Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
DONNER, RECEVOIR

DONNER, RECEVOIR.            

 

 

Bien sûr il ne s’agit pas pour l’homme juste, ni pour le franc-maçon de donner pourrecevoir en vue d’une quelconque contrepartie ou au risque d’humilier celui qui reçoit.

Le franc- maçon sait que quand il a frappé à la porte du temple, il espérait recevoir, mais aussi qu’il devrait donner aussi une part du précieux de lui-même, de son être véritable, son être intérieur, qu’il allait devoir dans le silence écouter ses sœurs, ses frères, tenter de les comprendre, les assister dans l’honneur et la dignité. C’est à ce prix qu’il recevrait son salaire.

Mais donner n’est pas un ordre, contrainte, ni une résignation c’est un consentement, une volonté de faire le bien, suivant les serments prêtés tout au long du parcours initiatique de plus en plus exigeant. Donner c’est faire allégeance à un ordre initiatique, universel, un désir commun, une intention de faire régner l’harmonie, la paix, l’équité qui libère. Reconnaître l’horizontalité humaine et son perfectionnement possible.

 

En se posant sans cesse les questions qui font que l’amour pourra régner parmi les femmes et les hommes, suis-je au-dessus de ma sœur, de mon frère ? Ma sœur, mon frère ne sont-ils pas membres à part entière de ma loge, de la société.

 

Francs-maçons nous sommes membres d’un ordre initiatique et fraternel qui nous réunit, nous cimente dans un projet commun, nous sommes ensemble sur le chemin de notre être intérieur, à sa découverte.

 

Je te donne des lettres, des mots de passe, des mots sacrés dans un souffle, que tu prends en plein cœur et que tu me redonne grandit, ainsi nous construisons ensemble nos cathédrales intérieures. Ces constructions ne sont possibles que grâce à l’alliance entre les sœurs et les frères et l’allégeance à un ordre initiatique au sein duquel nous avons été reçus et constitués, qui nous permet de nous retrouver sans cesse en communion, participant individuellement et collectivement à cet Art Royal.

 

Cette allégeance à l’ordre n’est pas une soumission à un quelconque cénacle administratif, mais un ordre initiatique couronné, par la spiritualité de tous ses membres.

 

Ma sœur, mon frère sont différents, mais ils regardent avec moi le soleil se lever dans le même horizon et chacun prend sa part de salaire, sans quitter la chaîne qui les unit.

 

La verticalité n’a de sens que quand elle permet l’élévation spirituelle, elle ne doit pas être une hiérarchie d’honneur voilée par des apparences trompeuses.

 

Je ne donne donc pas pour recevoir un quelconque honneur, une récompense, mais simplement pour faire mon devoir. Simplement parce que je connais le bonheur du partage, je donne donc par amour de moi-même, et par amour pour toi, j’ai ce bonheur.

 

JF.  

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DONNER DU SENS, DONNER UN SENS

DONNER DU SENS, DONNER UN SENS À SA VIE.

 

Philippe Jouvert le frère poète contributeur du blog, nous ouvre une porte, des portes pour donner du sens un sens à notre vie, si tel est notre désir. Il donne une dimension infinie à notre homme intérieur, J’ai découvert un autre poète Gwen Garnier-Duguy un jeune poète né à Morlaix là ou finit presque la terre, et commence l’aventure, la découverte d’un autre monde, si près si lumineux, à travers un de ses recueils paru sous le titre Alphabétique d’Aujourd’huioù chaque poème est une invitation à réfléchir, le premier d’entre eux Annonciation dans cet extrait indique la méthode.

Annonciation

Conduit par la seule énergie du poème, sans idée préconçue, sans idée, avec rien à dire d’autre que la présence des mots,

 

Dans un mouvement de spontanéité, ni rature ni repentir, jaillissement simple, jaillissement

 

Non pas écriture automatique mais sorte de performance

 

Sans manière, sans calcul, faisant confiance, aux sons, aux lettres,

 

Éprouver la capacité poétique de celui qui se dit poète, la mesurer à l’aune de ce qui se présente, quitte à découvrir

 

N’avoir pas l’aptitude à faire lever le pain des images marié au sens du rythme

 

Jouer debout dans sa vérité,

 

Avec les vents de construction les compagnons,

 

Fidèle au désir du verbe s’accumulant sous la langue défaite, n’ayant vocation qu’à répandre partout dans l’air, entre les arbres, à travers les pétales de la pensée, dans les reflets de l’eau, sous les pores de l’existence,

 

Son enthousiasme, son enthousiasme d’architecte,

Défiant le tout a été ditet si bien dit, et persiste pourtant cette puissance continuant de vouloir être dite, redite dans une germination permanente,

 

Dite encore car sous la nef du langage affrontant une version inédite de la profondeur,

 

Des images se meuvent et patiente le pouvoir de critallisation.

Gwen Garnier-Duguy.

Gwen Garnier-Duguy

Ces quelques mots volés au creux de son cœur sont une véritable invitation à l’initiation à la découverte de l’Art Royal, qui construit l’homme. Plus loin, les titres des poèmes  sont Beauté, Communion, Désir, Eau, Forme, Graal….

Extrait 4èmede couverture : (…) la stratégie progressiste consiste à nous persuader que tout est perdu, déjà trop tard et déjà condamné à l’impuissance généralisée. Le poème a le pouvoir de relier l’Homme à l’Être. Il possède cette capacité de transformer l’expérience du corps ici-bas en dialogue avec les empreintes anciennes dont nous sommes tachetés, ces archétypes que nous avons pour tâche de transformer en fruit de connaissance. Car l’Homme a cette possibilité de devenir le fruit de l’Arbre de la connaissance de l’ombre et de la lumière.

Ces paroles auraient pu êtres dites par un Maître Maçon, cela doit vous donner l’envie, le désir, de partir à la connaissance de ce poète constructeur de vie, qui donne une dimension sacrée à sa poésie.

JF.

 

Le recueil Alphabétique d’Aujourd’huien première de couverture une huile de Roberto Mangu : variation pour une guitare n°21

Éditions : l’ATELIER DU GRAND TETRAS – ISBN 978-2-37531-027-4  Année 2018

DONNER DU SENS, DONNER UN SENS

 

 

Liberté intérieure

 

En conscience je promets de chercher l’harmonie

Comme la nature dispense sans compter ses trésors

Je m‘en vais de ce pas déceler les accords

Qui seront les ferments de ma nouvelle vie.

 

Je chercherai d’abord auprès de mes aînés

De quoi vêtir mon âme pour ne pas déchaîner

Les violentes passions qui entravent ma quête

Je fuirai les gourous, les menteurs, les prophètes

Les faiseurs de miracle, les marchands de bonheur

Je choisirai, paisible, ma route et mon labeur ;

Puis je regarderai par-delà mon miroir

Les êtres et les choses dont l’éclat a terni

Je leur demanderai de gommer le verni

Qui déforme mes pensées, qui m’attellent au perchoir

De la médiocrité ; Ainsi vont mes vœux, Pieux !

Pour libérer mon âme, gagner un paradis,

Elever ma pensée, et ordonner ma vie.

 

A force de chercher rencontrerai-je Dieu ?

A défaut de divin, j’y trouverai la Paix

Et la sérénité, la tranquille assurance

Que confère à l’esprit une bonne conscience

Quand on ose arracher, brûler le voile épais

Qui réduit notre champ, et nous prive d’existence.

 

Cela prendra du temps, une vie toute entière

Le doute, omniprésent, enveloppera ma pierre

Et l’ouvrage sera plus ardu à polir.

 

Et puis tranquillement à force de fléchir,

A force de soumettre orgueil et volonté,

Des portes s’ouvriront sur de riches contrées

Et je contemplerai, ébahi, libéré,

Ce que le cœur a mis où tout semblait aride,

Ce que l’amour a fait d’un élan impavide.

Alors s’établira la seule liberté

La seule vérité qui console mon âme

En toute circonstance, ce pouvoir, ce grand art,

Qui fait ce que je suis, constitué et sans fard,

Qui devient comme un socle, ma lumière et ma trame.

Cette force colossale encore enfouie en moi

Qui sous-tend mes actions et dispose de mes choix,

Je la reconnaîtrai ; alors je serai libre,

Alors je serai Homme, tout suintant de Lumière

Etourdi et heureux, j’aurai l’âme qui vibre,

Et ces tressaillements, comme nos trois luminaires

Feront naître l’harmonie :

                                          Sagesse, Force et Beauté.

Philippe Jouvert.

 

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Voir les commentaires

Publié le par Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine

Cet article est reposté depuis Le Blog-Notes du Rite.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE TROUBLE DE LA VÉRITÉ

LE TROUBLE DE LA VÉRITÉ

 

 

C’était presque un monde fictif, un monde où la vérité était donnée, imposée, indiscutable, la vérité semblait naturelle, elle était une lumière qui venait d’en haut, le reste n’était qu’un monde des apparences, les hommes étaient asservis à cette vérité unique.

 

Ils ont voulu construire eux-mêmes leur vérité, sortir de l’obscurantisme pour aller vers les Lumières à la recherche de leurs vérités individuelles, en s’émancipant des dogmes ils ont créé leur vérité. Il leur fallait tout oublier et repartir à la recherche de l’unique vérité tout en étant conscients qu’ils ne l’atteindraient jamais, mais il leur fallait êtres sur le chemin de la vérité, cette beauté universelle. Etty Hillesum a écrit en 1943 :

« Je crois que la beauté du monde est partout, même là où les manuels de géographie nous décrivent la terre comme aride, infertile et sans accidents. Il est vrai que la plupart des livres ne valent rien, il nous faudra les réécrire. »

Nietzsche a fracturé la notion de vérité unique, il nous a fait découvrir notre monde aux vérités multiples, cette pensée a initié la dégradation progressive de La Vérité. Dans notre société contemporaine, les vérités se détruisent d’un jour à l’autre, plus rien ne fait sens, nous sommes dans une société de défiance où la communication a remplacé l’information, la théorie du complot se nourrit chaque jour de fausses nouvelles.

 

C’est le règne du « ils », qui a remplacé le« nous ». À force de mensonges on ne croit plus en rien, on soupçonne par avance, il n’y a plus de bonnes intentions, il ne reste que l’ombre des mauvaises, des calculs, on ne croit plus en rien, la Vérité est usée.

 

Les femmes et les hommes ont besoin d’un projet commun, qui donne le cap, qui donne du sens à leur vie, qui éclaire leur avenir et celui de leurs enfants.

 

Nous sommes peut-être au périgée de ce trouble de la vérité, mais paradoxalement Nietzsche, nous donne les solutions, il refuse les dieux qu’ils qualifie de créations de l’homme, d’idoles construites par l’homme lui-même, qui n’apportent que souffrances et humiliations, il n’est pas tendre non plus avec la science, qu’il qualifie de stupide interprétation du monde. Il poursuit à propos des philosophes, des métaphysiciens et des religieux qu’ils sont les seuls à avoir besoin de dieux, qu’ils considèrent comme sources de vérités.

 

Pour lui seul l’art a grâce à ses yeux, il est l’affirmation de l’existence, pourquoi pas ! Le franc-maçon couronne la force et la sagesse avec la beauté, visible dans la nature, mais surtout en lui-même. Il pratique l’Art Royal celui de la construction de son temple intérieur, de son homme intérieur. L’initiation maçonnique fait progresser l’homme neuf à la recherche de La Vérité, élève sa spiritualité, en le libérant, une spiritualité avec ou sans dieux c’est son choix en fonction de sa foi, de son doute, de sa conscience. Dans tous les cas le franc-maçon élève sa conscience, sa méthode de travail, l’effet que produisent sur lui les valeurs des symboles universels, lui permette de passer du trouble à la Lumière de la Vérité.

 

JF.

 

 

 

À propos de l’Art :

 

Ne prends donc pour motif que ce que tu trouves beau, soit dans les sensations qui te sont habituelles, soit dans les images que tu construis à ton gré en combinant des sensations et des souvenirs. Étudie le monde extérieur dans ses lois et non ses accidents. Garde toi surtout du travail de copie, qui est inintelligent, donc nuisible. Les langues parlées ou écrites se servent de signes conventionnels. L’art est un langage universel qui s’exprime par les symboles. » 

 

Paul Sérusier.

HUMOUR

HUMOUR

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Cliquer sur le texte pour la lecture

Cliquer sur le texte pour la lecture

LA TRADITION, LA JUSTICE, HUMEUR !

 

Les francs-maçons respectent les traditions pourvu qu’elles n’asservissent pas les hommes, les femmes de bonne volonté. Ils sont les défenseurs de la justice contre la barbarie. La justice est apparue elle s’est incarnée dans Thémis qui s’est assise à côté de Zeus. C’était il y a bien longtemps, la semaine passée des manifestations se sont organisées pacifiquement afin de faire cesser les violences faites aux femmes.

 

Un lecteur du Blog Christian M, me fait passer un message voir article de presse ci-dessus.

 

Pendant que des femmes, des hommes nous alertaient sur les violences faites aux femmes, un tribunal à Saint-Lô dans la Manche, acquittait un violeur récidiviste qui avait violé deux jeunes filles mineures, parce qu’il n’avait pas les codes culturels.

 

Certes la justice humaine, celle de la république est là pour juger d’après les lois votées par nos représentants, mais quand même, nos juges, les citoyens ont une conscience. Il ne s’agit pas là d’un ordre moral, mais du respect de la personne humaine.

De tels jugements nourrissent l’extrémisme, il est temps de réveiller les valeurs de la république, les vertus qui rendent aux femmes et aux hommes leur dignité.

 

Il ne s’agit pas de dénoncer des consciences individuelles, mais de prendre en compte une conscience collective qui soude une société civilisée, de tels errements provoquent la haine, des plus faibles, la justice tient en sa main la balance, mais ne doit pas trembler dans l’usage du glaive.

 

La force et la sagesse sont indispensables à l’harmonie. Pour tous ceux qui chassés par l’intolérance, et la faim se réfugient dans notre France, qui n’est pas qu’un territoire, mais aussi une civilisation avec ses traditions, ses travers mais aussi ses dignités, nous ne leur demandons pas de renoncer à leurs traditions, mais de respecter les nôtres. Ils feront allégeancenon pas aliénation mais alliance avec nous, avec nos valeurs, ce sera à ce prix qu’ils seront libres, comme nous le sommes. Ils s’intégreront dans notre société, sans être assimilé en respectant, notre ordre social, nos codes, dans leur intérêt particulier et l’intérêt général de notre société, en France on ne viole pas les enfants de 15 ans. On respecte les différences, mais cela ne pas être une justification à la barbarie.

 

Ceux qui entendent bénéficier de notre hospitalier seront chez eux  en respectant nos codes culturels. Ils pourront alors monter aussi sur l’aigle bicéphale qui élève vers la spiritualité dans l’ordre et diffuser l’amour, le respect de la personne humaine et non la haine, l’intolérance et la barbarie.

 

JF.

LA VIOLENCE DE LA JUSTICE

PYRAMIDE EN BRETAGNE.

A force de voir des triangles partout !

Par Serge  Grispoux

Sur les fonds du littoral breton, on ne trouve pas que des épaves, mais aussi de bien curieux mégalithes qui semblent bien ne pas avoir été déposés par hasard à une profondeur d’une vingtaine de mètres. Une étrange pyramide engloutie se dresse ainsi dans les profondeurs du golfe du Morbihan. Sa position et des marques découvertes sur les rochers environnants prouvent que son origine n’a rien de naturel. Sa présence tendrait à conforter l’hypothèse d’une montée des eaux beaucoup plus importante qu’il est communément admis, il y a environ 5000 ans…

Il est des secrets qui dorment sous nos yeux, jusque devant nos portes, oubliés de tous, sortis de la mémoire collective à tel point que personne n’est en mesure aujourd’hui de retrouver leur origine…

 

C’est le cas en Bretagne sud, dans le golfe du Morbihan, une petite mer intérieure (traduction littérale de Mor-Bihan) de 15 km de long sur 12 km de large, parsemée d’une myriade d’îles et d’îlots, ne communiquant avec l’océan que par un goulet de 900m de large, se remplissant et se vidant toutes les six heures au rythme des marées en engendrant de redoutables courants pouvant dépasser 15km/h. Là, les tombants, dont la profondeur n’excède guère 25 m, sont d’une extraordinaire richesse en faune et en flore.

C’est là, le long des tombants de la pointe Sud-Ouest de l’île Longue, non loin de l’accès du golfe à la mer libre, que j’ai découvert une énigme à laquelle personne, jusqu’à présent, n’a pu fournir d’explication.

 

Là, en un lieu nommé ”les Gorets”, j’ai fait la découverte d’une curieuse pyramide monolithique, sous une vingtaine de mètres d’eau. Elle semble taillée dans le granit et possède trois faces sur une base triangulaire (c’est un tétraède). Les faces sont lisses, les angles sont vifs et elles sont d’inégales surfaces. La plus grande, orientée vers l’Ouest, est parallèle au tombant. La base de la pierre est située, par marée haute de coefficient moyen, à 23m de la surface. Sa hauteur est de 1,70m. La roche est rougeâtre, peut-être du granit rose ou du porphyre ? Je l’ai mesurée pour en calculer le volume puis le poids : celui-ci doit être d’environ 1,4 tonne. Une prospection au détecteur de métaux dans les alentours n’a rien donné : pas de trésor, ni de métal en vue !

 

Source Blog Plongée info.

 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
AVEC NOTRE ESPRIT, AVEC VOTRE ESPRIT

AVEC NOTRE ESPRIT, AVEC VOTRE ESPRIT

 

 

Il me vient cette pensée en ce début de nouvelle semaine où notre société est en ébullition. Peut-on tirer un trait sur notre ancien monde pour en aborder un autre, nouveau, neuf en laissant de côté nos sœurs et nos frères qui souffrent dans leurs corps et leur esprit.

 

Ce qui est extérieur à nous, ce que nous avons reçus, constitue une partie de notre être, c’est notre mémoire individuelle et c’est aussi notre mémoire collective, léguée par nos pères, nos éducateurs, leurs expériences. Ce sont autant de clés confiées pour ouvrir toutes les portes de notre vie présente et future. C’est ce qui fait chaîne, lien entre nous, ce qui fait que nous nous enrichissons.

C’est aussi un peu de notre conscience, du réel, du vrai.

 

Tuer symboliquement nos pères, ce n’est pas les oublier, les ignorer, c’est nous grandir un peu d’eux, de ce qu’ils ont été ou ils sont encore, quand nous avons la chance de pouvoir les écouter. Ce sont eux qui nous ont donné la clé de notre chez nous, qui nous ont montré notre intérieur, celui qui vit dans l’espace sacré de notre cœur.

 

Négliger son père, son frère c’est nous négliger nous-mêmes. C’est méconnaître que nous ne sommes qu’un humble maillon de la chaîne humaine universelle. On n’entre pas dans la chaîne sans le secours d’une main fraternelle, et l’on sait que cette ne se quitte pas, elle se rompt momentanément parfois, mais se régénère aussitôt par la venue d’un autre maillon, l’harmonie demeure.

 

Je ne suis pas mon frère, mais il m’a montré le chemin, je sais maintenant où je vais, je marche à côté de lui.

 

Le moi je, me conduis au nous sommeset alors, le je prends toute sa force, sa réalité, son essor vertical, sa spiritualité. L’esprit imprégné de l’extérieur, inspiré par l’être intérieur peut prétendre à vivre dans le réel, réunifié dans sa demeure, l’esprit est vivant.

La franc-maçonnerie est une des voies de la réunification de l’homme, l’alliance harmonieuse de la matière et de l’esprit.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par La Maçonne

Cet article est reposté depuis La Maçonne.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE SOUFFLE

LE SOUFFLE

 

 

Et si l’initiation n’était qu’un souffle, un souffle donné, transmis par le Vénérable Maître à celui qui genou en terre à demander la lumière et se relève pour recevoir l’accolade fraternelle, là où le jour se lève, il reçoit le nom de frère, de franc-maçon, d’homme libre après avoir subi les épreuves.

 

Avec ce souffle transmis dans le secret de sa loge, dans cet espace sacré en présence de tous ses frères, il peut prendre son envol, son essor, il a reçu dans ses mains purifiées la Rose mystique de l’amour et son « catéchisme », son rituel, forme essentielle de la parole, non pas enseignement dogmatique, mais des mots, des clés pour ouvrir de nouvelles portes vers sa nouvelle vie.

 

Il faut bien mettre cette parole nouvelle, ce souffle en mouvement, faire vivre l’amour fraternel.

 

Alors le vent se lève et apparaît une nouvelle route sur l’océan de la vie, l’apprenti franc-maçon, après être monté dans l’arche, guidé par ses frères, voit la colombe s’élever, il la suit, il a vaincu ses peurs peu à peu, il peut monter sur les ailes de l’aigle royal. Il ira jusqu’aux plus hautes régions du ciel, dans l’azur spirituel.

 

Homme véritable, il prendra sa place dans le cosmos, comme il prend sa place, dans sa loge sous l’injonction du Vénérable Maître : « prenez place mon frère. »

 

Il sait qu’il faudra redescendre de l’arc du triomphe, comme le pélican pour donner son amour à ses frères, à ses nouveaux frères qui frappent à la porte du temple. Il sait maintenant et toujours que le souffle céleste se mêle au souffle terrestre, qu’il faut que ce qui est en bas soit semblable à ce qui est en haut pour que la paix, l’harmonie règne sur la terre.

Être franc-maçon, c’est être prêt à recevoir le souffle en soi pour le donner à son prochain.

 

JF.

 

« Aller au ciel n’est pas si loin, la route pour l’atteindre ne fait pas même un pas. »

 

Livre V, 67 Le Pèlerin Chérubinique. Angelus Silesius.

 

Blowin in the wind –Bob Dylan-

How many roads must a man walk down 

Combien de routes un homme doit-il parcourir 

Before you call him a man ? 

Avant que vous ne l'appeliez un homme ? 

Yes, 'n' how many seas must a white dove sail 

Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser 

Before she sleeps in the sand ? 

Avant de s'endormir sur le sable ? 

Yes, 'n' how many times must the cannon balls fly 

Oui, et combien de fois doivent tonner les canons 

Before they're forever banned ? 

Avant d'être interdits pour toujours ? 

The answer, my friend, is blowin' in the wind, 

La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent, 

The answer is blowin' in the wind. 

La réponse est soufflée dans le vent. 

How many years can a mountain exist 

Combien d'années une montagne peut-elle exister 

Before it's washed to the sea ? 

Avant d'être engloutie par la mer ? 

Yes, 'n' how many years can some people exist 

Oui, et combien d'années doivent attendre certains peuples 

Before they're allowed to be free ? 

Avant qu'il leur soit permis d'être libres ? 

Yes, 'n' how many times can a man turn his head, 

Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête 

Pretending he just doesn't see ? 

En prétendant qu'il ne voit rien ? 

 

The answer, my friend, is blowin' in the wind, 

La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent, 

The answer is blowin' in the wind. 

La réponse est soufflée dans le vent. 

How many times must a man look up 

Combien de fois un homme doit-il regarder en l'air 

Before he can see the sky ? 

Avant de voir le ciel ? 

Yes, 'n' how many ears must one man have 

Oui, et combien d'oreilles doit avoir un seul homme 

Before he can hear people cry ? 

Avant de pouvoir entendre pleurer les gens ? 

Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows 

Oui, et combien faut-il de morts pour qu'il comprenne 

That too many people have died ? 

Que beaucoup trop de gens sont morts ? 

The answer, my friend, is blowin' in the wind, 

La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent, 

The answer is blowin' in the wind. 

La réponse est soufflée dans le vent. 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

 

 

Vers un chemin de vie, nous avions les yeux voilés, fermés, nous étions dans les ténèbres de l’obscurantisme peut-être ou pas ? Qui peut dire que le vieux moine érudit penché sur ses grimoires, à la recherche de la magie, de la métamorphose de l’être, a la foi du charbonnier, moi je vois qu’il a des étoiles au fond de ses yeux qui brillent comme ceux d’un enfant impatient avant le départ en vacances, il sent qu’il va découvrir un autre monde.

 

Et puis il y a eu les lumières, celle du siècle, la plongée dans les sciences, la performance des techniques, l’esprit des lumières, cet esprit où la raison est censée se substituer à la foi. La vanité, l’égoïsme sont les outils pour construire le premier temple, la Babylone des apparences, celle des connaissances et des savoirs.

Pourtant au bord du fleuve, les exilés de l’esprit, de l’amour, ont conservé la mémoire de la vraie lumière, de La Connaissance, ils cherchent la vie vraie. Ce qui nous est donné, mâché, est-ce la vie vraie.

 

Il est temps comme Christophe Colomb de poser la carte sur la table et de rêver, plus loin, plus haut, en nous. Il faut découvrir par nous-mêmes les premiers mots, les premiers pas vers l’invisible, l’incommensurable, c’est le commencement, l’initium, de la plus  belle aventure, la conquête de soi, la plus des aventures humaines, vers le bon, le beau, le vrai, l’ultime. Ce désir de mourir au vulgaire de l’avoir pour être un homme debout vertical, au centre entre l’équerre et le compas, là où se trouve l’harmonie, le lieu sacré où brille l’or spirituel.

 

C’est un véritable choc d’être en face de sa vérité, porte ouverte vers la vérité, de faire son devoir sans le connaître, de passer du monde de l’égoïsme, de l’ignorance vers le monde de l’amour fraternel, là où s’épanouit la rose mystérieuse. Le monde où la liberté, la justice remplace la barbarie quand l’homme abandonne son écorce de barbare pour scruter sa conscience et écouter son cœur, il tend la main à son frère.

 

Alors c’est lumière avec lumière et mille étoiles resplendissent dans le ciel et répandent une grande Lumière sur terre. Plus besoin des lumières des apparences, nous avons retrouvé la parole, le souffle, la joie est dans les cœurs, fiction ou pas ?

 

JF. 

Ô BOUT DU MONDE

 

La qualité de l’homme, de calcule à sa démesure.

 

Tentez, Essayez, Échouez même se sera réussit.

 

J.B.

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

 

 

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

Photo : extrait du documentaire de Thierry Michel “L’homme qui répare les femmes”.

Cette journée décidée par l’ONU en 1999, fait suite aux différentes Résolutions de 1993 et 1997, dénonçant les violences faites aux femmes, en lien avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.
Les Francs-maçons de la Fédération française du DROIT HUMAIN veulent à cette occasion rappeler leur attachement au respect des droits consacrant l’égalité, la sécurité, la liberté, l’intégrité et la dignité dues à tous les êtres humains.

De nombreux États membres ont prévu dans leur législation des sanctions visant à punir et réparer les torts faits aux femmes victimes de violences. Des mesures d’information et de protection sont aussi mises en place. Malheureusement, dans d’autres pays, ou pour certains groupes minoritaires, des discriminations sexistes sont trop souvent constatées. Elles peuvent prendre la forme de traitements cruels, inhumains ou dégradants, parfois justifiés par des pratiques culturelles.

Selon la Banque Mondiale, pour une femme âgée de 15 à 44 ans, le viol et la violence conjugale représentent un risque plus grand qu’un cancer, un accident de la route, la guerre ou le paludisme réunis.

La violence à l’égard des femmes est un obstacle sur la voie de l’égalité, du développement et de la Paix. Cette violence se cache sous de multiples visages: violence verbale, physique, psychologique, sexuelle. 200 millions de filles dans le monde subissent des mutilations génitales. Le viol est revendiqué comme arme de guerre.

L’ONU a lancé une campagne « tous UNIS » ayant comme objectif “ne laisser personne de côté et mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles.”

De nombreuses associations luttent pour la protection de la dignité des femmes, les aident à libérer leur parole et les assistent en justice et leur réapprennent à vivre normalement.

Récemment, des hashtags ont fleuri accélérant la dénonciation de prédateurs sexuels.

Des progrès sont constatés, mais il reste encore beaucoup à faire pour éliminer ces exactions intolérables. L’engagement de tous est nécessaire, chacun à son niveau. Denis Mukwege, gynécologue congolais, surnommé « l’ homme qui répare les femmes » vient de recevoir le prix Nobel de la Paix pour le travail qu’il accomplit auprès des femmes victimes de sévices sexuels.

Les hommes et les femmes du DROIT HUMAIN saluent le dévouement de tous ceux qui sont engagés dans ce combat. Leur vigilance est de tous les instants pour porter assistance à ces femmes traumatisées qui vivent souvent à côté de nous.

 

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE L’ORDRE MAÇONNIQUE MIXTE INTERNATIONAL LE DROIT HUMAIN

 

VU SUR GADLU-INFO

 

COMMUNIQUE GLFF – JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ÉLIMINATION DE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES

 

Communiqué de La Grande Loge Féminine de France 

25 novembre 2018 

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes 

Pour mettre fin à la culture de la violence basée sur le genre

25 novembre – A l’occasion de la journée de sensibilisation du 25 novembre, la Grande Loge Féminine de France réitère son engagement inconditionnel pour la défense des droits des femmes, en particulier pour la libre disposition absolue de leur corps et l’éradication totale des violences à leur égard.

Elle salue le signal fort envoyé au monde à travers l’attribution récente du Prix Nobel de la Paix 2018 à Nadia Murad (ancienne esclave sexuelle de Daesh) et Denis Mukwege (gynécologue congolais, « réparateur des femmes »).

La Grande Loge Féminine de France salue la libération de la parole des femmes et soutient leur volonté de la mettre en acte.

Les manifestations organisées ce 24 novembre ont pour objet de rappeler à la société dans son ensemble que l’intolérable ne sera plus toléré.

Les citoyennes et les citoyens descendent dans le rue pour réaffirmer le refus de toute violence, à l’égard des femmes , et ce « de leur premier cri à leur dernier souffle ».

Partout en Europe et dans le monde, la montée des extrémismes fait craindre de nouvelles menaces face aux efforts pour éradiquer la culture de la violence à l’égard des femmes.

A quelques mois des élections européennes, la Grande Loge Féminine de France demande à nouveau aux états européens signataires de la Convention d’Istanbul, relative à la prévention et à la lutte contre la violence à l’égard des femmes, entrée en vigueur en 2014, sa mise en œuvre réelle, et aux autres états sa ratification sans restriction.

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

EDITO : LES GILETS JAUNES…

Les franc-maçons ont souvent été à l’origine comme le révèle leur nom ( les libres constructeurs ) de processus de mouvement de pensée visant à la création de liberté tant intime que sociale.

Nous assistons en ce moment, à deux pas de nos loges, à un mouvement assez unique en son genre puisque non souché sur une organisation structurée, pyramidale ou sur un leader providentiel et héroïque  comme ce fut souvent le cas dans l’histoire des grands mouvements sociétaux.

Ici la parole de chacun,  de tous,  se révèle et se donne naturellement .

Ici,  la colère le désespoir la souffrance du quotidien, créés et imposés par des gouvernements liés pieds et mains au capitalisme global se manifestent, en paroles et actions et se donnent, et se montrent enfin !

Le pouls d’un peuple redevient palpable et ce bien loin de l’endormissement général, loin de l’asservissement  aux rêves télévisuels, au politiquement correct , au prozac social .

Un cri de liberté, un cri de colère et de souffrance mêlées , une plainte justifiée , une envie de justice sociale et fiscale une envie de vivre et non plus de survivre…

Les termites retrouvent leurs vues et leurs vies !!!!

On ose à peine dire non à la violence de la survie du quotidien que déjà les tanks de la pensée conservatrice et capitaliste  se mettent en marche…en traitant celui qui souffre se plaint et ne  s’en cache pas d’anarchiste comme cela fût dit …
On voit bien la manœuvre de communication …et la tentative d’ombrer un soleil naissant…

Serais-ce un premier pas vers la non servitude volontaire ?

Oserait-on enfin  tenter l’aventure commune de la création d’une société non plus définie par les puissants, les « chefs », l’économie libérale ou autres pouvoirs ou dogmes mais par une concertation horizontale dans laquelle chaque voix est entendue, écoutée, concertée, dans laquelle chaque voix a le même poids qu’une autre ?

Une concertation visant à la création d’un bonheur au quotidien pour tous et chacun ?

Hummm….ça me rappelle un certain fonctionnement et idéal Non ?

Mais au-delà de l’idéal, de la spéculation intellectuelle… Que fais-je ? Que faisons-nous ?

A.S.

SOURCE GADLU-INFO

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

 

 

VU SUR LE BLOG LA LUMIÈRE DE L’EXPRESS

Le 5 novembre dernier, L’Opinion a révélé que le gouvernement prépare une réforme de la Loi de 1905. Le Premier Grand Maître Adjoint du GODF Georges Sérignac répond à mes questions sur les inquiétudes que provoque ce  projet. INTERVIEW.

Pourquoi tirez-vous la sonnette d’alarme au sujet de la Loi de 1905 ?

Soyons prudents, aucun texte n’est encore à notre disposition, ce n’est pas même un avant-projet de loi, mais une simple esquisse publiée dans la presse. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a confirmé son souhait de modification, parlant de toilettage, puis la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault a fortement nuancé en invitant à la plus grande prudence. S’il ne s’agissait que d’un toilettage de plus à la marge de la loi 1905, il n’y aurait pas grand problème. Ce qui nous inquiète, c’est que cela semble plutôt annoncer une remise en cause des fondamentaux de la Loi de 1905 de séparation des églises et de l’État.

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

Tags anti-maçon: la GLDF porte plainte

 

La Grande Loge de France a porté plainte après les tags antimaçonniques qui ont été bombés à la peinture rouge le 25 octobre 2018 sur la façade de son siège national, Rue Puteaux, à Paris. Les messages sont assez abscons, mais clairement hostiles: «Démolisseurs! On sait pour La Mecque» ou «Affaire des fiches = Dreyfus coupable»..

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

 

LIRE

 

Les Langages Symboliques de l’Ésotérisme Maçonnique

De Pierre Pelle Le Croisa

 

Note Éditeur

Beaucoup de Iivres sur l'ésotérisme ont été écrits, des meilleurs comme des pires ; si bien que le lecteur qui aborde ce sujet a très vite le sentiment d'être perdu dans une jungle où les arbres sont si serrés... qu'ils cachent eux-mêmes la forêt ! Pour tenter de résoudre ce dilemme, je me suis posé sept questions, auxquelles je réponds : Qu'est-ce que l'ésotérisme ? Y en a-t-il un ou plusieurs ? Et si oui, lesquels ? Qu'est-ce qui distingue ou rapproche les notions d'"ésotérisme", d'"occultisme" et d'"hermétisme" ? Quels sont leurs domaines d'intervention, les courants qui les traversent et les champs de leurs interrelations ? Y a-t-il des thèmes fondamentaux et universels à l'ésotérisme, quels que soient ses domaines, ses courants et ses champs ? Et si oui, combien y en a-t-il ? Et lesquels ? En quoi, quand et comment les thèmes fondamentaux et universels de l'ésotérisme ont-ils influencé les mythes, les rites et les archétypes maçonniques ? Pourquoi les langages symboliques de l'ésotérisme intéressent-ils l'homme d'aujourd'hui ? Enfin, quelle attitude l'initié peut-il (ou doit-il) adopter à l'égard des langages symboliques de l'ésotérisme maçonnique ? Les réponses à cet important travail de recherche, basé sur une riche documentation (souvent méconnue ou ignorée), font l'objet du présent ouvrage. Je l'ai volontairement écrit dans un style simple et avec des pensées claires pour qu'il soit accessible à tous ; car la quête que je poursuis est aussi la vôtre...

CONFERENCE À LORIENT

DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE
DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE
DES LUMIÈRES À LA LUMIÈRE

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
UN CENTRE D'UNION FRATERNEL

CENTRE D’UNION FRATERNEL

 

Lfranc-maçonnerie est un centre d’union fraternel, un espace où se rencontrent les femmes et les hommes qui sans elle ne se seraient jamais connus. Un centre où tous nous devrions recevoir la bienveillance ou l’écoute, c’est donc un lieu d’harmonie, là où la joie est dans les cœurs. Pourtant au détour d’un rond point, où sur le bord de la route, j’ai vu des femmes, des hommes désespérés, ignorés, tremblants de peur, de cette peur de basculer définitivement  dans l’oubli, presque honteux de demander simplement à vivre à survivre parfois, tandis que d’autres sont simplement soucieux de pouvoir faire leurs achats, remplir leur vie du superflu, avec lequel ils pensent pouvoir donner du sens à leur vie.

Le monde n’est ni blanc, ni noir, ni jaune, il est arc-en-ciel, après l’orage, tonnerre, tonnerre de Brestfaites que la pluie cesse sur les plus humbles d’entre nous, écoutons le poème de Philippe….

JF.

 

 

Plaidoyer pour les « sans-grades »

Les membres décharnés sous de noirs oripeaux
Ils nous tendent un moignon pour chasser la camarde
Un jour, oh rien qu’un jour, à se tanner la peau
Un jour encore, une heure de plus, un soir qui tarde
Pour feindre appartenir au soleil des vivants.

Nous les voyons pourtant, agglutinés et sales
Implorants, ironiques, l’invective cinglant
Surgissant des latrines où ils taisent leurs râles
Postillonnant leurs quêtes affalés sur nos bancs

Las nous les ignorons ces cohortes de gueux
Ces amputés d’espoir qui ne seront pas vieux,

Quelle est cette vindicte qui les a crucifiés ?

Quelle vérité absconse a choisi ces victimes ?

Déambulant, passifs, entre les endormis
Taiseux cauchemardant sur d’innommables crimes,
Nous oublions d’aimer sur le chemin de vie.

Peu-t-on réconcilier nos consciences et nos actes ?

J’ai choisi d’avoir honte ; la honte est corrosive
Elle suscite l’action et de la repartie
J’ai choisi de parler, j’ai choisi l’empathie,
Je consacre du temps, sans humeur excessive
L’écoute est pansement des écorchures du cœur

Quand le rideau s’affaisse quand la nuit est profonde,
Il survit dans nos rues des ombres encombrantes,
Hâtons-nous de les voir, qu’on leur ouvre la ronde
Qu’on les chasse de la nuit pour que nos jours s’enchantent.

 

Philippe Jouvert.

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog