avec l’ensemble de la FM, répandue sur la surface de la terre, selon notre formule universelle : « Mes Sœurs et mes Frères me reconnaissent pour tel… ».

 

-Nôtre objectif est, à court terme, de consolider nos relations avec l’ Alliance des Loges Symboliques (ALS) , fédération de loges dont la philosophie est identique à la nôtre.

Les loges de l’ALS sont présentes dans le sud de la France entre Aix en Provence et Perpignan. GLEFU est active dans le nord de la France. Pour permettre une relation plus fluide entre nos loges et un plus vaste échange au niveau national, nous allons poursuivre le travail commencé il y a deux ans qui a pour but la création d’une seule obédience fédératrice .

D’autre part, GLEFU est membre de la Maçonnerie Universelle des Loges de Tradition (Mult.org), qui représente environ 150 ateliers en France, en Angleterre et en Italie.

 

Je propose, d’ailleurs, d’ajouter à nos convocations de Loge : Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle, membre de la Maçonnerie Universelle des Loges de Tradition.

 

Mes Sœurs et mes Frères, pendant mon mandat, qui prendra fin lors de la fusion avec ALS, ou, le cas échéant, dans un an ( lors de notre prochaine AGO), continuons de travailler dans nos ateliers au perfectionnement de l’Homme, pour améliorer l’Humanité toute entière.

veloppons nôtre idéal de paix, d’ amour et de fraternité; pour ma part, une fois encore, je suis au service de la GLEFU, de vos loges, et de la FM en général . Si besoin est,

n’hésitez pas à me solliciter!

 

Avec mes sentiments fraternels, recevez ma sincère accolade.

 

Christian Gregoire.

Contacter la GLEFU sur son site officiel : 

WWW.glefu.org

Pour demander l’affiliation, intégration de votre Loge.

Vous n’êtes pas Franc-Maçon et désirer une information.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE VIADUC DE MILLAU

LE VIADUC DE MILLAU

CONSTRUIRE DES MURS OU DES PONTS !

La répétition des horreurs, invite l’immédiateté des réactions, c’est cela que les barbares attendent, que nous perdions notre raison, par la souffrance engendrée par ses actes inhumains, ce sont nos enfants qui sont sacrifiés par ces bêtes déguisées en homme.

Et pourtant nous surmonterons ces épreuves, nous avons été capable, de construire un pont, un tunnel entre la Grande Bretagne et notre continent transformant ainsi « la perfide Albion » de Bossuet, en « la blanche Albion » du poète, nous avons été capable de reconstruire les ponts sur le Rhin, et d’éliminer la bête immonde du Nazisme. Et nos enfants se retrouvent, se parlent, se comprennent, grâce au programme ERASMUS. Autant de victoires sur le fanatisme, l’ignorance et l’indifférence. Notre cœur saigne, mais il bat aussi de plus en plus fort !

Malgré l’horreur, le citoyen du monde, le Franc-Maçon doit faire chanter l’universel, il doit construire des ponts et abattre les murs. Mais désolé, oui il y a un mais, pour franchir ces ponts, il faut gagner « la liberté de passer.» Cette liberté que nous chérissons et que nous défendons depuis des siècles.

Il faut que les exilés de force puisent au fond d’eux-mêmes les ressources nécessaires, pour êtres exemplaires et notre devoir à nous, qui mangeons à notre faim, c’est de les aider à conquérir leur liberté. Nous devons avoir la force d’accueillir, les plus faibles et les meilleurs d’entre eux.

Nous construisons trop de murs et pas assez de ponts. Mais nos ponts doivent êtres érigés sur des rives solides. Modestement notre devoir de Franc-Maçon est « persévérance et vigilance. » Alors nos ponts seront des lieux de passages abolissant la haine de l’autre, pour faire naître l’amour, nous pourront réunir ce qui est épars, rejeter les dogmes qui clivent, séparent les hommes, relier tous ceux qui sont libres et de bonne volonté. Et le religare de religion retrouvera la noblesse de son origine, il sera un pont entre les hommes.

JF.

LE MUR DE BERLIN

LE MUR DE BERLIN

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX
SANS VOIX

Voir les commentaires

Publié le par YaKa

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA MARGUERITE DE L'AMOUR

LA MARGUERITE DE L'AMOUR

REDONNER

 

Ma mère a cette manie de redonner, elle redonne à tous ceux qui passent, à tous ceux qu’elle aime. Au début j’ai ressenti comme un agacement. Elle semblait vouloir me priver, nous priver d’une partie de notre plaisir de lui donner. Et portant elle était heureuse de recevoir les petits cadeaux, de ses enfants, de ses petits enfants. Alors pourquoi redonner ?

 

Elle m’expliqua un jour, qu’après avoir savouré ces cadeaux de la vie, ces gestes d’amour, elle voulait que d’autres en profitent aussi, ait leur part de cet amour, que l’on dit infini, et qui ne doit pas s’arrêter à sa seule personne.

C’est comme une source d’eau pure que nous avons découverte, nous ne pourrons pas boire toute son eau, lumineuse, il faut en faire profiter les autres, ceux qui ont soif d’amour.

 

Tout doit être donné, transmis, à ceux qui cherchent, comme la Lumière passe à travers la rosace de la cathédrale, quand elle nous traverse, elle doit aller vers les autres.

 

Le Franc-Maçon après avoir cherché et reçu la Vérité et la Lumière qui est Amour, a le devoir de la transmettre à ceux qui frappent à la porte de leur cœur, et qui ont faim et soif d’Amour. C’est son plus bel acte vers la conquête de sa Liberté, son geste de confiance envers l’humanité, il se dépouille d’abord de l’inutile, puis quand il ne reste que l’amour, il le donne, pour que celui qui le reçoit quand il en déborde le redonne à nouveau, c’est son printemps.

 

JF.

 

« Aider c’est aimer ; Et l’amour, c’est le point d’or dans la nuit des hommes. »

 

Félix Leclerc.

REDONNER

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Manuscrits de la MER MORTE

Manuscrits de la MER MORTE

LE LIVRE , LE ROULEAU.

Les livres de la Bible, sont pour le croyant les livres de la vie, de la genèse au pentateuque, ils décrivent les alliances successives, les sacrifices, les chemins pour aller de l’impur au pur, du vice à la vertu.

 

Le but que s’assigne le Franc-Maçon n’est-il pas de « combattre le vice et pratiquer la vertu ? » Le choix du livre est une des libertés du Franc-maçon, seul compte sa volonté de l’ouvrir.

 

Le livre de l’Apocalypse attribué à Jean de Patmos, fermé avec ses sept sceaux, se mérite. Les « Docteurs » du Livre, de la Loi, ne sont requis pour son ouverture qu’au milieu de leur vie, au midi, à quarante ans à l’exemple des Rabbis.

 

Le Franc-Maçon lui travaille de midi à minuit, quand la Lumière du Soleil est à son zénith, là le Livre de la révélation s’ouvre. C’est un véritable parcours de vie que d’ouvrir le Livre, c’est quelque part se découvrir, pour découvrir l’autre, et découvrir le monde.

 

L’ouverture d’un livre c’est se confronter avec soi même, son monde imaginaire, ses pensées intimes, l’auteur nous mets sur la voie, nous choisissons le chemin.

 

Le livre de la Franc-Maçonnerie, est la porte qui s’ouvre sur sa vie véritable, la porte qui est en dedans, le livre est scellé par le sceau du secret. Celui qui ne cherche pas, ne frappe pas reste à l’extérieur.

 

Les livres de l’antiquité en papyrus se présentaient sous forme de rouleaux, imposant une lecture graduelle progressive, une compréhension ligne après ligne, l’initiation maçonnique est semblable à cette lecture.

 

Après avoir frappé à la porte du Temple obtenu par son zèle la clé, le Franc-Maçon ouvre la porte, déroule le livre rouleau de la Connaissance, qui le guide vers l’Amour d’autrui, il ne peut plus revenir en arrière après avoir levé le voile sur le Rouleau de la révélation, de la vertu suprême qui est l’amour.

 

JF.

ABBAYE ST VINCENT DE SENLIS (60) Agneau et livre des 7 sceaux Abbatiale Porte du Croisillon Nord

ABBAYE ST VINCENT DE SENLIS (60) Agneau et livre des 7 sceaux Abbatiale Porte du Croisillon Nord

ACTUALITES MACONNIQUES.
LE LIVRE LE ROULEAU
A VOIR SUR HIRAM-BE

CES 20 ET 21 MAI, C’EST L’ICOM À TOULON

Par Géplu dans Manifestations

l’ICOM 2017 de ces 20 et 21 mai, c’est la première Conférence Internationale des loges de recherche maçonniques. Elle est organisée par les loges de recherche de la Grande Loge de France.

Le thème de la conférence, à laquelle participeront de très nombreux auteurs et conférenciers de renommée mondiale (voir ci-dessous) est « La tradition en Franc-maçonnerie, enjeu de l’homme en devenir ». Au vu de la richesse du programme de ces deux journées, gageons que les frères (et les sœurs, et les profanes, puisque la conférence est ouverte à tous publics) qui auront la chance d’assister à l’une ou l’autre des nombreuses interventions planifiées ne le regretteront pas.

Téléchargez le programme complet des deux journées : Programme-ICOM


En savoir plus sur http://www.hiram.be

LE LIVRE LE ROULEAU

 

4E JOURNÉE JEAN ZAY DE LA JEUNESSE ET DE L’ÉCOLE

Par Géplu dans Divers

Le mercredi 31 mai, dans les locaux du Grand Orient de France rue Cadet, à 14h, dans le cadre de 4ème journée de la jeunesse et de l’école organisée par le GODF sur le thème « Pour une culture humaniste, une école républicaine », sera donnée une conférence publique avec les témoignages de Florence SAUTEREAU, Professeure des écoles, École élémentaire, rue de Marseille, Paris 10e ; Sébastien CLERC, Professeur, Lycée professionnel Hélène Boucher Tremblay-en-France (93) ; Christiane FERRER, Principale, Collège Édouard Vaillant (REP) Gennevilliers (92) ; Sophie MAZET, Professeure au Lycée Auguste Blanqui Saint-Ouen (93), et Alain SEKSIG, Inspecteur de l’Éducation Nationale Académie de Paris.

Des éclairages seront apportés par Yves MICHAUD, Philosophe : Pour une École républicaine, civilisée et sensible ; Nico HIRTT, Appel pour une école démocratique (Aped) Bruxelles : L’approche par compétences au péril de l’École émancipatrice ; Charles COUTEL, Philosophe du droit : Des savoirs scolaires à la culture humaniste : la patiente construction de l’universel, et Catherine KINTZLER, Philosophe : École, liberté et culture. Que fait-on à l’école laïque ?

Les conclusions seront faites par Philippe FOUSSIER, Grand Maître Adjoint du Grand Orient de France.

Téléchargez le programme de l’après-midi : Ecole républicaine-31-05-17

Pour des raisons de sécurité et d’accueil, l’inscription est obligatoire sur reservation.godf.org


En savoir plus sur http://www.hiram.be/blog

LE LIVRE LE ROULEAU
A LIRE SUR GADLU INFO

 

Voici un article de Bruno Etienne paru dans le Monde daté du samedi 9 septembre 2000 intitulé « Une franc-maçonnerie ravagée par la démagogie profane » qui nous laissera sans aucun doute songeur…

Bruno Étienne est un sociologue et politologue français né le 6 novembre 1937 à La Tronche (Isère) et mort à Aix-en-Provence le 4 mars 2009. Il était spécialiste de l’Algérie, de l’islam et de l’anthropologie du fait religieux. Il était membre du Grand Orient de France.


En savoir plus sur http://www.gadlu.info/

LE LIVRE LE ROULEAU

 

A LIRE.

 

André Kervella, historien de la Franc-Maçonnerie avait déjà révélé la présence de nombreuses Loges sur nos côtes en Normandie et en Bretagne, défendant ainsi la thèse d’une primauté continentale, d’un ou de regroupements de plusieurs loges, prémices de structures obédientielles antérieures à la GLUA. Nul doute que ce nouvel ouvrage passionnera les férus d’histoire Maçonnique.

 

- "Aux origines de la Franc-maçonnerie française (1689-1750), exilés britanniques et gentilshommes bretons", Le Prieuré, Rouvray, 1996

JF.

L'histoire officielle de la franc-maçonnerie fait commencer cette institution en 1717, avec la fondation de la Grande Loge de Londres. C'est un mythe. La Grande Loge de Londres serait à l'origine des autres premières Grandes Loges continentales. C'est un autre mythe. L'histoire réelle montre que les premiers francs-maçons sont apparus au XVIIe siècle, dans les îles Britanniques, au moment de guerres civiles. Ils étaient partisans de la dynastie Stuart, chassée du pouvoir en 1688. Parce que vaincus, malgré plusieurs tentatives de reconquête, ils sont désormais oubliés. Et leur histoire leur a été volée ! Pis encore, les francs-maçons français qui leur doivent leurs premières loges et leurs premiers grands maîtres, font comme s'ils n'avaient jamais existé. André Kervella montre dans cet ouvrage comment se sont donc construits ces mythes pourtant aujourd'hui présentés comme des vérités indubitables, voire scientifiques. Il propose également une analyse des conditions dans lesquelles certaines obédiences françaises actuelles revendiquent une authenticité qu'elles ne peuvent avoir, tout en s'efforçant de masquer les contradictions qui encombrent leur propagande. Les derniers chapitres invitent à une réflexion sur la crise du sens et des valeurs qui affectent l'Ordre. Face à la dislocation de l'Universel, comment concevoir le maintien d'une fraternité active et des démarches initiatiques personnelles pertinentes.

Pour aller plus loin lire la longue interview donnée par André Kervella à GADLU-INFO.

JF.

LE LIVRE LE ROULEAU

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DE L'AME, DE L'ESPRIT, DU CORPS
DE L’AME DE L’ESPRIT DU CORPS

 

S’il est facile de parler du corps, parler de l’âme et de l’esprit s’avère plus complexe. J’ai souvent constaté quelques hésitations quand il fallait faire une distinction claire entre l’âme et l’esprit. C’est bien souvent une affaire de conviction, de foi qui permet à chacun de différencier ces deux concepts. L’esprit peut être relié à notre partie corporelle supérieure celle qui se situe au- dessus de la gorge, voir au dessus du nombril. Cela rappellera pour les Francs-Maçons certains signes.

Si l’esprit peut être facilement assimilé à la spiritualité, voir la conscience. L’âme parle à nos sens et à notre intuition, elle est si difficile a concevoir qu’elle peut être ce qui nous met en relation avec le Grand Architecte. Elle nous oblige à sortir de notre corporalité, notre matérialité.

Ci-dessous un beau texte expédié par notre Frère contributeur Claudius, qui traite de l’âme et un conseil de lecture qui est une tentative de définition de l’âme par François Cheng le poète académicien « de l’âme ».

 

JF.

 

AME

 

C’est la partie spirituelle de nous même, surtout en ce qu’elle a de sentimental et de moral, ainsi de conscient et de personnel, l’esprit étant, de plus, intellectuel, souvent inconscient et essentiellement impersonnel.

 

Illusion disent les matérialistes ; pas d’âme sans nerfs ni cerveau, or ceux-ci sont matériels ; tout se ramène à la matière, la pensée n’est qu’une sécrétion cérébrale, et la conscience elle-même qu’un reflet de la vie corporelle.

Lors donc que celle-ci disparaît, la conscience s’évanouit avec elle.

L’âme n’existe pas, ou du moins elle n’est qu’un aspect du corps, dont elle suit le mortel destin.

 

Allégation contredite par l’histoire des idées ; depuis les Égyptiens de la plus haute antiquité, jusqu’à nous l’homme a toujours pensé recéler dans la partie la plus haute et la plus lumineuse de lui-même, un principe différent du corps, qui lui commande et lui survit. Feu divin, selon les stoïciens ; parcelle de divinité chez les chrétiens. Toujours la même intuition d’une essence supérieure, et spécifiquement humaine, considérée comme immortelle à titre d’espérance, comme avec Socrate, ou de certitude comme Jésus.

 

Assertion contredite aussi par les faits ; loin d’être premiers, les corps, la matière ne nous sont connus que par la conscience, donc par l’âme. Et ils sont mus par elle. Elle est le cocher tenant en mains les chevaux rétifs, où iraient- ils sans elle ? Droit aux abîmes.

C’est la cas des bas instincts et des passions viles livrés à eux-mêmes..

 

Ainsi l’existence de l’âme est plus sûre même que celle du corps, celui-ci ne nous est connu que par elle. Elle est donc ce qui en nous, est le plus de nous-même.

Et elle est tellement supérieure au corps, et d’un essence si différente de la sienne, si subtile, si ténue, si spirituelle en somme que sa survivance doit faire pour nous l’objet non seulement d’une belle espérance, mais d’une certitude morale.

 

Peut-être même est –elle l’étoffe invisible dont est tissé l’Univers.

 

Les choses elles-mêmes ont une âme, pour le poète :

« Objets inanimés avez-vous une âme ? »

 

Oui, cher Lamartine. Nul doute que ton intuition soit supérieure aux apparences, et à la science positive elle-même.

 

Charles Henrich.

 

Pour aller plus loin dans la Connaissance de l’âme, lire notre Poète Académicien François Cheng et son livre : « de l’âme » aux Éditions Albin Michel.

 

JF.

DE L'AME, DE L'ESPRIT, DU CORPS

"Lorsque j'ai reçu votre première lettre, chère amie, je vous ai répondu immédiatement. Avoir de vos nouvelles plus de trente ans après m'a procuré une telle émotion que ma réaction ne pouvait être qu'un cri instantané. Votre deuxième lettre, que j'ai sous les yeux, je l'ai gardée longtemps avec moi, c'est seulement aujourd'hui que je tente de vous donner une réponse. La raison de ce retard, vous l'avez sans doute devinée, puisque votre missive contient une singulière requête : " Parlez-moi de l'âme "… Votre phrase : "Sur le tard, je me découvre une âme ", je crois l'avoir dite à maintes reprises moi-même. Mais je l'avais aussitôt étouffée en moi, de peur de paraître ridicule. Tout au plus, dans quelques-uns de mes textes et poèmes, j'avais osé user de ce vocable désuet, ce qui sûrement vous a autorisée à m'interpeller. Sous votre injonction, je comprends que le temps m'est venu de relever le défi… "

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
INFO ICOM 2017 A TOULON

 


> Les 19, 20 et 21 mai 2017, à Toulon (83)
Les loges de recherche nationale Marquis de La Fayette et régionale Mare Nostrum de la Grande Loge de France vous donnent rendez-vous les 19, 20 et 21 mai 2017, à Toulon, pour la grande première d’ICOM 2017, Rencontre internationale des loges de recherche. Une initiative d'envergure internationale organisée par Michel Lecour, Vénérable Maître 2016-2017 de Mare Nostrum, et Louis Trébuchet, président de la Commission d’Histoire de la Grande Loge de France et Vénérable Maître de Marquis de La Fayette. Avec comme coprésident du comité scientifique : Alain Bernheim.
Qui ?
Les 26 meilleurs historiens mondiaux de la franc-maçonnerie et les plus importantes loges de recherche des principales obédiences.

Thème central ?
La tradition des anciens.

À l’honneur cette année ?
L’Australie et la Nouvelle-Zélande : ANZMRC (Australian and New Zealand Masonic Research Council) et la recherche maçonnique dans le Pacifique.

Quoi ?
> 2 conférences plénières et 19 tables rondes autour du thème central.
> Salon du livre : libraires généralistes, libraires de livres anciens, éditeurs indépendants, revues.
> Exposition maçonnique : à l’occasion de la Nuit des Musées, l’ICOM présente une exposition d’objets et documents maçonniques provenant du Musée de la Grande Loge de France et de collections privées.
> Comptoir des vins : dégustations et ventes proposées par des vignerons indépendants, caves et domaines de Provence.
> Dîner des Lumières (sur réservation) avec Jean-Noël Jeanneney qui interviendra sur la responsabilité de l’historien face au monde et à l’évolution de la civilisation.

Où ?
Palais des Congrès Neptune - place Besagne - Centre Mayol - 83000 Toulon

Pour tous renseignements et inscriptions :
www.icom.fm

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Journal le Point du 18 mai 2017
Journal le Point du 18 mai 2017

Journal le Point du 18 mai 2017

DANS LA PRESSE LES FRANCS-MACRON DU PRESIDENT.

 

Vu dans l’hebdo le « LE POINT » du Jeudi 18 mai 2017 rubrique le Point de la semaine page 16. Une fois de plus la Politique frappe à la porte des Loges, le Frère Expert a posé son glaive. Bien sûr il s’agit de prises de positions évoquées sur les parvis des temples, ou l’on cause et ou parfois l’on fait commerce, ce qui est souvent reproché aux Frères.

 

Notre nouveau Président est souvent comparé à Bonaparte, la parution du dernier numéro de Franc-Maçonnerie Magazine s’inscrit dans l’air du temps avec son thème principal « Les fastes de la maçonnerie impériale. » et son sous-titre en forme d’interrogation : « Une maçonnerie sous contrôle ? ».

 

Notre Président semble réussir a « réunir ce qui est épars » comme le témoigne « La Fraternelle Camille Desmoulins » dont le porte parole est le Frère Jean-Laurent Turbet, qui se dévoile comme socialiste et membre de la Grande Loge de France et maintenant au service du Président voir article du « Point ». Sauf que notre Frère Jean-Laurent est es qualités responsable de la communication de la Grande Loge de France. Parle t’il en son nom propre ou au nom des Frères de la Grande Loge ? La voix est forte , mais elle est aussi étroite.

 

Les Francs-Maçons savent que l’on ne parle pas en Loge de Politique et de Religion, en entrant en Franc-Maçonnerie ils ont acceptés cette règle érigée en son temps en Land Mark. Chaque Maçon étant un homme libre, il a comme tout un chacun et c’est bien normal ses opinions.

La constitution de la Grande Loge de France à laquelle ont souscrits tous ses membres précise dans son Art 1. Pour extrait :

« Elle ne se revendique (la Grande Loge) d’aucune position ou opinion politique et respecte toutes les sensibilités religieuses ou politiques. »

 

En ce qui concerne le respect des opinions, il n’ y a pas dans cette position prise dans l’article en question d’ambiguïté. En ce qui concerne la revendication d’appartenance politique, c’est plus troublant.

 

Dans un temps récent la GLNF, a été secouée par une grave crise due en partie à l’allégeance faite par son Grand Maître alors en charge au parti du Président. Bien sûr il s’agissait du Grand Maître es qualités qui engageait alors l’obédience, donc l’ensemble de ses membres. Aujourd’hui il s’agit d’un des responsables de la communication de l’obédience.

Et vous au fait quelle est votre opinion ?

 

JF.

FRANC-MACONNERIE MAGAZINE N°56 de MAI/JUIN 2017

FRANC-MACONNERIE MAGAZINE N°56 de MAI/JUIN 2017

 

Les fastes de la Maçonnerie impériale

Avec les deux décennies qui précèdent la Révolution et la IIIe République, l’Empire a incontestablement été un âge d’or pour la franc-maçonnerie. Le Grand Orient réunit 300 Loges en 1804, plus de 600 en 1808 et… 1200 dans les 130 départements français du Grand Empire au début 1812 ! De surcroît, avec Cambacérès, Murat, Masséna, Lacépède, Kellerman, Lannes, Regnaud de Saint-Jean d’Angely, etc. la direction de l’obédience se confond presque avec le gouvernement de Napoléon.

En kiosque dès aujourd'hui !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>