Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
RESPECT MADAME
RESPECT MADAME
RESPECT MADAME
RESPECT MADAME
RESPECT MADAME
RESPECT MADAME

RESPECT MADAME,

 

Pour votre courage, votre exemplarité, votre engagement, votre force, d’avoir conservé en vous la Lumière, malgré les épreuves et plus encore de nous m’avoir transmise, vous êtes une fierté pour nous, nos enfants et les générations avenir. Vous êtes la France de la Liberté, de l’Égalité de la Fraternité mais aussi de la Solidarité.

Merci pour nous tous, puisse votre vie inspirer tous les hommes et les femmes de France.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
L'ARCHE DE NOÉ , L'ARCHE D'ALLIANCE
L'ARCHE DE NOÉ , L'ARCHE D'ALLIANCE

L'ARCHE DE NOÉ , L'ARCHE D'ALLIANCE

L’ARCHE ET LA LOGE

 

La plupart des Francs-Maçons datent l’origine de la Franc-Maçonnerie à la construction à Jérusalem le Temple de Salomon et la légende emblématique liée à la vie de l’Architecte Hiram.

Mais pourquoi Salomon a t’il commandé la construction du Temple, pour faire une demeure à l’Arche d’Alliance et surtout à son contenu les tables de la Loi témoignage de l’Alliance. La construction prend alors une dimension sacrée.

 

Il faut donc naturellement considérer que l’origine de la Franc-Maçonnerie peut remonter plus loin, plus haut, jusqu’à l’Arche de Noé. Bétsalél a t’il construit l’Arche de Noé ou l’Arche d’Alliance, peut importe il est décrit par les Kabbalistes comme celui qui sait agencer les lettres, les comprendre, il est le révélateur du verbe, le prédécesseur d'Hiram. Le tombeau d’Hiram en forme d’Arche renferme t’il la parole ?

 

L’arche est un coffre, qu’il soit flottant ou portatif, il nous apparaît comme lieu clos, obscur, comme un œuf, un sanctuaire, un temple, une Loge, un lieu clos et couvert, une forteresse où n’entre pas qui veut lorsqu’elle est sacralisée.

 

David fit transporter l’Arche d’Alliance à Jérusalem, Salomon construisit le Temple, les deux barres horizontales qui portaient l’Arche furent redressées en colonnes verticales captant les énergies solaire et telluriques elles prirent les noms de Iakin et Bohas, l’Arche entre dans le temple, la Loge. Les kabbalistes voient dans cette verticalité l’arbre de vie, celui de la connaissance. Le temple matériel se construit en même temps que le temple spirituel.

 

Si l’Arche est le premier temple des Francs-Maçons, elle symbolise une forme d’espérance pour un monde nouveau, futur où tous nous vivront dans l’unité retrouvée.

Les Francs-Maçons, comme Noé, sont protégés dans leur Arche, leur temple, ils trouvent entre eux la paix et l’harmonie loin du tumulte du monde profane. L’égrégore constituée en Loge, cet agrégat composé des énergies des Frères, nourrit leur spiritualité. Ils puisent ainsi l’énergie nécessaire à leur retour dans le monde profane et la force pour propager la Lumière reçue. Les figures du bijou des nautoniers de l’Arche Royale, cette confrérie Maçonnique que sont l’Arc en Ciel, la Colombe, et le Rameau d’Olivier symbolisent la force et l’espérance.

 

JF.

LE TEMPLE DE JERUSALEM, TEMPLE MAÇONNIQUE
LE TEMPLE DE JERUSALEM, TEMPLE MAÇONNIQUE

LE TEMPLE DE JERUSALEM, TEMPLE MAÇONNIQUE

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE POISSON POURRIT PAR LA TÊTE.

LE POISSON POURRIT PAR LA TÊTE.

LOGE LIBRE, LOGE INSOUMISE, LOGE SAUVAGE….

 

Le poisson pourrit par la tête, ce proverbe chinois bien connu, explique que toute organisation, déviante, défaillante l’est devenue par la tête, par la faute de son ou ses dirigeants. C’est la prise du pouvoir par une oligarchie, un renoncement à la démocratie qui sème le trouble.

 

Devant cet état de fait, il est facile d’accuser l’organisation dans son ensemble, de jeter le bébé avec l’eau du bain, sans se poser la question préalable de sa propre responsabilité, de son manque de vigilance, de contrôle, de son renoncement à l’effort de surveillance.

Pire encore plus machiavélique d’avoir laissé faire, dans l’espérance d’être le calife à la place du calife, en accompagnant sournoisement le déclin annoncé, au détriment de l’organisation et de ses membres, c’est l’envie du pouvoir.

 

La Franc-Maçonnerie société humaine n’échappe pas a ces déviances, mais étant avant tout un Ordre initiatique et Fraternel cela est plus choquant et ressentit avec plus d’acuité.

Devant les excès de pouvoir ou les freins administratifs de certaines obédiences, les Frères soucieux de vivre harmonieusement leur initiation ont deux attitudes, celle active et responsable de dénoncer ces excès et de participer à les réduire. Quand cela est possible ! Quand une partie du poisson peut être sauvée. Ou alors quitter l’obédience, le navire qui poursuit une route différente de la leur.

 

Si l’on décide de débarquer, l’on peut choisir un autre navire, après tout c’est le fret qui compte. Il faut alors au préalable visiter ce navire de la coque au pont supérieur, l’engagement Maçonnique n’est pas une simple adhésion annuelle à un club de boulistes (je n’ai rien contre les sportifs).

Il faut s’assurer de pouvoir poursuivre son initiation  dans le calme, l’harmonie de sa libre volonté. En ayant toujours en tête la prédominance du Rite initiatique sur les arcanes administratives. Le Franc-Maçon soucieux du respect de son Rite, ardent, sourcilleux sur la pratique des Rituels reléguera au second rang les tracasseries administratives nécessaires sans êtres essentielles.

 

La direction d’une obédience impose une certaine horizontalité démocratique en conséquence ses hiérarchies d’honneurs seront le plus souvent possible temporaires afin de ne gonfler « l’ego » de ses dirigeants.

 

Le Rite quand à lui impose le respect intangible des traditions ancestrales, communiquées progressivement aux adeptes, dans un système imposant une verticalité spirituelle, c’est la montée de marches, d’un escalier à vis, d’une échelle de valeurs et vertus, un mouvement en spirale vers l’unité. La hiérarchie spirituelle verticale s’impose naturellement, elle n’est pas renoncement à la Liberté, mais accès à la Connaissance porte de la véritable Libération de l’homme.

 

Certains Francs-Maçons supportant mal le poids de leur obédience, choisissent une autre voie, celle qu’il qualifie de Liberté totale vis à vis des corps Maçonniques reconnus et constitués. Ce n’est à mon sens qu’une illusion de Liberté.

Refuser ou remettre en cause de manière permanente toute organisation mène au Chaos, c’est méconnaître l’instinct grégaire de l’homme cet animal social, l’excès de tolérance se transforme en intolérance.

Sans garants des traditions, sans transmission des Rites dans leurs puretés. La tentation est grande de faire la Loge à son image, sa Loge. On connaît des Vénérables Maîtres qui le deviennent à vie ou est la transmission initiatique ! Ceux –ci persuadés de leur perfection, se transforment en guides spirituels, en Maîtres absolus. Ils est des guides, des maîtres spirituels, de sagesse respectables. Mais ce n’est pas la méthode initiatique de la Franc-Maçonnerie à la fois individuelle et collective, « sans le secours de mes Frères, je ne puis rien. » Je rajouterais je ne suis rien.

 

L’expérience démontre que les Loges sauvages, insoumises éprouvent rapidement l’envie de se rapprocher, de se fédérer elles sortent des tavernes comme leurs célèbres ancêtres, et se constituent en micro obédiences, qui pour vivre tombent rapidement dans l’écueil du prosélytisme, du recrutement à marche forcée.

On a en quelque sorte sous le prétexte de liberté, débridé le moteur de la machine que l’on a créée et on ne la maîtrise plus.

 

Et bien souvent réapparaît la figure d’un nouvel oligarque qui s’empare du pouvoir.

 

Alors ! Alors ! mon avis personnel, je dis personnel, c’est d’abord avant de penser à cette forme réduite de la Liberté, de penser à la Fraternité, la Solidarité, l’amour de ses Frères, de ses semblables c’est là que se réalise la véritable Liberté.

Mais bien sûr il faut être vigilant en toutes circonstances, et c’est peut-être le plus difficile, pour le Maçon qui a tendance à une certaine naïveté et bienveillance coutumière, être vigilant, penser par soi-même. S’assurer du renouvellement des dirigeants des obédiences, qui sont à la disposition des Loges et des Frères et non l’inverse.

Penser Universel et Collectif pour sa Loge, mais au delà également. Défendre les corps maçonniques, contre nos propres errances, savoir reconnaître et admettre que lorsqu’il y a des problèmes obédientiels nous en sommes aussi quelque part responsables et comptables.

 

Se souvenir que la Franc-Maçonnerie est belle qu’elle mérité mieux que des Loges sauvages ou insoumises, et que les hommes sont perfectibles.

 

Observons toujours attentivement la tête du poisson, notre grand Frère qui doit être pour nous un exemple de Sagesse et de Fraternité.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
L'HEURE DE LA LUMIÈRE MAÇONNIQUE

L’HEURE DE LA LUMIÈRE MAÇONNIQUE.

 

En cette période de l’année ou le soleil est au sommet de sa course, par une sorte de contradiction les Francs-Maçons se référent au temps profanes pour interrompre leurs travaux, comment peuvent t’ils prétendent les reprendre avec force et vigueur quand la lumière s’estompe peu à peu, sans doute parce que la Lumière, la véritable Lumière est celle qui brille en eux et ne vacille jamais, elle est éternelle.

 

L’année de vraie Lumière a commencée avec la Genèse, quand la grande Lumière est apparue au milieu des ténèbres, cette Lumière de l’esprit qui illumine tout homme.

 

Ainsi les travaux peuvent t’ils êtres clôturés, même temporairement alors que la Lumière continue a briller en nous. Ils peuvent êtres suspendus afin que nous puissions reprendre des forces pour les poursuivre.

 

A quelle heure les Maçons ont t’ils l’habitude d’ouvrir leurs travaux ? En plein midi quand la Lumière est la plus intense. C’est donc bien la Lumière qui préside aux travaux et ne sommes nous pas les enfants de cette Lumière.

Nous savons d’où nous venons des ces Loges de Jean, de Saint Jean, le précurseur et le Baptiste, celui qui ferme et celui qui ouvre, ils sont  tous les deux  cymbales du temps maçonnique. Ils sont les gardiens des portes de l’esprit et de l’amour.

 

A l’heure où momentanément les outils sont remisés, où les Loges sont en congés, où le Soleil est au zénith. C’est aussi le moment des belles et lumineuses nuits d’été, nous approchons, nos yeux, nos mains et nos cœurs des étoiles, de l’univers, nous percevons l’immensité, la grandeur, la magie de la création. L’éclat de ces Lumières, nous rappelle que la plus belle de ces celles-ci est celle qui brille en nous, cette énergie inépuisable qui est amour.

 

Arrêtons nous un instant mes Frères, suspendons le temps, pour contempler cette Lumière qui brille en nous et se reflète dans les étoiles de la nuit.

 

JF.

NUIT ÉTOILÉE VAN GOGH
NUIT ÉTOILÉE VAN GOGH

NUIT ÉTOILÉE VAN GOGH

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LES LUMIÈRES DU CHÂTEAU DE LA BRÈDE

LES LUMIÈRES DU CHÂTEAU DE LA BRÈDE.

 

Cest en 1721 que Montesquieu écrivit de manière anonyme son roman épistolaire « Les lettres persanes », neuf ans avant son initiation à Londres dans la Loge : The Horn Tavern Lodge, ayant pour Vénérable Maître le Duc de Norfolk, et 18 ans avant d’écrire « L’esprit des Lois » en 1748. Ce dernier ouvrage par les idées développées en particulier la séparation des pouvoirs en est un des fondements de nos démocraties modernes. Montes quieu admirateur de la monarchie constitutionnelle anglaise, fût proche dans ses idées du Marquis de la Fayette, il inspira donc « le nouveau monde ».

 

Charles Louis Secondat, baron de la Brède, riche parlementaire Bordelais eu comme parrain « un mendiant de la paroisse » afin qu’il se rappelle durant toute sa vie que les pauvres sont ses Frères. Il sera donc ami du pauvre et du riche pourvu qu’ils soient vertueux. Bien que le geste paraisse un peu ostentatoire.

 

La forme prise par ses lettres persanes fait penser aux Blogueurs actuels sur internet, de manière anonyme il fait une critique, une satire de la société de son temps.

 

Ces lettres mêlent la philosophie, la politique et la morale, elles retrouvent subitement leur intensité dans notre société. Le désordre, des sujets traités n’est qu’apparent, ces lettres fondent ce qui plus de 20 ans après deviendra son esprit des lois.

 

Extraits :

 

Lettre VIII

Je parus à la cour dès ma plus tendre jeunesse. Je puis le dire : mon cœur ne s’y corrompit point ; je formai même un grand dessein : j’osai y être vertueux. Dès je connu le vice je m’en éloignai ; mais je m’en approchai ensuite pour le démasquer. Je portais la Vérité jusqu’au pied du trône : j’y parlai un langage jusqu’alors inconnu ; je déconcertai la flatterie, et j’étonnai en même temps les adorateurs et l’idole.

Mais quand je vis que ma sincérité m’avait fait des ennemis ; que je m’étais attiré la jalousie des ministres, sans avoir la faveur du prince ; que, dans une cour corrompue, je ne me soutenais plus que par une faible vertu : je résolus de la quitter.

 

Lettre XII ou il est question d’un peuple étrange….

Ils aimaient leurs femmes, et ils en étaient tendrement chéris. Toute leur attention était d’élever leurs enfants à la vertu. Ils leur représentaient sans cesse les malheurs de leurs compatriotes et leur mettaient devant les yeux ce exemple si triste ; ils leur faisaient surtout sentir l’intérêt des particuliers se trouve toujours dans l’intérêt commun ; que vouloir s’en séparer, c’est vouloir se perdre ; que la vertu n’est point une chose qui doive nous coûter ; qu’il ne faut point la regarder comme un exercice pénible ; et que la justice pour autrui est une charité pour nous.

 

Ainsi c’est progressivement que les Lumières de la Brède éclaireront le siècle du même nom. Seule ombre au tableau sa timide prise de position en faveur de l’anti esclavagisme. Ce philosophe, cet aristocrate, ce Franc-Maçon voulait apprendre aux peuples leurs droits, mais aussi leurs devoirs, il croyait dans leur génie.

 

JF.

LES LUMIÈRES DU CHÂTEAU DE LA BRÈDE

 

 

Extrait du Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine.

MONTESQUIEU,

Charles de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu,

né à La Brède près de Bordeaux le 18 janvier 1689,

décédé le 10 février 1755 à Paris.

 

Ecrivain, philosophe, auteur de : Lettres persanes (1721) , L'esprit des Lois (1748).

Penseur politique : égalité devant la Loi, séparation des pouvoirs...

Président à mortier du Parlement de Bordeaux de 1716 à 1726.

Membre de l'Académie française en 1728 (succède à Louis de Sacy).

 

Initié le 12 mai 1730, à Londres, dans la Loge : The Horn Tavern Lodge, le Duc de Norfolk officiant comme V.M. [1] [3]

Un de ses amis, Andrew Michael dit le Chevalier de Ramsay (1686-1743) avait été initié dans cette Loge en mars 1730.

Montesquieu est un des fondateur de la Loge créée par le Duc de Richmond et Jean Théophile Désaguliers en 1735 rue de Bussy à Paris [2]

 

Connu des Français, avant le règne de l'euro

Son portrait, ses armes, l'Esprit des Lois illustraient le billet de 200 francs

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
A LIRE 300 ANS DE FRANC-MAÇONNERIE SUR LE MAGAZINE CHALLENGES

 

 

300 ANS POUR LA FRANC-MAÇONNERIE SUR CHALLENGES

 

France

La franc-maçonnerie fête ses 300 ans et garde son pouvoir d'attraction

Le 24 juin 1717, dans une petite taverne du quartier St Paul à Londres, a été créée la première grande loge ou obédience maçonnique. Avec 170.000 membres, la France possède la densité maçonnique la plus élevée après l'Angleterre.

. Il y a deux âges de la franc-maçonnerie: la maçonnerie opérative, celle des bâtisseurs des cathédrales, et la franc-maçonnerie spéculative, de personnes qui continuent à se réunir autour de rituels, de symboles, filant la métaphore de la construction pour l'appliquer à un dessein philosophique. Ce sont souvent des intellectuels, des notables, les maçons de métier y deviennent extrêmement minoritaires. En 1725, une première loge est créée à Paris. Mais la franc-maçonnerie reste microscopique en France jusqu'en 1736-1737, quand son existence devient publique, au point que les autorités policières s'en inquiètent.

La franc-maçonnerie a connu un destin singulier en France, plus politique et laïque, autour du Grand Orient de France notamment. Pourquoi?

La franc-maçonnerie est un pur produit du monde anglo-saxon et particulièrement protestant, né dans un esprit de tolérance, de pluralisme politique et religieux. Quand elle débarque en France, la situation y est entièrement différente, sous une monarchie absolue où le catholicisme est la seule religion autorisée. Au XIXe siècle, les gens aspirant à un peu de libéralisme politique et religieux vont trouver un seul endroit où le cultiver: la franc-maçonnerie. La sociologie des loges change complètement: elles deviennent une machine à attirer des républicains et anticléricaux, ce qui va donner le modèle du radical-socialiste +bouffeur de curés+ sous la IIIe république. Décimée à la Libération, la franc-maçonnerie française va s'engager dans une diversification considérable. Ses sensibilités aujourd'hui sont extrêmement variées, du Grand Orient, engagé sur les sujets de société, à la Grande loge nationale française, plus spiritualiste et initiatique.

Pourquoi le grand public peut-il avoir l'impression que la franc-maçonnerie n'a plus le vent en poupe: est-ce lié aux affaires, à la perte d'influence, à la discrétion voire à l'antimaçonnisme qui l'entourent?

Il faut modérer ce constat. En France, en trente ans, les effectifs ont été multipliés par trois! On compte 160 à 170.000 maçons dans notre pays - entre 2 et 2,5 millions dans le monde -, ce qui constitue la densité maçonnique la plus élevée après l'Angleterre. Sous la IIIe république, quand elles étaient entièrement politisées, les loges ont suscité un antimaçonnisme virulent, politique et religieux. Aujourd'hui, il subsiste un antimaçonnisme rampant: comme la franc-maçonnerie a pratiqué une culture du secret, beaucoup s'en méfient instinctivement sans trop savoir au juste quoi lui reprocher.

La franc-maçonnerie recrute dans les classes moyennes avec une surreprésentation de certaines professions - les professeurs, les médecins, les avocats. Dans le monde, elle reste majoritairement voire exclusivement masculine, le fait féminin en maçonnerie est une invention française: on compte chez nous 20 à 25% de soeurs, c'est unique. Sur l'affairisme, phénomène marginal, mon sentiment est que les obédiences maçonniques sont beaucoup plus vigilantes que par le passé.

Bien qu'elle ait beaucoup changé en 300 ans, la maçonnerie est soutenue par des invariants: l'idéal de fraternité entre hommes de tous milieux, origines, confessions, races; l'idéal de tolérance, le respect de la différence et la volonté de la mettre de côté.

Aujourd'hui, notamment dans un pays très sécularisé comme la France, on s'aperçoit que la franc-maçonnerie est perçue par beaucoup des gens qui veulent la rejoindre comme une espèce de religion de substitution. Déçus de l'action politique ou des religions, ils y trouvent une quête de sens. Quant à l'initiation maçonnique, si tous les secrets des francs-maçons ont été publiés depuis 270 ans, cela reste une expérience intime, qui n'est pas communicable.

 

A VOIR SUR LE MAGAZINE CHALLENGES.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF
ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

 

 Au Suprême Conseil de France un prix de Thèse. Vu sur le Blog HIRAM-BE

 

Comme nous l’indiquions le 7 juin, François Gruson a reçu mercredi soir le prix de Thèse maçonnique du Suprême Conseil de France du REAA, remis par Claude Collin, Souverain Grand Commandeur du SCDF, pour sa thèse de Doctorat en Architecture soutenue à l’Université de Lille en décembre 2016 « Pratique rituelle et forme de l’espace : Le temple maçonnique, forme, type et signification ».

La remise s’est faite dans les locaux du SCDF, en présence notamment de Pierre Mollier, Historien et Directeur du Musée du GODF (réalisé par François Gruson), et de François Rognon, Historien et responsable du Musée GLDF.

Quels liens entre la franc-maçonnerie et l’architecture de ses temples construits dans le monde ? François Gruson répond par une thèse innovante de 700 pages dont plus de 500 illustrations et cartographies, et un concept spécifique : la « concrétion ». Comme la coquille de l’escargot est sécrétée par l’animal, le temple maçonnique serait secrété par les rituels qui l’animent.


En savoir plus sur http://www.hiram.be

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

 

SUR HIRAM-BE L’EUROPE ET LES FRANCS-MAÇONS

 

LA COMMISSION EUROPÉENNE A REÇU LES FRANCS-MAÇONS

Par Géplu dans Divers

Dans le cadre du dialogue permanent avec les églises, les religions, les organisations philosophiques et non confessionnelles, tel que défini par l’article 17 du traité de Lisbonne, le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a reçu ce 19 juin 2017, comme il l’avait déjà fait le 30 juin 2016, les obédiences maçonniques. Cette huitième réunion annuelle avait pour thème «L’avenir de l’Europe : une Union effective et fondée sur des valeurs».

Frans Timmermans a déclaré à ce propos : «L’Europe se trouve à la croisée des chemins et notre devoir premier, selon moi, est d’écouter les organisations qui représentent nos citoyens, quelles que soient leur religion ou leurs convictions. La Commission saisit cette occasion unique pour se pencher sur la direction future de l’Union européenne. Nos valeurs européennes communes doivent rester le fondement de nos choix à venir et nous menons des consultations tous azimuts sur la manière d’ancrer concrètement nos politiques futures dans nos valeurs communes. Le dialogue avec les religions, les églises et les organisations non confessionnelles est une partie importante de ce processus.»

Les participants invités par la Commission Européenne étaient cette année :
– Mme Marie-Thérèse BESSON, présidente de l’
institut maçonnique européen, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France
– Mme Martine CERF, secrétaire générale d’Égalité Laïcité Europe (EGALE)
– Mme Claudette CLAVEL, Grand Maître adjoint de l’Ordre maçonnique mixte international «le Droit Humain»
– M. Andrezj DOMINICZAK, président de l’Association humaniste polonaise
– M. Giulio ERCOLESSI, président de la Fédération humaniste européenne
– M. Philippe FOUSSIER, Premier Grand Maître Adjoint du Grand Orient de France
– M. Manuel LÓPEZ ALVÁREZ, président de la fédération espagnole de l’Ordre maçonnique mixte international «le Droit Humain»
– Mme Lone Ree MILKAER, présidente de la Société humaniste danoise
– M. Keith PORTEOUS WOOD, directeur exécutif de la National Secular Society
– M. Jean-Michel REYNAUD, président de la Contribution des obédiences maçonniques adogmatiques et libérales à la construction européenne (
COMALACE)
– M. Claude WACHTELAER, président de l’Association européenne de la pensée libre (AEPL)
– M. Oscar de WANDEL, Grand Maître de la Grande Loge de Belgique
– M. Frieder Otto WOLF, président du Humanistischer Verband Deutschlands (HVD)

Alors que l’an dernier aucune obédience française n’était représenté es-qualité, on notait cette année dans les invités Marie-Thérèse Besson pour la GLFF (et l’IME), et Philippe Foussier pour le GODF. Pour la Belgique, alors qu’il y avait l’an dernier Marc Menschaert, Grand Maître du Grand Orient de Belgique (mais qui représentait l’Alliance Maçonnique Européenne) et Oscar de Wandel, Grand Maître Grande Loge de Belgique, seul ce dernier était de nouveau invité cette année.


En savoir plus sur http://www.hiram.be/blog

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF
ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

 

SUR GADLU-INFO

 

La Grande Loge Nationale Française (GLNF) a publié sur sa page facebook officielle le discours le discours de John Hamill, Grand Chancelier Adjoint de la Grande Loge Unie d’Angleterre (GLUA) à l’occasion du 300° anniversaire de la création de la Franc-Maçonnerie Moderne :


1717 – Création et Fondation : John Hamill à propos du tricentenaire de la Franc-Maçonnerie


En savoir plus sur http://www.gadlu.info

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

 

LA JOURNÉE DES RÉFUGIÉS COMMUNIQUÉ DU DROIT HUMAIN

VU SUR GADLU-INFO

 

communiqué de la Fédération française du DROIT HUMAIN : 20 juin – Journée mondiale des réfugiés

« Aujourd’hui, 65,6 millions de personnes vivent en situation de déplacement forcé. Parmi elles, 22,5 millions ont dû quitter leur pays. Il s’agit du nombre le plus important de réfugiés jamais observé.

Pour leur venir en aide, les pays voisins des pays en guerre sont en première ligne. C’est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où trois pays subissent directement les conséquences de la guerre en Syrie et en Irak : la Jordanie, le Liban et la Turquie. C’est également le cas en Afrique où plusieurs pays, notamment l’Ouganda, l’Éthiopie et le Kenya, accueillent plusieurs millions de réfugiés depuis plusieurs années, faisant face avec des moyens parfois limités à l’enjeu quotidien de leur ménager un accueil digne et protecteur de leurs droits.
Si la majorité des réfugiés fuient les conflits armés, certains sont victimes de persécutions politiques. Des journalistes, des personnes sont menacées en raison de leur appartenance à des minorités religieuses ou ethniques, ou en raison de leur orientation sexuelle. »1

D’autres enfin, fuient simplement une insupportable misère causée par des gouvernements corrompus et / ou les pillages et exactions de bandes armées, officielles ou non.

Les Francs-Maçons de la Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN exhortent la communauté internationale, la Commission européenne et le gouvernement français à prendre davantage en compte la situation de détresse des réfugiés, à les considérer comme des hommes, des femmes et des enfants et non comme des éléments statistiques, à ne plus poursuivre les citoyens au titre du « délit de solidarité », mais au contraire à encourager l’entraide et la fraternité. Enfin, il faut cesser d’« externaliser » la gestion des flux migratoires dans des pays totalement ignorants des droits humains, où le racket et la mise en esclavage sont la norme.

La Fédération française du DROIT HUMAIN


En savoir plus sur http://www.gadlu.info

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

A LIRE LE DERNIER LIVRE D'ELISABETH CAPPELLI

 

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES DE LA SEMAINE EN BREF

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
L'AMOUR NE S'ÉCRIT PAS AU BAS D'UN PARCHEMIN...

L’AMOUR NE S’ECRIT PAS AU BAS D’UN PARCHEMIN…

 

Le grand Georges, le fidèle Georges, le poète, l’éternel copain, celui qui partageait son pain connaissait la saveur des mots, l’Amour ne se gravait pas pour lui « au bas d’un parchemin ». Il valait bien plus que cela, aimer les autres était sa voie d’humanité, de sagesse. Le grattement de ses doigts sur sa guitare est une joie, le bonheur peut-être.

 

Les Francs-Maçons en quête de sens, de la parole perdue, pressentent que le bonheur est là, a portée de leurs mains au bord de leur cœur. Il ne demande qu’à être cueilli comme la marguerite de la chanson, pétale après pétale. Mais il faut faire pousser, grandir cette fleur, la faire s’ouvrir au soleil de l’amour, faire couler les larmes de la rosée céleste de son cœur.

 

Charles Hertrich philosophe né en Bretagne de parents alsaciens nous propose dans les années 1945 après les horreurs de la guerre, sa foi en la vie en l’amour qui unit les hommes.

 

JF.

 

Quelques mots sur l’’Amour.

 

Extraits : L’amour n’est pas une sensation, ni même un simple désir, c’est un sentiment, et le plus beau, le plus riche de tous.

 

Cette affection peut et doit tout d’abord nous prendre nous même pour objet. C’est l’amour propre. L’amour de son propre moi. Non pas de son moi égoïste, intéressé, instinctif, passionné, ni enclin au moindre effort, mais du meilleur de son moi, de ce qu’il devrait être corps et âme (….)

 

Il faut de la volonté or le ressort de la volonté c’est l’amour. Nous ne faisons bien et continument que ce que nous aimons (….) Pour rester jeune, il est nécessaire et suffisant d’aimer la vie en santé, en joie et en beauté (….)

C’est à quoi excellaient les Grecs de la grande époque. (….) C’est par l’amour de la vie intégrale, harmonieusement vécue, ils entendaient cultiver leur âme, et pas seulement leur corps. Ils pratiquaient la philosophie, au sens étymologique de leur propre langue, autrement dit : l’amour de la sagesse. Or la sagesse n’avait pas alors pour eux, un visage rébarbatif ; elle n’était pas faite d’austérité et de privation. Elle était plus et mieux : la maîtrise de soi, le calme volontaire et systématique, quelques soient les circonstances. Grâce à une discipline consentie, et même particulièrement aimée parce qu’ils plaçaient en elle le secret du bonheur, ils rendaient peu à peu inaccessibles aux émotions vives aux passions, aux troubles de toutes sortes .(….) Non pas : maîtrise de la sensibilité, ils étaient sensibles à l’amitié, à la pitié, à l’amour, même à l’enthousiasme- encore au sens de présence divine en soi que donnait à ce mot leur langue si évocatrice.

 

Mais ces sentiments, ces élans divers, ne dégénéraient jamais en passions. La passion même ayant un objet favorable, est toujours un déséquilibre, une hypertrophie.

 

Charles Herdrich.

 

Cette sagesse antique a inspirée la méthode initiatique de la Franc-Maçonnerie. Il est dit a l’adepte que l’on interroge : Que venez –vous faire ici ? Réponse : fuir le vice et pratiquer la vertu, vaincre mes passions et faire de nouveaux progrès en Franc-Maçonnerie.

 

JF.

 

Les extraits du texte de Charles Hertrich m’ont été transmis par notre contributeur au Blog Claudius.

 

L'AMOUR NE S'ÉCRIT PAS AU BAS D'UN PARCHEMIN...

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Geneviève Asse

Geneviève Asse

UN AUTRE REGARD SUR LA VERTICALITÉ….

 

Le Franc-Maçon par son chemin initiatique ambitionne de faire grandir en lui sa part de spiritualité, pour passer de l’horizontalité à la verticalité.

L’horizontalité est classiquement associée à la terre, la matéria prima, la matrice où tout prend forme, du végétal à l’animal, jusqu’à sa forme la plus aboutie l’homme, qui se distingue ainsi d’un simple « Golem. » Si l’enveloppe charnelle de l’homme est attachée à la matière, son esprit aspire à la Lumière de la connaissance, qui permettra le dévoilement de sa partie la plus intime, son âme, son véritable soi.

 

Dans cette après-midi où la Lumière se montra excessive, je fus attiré par la fraicheur d’un musée Breton de Vannes qui porte le nom « de Cohue ». J’ai découvert une artiste Geneviève ASSE, sa sensibilité, son imaginaire et sa vision originale de la verticalité.

L’artiste en quelque sorte inverse la normalité et propose un nouveau paradigme de la verticalité, qui est pour elle la terre, le feu, l’homme.

Le bleu du ciel devient l’horizontalité qui entoure le trait vertical représenté sur le tableau de l’artiste.

 

Ainsi l’homme est d’emblée au centre de sa toile et au centre du monde, il est le centre de l’esprit. C’est une forme de réussite de l’unité et de l’harmonie, l’artiste trace le trait vertical sur la totalité de sa toile intitulée « au fil des jours. » L'homme est redevenu tout.

Le poète Erwann Rougé dit de l’artiste : « Vous êtes ce bleu calme dans cette lumière irisée, vous êtes la verticalité de ce fil incertain, cette fragile ouverture où le temps s’efface. »

 

Vannes a peut être trouvé sa dame clin d’œil à la célèbre représentation posée dans l’angle de deux rues à quelques pas de la « Cohue ».

 

JF.

 

Exposition permanente au Musée des Beaux Arts –La Cohue – Place Saint Pierre à Vannes 56000.

Réalisation des ateliers Duchemin sur inspiration de Geneviève ASSE

Réalisation des ateliers Duchemin sur inspiration de Geneviève ASSE

Biographie de Geneviève ASSE

Elle est élevée par sa grand-mère cultivée dans le manoir de Bonnervo (golfe du Morbihan). En 1931, elle visite l'Exposition coloniale qui la fascine. Dès 1932, elle s'installe à Paris où sa mère, qui travaille aux éditions Delalain, épouse le docteur Étienne Le Sourd.

Geneviève découvre Delaunay à l'exposition au Pavillon français en 1937. Elle visite alors nombre de musées en France, en Belgique et en Hollande. Elle aime les natures mortes de Chardin.

En 1940, elle entre à l'École nationale des arts décoratifs. Elle travaille dans les ateliers de Montparnasse et expose au Salon des moins de trente ans et au Salon d'automne. Elle s'engage dans les FFI (avec son frère) et est conductrice ambulancière dans la 1re DB, volontaire pour l'évacuation des déportés du camp de Terezin. Elle est décorée de la Croix de guerre. Après la guerre, elle revient à Paris et dessine pour les maisons de tissus Bianchini-Ferrier, Flachard, Paquin. En 1948, elle invite un jeune peintre américain : Hugh Weiss, à participer au Salon des Moins de Trente Ans.

Elle fait partie dès 1943 du groupe l'Échelle avec Jacques Busse, Jean-Marie Calmettes, Michel Patrix. Elle rencontre Samuel Beckett, André Lanskoy, Serge Poliakoff, Serge Charchoune, Nicolas de Staël, Bram et Geer van Velde et se lie d'amitié avec Jean Leymarie (alors conservateur du musée de Grenoble). Sa première exposition personnelle a lieu en 1954 à la galerie Michel Warren à Paris. Le ministère des arts et lettres achète l'œuvre Fenêtre. Les recherches de l'artiste se font autour de la lumière et de l'espace.

Au début des années 1960, elle voyage à Bologne, en Catalogne, à Londres où elle apprécie William Turner, au Portugal.

En 1978, elle collabore pour la première fois avec la Manufacture nationale de Sèvres avec qui elle créée un décor pour un vase et deux décors d'assiettes plates en porcelaine.

Geneviève Asse s'achète une maison en 1987 à l'Île-aux-Moines (Golfe du Morbihan). Elle continue la peinture, le dessin et la gravure, contribuant en 1988 avec Jean Bazaine, Gérald Collot, Elvire Jan, Lucien Lautrec, Jean Le Moal et Alfred Manessier aux vitraux de la cathédrale Saint-Dié de Saint-Dié-des-Vosges. Elle réalise en 1999de grandes toiles : Stèles et travaille ensuite sur des maquettes de vitraux et aussi pour les manufacturesnationales (Beauvais, Sèvres). En janvier 2014, elle est élevée au grade de Grand-croix de la Légion d'honneur.

Source WIKIPÉDIA.

REFLEXION SUR LA VERTICALITÉ ET L'HORIZONTALITÉ EN FRANC-MAÇONNERIE PAR NOTRE F PETER BU

 

UN AUTRE REGARD SUR LA VERTICALITÉ...

DU FRÈRE PETER BU SUR VERTICALITÉ ET HORIZONTALITÉ

Verticalité et horizontalité

 

Pendant des millénaires, à tous les niveaux de la société, de la famille jusqu'au royaume et à l'empire, la meilleure gouvernance était verticale.

 

Il est donc normal que la Grande Loge Unie d'Angleterre se soit construite de cette façon. Elle a bâti à travers la planète une formidable organisation pyramidale, bien structurée, relativement homogène, sans pour autant être figée par un seul et unique dogme. En faire partie est valorisant et les membres de cette confédération y tiennent absolument.

 

Cependant, la « globalisation », commencée à la Renaissance, devenue clairement perceptible au XVIIe - XVIIIe siècles et culminant aujourd'hui, impose aussi un autre modèle de relations sociales, économiques et politiques qui est, lui, horizontal.

 

Au XXIe siècle les deux systèmes de gestion, vertical et horizontal, sont indispensables. L'humanité est entrée dans une époque d'échanges et de confrontations entre toutes les civilisations existantes, trop différentes les unes des autres pour pouvoir s'adapter à un mode de vie et de gouvernance uniques. A cette échelle l'organisation horizontale pourrait être plus efficace que la verticale. Car elle s’accommode mieux de la diversité et l'apprécie comme source d'inspiration. Or, pour parvenir sans catastrophes majeures à réunir toute l'humanité il faudra bien utiliser toutes les connaissances accumulées depuis des millénaires par ses diverses composantes.

 

Chez les francs-maçons cette « horizontalité » est pratiquée avec plus ou moins de bonheur par les obédiences qui ne font pas partie du système anglais, moins nombreuses mais d'une grande vitalité. Elles semblent mieux accepter dans leurs rangs la mixité sociale et sont plus diversifiées dans leurs pratiques. Si elles sont, elles aussi, organisées suivant un plan vertical, les liens entre les loges et leur administration centrale sont assez relâchés, les accords entre les obédiences moins denses et souvent limités dans le temps. Toutefois, leurs adhérents ne voudraient pas renoncer à leur liberté de conscience, ni à leur influence sur l'évolution de la société. Ils en sont aussi fières que leurs homologues de la Grande Loge Unie d'Angleterre peuvent être de leur excellente organisation et de leur unité.

 

En tant qu'élite les francs-maçons doivent parachever leur quête de l'universalisme en construisant des ponts entre toutes leurs obédiences (sans abîmer les berges...) – suivant un plan horizontal. Cette tâche correspondant à l'apprentissage de la tolérance fait partie de l'initiation maçonnique.

 

A l'instar des États, souvent ennemis mortels, qui ont pourtant créé l'ONU où ils apprennent à collaborer (en mélangeant la gouvernance verticale et horizontale...), à l'instar des religions qui ont cessé de s'excommunier les unes les autres (seules leurs ailes fanatisées appellent encore à exterminer les « infidèles »), les francs-maçons qui, eux, n'ont jamais mené aucune guerre, pas plus à l'extérieur de leur mouvement qu'entre ses divers courants, ne devraient-ils pas être capables de se réunir tous dans une organisation universelle?

 

L'un des cheminements possibles vers cet objectif serait la fondation de la Confédération mondiale des obédiences maçonniques. (1)

 

La Confédération préserverait la diversité de démarches et d'alliances des organisations maçonniques existantes. Pas plus que l'ONU ne modifie ses États membres elle n'aliénerait ses adhérents. Il ne s'agit pas de créer une "super-obédience", mais de poursuivre l'oeuvre des initiateurs de la franc-maçonnerie moderne, bâtisseurs de la fraternité universelle.

 

Réaliser une telle union sera sans doute difficile mais pas impossible. L'atteindre nécessite l'humilité de ne pas se croire meilleur que les autres, ni individuellement, ni collectivement, la sagesse de ne pas souhaiter leur imposer sa propre vérité, l'abandon du rêve de les régenter.

 

Dans le monde actuel la franc-maçonnerie a un important rôle à jouer. Par rapport à cette tâche ses divisions internes ne sont pas insignifiantes. Les enjamber est à la portée des « initiés » (2).

 

Peter Bu

  1. www.call-of-bratislava.com
  2. Après 25 ans de pratique plutôt intensive je trouve toujours que dans notre monde en proie à la course au profit, à la haine et à d’innombrables conflits sanglants, la franc-maçonnerie est un petit miracle. Dans toutes les loges de toutes les obédiences que j’ai pu visiter, proches des religions ou pas, orientées vers la métaphysique ou préoccupées par des questions sociales, « unisexe » ou « mixtes », « régulières », « reconnues » ou pas, partout règne la même atmosphère fraternelle qui s’exprime par l’intérêt que les uns portent aux autres, par leur écoute, l’acceptation des différences d’opinions et, surtout, la conscience que tous les humains sont fondamentalement proches. Sur ce point, malgré les « chamailleries » inter-obédientielles, la franc-maçonnerie est unie.

Voir les commentaires

Publié le par Jacques Viallebesset

Cet article est reposté depuis L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog