Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L'HARMONIE DES COLONNES
L’HARMONIE DES COLONNES

 

Le Franc-Maçon cherche modestement l’équilibre de la Tolérance, a dogmatique il écoute son prochain, respecte ses différences, cherche à le connaître, pour mieux se reconnaître. Il aspire au centre entre les deux colonnes verticales, celles du Kabbaliste.

 

A sa droite Hessed la pure acceptation, le pardon, la bonté divine, l’amour, descendu verticalement qui se répand horizontalement dans l’Univers. Elle est incarnée par Melkisedeq l’initié initiant, le Roi de Salem, de Justice. Mais seule elle est chaos, il faut le secours de la colonne Din ou Guebourah « la porte du nord » celle de la rigueur, de la force.

 

Le Franc-Maçon recherche le centre sur l’arbre de vie : Tipheret l’harmonie, le centre dans le carré. Par la fusion de l’amour et de l’ordre il trouve son équilibre entre les colonnes.

 

Au fond ce n’est pas très compliqué pour l’homme de bonne volonté, laisser descendre en soi l’amour divin qui pénètre au plus profond de notre être pour réveiller notre âme, lui faire prendre son essor enfin libre. Mettre toutes ses forces en action, pour faire vivre l’autre, voir son sourire émerveillé, en gloire, lumineux auprès de soi. C’est cela ma révélation mon Apocalypse de Jean.

 

JF.

L'HARMONIE DES COLONNES

Voir les commentaires

Publié le par Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine

Cet article est reposté depuis Le Blog-Notes du Rite.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE GRAND TEMPLE BEL A PALMYRE

LE GRAND TEMPLE BEL A PALMYRE

LA DESTRUCTION DU TEMPLE

 

Et s’il fallait que le temple soit détruit, comme le furent les civilisations antiques. L’homme est mortel, les civilisations aussi, combien de civilisations englouties, perdues, détruites à bout de souffle. Paul Valéry parle d’amas de cendres qui recouvrent la surface de notre terre.

 

La question qui se pose à nous, est-ce un mal nécessaire, pour un changement, une métamorphose, une transformation, est-ce un rite sacrificiel organisé par l’homme, la punition infligée par un principe supérieur, ou une révolte de la nature ?

 

Sommes nous capables d’êtres les moteurs du changement, le Franc-Maçon sur la voie initiatique se prépare au changement de paradigme, il a pris conscience de ses imperfections, il est dans la recherche de sens pour une nouvelle vie, plus libre, plus spirituelle. Sa volonté est ferme, rien ne peut interrompre sa démarche vers la fraternité universelle inéluctable, au regard des distances qui s’amenuisent entre les hommes. L’Indien de Bombay et le trader de la city sont des Frères en humanité.

 

Face au retour des barbaries, issues des ténèbres de l’intolérance, seule la Fraternité et la solidarité peuvent mettre fin à l’égoïsme du chaos financier, politique et social. On n’augmentera pas l’être, par le seul avoir technologique, réservé aux plus forts excluant les plus pauvres.

Une société incapable d’accompagner ses anciens, reclus dans des maisons de retraites surchargées, oubliant ce qu’ils nous ont transmis. Ne se glorifie pas dans l’arrogance technologique.

 

L’exploitation outrancière de la nature notre bien commun, confié en garantie de notre survie, témoigne de notre aveuglement. Alors oui il faut reconstruire le temple, pour que chaque homme y trouve une place, sa place, nos ancêtres construisaient des cathédrales immenses, capables d’accueillir l’ensemble des hommes, véritables messagères de Lumière. Ces temples doivent êtres reconstruits.

 

JF.

LE TEMPLE BAEKYANGSA (Corée)

LE TEMPLE BAEKYANGSA (Corée)

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE TUNNEL D'EUPALINOS

LE TUNNEL D'EUPALINOS

ETRE FRANC-MACON, ETRE ARCHITECTE.

Eupalinos de Mégare ne fût pas seulement célèbre pour son tunnel de Samos. Il fût simplement architecte de lui-même, c’est ce qui rendit célèbre son tunnel. Avez-vous remarqué qu’en vous promenant dans des villes inconnues, vos pas vous mènent insensiblement vers les cathédrales, les Temples. Alors qu’il est des édifices qui sont muets ceux on l’on passe devant sans les voir, d’autres vous parlent, chantent même, font vibrer votre cœur. Cela tient souvent au talent et à l’inspiration du constructeur avec lequel à travers le temps vous êtes en liaison, que dis-je en union.

 

JF.

 

Phèdre

 

Un jour, cher Socrate, je parlais de ces mêmes choses avec mon ami Eupalinos.

 

  • Phèdre, me disait-il, plus je médite sur mon art, plus je l’exerce ; plus je pense et agis, plus je souffre et me réjouis en architecte ;-et plus je me sens moi-même avec une volupté et une clarté toujours plus certaines.

 

Je m’égare dans mes longues attentes ; je me retrouve par les surprises que je me cause ; et au moyen de ces degrés successifs de mon silence, je m’avance dans ma propre édification ; et j’approche d’une si exacte correspondance entre mes vœux et mes puissances, qu’il me semble d’avoir fait de l’existence qui me fut donnée, une sorte d’ouvrage humain.

 

A force de construire, me fit- il en souriant, je crois bien que je me suis construit moi-même.

 

Socrate

 

Se construire, se connaître soi-même, sont-ce deux actes, ou non ?

ETRE FRANC-MACON ETRE ARCHITECTE

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA VOIE DE L'UNVERSALISME
LA VOIE DE L’UNIVERSALISME.

Alors que va bientôt s’ouvrir l’ICOM 2017, colloque, congrès, réunion, peu importe le terme. Dépasser la recherche périlleuse de la vérité historique, et sans attendre se réunir, car c’est bien le but de la Franc-Maçonnerie : « Réunir ce qui est épars », quelque soit le sens que l’on donne à cette formule, il faut qu’elle ait un sens et donne du sens à notre démarche.

 

 

LICOM 2017 est un exemple de ce qu’il faut faire créer en permanence des espaces de rencontre ou s’installe dans le temps le dialogue. Le monde moderne a soif d’humanisme et de spiritualité, qui doit dépasser les intérêts matériels et économiques. Unis les Francs-Maçons peuvent incarner ces forces qui dépassent l’égocentrisme, l’individuel.

La Franc-Maçonnerie n’est jamais aussi belle que quand Michel Barat parle de Pierre Simon, quand Henri Corbin parle d’Ibn Arabi, quand Alain Bauer parle de Henri Caillavet, quand Robert Amadou parle de Henri Tort-Nougés. Combien de Francs-Maçons ont été initiés dans une obédience et se sont épanouis dans une autre, sans interrompre leur chemin initiatique. Ces Frères sont les témoins de l’Universel leur maison commune.

 

Nous devons afficher sur les murs de nos obédiences, notre désir d’union, d’universalisme. Les postulants aux mystères, aux secrets de la vie, le méritent. Notre exemplarité sera l’une des clés de leur démarche initiatique.

 

Approfondir notre démarche personnelle, c’est connaître l’autre, c’est apprendre à être ensemble pour partager le pain de l’Agapae en compagnon de route…

 

JF.

MANIFESTATION CONTRE LE TERRORISME

MANIFESTATION CONTRE LE TERRORISME

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ICOM 2017 A TOULON
Découvrez les secrets des francs-maçons varois et azuréens dans notre hors-série VAR MATIN NICE MATIN

 

 

Qui sont-ils ? Que font-ils ? Ce magazine lève le voile sur les pratiques et les secrets d’une société secrète en plein essor. Témoignages de Varois et visites des temples du Var et des Alpes-Maritimes

A l’occasion d’ICom 2017, le grand rendez-vous de la franc-maçonnerie internationale qui se tiendra à Toulon, les 20 et 21 mai 2017, le groupe Nice-Matin a décidé d’éditer un magazine consacré aux francs-maçons du Var et des Alpes-Maritimes.

Qui sont-ils? Que font-ils dans les loges? Combien sont-ils? Quels sont les «frères et les sœurs» célèbres? Qui sont les «maçons sans tablier»?

Des dizaines de francs-maçons ont accepté de parler, à visage découvert, de leur engagement spirituel. Sans tabou. Ils nous ont fait visiter quelques-uns des plus beaux temples du Var et des Alpes-Maritimes. Quels sont les rites et les rituels? Que signifient les symboles?

Comment se déroule une initiation? Quelles sont les spécificités d’une franc-maçonnerie au féminin? Toutes les réponses se trouvent dans ce numéro en vente, en kiosque.

INTERVIEWS EXCLUSIVES

Ce hors-série permet également d’aborder la question du secret maçonnique avec quelques interviewes exclusives. Ainsi pour Philippe Charuel, grand maître de la Grande Loge de France, il faut conserver le secret.

«Le secret est de trois types. Le secret d’appartenance se comprend au regard de ce qui nous est arrivé. À chaque fois qu’il y a eu des persécutions, notamment durant la Seconde Guerre mondiale, certains ont été persécutés. Le deuxième secret, c’est celui du contenu de nos tenues, de nos rites et de nos rituels. Ça, c’est le respect de l’autre. On ne peut pas révéler ce qu’on fait dans nos travaux. C’est donner la chance, à celui qui va nous rejoindre, d’avoir le plaisir de la découverte. Le troisième secret, le seul, le vrai, le réel, c’est celui du vécu. Celui qui l’a vécu peut raconter ce qu’il veut: l’autre ne comprendra pas tant qu’il ne l’aura pas vécu.»

 

is pour Jean-Pierre Servel, grand maître de la Grande Loge nationale Française, le secret est source de malentendu.

«Je suis pour que les gens se dévoilent. Le secret nuit! Certains sont obligés et je respecte le secret d’appartenance: c’est le vrai secret. Mais pourquoi ne se dévoilerait-on pas? Comment peut-on rayonner dans la société, comme on le dit dans nos rituels, et faire prévaloir l’éthique qu’on apprend en loge si on ne se dévoile pas? À Toulon, il y a une vingtaine d’années, j’étais avocat. Une consœur disait que c’était les francs-maçons qui étaient à l’origine de chacune de ses défaites. Je me suis alors dévoilé dans Var-matin! Je lui ai dit, au travers de cet article, ce que j’avais à lui dire! J’ai parlé de la franc-maçonnerie. Je me suis demandé si ça allait me porter préjudice. Et bien non! Depuis je le dis car je suis fier d’être franc-maçon! Les gens pensent «s’ils se cachent c’est qu’ils ont quelque chose à cacher».

ICOM 2017 A TOULON

 

Durant deux jours, près de 2000 francs-maçons débattront de points historiques.

Mais les non-initiés (ou profanes) aussi sont invités à les rencontrer et à découvrir le vrai visage de la franc-maçonnerie. Les principales obédiences seront représentées.

Le musée de la Grande Loge de France présentera ses plus beaux objets. Un salon du livre maçonnique et de réflexion se tiendra également au Palais Neptune qui accueillera par ailleurs une douzaine de producteurs de vin, qui n’ont rien à voir avec la maçonnerie si ce n’est le sens du partage et l’attachement aux agapes.

ICOM 2017 A TOULON
ICOM 2017 A TOULON
QUESTION À LOUIS TRÉBUCHET, CO-FONDATEUR D’ICOM 2017

 

En quoi ICom 2017 qui se tiendra à Toulon les 20 et 21 mai est-il «un événement extraordinaire»?
Il y a, dans le monde, un rameau de la maçonnerie, maîtrisé par la Grande Loge de Londres (née en 1717, en effet) qui refuse de reconnaître les autres rameaux.

Mais, si on parle d’histoire, on sort de cette question et on peut rassembler tous les maçons du monde car l’histoire lie tous les maçons ! C’est ce qui s’est passé. Toulon va donc accueillir le premier événement qui rassemble des francs-maçons de toutes les obédiences et venus du monde entier!

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
THEORIA

THEORIA

 

THEORIA ET PRAXIS.

 

Ces deux pans de la philosophie sont pour moi complémentaires, comme l’Equerre et le Compas. Sans rectitude logique de la pensée, sans force agissante, sans voie de recherche, comment envisager d’ouvrir son esprit, d’accueillir de recevoir des enseignements, de franchir des portes, de visiter les appartements de son subconscient. Ouvrir le compas de l’esprit, et tracer les plans de construction de son être par une Praxis quotidienne, vivre à soi-même, offrir à autrui le meilleur de soi. Pratiquer l’humble doute est salutaire à celui qui se forge des théories sur des bases dont le contrôle lui échappe. Mettre en Lumière l’exemplarité, concrétiser sa Praxis. « C’est au pied du mur que l’on voit le Maçon. »

 

JF.

 

Un texte sur la Philosophie tiré « des Flambeaux ».

 

PHILOSOPHIE.

Elle peut-être théorique ou pratique. Théorique elle étudie l’esprit humain sous divers aspects, conscients ou inconscients : sensibilité, intelligence, activité. C’est l’objet de la psychologie. Elle étudie aussi comment nous devons penser, en général (logique formelle) et dans l’élaboration des diverses sciences (logique appliquée, méthodologie) ; comment nous devons agir (morale)- quels sont les caractères du beau de l’art (esthétique)- Enfin les diverses solutions proposées au sujet des questions dépassant la science et relatives à la valeur de la connaissance, à la matière, à la vie, à l’âme, et à Dieu (Métaphysique).

 

Quant à la philosophie pratique, la seule qui soit populaire elle réside dans l’application d’un système de morale. Et comme le plus connu de ces systèmes est le stoïcisme, est dit philosophe celui qui oppose la plus parfaite sérénité aux coups du sort, et qui est capable sans broncher de recevoir une tuile sur la tête.

 

Philosopher, c’est donc essentiellement réfléchir, penser en tout désintéressement, penser pour penser, et non pour agir. C’est même penser sa pensée. C’est chercher à savoir comment on pense, et même pourquoi l’on pense, pourquoi l’on vit et agit, et pourquoi tout existe.

Ces divers pourquoi ne peuvent sans doute recevoir une solution certaine. Mais quelles jouissances pour l’esprit d’envisager, de parcourir les diverses solutions possibles, les plus probables. Celles-ci varient d’ailleurs avec les tempéraments et les tendances de chacun.

 

A chacun donc de construire son temple selon son style. L’essentiel est d’en construire un, pour s’y réfugier en cas d’alerte, et pour y adorer en silence les Dieux de son choix.

C’est là qu’il passera les plus belles heures de sa vie et personne ni rien ne pourra l’atteindre.

Heureux donc le philosophe qui, comme disait Lucrèce du temple serein de la sagesse, contemple la vie pleine de périls, et les hommes qui dans cette vallée semée d’obstacles, entreprennent à travers mille passions déraisonnables une course effrénée à l’abime.

 

Extrait de l’opuscule : « Les mots qui sauvent » de Charles Henrich 1945. Transmis par Claudius contributeur du Blog.

PRAXIS

PRAXIS

LIRE VU CHEZ SUR HIRAM-BE

LE GRAND LIVRE DU TRICENTENAIRE DE LA FRANC-MAÇONNERIE, VUE PAR LA GLNF

 

Des racines de la franc-maçonnerie et de l’humanisme aux penseurs contemporains de l’initiation, 20 auteurs parmi les plumes les plus autorisées de la franc-maçonnerie (Jean-François Blondel, Gérard Charlassier, Alain Roger Coeffé, Roger Dachez, Jean-Louis Duquesnoy, Antoine Faivre, Bernard Girod, Christian Hervé, Norbert Hillaire, Yves Hivert Messeca, Jean-Pierre Laurant, Patrick Meneghetti, Pierre Meste, Bruno Pinchard, Remzi Senver, Thierry Thave, Philippe Thomas, Thierry Zarcone) ont accepté de répondre à l’appel de la Grande Loge Nationale Française pour offrir aux francs-maçons et aux chercheurs de la franc-maçonnerie le privilège de leur mémoire restituée et de leurs mystères mis en perspective dans des questions d’une actualité renouvelée. Ce sont 300 ans d’histoire, 3 siècles d’épaisseur, de réflexions, de mystères et d’émotions qui sont présentés en près de 700 pages. Qu’est-ce qui explique les 300 ans de la Franc-maçonnerie ? A quoi se destine-t-elle ? C’est à ces questions et à bien d’autres que ces prestigieux auteurs ont voulu répondre dans le cadre de l’animation éditoriale assurée par le Grand Orateur de la GLNF Jean-François Variot, sous l’autorité de son Grand Maître Jean-Pierre Servel.

 

En savoir plus sur http://www.hiram.be

THEORIA ET PRAXIS

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
COMMUNIQUE

Vous êtes lecteur occasionnel, régulier ou abonné vous pouvez réagir aux articles donner votre opinion soit dans la fenêtre commentaire, soit par mail à : jf.lafrancmaconnerieaucoeur@numericable.fr

 
JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
CHUT ! CHEZ LES FRANCS-MACONS ON NE PARLE PAS DE POLITIQUE

 

Macron au Louvre : "Un rite initiatique, indispensable", selon Serge Moati

 

 

Recueilli par Colette David. Ouest-France

La marche solitaire et spectaculaire d'Emmanuel Macron, dimanche soir, au Louvre, évoque celle de François Mitterrand au Panthéon en 1981, qui avait été filmée par Serge Moati. Les commentaires du cinéaste.

Serge Moati fut le conseiller audiovisuel de François Mitterrand à partir de 1971, le cinéaste qui a réalisé la mémorable séquence du Panthéon, le 21 mai 1981. Il a signé de nombreux documentaires dont Quai d’Orsay, les coulisses de la diplomatie (2015), Adieu Le Pen (2014), Élysée 2012, la vraie campagne ! (2012). Pour Ouest-France, il commente la scénographie de la victoire d'Emmanuel Macron.

Cette arrivée solitaire d'Emmanuel Macron au Louvre, vous l’avez découverte comme des millions de téléspectateurs ? Ou étiez-vous informé de cette mise en scène spectaculaire ?

Je n’étais pas dans les coulisses, je n’étais au courant de rien. Alors, vous imaginez... J’ai été heureusement surpris, puis très ému par cette référence à l’investiture de François Mitterrand au Panthéon, le 21 mai 1981. Dimanche soir, je me suis retrouvé jeune homme ! J’avais 34 ans quand j’ai filmé Mitterrand.

Comment analysez-vous cette marche solitaire autour de la Pyramide ?

J’ai adoré. D’abord, le choix du lieu. Le cadre exceptionnel du Louvre et la Pyramide de Pei – geste architectural que Mitterrand imposa, en dépit d’intenses critiques. La Pyramide symbolise l’audace dont se réclame Macron.

Et puis, c’est beau cette marche dans la nuit. Un rite initiatique, indispensable. En quatre minutes, le nouvel élu s’avance, fragile, et au fur et à mesure, il incarne la fonction. Il devient Président au son de l’Ode à la joie, l’hymne européen. Rien à redire, c’est parfait.

Très emphatique aussi...

Mais c’est un moment où la France a rendez-vous avec son Histoire ! Dimanche soir, on l’a eu enfin, ce rituel républicain qui a tellement manqué lors du débat d’entre-deux-tours.

En tant que cinéaste, comment jugez-vous la réalisation de la séquence Louvre ?

Impeccable. Une mention très bien pour les éclairages. On voit d’abord Macron surgir du sombre ou plutôt on le devine. Il s’avance dans une demi-pénombre, trouée parfois de projecteurs, et monte sur scène pour déboucher en pleine lumière. Franchement, bravo ! Je ne sais pas comment ils ont fait, en coulisses. Ça semble simple, mais chorégraphier cela d’une manière aussi fluide, n’est pas évident. Là, le ou les directeurs photos étaient extrêmement forts.

Réussir ce type de prestation est compliqué. on est en direct, on ne refait pas la prise. Le long du parcours de Macron, hors champs, j’imagine qu’il y avait beaucoup de gens, vêtus de noir, pour le guider ou l’éclairer ou lui donner le tempo de la marche.

Ils avaient dû régler les détails en répétition...

Pas sûrs qu’ils aient eu le temps de répéter in situ avec Macron... En 1981, pour le Panthéon, c’est l’acteur Roger Hanin qui avait joué le rôle du Président, pendant la répétition. Résultat : le jour J, Mitterrand ne connaissait pas le parcours à l’intérieur du monument. Il était guidé par de jeunes socialistes, vêtus de noir. Cachés derrière les colonnes, invisibles à l’écran, ils lui indiquaient le parcours, lui tendaient discrètement les roses qu’il devait déposer sur les tombeaux de Jean Moulin, Jean Jaurès et Victor Schoelcher. Des petits malins ont baptisé cette scène « la multiplication des roses ». C’est vrai qu’à la télé, ces fleurs qui apparaissaient de nulle part, ça tenait du miracle ! (Rire).

En 1981, au Panthéon, vous avez eu des sueurs froides ?

Quand j’y repense... J’orchestrais le tout. De mémoire, je disposais de sept ou huit caméras à l’intérieur du Panthéon. Tout d’un coup, panique : Mitterrand avait disparu de tous les écrans de contrôle, je l’avais perdu !! Il était passé où ? Je me souviens de Gaston Defferre, qui craignait un attentat, et qui me criait dessus : « Retrouve-le, retrouve-le ! ». Defferre était ministre de l’Intérieur (Rire). Bon, on l’a retrouvé, on a eu chaud.

Soulagement général...

De courte durée. On avait pris du retard. Quand Mitterrand est sorti sur le parvis du Panthéon, face à cette foule immense, dingue, il a commencé à pleuvoir. La tuile. Daniel Barenboïm dirigeait les Chœurs de Paris qui interprétaient l’Ode à la joie, dernier mouvement de la 9e symphonie de Beethoven. Mitterrand était là, immobile, une rose à la main, cible parfaite pour un sniper.

Defferre, inquiet, voulait qu’on accélère la musique ! Barenboïm, exaspéré, a failli en casser sa baguette. La musique n’en finissait plus. Des minutes à « meubler ». Moi, je multipliais les plans larges et les gros plans, mais le visage de Mitterrand ruisselant... ». Enfin, tout s’est bien terminé. Dans l’émotion et la cohue.

Et vous êtes rentré chez vous, satisfait et heureux ?

Épuisé et vidé. C’est toujours étrange, cette impression, quand c’est fini... J’habitais près du Panthéon. Chez moi, il y avait plein de copains qui avaient fêté la victoire de la gauche. Ça riait, ça buvait. Je leur ai aussitôt demandé : « Alors, comment vous avez trouvé, c’était comment ? » Ils ont dit : « Quoi ? ». Ça rend humble...

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE
L’AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE

 

Du Chaos à l’Ordo, de l’hégémonie, de l’inversion et de l’uniformisation des principes et des esprits. Un des symptômes de notre société est la prédominance du principe masculin sur le principe féminin, la volonté d’une parfaite parité réduite à l’expression de la matérialité. Annonce l’uniformisation des êtres, un égalitarisme matériel nivelant par le bas, par l’avoir.

Destructeurs de l’individuel, nous cantonnons les métiers artisanaux aux marges de la société, les empois industriels fuient vers les pays « en croissance.» C’est le règne des statistiques.

 

Comme un paradoxe naît un individualisme de surface, comme un cri de désespoir. Les certitudes du matérialisme semblent bouger sous les coups de boutoir des mythologies scientistes, héritières du New Age, ce sont des surgeons de la soif du bien être, les salles de sport, les salles de soins corporels se remplissent. On y soigne les corps meurtris, on financiarise ces soins. La matière domine encore l’esprit, l’Équerre est posée en permanence sur le Compas, nous restons d’éternels apprentis. Notre évolution spirituelle est stoppée, sacrifiée pire elle se dégrade comme notre climat.

 

Dans ce contexte la Franc-Maçonnerie, celle du renouveau des Lumières propose une spiritualité audacieuse au delà des dogmes religieux, de la rationalité des scientistes, une nouvelle jeunesse, jouvence, une libération de l’esprit, une inversion des valeurs. Poser le Compas sur l’Équerre, ouvrir le Livre de la vie véritable, donner les clés sans ouvrir les portes, compiler le meilleur de toutes les traditions, en prendre la quintessence avec discernement. Se placer en tête de la marche pour la défense du beau, du bien, du vrai au service de l’homme. Faire en sorte de parler à tous et à chacun en particulier, réserver à tous une place au banquet de la vie.

 

La Franc-Maçonnerie diffuse un souffle qui balaye les près acquis, les kits prêts a consommer, les abonnements au bonheur garanti, les plats cuisinés, les nourritures spirituelles moulinées aux statistiques globales.

La Franc-Maçonnerie n’assigne à ses membres aucune limite, elle est créatrice de résistance contre l’uniformité réductrice, elle repousse au second plan l’avoir, pour construire l’être véritable, singulier. Elle est un centre d’accueil pour les amoureux de la Liberté, défenseurs de l’indépendance d’esprit, ceux qui ont la force de l’amour fraternel en eux.

 

JF.

L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE

 

ACTUALITES MACONNIQUES

 

Sur GADLU INFO

 

Les Utopiales Maçonniques reviennent pour leur 4e édition ! A PARIS et en direct sur le web…

Du samedi 08 avril au dimanche 09 avril 2017, se dérouleront les Utopiales Maçonniques 2017 « Affirmer une humanité solidaire » à Paris, au siège du Grand Orient de France, rue Cadet.

Cette manifestation est organisée par le Grand Orient de France en partenariat avec l’Institut Maçonnique de France, le Musée de la franc-maçonnerie et l’hebdomadaire Marianne.

« Les Utopiales Maçonniques » sont un espace-temps symbolique « de Midi à Minuit » , consacré à la culture maçonnique et à la réflexion prospective .

L’entrée aux tables rondes et aux conférences est libre et gratuite maisl’inscription est obligatoire pour y assister.

Avec les grands témoins et conférenciers : Jean-Louis CABRESPINES, Jean-Philippe MILESY, Éric SADIN, Gaël BRUSTIER, Michel LEVY-PROVENÇAL, Yves VAILLANCOURT, Blandine KRIEGEL, Malka MARCOVICH, Guylain CHEVRIER, Bruno KARSENTI et Michèle RIOT-SARCEY.


En savoir plus sur http://www.gadlu.info

L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE

 

SUR HIRAM BE

 

10 MAI, JOURNÉE NATIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L’ESCLAVAGE ET DE LEUR ABOLITION

Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition

Le 10 mai 1802, le colonel Louis Delgrès, métis, commandant militaire de Basse-Terre en Guadeloupe, adressa « à l’univers entier le dernier cri de l’innocence et du désespoir ». Cet officier de la Révolution, fervent républicain, appliquant la devise révolutionnaire « vivre libre ou mourir », se donna la mort avec ses hommes le 28 mai suivant, dans leur refuge de l’Habitation Danglemont à Matouba, pour ne pas tomber entre les mains du général Richepance, qui avait rétabli l’esclavage sur l’île.

Pourtant c’est le 10 mai 2006, jour de promulgation de la loi Taubira qui instituait cette journée commémorative, que la République par la voix de son Président choisit comme référence pour sa pérennisation.

Les Francs-Maçons du Droit Humain honorent tous ceux qui œuvrèrent pour l’abolition de cette infamie que fut l’esclavage, et parmi eux le Frère Victor Schoelcher. Ils s’élèvent avec fermeté et intransigeance contre les survivances actuelles de ce crime, dont sont encore victimes de par le monde, mais aussi en France, trop d’hommes, et surtout de femmes et d’enfants. Rappelons nous l’enlèvement des jeunes filles par Boko Haram.

Ils souhaitent notamment que chacun, chacune soit vigilant(e) concernant les conditions de fabrication de ses vêtements, équipements sportifs ou matériel informatique. Par ailleurs, ils suivront les négociations concernant les réparations dues aux descendants de ces personnes pour préjudices subis.

A noter qu’en Outre-mer, les dates de commémoration correspondent aux différentes proclamations des décrets abolissant l’esclavage dans les colonies tout au long de l’année 1848. N’oublions pas !
Le 22 mai en Martinique
Le 27 mai en Guadeloupe
Le 10 août en Guyane
Le 20 décembre à la Réunion

La Fédération française du DROIT HUMAIN


En savoir plus sur http://www.hiram.be/blog

L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE

 

DE LA POESIE

 

Jacques Viallebesset.

retrouvez l'ouvrage sur la boutique en ligne Amazon

 

Fasciné par l'oeuvre terrienne et magique de Jean Giono, mais aussi par celle de René-Guy Cadou et par l'École de Rochefort (notamment Jean Follain et Luc Bérimont), Jacques Viallebesset est un veilleur de haut vol, intransigeant, lyrique tout entier engagé dans le labyrinthe incendié de Louis Aragon, de Paul Éluard et de leurs héritiers. Il est issu, pour le meilleur, de ce siècle des Lumières, qui n'en finit jamais de s'éteindre. Il reste obsédé de fraternité, toujours à la croisée d'une conscience postmoderne emblématique.

 


« Je rêve donc je vis / J'espère donc je suis / Je sens donc je dis 
» pourrait être la devise de ce poète au 
« lyrisme initiatique » (dixit Alexis lacroix) qui n'abandonne jamais une 
« vision cosmique 
» selon Michel Baglin.

 

Jacques Viallebesset prouve que le romantisme est éternel, l'Art Royal également. Ce poète marche en toute discrétion 
« à la rencontre du soleil levant 
». Son métier d'éditeur fait parler de lui, mais son art poétique s'est toujours bâti dans une discrétion permanente qui explique son entrée dans notre collection 
« les poètes trop éffacés ».

L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE

 

LES CHEMINS DE FOLLE PENSEE

Jean-Claude Cappelli

Chez Amazon.

Tout sur le druidisme ? Ce serait orgueilleux et malhonnête de prétendre être exhaustif en la matière. Dans ce livre, un druide parle en son nom : du druidisme bien sûr, de ce qu il était et de ce qu il est aujourd hui. Qu est-ce qu un druide ? Comment devient-on druide ? Qu est ce que la voie du druide ? Le druide d aujourd hui est-il le fidèle reflet de Panoramix ? Est-il si différent de nous ? La spiritualité, la sexualité, la vie quotidienne, la mort, l argent, les rituels, la Nature... Les sujets abordés le sont sans tabou ni langue de bois. Bon chemin, belles découvertes... sur la voie du druide.

L’IF et le BOULEAU

Vingt siècles après la disparition des hommes du chêne, quelle peut être la Voie du Druide aujourd'hui ? Suivre ce chemin, entre l'If et le Bouleau, c'est rechercher le point d'équilibre entre toutes oppositions. Loin de tout folklore, ce livre permet de découvrir une authentique démarche initiatique à travers un savoir traditionnel trop souvent oublié : la loi du ternaire, la croix dite « druidique », le cycle des fêtes celtiques et la symbolique de l'arbre sont autant de jalons capables de nous faire retrouver cet héritage. A travers cet ouvrage, Celui du Pays de l'Ours, druide du 21e siècle, de la lignée traditionnelle de John Toland, nous invite à une prise de conscience de nos racines ancestrales et à la réactivation de notre mémoire.

Entre l'IF et le Bouleau

Entre l'IF et le Bouleau

L'AUDACE DE LA FRANC-MACONNERIE
L'EGLISE DU GRAAL

Chez Amazon

 

Description

« La porte est en dedans »... Cette phrase énigmatique vous accueillera avant d’entrer dans la chapelle de Tréhorenteuc, celle de l’abbé Gillard.
Dans celle-ci, rien n’est laissé au hasard, tout est symbole, tout est question.
Cette chapelle, et ce qu’elle contient, est une clef. Elle vous ouvrira bien des portes : celle de l’harmonie, de l’équilibre entre les contraires, de la conscience. Entre l’alpha et l’oméga, le présage et la fin, chaque vie est une quête, elle vous dira que nous sommes tout à la fois la clef et la porte.
Au-delà des symboles se cache l’Essentiel.

« Dites-vous bien que ce que vous voyez n’existe pas, mais que ce que vous ne voyez pas existe bien. »

Abbé Henri Gillard

Extrait

Un peu d’histoire.

L’église de Tréhorenteuc est la plus petite de tout le Morbihan. Elle est située, en outre, dans la commune la moins peuplée de ce département. En effet, la population de celle-ci n’a jamais dépassé les 279 habitants, et ce en 1846.

En 2005, elle n’en comptait plus que 112. Le contraste avec l’affluence qu’on y constate aujourd’hui est d’autant plus étonnant : environ 60 000 visiteurs en 2011 ! On doit cette renommée exceptionnelle à un homme : l’abbé Henri Gillard. On peut voir sa statue devant l’église. Cette œuvre en bronze, réalisée par Mickaël Thomazo, sculpteur à Ploërmel, a été érigée le 27 juin 1999 pour commémorer les 20 ans de la disparition de l’abbé.

L’abbé Gillard est nommé recteur de Tréhorenteuc en 1942, dans cette paroisse du bout du monde où, jusqu’en 1950, on n’arrive que par des chemins de terre et des routes empierrées. Il découvre une église en assez mauvais état.
Édifiée à l’emplacement d’un oratoire consacré à sainte Onenne au VII
e siècle, la première église fut reconstruite en 1516 par l’abbé de Paimpont, Dom René Hamon, qui avait été nommé à Tréhorenteuc. Comme l’écrit à ce propos Jacky Ealet dans son livre Tréhorenteuc en Brocéliande, l’église « reste pauvre, petite, basse, simplement enduite de terre glaise sans pavage et peut-être sans voûte. »

En 1822, l’abbé Brogard avait déjà trouvé une église en ruines. Il fera réaliser, à sa charge, de 1823 à 1825, les travaux nécessaires à sa réfection. Mais avec le temps, ces restaurations se révéleront insuffisantes pour empêcher la dégradation de l’église et du presbytère.
Dans les années trente, comme le note encore Jacky Ealet, « l’abbé Alliot tire la sonnette d’alarme auprès de l’évêque ˝Je consens à risquer ici ma vie cet hiver, mais pas le suivant…˝ De la même façon, il souligne le grand danger d’écroulement du pignon de l’église ˝le maître-autel est adossé à ce pignon. Qu’arriverait-il s’il tombait pendant un office ?˝ »

En 1933, on envisagera même de procéder à la démolition de l’édifice. En 1935, un vicaire administrateur est désigné en attendant la nomination d’un nouveau recteur. La place ne semble pas très attrayante. Il faudra attendre 1942 pour qu’arrive l’abbé Gillard. Il a 41 ans et depuis son ordination en 1924, il a déjà occupé deux postes en tant que vicaire dans le Morbihan, à Plumelec puis à Crédin. Il a la réputation d’avoir une forte personnalité et ses rapports avec sa hiérarchie sont difficiles. Il va donc avoir en charge la paroisse de Tréhorenteuc, véritable « pot de chambre du diocèse », là où « il n’y a rien ». Il sait qu’il s’installe dans un lieu différent des autres, un lieu tout à fait à part. Il va donc se servir de ce qui rend ce lieu particulier, original. En utilisant l’héritage légendaire et ses connaissances en symbolique, il va faire de cette petite église un centre spirituel rayonnant au service de sa foi.

Mais tout d’abord, il faut consolider l’église et la mettre hors d’eau. Il ne peine pas à se faire accepter par les habitants. En effet, il a un atout majeur : né à Guégon, dans le Morbihan, il a, en outre, toujours exercé son ministère en pays gallo dont il parle couramment la langue. Il va donc pouvoir remplir les fonctions de secrétaire de mairie. Il va savoir trouver toute l’aide dont il a besoin auprès de ses paroissiens pour transporter les pierres nécessaires au chantier de réhabilitation de l’église.
La carrière de schiste rouge n’était pas celle que nous connaissons aujourd’hui, elle était beaucoup plus éloignée. Il a donc fallu atteler des vaches aux charrettes, et faire un grand nombre d’allers-retours. On raconte encore que l’abbé maniait la barre à mine pour casser lui-même les pierres. Cela a duré trois ans, plus que prévu au départ. En effet, après avoir consolidé le pignon est, le mur du clocher et refait la sacristie, il a, en plus, rajouté le porche sud que nous voyons aujourd’hui. Les pierres en trop furent revendues à un maçon de Ploërmel et l’argent ainsi récolté fut employé à réparer la toiture.

L’église a maintenant l’aspect que nous lui connaissons.

Présentation des auteurs :

Elisabeth Cappelli (auteur) :

Enseignante à la retraite, Elisabeth Cappelli aime à faire partager ses passions pour la Bretagne, les plantes, l’Histoire et les mythologies. Pour elle, le monde qui nous entoure est un univers merveilleux, ouvert à tous. La joie de la découverte et la soif de connaissance l’accompagnent sur les nombreux chemins qu’elle se plait à emprunter.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>