Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
CHARNEL OU SPIRITUEL
CHARNEL OU SPIRITUEL

 

Déconstruire le je, ou chercher qui suis-je, trouver son identité, son unicité dans la multiplicité. Introduire une hiérarchie, dans son soi, chercher son âme emprisonnée dans son corps avec la force de son esprit. Autant de questions qui dirigent l’homme vers la porte de son temple intérieur.

 

Établir une hiérarchie, une sélection, entre les hommes en fonction de leurs aspirations, de leurs inclinaisons est un exercice qui peut s’apparenter à une classification réductrice. L’homme est un tout un corps et un esprit, Plotin en explorant l’homme a mis au jour son âme.

 

Saint Bernard a employé la notion d’homme charnel et d’homme spirituel en fonction de sa position sur une échelle de valeurs morales ou de son degré d’éthique, de son rapprochement avec le céleste.

 Vivre selon l’esprit est une voie royale, un art royal, Saint Jean et Saint Paul ont fait également cette distinction entre les hommes charnels et spirituels.

 

En déduire que la chair est mauvaise  c’est nier une partie de soi-même, et être en souffrance, en déduire qu’elle est une fin, c’est se réduire. Le Franc-Maçon cherche non pas à nier l’homme charnel par rapport à l’homme spirituel, mais a faire grandir sa part de spiritualité, maintenant et tout de suite, en partant à la conquête de sa partie spirituelle, celle qui le rendra libre, qui lui permettra l’envol, l’essor de son esprit. Cela ne peut se réaliser que par une maturation, des purifications successives, qui aboutiront à cette véritable libération.

 

La voie est celle de la simplicité, du retour à l’authentique, à la nature. C’est la recherche du métal pur, de l’or originel, de l’or spirituel ou la couleur des apparences se confond avec le métal lui-même.

Le symbolisme est la méthode pour aller vers cet absolu, c’est par une réflexion dynamique, active sur les symboles que l’on découvre les idées, que le voile se lève, libérant l’esprit et l’âme, les mots peuvent se prononcer.

 

L’écueil du symbolisme est la logomachie, parler du ou des symboles n’est pas aller vers la Connaissance, le conteur s’apparente au professeur de philosophie, qui n’est pas un philosophe mais parle de philosophie, il raconte une histoire qu’il ne vit pas.

 

L’homme charnel, horizontal, lié aux biens terrestres naît, vit et meurt comme les animaux, même s’il est leur Roi. L’homme spirituel est un conquérant de ses sens intérieurs pour trouver un sens à sa vie, se libérer du temps. Il se libère progressivement pour aller vers la justice, le beau, le vrai, plus loin, plus haut en s’efforçant de rester le plus humble possible. car il connaît sa place dans le cosmos, il a conscience de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. Il est un nouveau né devant l’immensité de la Connaissance.

La vieillesse qui atteint l’homme charnel, le réduit n’atteint pas l’homme spirituel elle l’enrichit. Souvent l’homme charnel considère l’homme spirituel comme désuet, insipide ou encore un « illuminé ». L’homme spirituel lui devient progressivement un amant de l’amour, de la charité, il a surmonté sa dualité, il est multiple et unique il est je et nous.

 

JF.  

CHARNEL OU SPIRITUEL

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
NEW-YORK UNE FOIS DE PLUS LE CHOC
ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.

 

L’HOMME EST IL PERFECTIBLE, SI OUI COMMENT ?
 

Une planche qui nous vient de Suisse à lire sur GADLU INFO.

 

JF.

 

En savoir plus sur http://www.gadlu.info

ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
CHRISTOPHE FRASSA DONNE QUELQUES PRÉCISIONS SUR LA « FRAPAR »

Par Géplu dans Interviews

Christophe Frassa, le nouveau président de la Fraternelle Parlementaire, la célèbre FRAPAR, a bien voulu répondre à quelques questions du Blog Maçonnique pour nous aider à mieux comprendre les buts et fonctions de cette fraternelle.

SUR HIRAM BE

Caroline Fourest

Caroline Fourest

A LIRE ABSOLUMENT SUR HIRAM-BE
 
COURAGEUSE CAROLINE FOUREST

Par Géplu dans Divers

Gérard Delfau, le directeur de la Collection Débats laïques et président fondateur de l’association Egale vient de publier sur le site de sa collection un hommage appuyé au courage de Caroline Fourest dans sa lutte contre l’islamisme politique, notamment celui de Tariq Ramadan. Qu’il me permette de reproduire ci-dessous son texte, et de m’y associer.
Géplu.

Courageuse Caroline Fourest

J’admirais déjà sa clairvoyance intellectuelle, sa capacité à remonter aux sources d’une pensée complexe, à débusquer les manifestations des divers intégrismes religieux, qu’il s’agisse de catholicisme, d’évangélisme, de judaïsme ou d’islam.
En ce moment, j’admire, en outre, sa maîtrise de soi et son courage dans le tohu-bohu médiatique qui l’oppose à Tariq Ramadan. Il est vrai que le sujet pour elle n’est pas nouveau. Dès 2004, elle a publié un ouvrage qui fit sensation : Frère Tariq. Le double discours de Tariq Ramadan.

ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
POUR LES AMOUREUX DE LA POESIE UN BLOG A SUIVRE

 

J’ai longtemps cherché,
Je n’ai jamais trouvé de Vérité,
J’ai seulement trouvé ma vérité.

Celle que j’ai choisi d’adopter,
Celle qui me guide,
Celle qui m’est chère.

Celle qui vous redonne espoir, au détour d’un simple regard;
Celle qui vous redonne vie, au détour d’un simple sourire;
Celle qui vous réconforte, au détour d’un simple mot.

C’est pourtant si bref,
C’est pourtant si Vrai.
 

Vous oubliez vos peines, le temps d’une simple trêve;
Vous oubliez vos douleurs, le temps d’un simple instant.

Oui,
Vous continuerez à chercher de nouveaux regards,
Vous continuerez à chercher de nouveaux sourires,
Vous continuerez à chercher d’autres mots.
Oui vous garderez espoir.

 

Blog Epilogus de Gabriel Epixem.

Epilogus.com

LIRE

 

 

ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
 
NOTES ET COMMENTAIRES

 

À L’heure des débats au sujet de « l’accueil des migrants » en France et en Europe, il est particulièrement judicieux de réfléchir à la notion d’hospitalité et à sa pratique. Loin de n’être qu’un problème social et économique que les gouvernements ont à régler, l’accueil de l’autre, de « l’étranger », interroge chacun de nous. Elle pose la question du libre don et de l’obligation, de la confiance et du discernement, de la générosité et de la justice. Ce livre raconte des histoires concrètes d’hospitalité d’où se dégagent des leçons d’humanité et s’esquissent des solutions aux problèmes actuels.

 

L'hospitalité n'a rien d'une notion abstraite. C'est un élan du coeur, un devoir moral, un rite sacré, ou encore une décision mûrement réfléchie. En tout cas, loin d'être l'affaire de politiciens statuant sur "l'accueil des migrants", elle interroge chacun personnellement, et à travers la figure de l'étranger, de l'exilé, elle rappelle aussi notre condition humaine fragile et incertaine. La philosophie antique, les récits bibliques, les Tragiques grecs, les mythes et les contes offrent de nombreux exemples d'une hospitalité heureuse ou périlleuse dont on peut tirer des leçons pour aujourd'hui : Abraham, Ulysse, Sindbad, le Cheval de Troie, Lucrèce... Rien n'est résolu d'avance, l'équilibre demeure subtil entre confiance et discernement, entre générosité et justice. Un essai éclairant et profond.

LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT
ACTUALITES MACONNIQUES ET AUTRES - LARGES D'EPAULES ET D'ESPRIT.
LARGES D’EPAULES OU D’ESPRIT ?

 

Les porteurs d’esprit, les passeurs de Lumière doivent êtres aussi larges d’épaules que larges d’esprit, alliant leur santé physique et mentale à leur spiritualité. Les ouvriers bâtisseurs travaillent en force et beauté. La force physique n’est pas l’ennemie de la démarche spirituelle. L’illumination, la transcendance doit être compatible avec notre l’étroitesse de notre humanité.

 

Si notre inspiration intime, notre élévation spirituelle, notre transcendance est porteuse d’un niveau supérieur de tolérance qui permet de dépasser  l’étroitesse et la réduction des dogmes, et ouvre à l’initié la voie de son cœur pour répandre l’amour fraternel. Il n’admettra cependant pas tout sous prétexte d’une largeur d’esprit, d’une tolérance sans limites qui deviendra intolérable.

 

L’initié maitrisant ses passions, ses sentiments pour ne pas succomber à la dictature des faits de société, leur sournoise actualité apparaissant comme une inéluctable réalité, confirmée par une multiplicité imposant une normalité, un consentement collectif qui devient progressivement individuel. Le terrorisme et sa barbarie, les idéologies extrémistes peuvent se nourrir sur cette tolérante largeur d’esprit, se transformant alors en faiblesse d’esprit.

 

L’initié Franc-Maçon, tolérant passera sans cesse ses pensées par la rectitude de l’équerre et l’ouverture du compas, il sera tolérant, mais pas faible. Être large d’esprit, n’est pas être faible d’esprit, ou être dominé par une vague de faits identiques, qui deviennent par leurs réalités, des certitudes inéluctables, des vérités imposées.

 

Le Franc-Maçon mène un combat pour élever sa spiritualité, maîtriser son esprit, il travaille en force sur lui-même et dans la société, il sait qu’il est plus difficile de passer par une porte étroite qui diffuse un rayon de pure Lumière. Que par les portes automatiques d’un hypermarché illuminé de multiples lumières artificielles, ouvertes a tout le monde, pour un monde uniformisé, à une morale matérialiste ou l’on solde son âme et son esprit. Pour lutter il faut être larges d’épaules et d’esprit.

 

 

JF.   

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
OUVRIR L'OEIL
OUVRIR L’ŒIL

 

Ouvrir l’œil central celui qui délivre du dualisme du bien et du mal, celui abolit les contraires, celui permet la vision de soi même de marcher sur la ligne du pavé mosaïque entre le noir et le blanc. Abolir les contraires qui génèrent de la souffrance, franchir comme les indiens le septième tirtha le gué le plus sacré celui de Bénarès la cité de la spiritualité.

 

Se purifier par les éléments, pour être en paix avec soi-même, en harmonie avec les autres, faire le vide en soi de son moi, pour se remplir d’amour et de joie avec ses Frères, renouveler le rituel initiatique, comprendre l’au-delà des idées qui élèvent l’esprit.

 

 A Bénarès on brûle les corps au bord du fleuve sacré, le Franc-Maçon dans sa Loge passe par l’épreuve régénératrice du feu, il fait les voyages vers lui-même et ses Frères.

Il connaît la porte étroite, celle qui lui ouvre les secrets de son cœur.

 

JF.

OUVRIR L'OEIL
OUVRIR L'OEIL

 

EDITIONS DE LA TARENTE

 

Infos et réservations : reservations@latarente.com

Voir les commentaires

Publié le par Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine

Cet article est reposté depuis Le Blog-Notes du Rite.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DE L'APPARTENANCE
DE L’APPARTENANCE.

 

Je me suis souvent demandé pourquoi, j’avais frappé à la porte du temple, poussé par un désir d’appartenance. Une inconsciente curiosité, un ennui existentiel, une solitude morale, une envie de participation à la vie sociale, être utile, ou plus simplement connaître l’être au-delà de l’avoir.

Une envie de vouloir connaître autrui, pour me reconnaître, comme une soif de juvénilité, écouter mon ange.

 

Quand j’étais jeune, je n’ai pas eu la chance du partage, j’étais unique, fils unique, j’ai beaucoup reçu et peu donné. Le besoin du groupe s’est vite fait sentir, l’engagement dans le scoutisme, la participation dans des associations, l’expression théâtrale, l’écriture. Une envie du bien commun, d’humanitude, de tout.

 

De la religion j’ai reçu le bien et le mal, j’ai reçu, la douceur, l’amour, la joie religieuse de ma grand-mère, la messe où l’on chante, mais j’ai reçu aussi cette résurgence d’une scolastique médiévale, dogmatique de mes professeurs, les bons frères. J’ai dû m’affranchir de cette empreinte, franchir ces  grilles pour connaître les autres et m’enrichir de  leurs différences.

 

Boris Cyrulnik dans son livre : La psychothérapie de Dieu, décrit l’attachement à Dieu. Cet attachement m’a donc été transmis par mon milieu familial et mon éducation, il est devenu pour moi au-delà d’une incarnation religieuse, le concept du Grand Architecte de l’Univers. Dans cet attachement religieux j’ai trouvé inconsciemment la force d’affronter les épreuves de la vie, fussent-telles ordinaires. Cette force a évolué vers la sagesse et la beauté par mon initiation maçonnique, j’ai eu alors la joie,  le bonheur de l’amour fraternel.

 

Ma spiritualité religieuse a été sans doute ma porte d’entrée, mon passage vers une spiritualité plus universelle, plus ouverte, plus tolérante. J’ai eu cette chance de la foi, Boris Cyrulnik écrit :….Quand le milieu familial et culturel lui propose une spiritualité, cette personne dispose d’une arme mentale qui l’aide a trouver le soutien affectif, la solidarité et la transcendance suffisante…. » Mais comme il le précise plus loin, cette religion qui m’a été donnée est : « Un phénomène relationnel et social, alors que la spiritualité est un prodige intime. »

 

L’appartenance religieuse est la face exotérique de la spiritualité, elle se complète pour moi par mon appartenance maçonnique, mon initiation véritable ésotérisme, l’intime se déploie alors, concrétisant une forme d’harmonie de réalisation totale de l’être.

 

Je n’avais donc pas besoin d’un ersatz de religion quand j’ai frappé à la porte du temple maçonnique, la religion m’avait été donnée, transmise. Je recherchais autre chose, sans pour autant renier mes acquis, il me fallait, mettre mes pas dans un autre chemin, conquérir une nouvelle contrée par moi-même, je cherchais la Connaissance de : « Ce sentiment qui émerveille, ceux qui l’éprouvent, comme un souffle, une vapeur extatique qu’ils désignent par le mot esprit, qui a donné spiritualité. Celui qui ressent un tel événement invisible et bouleversant, possède la preuve vécue de la nature de l’âme. » C’est connaître l’intelligence du cœur qui surpasse tout et unit les hommes entre eux, cœur et âme.

 

Appartenir, être dans ce mouvement initiatique qu’est la Franc-Maçonnerie c’est ressentir son âme et partager cette spiritualité, sans pouvoir l’exprimer avec des mots qui ne parlent qu’aisément du corps, mais sont inaptes à parler de l’exception, de l’abstraction de l’âme. (seuls quelques grands initiés arrivent à mettre des mots sur le concept d’âme, ou bien quelques grands poètes, les larmes de joie de leurs vers, nous donnent une vision de cette âme cachée, François Cheng est de ceux-ci lire son livre « De l’âme » est une révélation de celle-ci.)   

 

C’est dans le silence de l’écoute sur sa colonne au nord, sous la pâleur de la Lune, que l’apprenti Franc-Maçon, réalise que cette appartenance est sa volonté d’être et d’écouter son âme, son cœur, et de partager avec ses Frères, la joie au point du jour. Il sera alors reconnu comme tel par ses Frères.

 

JF.

 

Le Désert intérieur de Marie-Madeleine Davy

O homme,regarde-toi,
tu as en toi
le Ciel et la Terre
Hildegarde de Bingen

Pour rompre la solitude qu'il récuse, l’ homme s'inscrit dans des groupes, ce qui lui permet de se sentir exister grâce à des échanges avec autrui. Les religions ne lui donnant plus la "sécurité spirituelle" à laquelle il s'était habitué, le voici constamment menacé par la névrose. A cette névrose il croit échapper par la violence, l'agressivité, la démesure.
Tel est le lot de l'homme appartenant à l'omnitude. Un tel homme risque de ne plus avoir conscience de sa dimension.(...)

 

Toutefois il est rare que l'homme, même le plus englué dans l'extériorité  n'éprouve pas une vision fugitive d'un autre espace.
Lorsqu'il souffre, devenant ainsi plus apte à saisir la précarité de sa condition, il jette un regard vers l'infini et parfois en implore le secours, même, lorsqu'il prétend ne pas y croire.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE.

 

Platon n’a dit que la moitié de la philosophie, mais rien ne semble avoir surpassé sa pensée philosophique, Simone Weil a rendu bien des hommages à Platon, mais a passé au ciseau de ses pensées personnelles sa philosophie, comme tant d’autres philosophes qui lui ont succédé.

 

La formule qui consiste à dire : « Qu’après Platon l’histoire de la philosophie se serait réduite à des notes de bas de page. » Me semble excessive, mais il y a eu depuis le miracle Grec, bien plus de professeurs de philosophie que de véritables philosophes, c’est à dire des hommes qui mettait en pratique leur philosophie dans leur vie personnelle et dans la cité.

 

Les religions et en particulier la religion chrétienne se sont appropriées la philosophie, transformant les adeptes en fidèles. La philosophie post hellénique n’a été qu’une succession de doctrines et de pensées personnelles, elle s’est éloignée des traditions, de la tradition, par une sorte de dégradation progressive ou chacun voulait affirmer sa propre doctrine.

 

Après avoir succombé aux sirènes de la science, des techniques pour suivre une forme de modernité, sans cesse remise en question. Le monde scientifique dans sa grande majorité, s’est débarrassé de la Philosophie, comme l’on fait le ménage dans un grenier en jetant les encombrants désuets.

 

Après quelques 27 siècles d’existence, il semble que la Philosophie est sur le point de disparaître, son avenir semble se dessiner sous la forme d’un chapitre dans un livre d’histoire. Les nouveaux forums médiatiques ce sont les chaines de télévision : « Ces nouvelles cavernes de Platon. » Comme l’a écrit le professeur de philosophie André Benzimra, elles servent l’expression des derniers philosophes, qui viennent de temps à autre faire le service minimum après 22h 30, ou quand un événement dramatique secoue la société, ils enrichissent les commentaires des journalistes, des sociologues, et des psychothérapeutes, ils sont des urgentistes de la pensée.

 

Ainsi, le discours de la cité se mondialise, s’uniformise, l’individualisme remplace les individualités. Les traditions s’étiolent quand elles ne sont pas bafouées, exclues de la sphère publique. Les spiritualités sont rejetées, parfois assimilées à des phénomènes incongrus ou pires sectaires. Il se dessine en parallèle une « Spiritualité laïque », acceptable par tous, sous couvert de formules toutes faites comme le vivre ensemble ; qui serait une vie bonne pour tout le monde. Cette spiritualité revendiquant la tolérance pour tout, devient parfois intolérable avec le fait religieux, fut-il consubstantiel de notre histoire. Allant parfois jusqu’au Conseil d’état pour faire retirer une Croix qui ne serait qu’un symbole religieux  présente sur la place, on se croirait sous la terreur. Cet ersatz d’universalisme cache le dogme du laïcisme.

 

Et pourtant André Malraux a dit ou n’a pas dit : « Le XXIème siècle sera religieux (spirituel ou mystique) ou ne sera pas. »

Il a précisé plus tard dans une interview au journal le Point : « On m’a fait dire que le XIIème siècle sera religieux. Je n’ai pas dit cela, bien entendu, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire. »

 

Pensait-il à cette spiritualité laïque, qui serait universelle, rien n’est moins sûr, mais si la philosophie tend à disparaître, si certaines religions succombent à l’intégrisme, il y aura peut être un éveil spirituel profond, une augmentation de la conscience individuelle, puis collective, les forces de l’esprit, s’installeront peut-être face aux techniques et au matérialisme souverain.

 

Mais cette spiritualité nouvelle, si elle émerge ne pourra pas faire table rase, des apports, des cultures, des traditions anciennes, du fait religieux dans ce qu’il a de meilleur, ces apports seront à la fois les pierres et le ciment de cette spiritualité, qu’elle sera la clé de voûte de ce nouvel édifice ?

 

Certains me prendront pour un utopiste ou un naïf.  Cette clé voûte pourrait être une Franc-Maçonnerie Universelle, un espace ouvert, certes mais aux hommes libres et de bonnes mœurs, sincères en marche vers une initiation véritable, des Francs-Maçons premiers de cordée suivant l’expression à la mode.

 

JF.    

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE

 

 

FRANC-MACONNERIE MAGAZINE

 

 

 

LE GRAAL, QUÊTE CHRISTIQUE ET TEMPLIÈRE, ... Le n°59 vient de sortir !

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
L’un des plus grands historiens de la maçonnerie était un concierge Le saviez-vous ?

Publié le  31 Octobre 2017 par  Hervé HOINT-LECOQ

Pas besoin d’être un historien diplômé pour s’intéresser de près à la maçonnerie ! L’un des exemples les plus probants nous est fourni avec Henry Sadler, concierge de la Grande Loge de Londres.

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
 
Mixité, sexualité Ce que cache le tablier

Publié le  31 Octobre 2017 par  Jean-Moïse Braitberg

 

 

La non-mixité qui est de très loin la règle dans le paysage maçonnique mondial est-elle le signe d’un indécrottable conservatisme ou marque-t-elle la volonté de certains frères et sœurs de conserver une spécificité plus proche de ce qu’ils considèrent être la Tradition ? Pour le savoir, nous avons interrogé des maçons et des maçonnes de tous rites et de toutes obédience. S’il ressort de ces témoignages que mixité ou non-mixité ne semblent pas déterminer la qualité du travail maçonnique, ils laissent transparaître une gêne quand on aborde la question de la sexualité, pourtant essentielle à la construction comme à la connaissance de soi.

C’est en 2010, au convent de Vichy, que le Grand Orient de France avait adopté un vœu laissant à ses loges qui le souhaitaient la liberté d’initier des femmes ou d’affilier des sœurs, vœu demeuré valable malgré plusieurs tentatives juridiques infructueuses de le faire annuler. Ainsi, après 280 ans d’existence, la principale obédience maçonnique française opérait une transition historique, d’une importance comparable à celle qui avait amené la militante transgenre Olivia Chaumont à venir au convent plaider la cause des femmes dans l’obédience.

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
Une Maçonnerie celtique : l’ordre d’Eri 

Publié le  31 Octobre 2017 par  Pierre Mollier

 

À l’origine, les thèmes symboliques de la franc-maçonnerie sont tirés des outils et légendes du métier de tailleur de pierre et de différents épisodes bibliques, au premier rang desquels la construction du Temple de Salomon. Mais, dès les années 1730, la Maçonnerie va enrichir son corpus d’éléments empruntés au vieux fonds de l’ésotérisme occidental : kabbale chrétienne, néoplatonisme, hermétisme, alchimie, etc. Cet apport va faire toute la trame des hauts grades. Il y a pourtant un sujet que l’on y cherche en vain. Alors que « les secrets des druides » avaient beaucoup intéressé les néoplatoniciens de la Renaissance – notamment en France –, le celtisme est remarquablement absent de la symbolique maçonnique. À une exception près : le très peu connu ordre d’Eri.

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
Le Graal, quête christique et templière L’Énigme à déchiffrer

Publié le  31 Octobre 2017 par  Jean Poyard

 

 

Peu de symboles ont exercé autant d’attrait sur l’homme que celui du Graal qui n’a cessé de solliciter les meilleurs esprits depuis des siècles. Et aujourd’hui encore il interroge l’homme de notre temps. Cela s’explique dans la mesure où il se réfère à une réalité spirituelle qui constitue le fondement même de l’Univers et de l’homme et dont on retrouve la trace dans toutes les traditions. Ainsi le Graal est un mot connu de tous. Mais le mot ne fait pas la chose. Dès lors le connaît-on vraiment ?

Le Graal, un trésor à découvrir

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE
Leibniz : Dieu aurait-il pu mieux faire ? 

Publié le  31 Octobre 2017 par  Henri Pena-Ruiz

 

Dieu s’est-il trompé de monde ? Une telle question n’a aucun sens pour un athée, car pour lui la réalité ne requiert aucune explication par un principe surnaturel. En revanche, elle peut intéresser tout le monde sur un plan philosophique. Il s’agit de comprendre comment certaines personnes croyantes peuvent concilier leur foi et l’acceptation d’un monde où le mal combat le bien voire se mêle à lui, alors que le Dieu des monothéistes est déclaré à la fois bon et tout puissant. Bon, il ne veut en principe que le bien. Tout puissant, il a le pouvoir d’empêcher le mal. Or celui-ci existe, multiforme, au point qu’il semble défier une divinité d’amour, attachée à vouloir le meilleur. 

DE LA FIN DE LA PHILOSOPHIE A UNE SPIRITUALITE UNIVERSELLE

 

Cauchemar en Loge 

Publié le  31 Octobre 2017 par  Igor de Brousse

 

Jean Acacio piétinait dans la file d’attente pour entrer dans l’obédience. Martine l’attendait déjà à l’intérieur, impatiente. Assise dans le petit couloir, la sœur regardait le peuple maçon se faire tuiler. Elle observait ceux qui s’estimant suffisamment connus pour tenter d’échapper au filtre maçonnique, devaient malgré leur prétendue ancienneté ou honorabilité, chuchoter comme tout le monde le mot de semestre.

Enfin à l’intérieur, Jean retrouve Martine un rien angoissée :

« Je ne sais plus quoi faire, Jean ! »

Jean, prenant Martine dans ses bras en lui faisant l’accolade fraternelle tente de la calmer :

« Depuis quand est-il comme ça ?

— Ça fait une semaine qu’il vient tous les jours. Il s’enferme et fait du VITRIOL pendant 2 heures sans bouger !

— Tu dis qu’il fait du VITRIOL… ? » Jean, perplexe, regarde Martine en tentant de comprendre ce qu’elle a bien voulu dire.

« VITRIOL… il médite, explique-t-elle. La nuit, il ne dort plus,

FRANC-MACONNERIE MAGAZINE DANS LES KIOSQUES

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
POURQUOI TANT D'EMOTION ?

POURQUOI TANT D’EMOTION ?

 

Oui pourquoi tant d’émotion quand nos bras se croisent sur nos cœurs, quand nos mains se serrent dans cette chaîne indestructible d’union fraternelle, quand nos pensées vont avec l’encens qui brûle vers nos Frères qui ont rejoints l’éternel Orient. Sans doute parce qu’ils sont là encore avec nous et que sans eux nous ne serions rien.

 

Dans ces moments extatiques maintes fois renouvelés, je sens mon cœur qui gonfle d’amour fraternel.

Alors : je suis Toulouse, je suis Charlie, je suis Nice, je suis Bruxelles, je suis Londres, je suis Madrid, je suis Barcelone, je suis New-York, je suis un Chrétien d’Orient, je suis un Musulman de Birmanie …

Alors je suis un homme, je suis avec mes Frères.

 

JF.

 

 

Pour mes Frères : Pierre Hu.., Yannick Le Cou…, Michel Mat…, André Mer…, André Le Ga…, Constantino Sua…à tous ceux qui nous ont quittés temporairement.

 

POURQUOI TANT D'EMOTION ?
TOUT POUR LA MUSIQUE..
POURQUOI TANT D'EMOTION ?
POURQUOI TANT D'EMOTION ?
POURQUOI TANT D'EMOTION ?
 A LIRE 
POURQUOI TANT D'EMOTION ?
POURQUOI TANT D'EMOTION ?
POURQUOI TANT D'EMOTION ?

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4