Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
RECENSION DU 3ème CAHIER

RECENSION DU 3ème CAHIER

LE CAHIER DE L’ALLIANCE

 

SPIRITUALITÉ INITIATIQUE UNE INVITATION AU SACRÉ

 

Le thème choisi pour ce 3ème cahier de L’Alliance, déjà évoqué dans un article précédent du Blog, situe bien le positionnement de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Je vous propose de faire un tour à la périphérie des articles proposés dans ce cahier, au travers de quelques phrases sélectionnées dans chaque article. Ce tour périphérique pour vous inciter à aller au contenu dans sa totalité, chaque intervenant dans ce cahier ouvre à sa manière et avec sa sensibilité le compas qui vous permettra d’assouvir votre soif de connaissance.

 

Je précise que je ne suis pas membre de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française et que mes propos sont strictement personnels, mais je partage la plupart des valeurs de cette obédience comme beaucoup de sœurs et de frères.

 

Dans son avant-propos Jean-René Dalle Grand Maître de l’Alliance écrit :

« (…) L’engagement maçonnique qui est un parcours de progression dans la connaissance. Le sacré est au cœur de l’espace maçonnique et de ses rites. La spiritualité au centre de l’expérience intime du franc-maçon. »

Le plan de l’ouvrage est tracé, Jacques Branchut membre de l’Alliance, dans son article : La spiritualité Maçonnique, va d’abord étudier les différentes formes de spiritualité.

  • Au sens commun.
  • Au sens religieux.
  • La spiritualité sans religion.
  • La spiritualité sous l’angle philosophique.
  • La spiritualité maçonnique.

Il citera Platon : « Nos racines sont au ciel. » Les liens qui unissent les initiés sont avant tout de nature spirituelle avant d’être fraternels.

 

À propos de la démarche initiatique il écrit : « On ne peut dissocier Initiation, Transmission et Spiritualité. » (…) « Cette transmission spirituelle extérieure au sujet, suppose un travail intérieur sur soi… »

 

Ceux qui sont « modernes » pressés par le temps, dans l’immédiateté diront sans doute : tout ça pour quoi ? À ceux là Jacques Branchut répond :

« La spiritualité maçonnique met en œuvre une éthique de vie qui repose à la fois sur des valeurs morales, sur l’amour de l’autre et sur la relation au divin. »

 

 

Le deuxième article est celui de Marc Halévy (déjà évoqué dans le Blog). Il est plus engagé et subversif, il renverse un peu la table, certains diront il parle franc, peut-être pas franc-maçon convenu ou fraternel. J’ai même dans lu dans des commentaires que d’autres s’interrogeaient pour savoir quelle substance il fumait ? C’est dire… Mais c’est son opinion elle mérite d’être écoutée, comme savent le faire les francs-maçons épris de tolérance.

 

Pour Marc Halévy : « toute spiritualité est avant tout une quête. » Il écrit à propos de la franc-maçonnerie des modernes :

« La franc-maçonnerie ’moderne’ appartient à la modernité et elle mourra avec elle si, précisément elle ne ressuscite pas son Âme, si elle ne donne pas un sens au-delà des idéaux obsolètes de la modernité et des Lumières. »

 

Marc Halévy ne lave pas à l’eau tiède, pour lui la modernité fait la part belle à la fraternité et à la réflexion, l’intellect, mais exclut l’Âme, la spiritualité. Il mène un combat contre le matérialisme, l’égalitarisme et l’hédonisme ambiant. Il place la question du pour quoi au centre de sa recherche initiatique.

 

 

Dans un deuxième volet, le cahier de l’Alliance s’ouvre sur « les dialogues » initiés par la G L AMF, avec des intervenants non maçons, aux opinions diverses marquant ainsi l’ouverture symbolique de son compas à toutes les réflexions.

 

Dans une première séquence, interviennent, deux auteurs de sensibilités différentes : André Comte Sponville, influencé par Spinoza défenseur d’une spiritualité sans Dieu, prônant une spiritualité de la fidélité plutôt que de la foi.

 

« Pour lui la spiritualité est tout simplement la vie de l’esprit. »

 

Christine Pedotti, écrivaine, journaliste engagée, catholique, elle, place d’emblée la spiritualité à un autre niveau, celui de la foi, de la croyance en l’Âme, avec cette interrogation :

 

« Avez-nous une âme ? Et si oui, qui s’en occupe ? »

 

Elle recommande le soin de l’Âme et la pratique spirituelle, qui passe par « des douches de silence. »

 

La deuxième séquence de ces dialogues reçoit : Leili Anvar spécialiste de la littérature perse, du soufisme, rendue célèbre par sa traduction du Cantique des Oiseaux, et Gaston Paul Effa membre de l’Alliance, philosophe, écrivain, animiste

Leili Anvar met en avant les mérites du langage poétique, en contradiction avec le langage rationnel :

 

« Qui ne peut pas rendre compte des vérités spirituelles (…) »

 

Elle nous invite « À polir la rouille sur le miroir de son coeur.» Ce polissage, cette purification permet l’accès aux mystères, au mystique, à l’initiation. On accède à la Connaissance, par la connaissance de soi.

 

Gaston Paul Effa lui nous exhorte à renouer avec la nature, pour revenir à nous-mêmes.

 

« Retrouver le vivre dont nous avons été privés, renouer avec l’essence des êtres et des choses. »

En quelque sorte, voir la beauté du monde, remettre de l’ordre dans le chaos. Il insiste sur la fraternité qui pour lui est au cœur du cheminement initiatique.

 

Jacques Dumonteil intervient pour clore les travaux de ces dialogues, démontrant que la voie maçonnique est une spiritualité initiatique. Il nous met en garde contre tous les dogmatismes, par ces mots :

 

« La vérité n’appartient pas à celui qui la dit, ni même à celui qui prétend la détenir, mais à celui qui la cherche. »

 

La dernière partie de ce 3ème Cahier de l’Alliance est ‘consacrée’ au Sacré, j’y reviendrais dès demain.

 

Bon dimanche à tous.

 

Jean-François.

 

Article rédigé à partir de brefs extraits du Cahier de l’Alliance avec l’aimable autorisation de Jean-Claude Tribout membre de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française et maître d’œuvre de ces Cahiers.

 

Étiquette et sources 3ème Cahier de l’Alliance. Revue de la GLAMF.

 

Les Cahiers sont disponibles en écrivant : GL AMF Cahiers de l’Alliance 8, Rue Gesnoulin 92110 Clichy.

Ou par le net, Contact : cahiers.abonnement@gl-amf.net

Voir les commentaires

Publié le par jean françois

PRENDRE LE CHEMIN

 

 

Prendre le chemin, sans trop savoir pourquoi, pour s’alléger diront certains, pour faire le vide, le tri, chasser la poussière de l’utile, la mettre entre parenthèses quelques heures, quelques jours, peut-être pour les plus persévérants, pour toute une vie, cette vie, différente et la même à la fois.

 

Il y a plusieurs chemins, ceux qui mènent à Rome et ceux qui n’y mènent pas, à chacun sa vie, son chemin, s’ils ne mènent pas tous à Rome, ils mènent tous à soi.

 

Faire un chemin initiatique est une alchimie du temps sur l’âme, cette âme que l’on avait oubliée au fond de nous, dans le tiroir du cœur, qu’il suffisait d’ouvrir.

 

Le franc-maçon sincère, fidèle sait que la pierre reste brute, qu’il faut la polir sans cesse, et qu’il ne suffit pas de faire les trois premiers pas, même les cinq premiers, il sait qu’il devra un jour enjamber le cadavre du vieil homme, dans un sublime effort pour renaître plus radieux.

Après avoir reçu la lumière, celle-ci l’éclaire, puis l’illumine, cette hiérarchie subtile il la perçoit au fur et mesure du chemin, l’intensité de la lumière augmente, le Maître et l’Apprenti marchent ensemble, ont le désir constant de faire vivre en eux cette lumière éternelle.

Le Maître se rappelle sans cesse, d’où il vient, c’est sa culture de l’humilité.

 

Le chemin est parsemé d’embûches, d’épreuves, véritable labyrinthe, il malmène nos habitudes, nos certitudes, il contraint notre corps. Puis il y a cette rencontre avec le silence intérieur, cet allégement, ce dépouillement qui libère l’âme, la rend plus belle.

 

Jean-François.

 

Ces quelques lignes pour mes sœurs et mes frères en chemin, et plus particulièrement pour Serge, qui travaille pour prendre un chemin, qui sera je suis sur rempli d’étoiles.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois

PRENDRE LE CHEMIN

 

 

Prendre le chemin, sans trop savoir pourquoi, pour s’alléger diront certains, pour faire le vide, le tri, chasser la poussière de l’utile, la mettre entre parenthèses quelques heures, quelques jours, peut-être pour les plus persévérants, pour toute une vie, cette vie, différente et la même à la fois.

 

Il y a plusieurs chemins, ceux qui mènent à Rome et ceux qui n’y mènent pas, à chacun sa vie, son chemin, s’ils ne mènent pas tous à Rome, ils mènent tous à soi.

 

Faire un chemin initiatique est une alchimie du temps sur l’âme, cette âme que l’on avait oubliée au fond de nous, dans le tiroir du cœur, qu’il suffisait d’ouvrir.

 

Le franc-maçon sincère, fidèle sait que la pierre reste brute, qu’il faut la polir sans cesse, et qu’il ne suffit pas de faire les trois premiers pas, même les cinq premiers, il sait qu’il devra un jour enjamber le cadavre du vieil homme, dans un sublime effort pour renaître plus radieux.

Après avoir reçu la lumière, celle-ci l’éclaire, puis l’illumine, cette hiérarchie subtile il la perçoit au fur et mesure du chemin, l’intensité de la lumière augmente, le Maître et l’Apprenti marchent ensemble, ont le désir constant de faire vivre en eux cette lumière éternelle.

Le Maître se rappelle sans cesse, d’où il vient, c’est sa culture de l’humilité.

 

Le chemin est parsemé d’embûches, d’épreuves, véritable labyrinthe, il malmène nos habitudes, nos certitudes, il contraint notre corps. Puis il y a cette rencontre avec le silence intérieur, cet allégement, ce dépouillement qui libère l’âme, la rend plus belle.

 

Jean-François.

 

Ces quelques lignes pour mes sœurs et mes frères en chemin, et plus particulièrement pour Serge, qui travaille pour prendre un chemin, qui sera, je suis sur rempli d’étoiles.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois

Bonjour lafrancmaconnerieaucoeur.com, aime bien le moteur de recherche Français QWANT qui protège et ne revend pas vos données personnelles et vos habitudes de navigation

Jean-François

 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST

LA LUMIÈRE VIENT DE L’EST

 

 

La lumière vient de l’est, Charles-Bernard Jameux, poète, écrivain, qui a fait partie du mouvement des surréalistes, membre de la Grande Loge de France où il occupa la charge de Grand Chancelier, il fût également longtemps rédacteur en chef de la revue de la Grande Loge de France Points de Vue Initiatiques.

 

Charles-Bernard Jameux marche quelques siècles plus tard, dans les pas d’Etienne Morin ce négociant Franc-Maçon, qui avec Henry Andrew Francken qui fût sa plume importa aux Antilles en particulier à la Jamaïque, puis aux Etats-Unis le Rite Écossais Ancien et Accepté.

 

Charles-Bernard Jameux, enrichi, par ses travaux de plus de 10 années sur la datation, la genèse de la Franc-Maçonnerie spéculative, notre connaissance de la Franc-Maçonnerie et de l’Ecossisme en particulier, il fait référence dans ce domaine, avec sa thèse sur l’Art de la Mémoire, et son importance dans le symbolisme maçonnique, elle sera disponible au mois de juillet en langue anglaise, dans le nouveau monde, aux Etats-Unis, mais aussi au Royaume Uni, en Australie et en Nouvelle Zélande, fait assez rare qui méritait d’être signalé, la lumière vient toujours de l’est.

 

Jean-François.

 

L’Éditeur Américain INNER TRADITIONS publie : L’Art de la Mémoire et la Formation du Symbolisme Maçonnique. ( Memory places and Masonic Lodges) augmenté des sources antiques de la transmission initiatique en Franc-maçonnerie. L’Art Classique de la Mémoire.

POUR ALLER PLUS LOIN SUR LE NET

 

 Charles Bernard JAMEUX. - Jean-Laurent Turbet


 

www.jlturbet.net/.../l-art-de-la-memoire-et-la-formation-du-symbolisme-maconnique-...

 

 

Le Bono. Aux origines de la franc-maçonnerie moderne - Ouest-France

 


 

https://www.ouest-france.fr › Bretagne › Le Bono

 

 

Lorient. Conférence : « la franc-maçonnerie au 21e siècle » - Lorient ...


 

https://lorient.maville.com › Info

 

 

Charles-Bernard Jameux, ancien directeur de la rédaction de Points de vue Initiatiques, membre de la Grande loge de France, animera une conférence sur le ..

 

 

Janvier 2018 : 17 651. - la Franc Maçonnerie au Coeur


 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/archive/2018-02/4

 

 

4 févr. 2018 - La lecture du dernier livre de Charles Bernard Jameux : « Franc-Maçonnerie : temps, mémoire, symboles. » est assez inspirante pour mener .

 

VIDEO

 

De l'universalité du REAA et du GADLU - YouTube


 

https://www.youtube.com/watch?v=rIUPtEVtYLU

LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST

LA LUMIÈRE VIENT DE L’EST

 

 

La lumière vient de l’est, Charles-Bernard Jameux, poète, écrivain, qui a fait partie du mouvement des surréalistes, membre de la Grande Loge de France où il occupa la charge de Grand Chancelier, il fût également longtemps rédacteur en chef de la revue de la Grande Loge de France Points de Vue Initiatiques

 

Charles-Bernard Jameux marche quelques siècles plus tard, dans les pas d’Etienne Morin ce négociant Franc-Maçon, qui avec Henry Andrew Francken qui fût sa plume importa aux Antilles en particulier à la Jamaïque, puis aux Etats-Unis le Rite Écossais Ancien et Accepté.

 

Charles-Bernard Jameux, enrichi, par ses travaux de plus de 10 années sur la datation, la genèse de la Franc-Maçonnerie spéculative, notre connaissance de la Franc-Maçonnerie et de l’Ecossisme en particulier, il fait référence dans ce domaine, avec sa thèse sur l’Art de la Mémoire, et son importance dans le symbolisme maçonnique, elle sera disponible au mois de juillet en langue anglaise, dans le nouveau monde, aux Etats-Unis, mais aussi au Royaume Uni, en Australie et en Nouvelle Zélande, fait assez rare qui méritait d’être signalé, la lumière vient toujours de l’est.

 

Jean-François.

 

POUR ALLER PLUS LOIN SUR LE NET

 

 Charles Bernard JAMEUX. - Jean-Laurent Turbet


 

www.jlturbet.net/.../l-art-de-la-memoire-et-la-formation-du-symbolisme-maconnique-...

 

 

Le Bono. Aux origines de la franc-maçonnerie moderne - Ouest-France

 


 

https://www.ouest-france.fr › Bretagne › Le Bono

 

 

Lorient. Conférence : « la franc-maçonnerie au 21e siècle » - Lorient ...


 

https://lorient.maville.com › Info

 

 

Charles-Bernard Jameux, ancien directeur de la rédaction de Points de vue Initiatiques, membre de la Grande loge de France, animera une conférence sur le ..

 

 

Janvier 2018 : 17 651. - la Franc Maçonnerie au Coeur


 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/archive/2018-02/4

 

 

4 févr. 2018 - La lecture du dernier livre de Charles Bernard Jameux : « Franc-Maçonnerie : temps, mémoire, symboles. » est assez inspirante pour mener .

 

VIDEO 

 

De l'universalité du REAA et du GADLU - YouTube


 

https://www.youtube.com/watch?v=rIUPtEVtYLU

LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST
LA LUMIÈRE VIENT DE L'EST

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA COURSE VERS LA LUMIÈRE

LA COURSE VERS LA LUMIÈRE

 

La lumière, la vérité, la parole perdue, le retour à soi, le retour aux origines, boire à la fontaine de jouvence. La quête de l’innommable, de l’inaccessible connaissance. Être chevalier de l’esprit, être chevalier du soleil, chevaucher un rayon du feu lumière, être en mouvement perpétuel, être comme la lumière qui sans cesse voyage à 300 000 kilomètres par seconde, tendre la main, sans jamais pouvoir atteindre l’universel.

 

Seul le photon, cette particule de lumière, libérée de toute masse se répand dans l’univers entier.

« Pour elle seule le temps ne s’écoule pas. Elle seule a trouvé le secret de la vraie fontaine de jouvence et de la jeunesse éternelle. »

(Extrait de : Vertige du Cosmos de Trinh Xuan Thuan)  

 

Se connaître pour connaître sa propre lumière, sa lumière intérieure, est un chemin de liberté, une véritable richesse, le véritable secret du franc-maçon. Donner un peu de désir de lumière à l’autre, c’est lui tendre sa main, lui ouvrir son cœur.

 

« La connaissance de soi est une naissance à sa propre lumière, à son propre soleil. L’homme qui se connaît est un homme vivant. »

(Marie-Madeleine Davy)

Je vous souhaite beaucoup de soleil et de lumière en cet été, et la joie de connaître votre lumière intérieure.

 

Jean-François.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
RÉFLEXION : "Faisons l'homme à la l'image de Dieu"

FAISONS L’HOMME À L’IMAGE DE DIEU

 

 

Cest dans la genèse 1,27 que Dieu décide de créer l’homme. L’homme androgyne qui lui ressemble, cet androgyne qui se divisera et cherchera ensuite sa réunification. Si l’homme est placé au-dessus de toutes les créatures, s’il ressemble à Dieu, il n’est pas Dieu ou le principe créateur, même cet homme augmenté de l’intelligence artificielle qui se prend pour Dieu. 

Il reste un homme parce qu’il est humble, c’est sa condition humaine, mais aussi sa valeur.

Être proche de Dieu, être en ressemblance avec lui, c’est le désir du bon, du beau, du vrai. Être proche de Dieu, c’est se défaire de la boursouflure de l’ego, qui désacralise.

S’il y a ressemblance, il n’y a pas de vanité, mais une responsabilité, un devoir de maintenir en soi la parcelle de divin, de lumière, d’intelligence du cœur. Il y a dans l’homme des dépôts, des germes de spiritualité. Il y a le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, nécessaires à la recherche du bien, par miroir.

 

En cultivant son jardin intime, la lumière va progressivement éclore comme une rose, le franc-maçon pour cultiver son jardin va se saisir des outils mis à sa disposition dans sa loge adossée à la cathédrale de pierre. Il travaillera sans cesse pour faire descendre sur terre, la Jérusalem de Jean, la Jérusalem céleste.

La loge maçonnique, comme l’homme, est un espace sacralisé, derrière la porte du temple il y a la loge, derrière le regard de l’homme il y a son âme, les deux sont des demeures du divin, dans ces demeures se consume la lumière éternelle, elle brûle par la grâce de l’initiation. Cette lumière sans limites, vient de nos racines, de notre image, de notre ressemblance avec le divin, elle sublime notre humanité. Marie Madeleine Davy a écrit :

 

« L’homme privé de ses racines, désacralisé, se banalise. Il n’est plus qu’un personnage sociologique on anéantit son mystère et ses pouvoirs secrets. Un tel homme n’est plus qu’un produit de supermarché. La dimension humaine ne peut s’acquérir que par l’intériorité, au profit d’une structure lui permettant d’occuper la place qui lui revient et à laquelle il a droit. »

 

Jean-François.

 

Note : Genèse 1,27 « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu, il le créa homme et femme il les créa. »

Bible de Jérusalem.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
UN PETIT TEMPLE UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

UN PETIT TEMPLE UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

 

 

Un petit temple maçonnique, le plus petit connu peut-être ? Claude un frère de la Loge Le Temple Écossais à Gisors a transmis à Jean-Paul, un de ses frères de la Loge Les Mégalithes à Auray, le texte ci-dessous concernant ce temple maçonnique situé dans le parc du château d’Épône, modeste par la taille, ce temple est chargé de symboles forts. Il permet aussi de faire la relation entre Auray et Épône. En effet c’est le quai de Saint-Goustan le port d’Auray dans le Golfe du Morbihan que Benjamin Franklin posa ses pas, il venait du nouveau monde en messager des insurgés américains, chercher de l’aide auprès du Roi de France Louis XVI, pour mener la guerre d’indépendance des États Unis. Le frère Benjamin Franklin fréquenta la célèbre Loge Parisienne des Neuf Sœursqui initia Voltairepeu avant son passage vers l’Orient éternel.

Merci à Claude et à Jean-Paul de rappeler à notre mémoire, ce fragment, c’est la réunion de tous ces fragments qui fait la grandeur de l’histoire maçonnique.

 

Jean-François.

UN PETIT TEMPLE UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

TEMPLE DE DAVID TEMPLE MAÇONNIQUE


Pavillon de David à Epône

 

Aussi appelé " Temple de l'amitié franco-américaine ", ce modeste édifice de style antique situé à l'extrémité du parc du château d'Épône pourrait être le premier temple maçonnique connu. 

Son nom viendrait du fait que le peintre Jacques-Louis David en aurait dessiné les plans.

Il fut construit au XVIIIe siècle (1785) pour célébrer la signature du traité d'alliance de 1778 entre la France et les jeunes Etats-Unis d'Amérique. 

Benjamin Franklin, négociateur de ce traité pour les Etats-Unis, a travaillé à cet endroit

Hérault de Séchelles entouré de Danton, Robespierre et Saint Just y ont rédigé la première constitution de 1791 et la déclaration des Droits de l'Homme, votés par la suite à Versailles.

On sait sans aucun doute qu'en 1793, le temple fut le théâtre de fêtes en l'honneur de la Raison. 

Selon quelques documents, une Colonne de l'amitié et le coq maçonnique existaient à l'entrée du temple, et certaines gravures américaines représentent l'écrivain, scientifique et politique Benjamin Franklin devant celui-ci lors des fêtes de la Nature. 
Il est classé monument historique par arrêté du 28 août 1947

Sur demande du Général De Gaulle, Michel Debré et 4 autres ministres se sont retrouvés dans ces lieux pour l'élaboration de la Constitution de la 5ème République (1958).

 

Pensées pour vous tous mes Frères

 et bonnes vacances

Claude. Loge Le Temple Ecossais à Gisors.

UN PETIT TEMPLE UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

 

Aussi appelé " Temple de l'amitié franco-américaine ", ce modeste édifice de style antique situé à l'extrémité du parc du château d'Épône pourrait être le premier temple maçonnique connu. Son nom viendrait du fait que le peintre Jacques-Louis David en aurait dessiné les plans. Il fut construit au XVIIIe siècle et célèbre la signature du traité d'alliance entre la France et les États-Unis en 1776. On sait sans aucun doute qu'en 1793, le temple fut le théâtre de fêtes en l'honneur de la Raison. Selon quelques documents, une Colonne de l'amitié et le coq maçonnique existaient à l'entrée du temple, et certaines gravures américaines représentent l'écrivain, scientifique et politique Benjamin Franklin devant celui-ci lors des fêtes de la Nature. Classé au titre des Monuments historiques en 1947, il fut restauré et rouvert à l'occasion d'une fête présidée par Edouard Herriot, grande figure du parti radical alors académicien. Le temple, qui a subi les vicissitudes du temps, devrait être restauré au début de l'année 2017, sous l'impulsion de la ville d'Épône qui est propriétaire de l'édifice depuis les années 1980.

Débarquement à Saint-Goustan de Benjamin Franklin

 

L’évènement du 4 décembre 1776
Au mois de novembre 1926, le maire d’Auray, Lionel Huette, reçoit un courrier d’Elmer Roberts, journaliste à l’Associated Press of America. Ce dernier souhaite organiser à Auray une fête pour le 150e anniversaire de l’arrivée de Benjamin Franklin en France et à cette occasion y faire apposer une plaque commémorative. Surprise pour le maire et ses concitoyens qui semblent ne pas avoir connaissance de cet illustre débarquement à Saint-Goustan. Le maire en réfère même au ministre des Affaires étrangères sur la suite à donner à cette demande. Le 4 décembre 1926, c’est devant une foule enthousiaste que le maire dévoile une plaque commémorative apposée sur un mur du, désormais bien nommé, quai Benjamin Franklin. L’occasion pour le consul des États-Unis de souligner que sera désormais ancrée dans les mémoires cette date du 4 décembre 1776 : début officiel d’une amitié « inaltérable » entre la France et les États-Unis.

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’amitié franco-américaine

Benjamin Franklin est né à Boston en 1706. Formé à l’imprimerie, il déménage en 1723 à Philadelphie où il deviendra imprimeur puis, plus tard, éditeur du Pennsylvania Gazette. Ses affaires lui apportent une aisance financière qui lui permet alors de se consacrer à la philanthropie et aux sciences. On lui doit notamment la création du paratonnerre en 1744 qui lui vaut une reconnaissance internationale. Engagé politiquement, Benjamin Franklin glisse au fur et à mesure des années en faveur de l’indépendance des colonies américaines. En 1775, débute la guerre d’indépendance qui oppose les colonies américaines à la domination de l’empire britannique. Dans ce contexte, le Congrès américain décide de lancer un plan d’action diplomatique vers la France. Trois commissaires sont désignés : Benjamin Franklin, Thomas Jefferson (qui sera finalement remplacé par Arthur Lee) et Silas Dean. Benjamin Franklin quitte alors Philadelphie et embarque, avec ses deux petits-fils, le 26 octobre 1776 pour un voyage qui va durer 30 jours. Un voyage long et périlleux car l’océan Atlantique est sillonné par de nombreux navires anglais. Initialement, son voyage doit le mener tout droit jusqu’à Nantes, mais des vents contraires vont en décider autrement. Le navire Le Reprisal doit alors jeter l’ancre dans la baie de Quiberon. Benjamin Franklin se retrouve donc contraint de rejoindre la terre ferme en empruntant un voilier qui le débarque dans le petit port de Saint-Goustan à Auray, le 4 décembre 1776. 

Diplôme Maçonnique avec la signature de Benjamin Franklin

Diplôme Maçonnique avec la signature de Benjamin Franklin

Benjamin Franklin et la Franc-Maçonnerie 

Franklin a rejoint la Franc-Maçonnerie à 25 ans en Pennsylvanie. Très introduit dans les salons parisiens, il y a certainement souvent rencontré des membres des Neuf Sœurs. Mais ce n’est sans doute pas seulement par goût pour la culture et par zèle maçonnique qu’il fréquente puis intègre la Loge. Le très avisé ambassadeur des États-Unis a bien compris le rôle émergent des intellectuels dans la formation de l’opinion publique. Ainsi, nombre de ses Frères Maçons pouvaient apporter un soutien très utile à la cause de la nouvelle Amérique. La Loge lui fait un chaleureux accueil et l’élit même à deux reprises comme « Vénérable ». Il joue un rôle essentiel dans l’initiation de Voltaire en 1778. Les archives conservent les témoignages de son engagement dans les Loges aux États-Unis ou en France. Le diplôme qu’il a signé comme « Vénérable Maître » des Neuf Sœursen faveur du Claude-Jacques Notté en 1785 est certainement un des plus importants.

UN PETIT TEMPLE UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

DE LA LOGE LES NEUF SOEURS

Les Neuf Sœursont cultivé le souvenir de Franklin : en 1791, Le tribut de la Société nationale des Neuf Sœurs publiait un hommage à Franklin par Joseph Michaud, dont nous extrayons les vers suivants :

Quand la faulx de la mort s'abattit sur sa tête, 
Comme un roc insensible aux coups de la tempête, 
Franklin vit sans effroi l'appareil du trépas ; 
Le sage attend la mort, mais il ne la craint pas. 

De ses amis en pleurs il calmait les alarmes : 
« Mes amis, disoit-il, pourquoi verser des larmes ? 
Franklin dans le tombeau porte un cœur vertueux ... 
J'ai bravé les tyrans et leurs complots affreux ; 
Sans crainte, sans remords, j'abandonne la vie ; 
Je puis dire à mon Dieu : J'ai servi ma patrie. » 

 

Au sein de la tempête il puise ce fluide 
Qui sillonne les airs de sa clarté rapide, 
Et, porté sur le char de l'aigle impérieux, 
Son génie enchaîna la foudre dans les cieux. 
Bienfaiteur des humains, il préserva la terre 
Du sceptre des tyrans et des coups du tonnerre. 

Pleurons tous sur la mort du plus grand des humains ; 
Sur sa tombe sacrée invoquons les destins ; 
Jurons par ses vertus, par sa cendre chérie, 
D'aimer l'humanité, de servir la patrie ; 
Qu'on dise : « De Franklin ils ont rempli les vœux ; 
Le peuple le plus libre est le plus vertueux. » 

CITATION DE BENJAMIN FRANKLIN

« Ceux qui sont prêt à sacrifier une liberté essentielle pour acheter une sûreté passagère, ne méritent ni l’une ni l’autre »

 

ARTICLE DU BLOG LA FRANC-MAÇONNERIE AU CŒUR

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2016/09/benjamin-franklin-homme-de-

Sources et étiquettes sites du net.

Dernière minute vu à Quiberon

Le 1er salut au drapeau Américain

 

Après avoir capturé deux navires britanniques, le capitaineJohn, Paul Jones, fait mouiller ses deux sloops le Ranger et l'Indépendance dans le port de Nantes, il se rend à Paris, où il rencontre Benjamin Franklin qui lui fait avoir une entrevue avec Louis XVI.

Ce sera l'occasion pour Jones d'être décoré de l'ordre de Saint-Louis. Il assistera le 6 février 1778 à la signature du traité d'amitié, d'alliance et de commerce signé par Benjamin Franklin et le Comte de Vergennes, Secrétaire d'État des Affaires Étrangères. Il repartira de Paris avec une somme de 500 Louis d'or et un "pouvoir d'action illimité"

Le 12 février il reprend la mer pour se rendre à Lorient acheter le Duc de Duras, bâtiment marchand, qui sera armé par les Français et portera le nom de Bonhomme Richard. C'est sur sa traversé qu'il fera escale en baie de Quiberon, où il mouillera le 13 février.

Reçu à table sur son vaisseau de 74 canons par l'amiral la Motte-Picquet, les deux commandants conviendront du nombre de coups de canon à échanger (9 pour le Français, 14 pour l'Américain),lorsque les deux bâtiments Américains traverseront les lignes des bâtiments Français.

Ce qui sera réalisé le 14 février pour le Ranger et le 15 février pour l'Indépendance. Le 3 mars, les bâtiments américains quitteront la baie de Quiberon. La guerre d'indépendance ne se terminera qu'en 1783.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
UN CHEMIN VERS LE POUR QUOI

DU COMMENT VERS LE POUR QUOI

 

 

Quand on se décide à prendre un chemin, c’est d’abord par

une sorte d’impulsion, par un désir, c’est sans doute aussi parce que c’est le moment. Il vient d’abord à l’esprit la question du « comment », la curiosité sans doute.

L’annonce faite dans le cabinet de réflexion sur cette curiosité qui serait mal venue, et résonne en nous comme une injonction à renoncer étonne, son but étant d’éloigner ceux qui ne sont pas sincères dans leur démarche vers la connaissance.

 

Qui peut prétendre qu’il n’y a pas dans cette démarche, cette marche du début, une part de curiosité. Le commentsubmerge alors lepour quoi.

 

Préoccupé à faire les premiers pas, on ne distingue pas encore le but, de cette immortelle promenadevers soi qui commence, dans ce commencement il y a initiations, passages, métamorphoses successives, pèlerinage vers l’intérieur. Il ne s’agit pas là, d’obtenir une simple autorisation ou recommandation, mais d’un acte de renaissance, il s’agit d’obtenir ce que les pèlerins de Saint-Jacques appellent un crédential, un document d’identité. Mais comment obtenir, cette nouvelle identité quand on ne sait pas qui l’on est et où l’on va ?

 

Il survient un doute constructif, l’on a peut-être mis la charrue dans notre sillon avant les bœufs, plus préoccupé par le comment que par le pour quoi !

 

Un vieux sage expert paraît-il me tend la main, plus tard je recevrais un guide, un rituel, toujours des « comment ». Le mystère s’épaissit plus qu’il ne révèle, avance me dit l’expert fait trois pas, l’important c’est d’avancer sur le chemin, le but viendra après naturellement, ne cherche pas une raison quelconque, tu es là, c’est que tu as faim et soif, tu trouveras bien pour quoi tu entreprends cette immortelle randonnéevers ton être intérieur, malgré toi, mais tous ces pas vers ton soi, te feront découvrir les autres et le monde.

 

Jean-François.

 

Note :c’est le titre du livre de Jean-Christophe Rufin : Immortelle Randonnée qui m’a inspiré ce matin, ces quelques réflexions.

Le chemin

 
 

Par son coeur à peine entrouvert sur l’espace
Une étoile a posé son oeil sur mes jours
Et j’ai beau brouiller la surface
Et j’ai beau effacer ma trace
Dans ma main le destin suit son cours
Dans ses yeux à peine entrouverts sur la ville
Un enfant pose un doigt nouveau sur la mer
Et j’ai beau lui parler des îles
Son regard au lointain s’exile
C’est marin de voir un rayon vert
Dans un corps à peine entrouvert sur ton âme
Je n’ai su que poser mes mains sur l’amour
Faut-il donc le feu sans la flamme
Pour que l’homme apprenne la femme?
Prends ma main, le chemin est si court
Et j’ai beau brouiller la surface
Et j’ai beau effacer ma trace
Dans ta main mon destin suit son cours

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog