Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois

Le Blog a trois ans ! 

les trois premiers pas de son apprentissage qui n’ont été possibles qu’avec tous les contributeurs je pense à ceux qui lui ont donné la lumière Théodore Neuville, Rémy Le Tallec, le frère Tuck, Claudius, Cincinnatus, Philippe Jouvert Gabriel Epixem et bien d’autres un grand merci à tous.

Merci bien sûr aux quelques 227 500 lecteurs qui ont parcouru les quelques 312 000 pages, les  1327 articles. merci enfin à tous les collaborateurs d’overblog pour leur gentillesse et leur professionnalisme.

Je vais faire mon possible pour partager encore avec vous jusqu’à mes 5 ans et peut-être 7 ans et plus.

J’ai tellement reçu que j’ai encore envie de donner.

Cet anniversaire est aussi le votre

Jean-François.

 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
MIGRANTS AFRICAINS EN LIBYE

MIGRANTS AFRICAINS EN LIBYE

LA FRATERNITÉ EN QUESTION

 

La franc-maçonnerie est un ordre initiatique fraternel, la fraternité est donc consubstantielle à l’institution, sans elle les frères ne pourraient ne pourraient pas se reconnaître entre eux comme tels.

 

La fraternité est donc un pilier, une colonne dirions nous en langage maçonnique de notre initiation. Inséparable de l’égalité ou plutôt de l’équité qui donne de la grandeur aux hommes libres et de bonne volonté. Sans cette fraternité comment pourrions nous êtres libres et paix avec notre conscience.

 

La fraternité n’est pas naturelle, innée, elle est un jardin qu’il faut cultiver sans cesse pour y faire pousser les fruits de l’amour fraternel.

 

 

Dans notre société de compétition, des premiers de cordée où des gens de peu, peuvent parfois êtres qualifiés de gens qui ne sont rien. Il faut un certain courage pour être fraternel avec les plus proches de nous. La misère recule, c’est la moindre des choses quand les inégalités s’accroissent, conséquence directe les associations caritatives se multiplient, elles sont les marqueurs, les substituts du manque de fraternité de notre république, notre devise est mise à mal. En même temps de plus en plus d’hommes et de femmes se lèvent pour palier aux carences pour aider les plus humbles d’entre nous, nous avons besoin de fraternité.

C’est dans les associations caritatives que s’exerce, que vit la fraternité, là où il n’y a plus de barrières, de murs entre les hommes, les religions, les partis politiques, là où l’action remplace les colloques sur l’étude de la manière de faire, là où les grands débats cèdent la place aux mains tendues, où quelques mots de réconforts remplacent les plus beaux discours, dans ces lieux où tous les hommes retrouvent leur dignité.

 

Quand en même temps les états ouvrent des brèches dans cette fraternité, ne sachant plus comment endiguer cette demande d’accueil de l’autre, bien sur il ne faut pas faire preuve de naïveté, le problème est complexe, il faut simplement prendre part, prendre sa part de fraternité.

 

Des décisions récentes de création de hot spots hors de nos frontières chez nos voisins pour contenir les migrants en quête de fraternité, interroge.

 

Dans un article de l’hebdomadaire l’Express, Laurent Bigot ancien diplomate, spécialiste de l’Afrique, combat l’idée selon laquelle que c’est à l’Europe de développer l’Afrique pour mettre fin aux flux migratoires. Il écrit : « Tant que l’Europe entretiendra une vision paternaliste de l’Afrique et une méconnaissance de ses traditions migratoires, elle échouera à trouver des réponses aux défis actuels. »

 

L’aide au développement cinquantenaire à échouée, une aide nouvelle à ces pays en contre partie du contrôle de leurs frontières est une autre chimère.

Laurent Bigot observe que nous continuons à vouloir importer nos idées en Afrique, comme un post colonisation, un sorte de racisme inconscient.

 

L’aide occidentale ne correspond qu’à une succession de rentes, rente pour le développement, rente pour contenir le terrorisme, rente maintenant pour le contrôle des frontières. La plupart de ces aides détournées de leur but par les dirigeants politiques.

CALAIS

 

L’ Asie qui dans certaines de ses parties n’était pas mieux lotis, a su se développer sans ces rentes.

 

Notre désir d’aide à ceux que nous considérons comme plus faibles que nous confine parfois à l’insulte et à leur dignité.

 

Le franc-maçon sait que quand il aide il doit le faire sans ostentation, avec réserve et discrétion en fonction de ses moyens, de manière à ne pas s’enorgueillir et humilier celui qui reçoit, on ne fait pas l’aumône à son frère.

 

Laurent Bigot délié de son devoir de réserve parle cash, sans langue de bois, c’est à la mode. Il s’indigne quand notre président reçu à Ouagadougou s’érige en donneur de leçons, comme au temps du colonialisme dont il a en même temps fait état à Alger en période électorale oblige en dénonçant un crime contre l’humanité.

 

Nous continuons à vouloir imposer aux Africains notre modèle de développement à nos frères africains, ce n’est pas de la fraternité, il faut admettre et respecter nos différences. Les sages d’Afrique ne rêvent pas tous d’êtres des traders à la city !

 

Laurent Bigot nous montre l’exemple de nos frères ivoiriens qui accueillent et gèrent quelques 3 millions de réfugiés burkinabés, et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

 

Les migrations et les déplacements de populations en Afrique durent depuis des décennies.

« La réalité, c’est que n’importe quel migrant, qu’il soit en situation régulière ou pas, parvient à travailler en Europe. »

 

« Le mieux que l’on puisse faire, c’est les gérer, intégrer les migrants légaux et reconduire les autres. »

 

Nos politiques dans toutes l’Europe ont peur, de la montée des extrêmes, peur pour leur carrière, Laurent Bigot nous dit : « Ils parlent aux peuples européens comme ils parlent aux africains, c’est à dire comme à des enfants. »

 

Une fois encore Laurent Bigot ne fait pas dans la demi mesure, dans l’hypocrisie, mais pour revendiquer la fraternité, il faut être sincère et d’abord avec soi-même.

 

Observons que ces jours derniers tous les pays à qui l’Europe voulait imposer la création de hot spots sur leur territoire sans d’ailleurs leur avoir demandé leur avis ont refusés ces camps de rétention.

 

 

On n’impose pas aux autres la fraternité que nous sommes incapables de réaliser, même avec l’aumône de quelques euros.

 

JF.

 

Source : L’Express du 18 juillet 2018. Page 86 IDÉES : « Ce n’est pas aux Occidentaux de développer l’Afrique. »  Par Laurent Bigot.

LA FRATERNITÉ EN QUESTION

LAURENT BIGOT.

 

Ancien sous-directeur chargé de l’Afrique de l’Ouest au Quai d’Orsay (juillet 2008-mars 2013), ce diplomate de carrière a été remercié, dit-on, en raison de son franc-parler. Laurent Bigot a depuis fondé Gaskiya, une société de conseil.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DECHETS NUCLEAIRES

DECHETS NUCLEAIRES

TRANSMETTRE DES MOTS OU DES MAUX

 

L’initiation maçonnique se déroule en plusieurs phases, ces phases ont leurs mots : construction, devoir, défense, protection et transmission. La méthode symbolique ne s’appuie que récemment sur l’écrit, la transmission fut longtemps orale, les mystères destinés aux seuls initiés, aux mystes, ayant acquis la capacité par leur travail de recevoir la véritable initiation, cette « élite » d’hommes libres et de bonnes mœurs, ayant plus de devoirs que de droits et de privilèges, s’engageant par serments successifs a transmettre ce qu’ils ont reçus en héritage à travers des mots sacrés et des mots de passe, pour la réalisation d’une cité de bonheur et de fraternité, une cité d’amour.

 

Une émission du jeudi 19 juillet sur France Culture, parle de transmission, non pas de mots, mais de maux accumulés comme des patates chaudes dit-on vulgairement. J’ai longtemps été convaincu comme la majorité, que la fée électricité nourrie par nos centrales nucléaires était une déesse adorable, propre, sûre, et bon marché, las est de constater qu’incapables que nous sommes de démanteler les centrales et de traiter les déchets, la bonne fée du logis n’est pas propre, qu’elle n’est pas sûre confère Tchernobyl ce nuage qui s’arrête à la douane de Menton, mais malgré tout a infecté la thyroïde de nombreuses femmes et hommes, ou l’ouragan qui a eut raison de la centrale de Fukushima et de ses milliers de victimes.

 

Les marchands du bonheur tout nucléaire à pas cher oubli des factures dans leurs tiroirs et les laissent a nos enfants le soin de les payer. Il y a 51 ans entrait en service la mini centrale nucléaire de Brennilis dans les Monts d’Arrée en Bretagne, en 1997 il fut décidé de la démanteler pour des raisons économiques, la fin du démantèlement devait avoir lieu en 1999, quelques aléas et quelques années  plus tard cela sera peut-être effectif fin 2038 ! Et l’on ne sait pas quoi faire des déchets nucléaires.

 

A l’ombre de nos centrales nucléaires s’entassent les déchets qui seront radioactifs pendant des centaines de millions d’années, c’est à dire que nous ne savons pas à ce jour comme transmettre les informations sur ces déchets aux générations futures, notre langage écrit, le fut il dans la pierre sera t’il lisible par nos enfants sur des périodes que nous avons de la peine à concevoir.

 

Des chercheurs américains interrogent les indiens d’Amérique sur la transmission orale qui reste semble t’il la plus fiable dans le temps, se transmettant de générations en générations par les plus sages d’entre nous.

 

Tous nos codes de la raison sont bafoués, les mots que nous transmettons ne sont que des maux, des véritables claques, des gifles à la technologie.

 

Comment le franc-maçon qui a appris que « c’est avec les lumières du passé que l’on se dirige dans le labyrinthe de l’avenir » peut il rester insensible à cette situation méprisante pour ses enfants.

 

JF.

 

A écouter absolument sur France Culture : LSD La série documentaire du Jeudi 19 juillet à 17 h. A l’ombre des centrales nucléaires, des poubelles radioactives pour l’éternité.

TRANSMETTRE DES MOTS OU DES MAUX


TRANSMETTRE NOS DECHETS.

Ce n'est pas l'éternité, mais ça y ressemble. Des centaines de millions d'années. On laisse un cadeau empoisonné à une humanité du futur dont nous ne savons rien. Ni leur langage, ni s'il s'agira de hordes en haillons armées de gourdins ou d' une civilisation technologique pacifique à l'apogée, sachant recycler ces déchets radioactifs... C'est à peine si nous déchiffrons les intentions des civilisations Mayas ou Egyptiennes éloignées de nous d'à peine quelques milliers d'années... Retraitement, vitrification, enfouissement, autant de manières d'avouer que nous n'avons trouvé aucune solution réellement satisfaisante pour nos poubelles radioactives. On fabrique des déchets de manière exponentielle, et on ne sait pas quoi en faire. Ni des déchets des barres de combustible, ni des cuves à démanteler, ni de l'eau contaminée accidentellement ou non, ni de fûts radioactifs qu'on a jetés au hasard sur terre et dans les mers. Pas pour l'éternité, non, mais pour une durée tellement longue qu'elle nous est, même en pensée, inimaginable. Les ingénieurs se retrouvent alors avec la responsabilité d'avoir à réfléchir à des questions profondément anthropologiques, qui clairement les dépassent.

Il n'est pas légitime aujourd'hui, en 2017, de rejeter dans l'air, dans l'eau, sur les sols, des produits que l'on sait être cancérigènes et mutagènes. C'est pour ça que nous sommes choqués que le nucléaire soit hors des principes généraux de protection de l'environnement. Roland Desbordes

Mais avec le chantier de l'EPR de Flamanville qui n'en finit pas, avec une cuve de réacteur et un couvercle aux malfaçons avérées, sur fond de faillite de Westinghouse le géant du nucléaire américain prouvant que le nucléaire n'est pas rentable, la France est fière d'avoir vendu "la centrale du futur" aux Anglais, aux Finlandais et aux Chinois, de quoi créer sans fin de nouveaux déchets. On les stocke à La Hague, le site le plus radioactif du monde, en attendant de les envoyer, peut-être à la fin du siècle, à Bure, dans la Meuse, où l'on songe à enfouir nos poubelles radioactives à 500 mètres de profondeur pour toujours dans un projet contesté.

Nos 50 ans de confort électrique, dû au nucléaire, qu'on peut bénir si on en a envie, induisent des conséquences qui vont être absolument faramineuses. Jean-Marie Brom

Extraits de l’émission de France Culture.

TRANSMETTRE DES MOTS OU DES MAUX

ACTUALITÉ

 

Divers aspects de la pensée contemporaine :

Diffusion de l’émission de 9h42 à 10h.Dimanche 22 juillet Rediffusée sur ce site en podcast en début de semaine suivante, le lundi ou le mardi.

Les intervenants (de gauche à droite sur la photo) pour cette émission sont :

  • Josiane Reynaud, Conseiller National de la Fédération Française du DROIT HUMAIN,
  • Martine Cerf, Secrétaire Générale de l’association Égale qui signifie « Égalité-Laïcité-Europe ».

Journaliste de l’émission : Marc Desoutter.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LES PIERRES VIVANTES

LES PIERRES VIVANTES

 

L’été entre jeunesse et adolescence, je faisais régulièrement le chemin en Finistère, un chemin de rêves pour un adolescent perdu dans la ville lumière, ma lumière était ailleurs. Tu vas prendre le bon air, l’air de la mer me disait ma mère soucieuse de ma santé, mais c’est un autre air que je respirais le long des côtes déchiquetées par l’écume, j’étais chez moi.

 

De longues promenades à vélo, en recherches de coquillages sur les grèves j’étais libre, l’été s’écoulait doucement de quatre heures en quatre heures aux parfums de chocolat au lait, de crêpes à la confiture des fraises cueillies en plein champ par ma grand-mère.

 

J’étais dans un autre monde au-delà de la terre, en finis terrae. C’est à la proue de ce navire que j’ai fais inconsciemment les premiers pas vers moi-même, j’avais déjà ce pays en moi.

 

Plus tard quand le soleil s’en va, quand les menhirs font de l’ombre dans les prairies, en pénétrant dans les cairns, en suivant l’estran ma vie prenait une autre dimension, les pierres levées me délivraient leur message d’éternité.

 

Les celtes, les druides, les chrétiens ont faits de ces pierres leur temple. Plus tard encore, au milieu du passage, avant la fin de la terre, j’ai reçu la lumière dans ma loge, le maillet et le ciseau en main, j’ai frappé les premiers coups sur ma pierre.

 

Incapable d’expliquer le mystère de ces pierres, plusieurs années après je ne sais pas pourquoi, j’ai conduit mes petits enfants à leur rencontre. Elles restent toujours vivantes, elles sont les compagnes du finis terrae, elles jalonnent les cycles du soleil et de la lune, comme les témoins, les portes d’un autre monde.

JF.

LES PIERRES VIVANTES

C'est pourtant simple comme ....

BONJOUR

C’est simple comme « coucou », je te vois, tu existes
Vous savez ces « PERSONNE » que l’on ne croise plus,
Ces moitiés de nous-mêmes qui ne nous ont pas plu,
Ces détritus faisant leur dernier tour de piste ;

Bonjour ! Monsieur, Madame, et comment « halez-vous ? »
Sous ce soleil glacial, comment supportez-vous
Nos postures assassines, nos regards « faux fuyants »,
Notre inadaptation aux plaintes des mourants ?

Je vous salue Marie, Joseph, qui que tu sois !
Aide-moi je t’en prie à me sentir plus proche
Aide-moi à t’aider pour me faire moins moche !

Bonjour ! J’ai plein d’amour, du soleil sous mon toit
Des rires, et puis du pain, qui n’attendent que toi.

Viens ! Lève-toi ! Contemple ! Le temps s’arrête ici,
Suis-moi ! Aujourd’hui, toujours ! Tu vas vivre aussi.

 

Philippe Jouvert.

 

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
 FRANC-MAÇON POUR CONSTRUIRE DES PONTS

FRANC-MAÇON POUR CONSTRUIRE DES PONTS

 

Pour ne pas rester collé à la glaise, pour sortir de sa torpeur, et de ses peurs, pour ouvrir des portes, pour s’élever vers la Lumière, pour chercher la Vérité, le franc-maçon constructeur de ponts, éternel naïf, est un bâtisseur de l’extrême. Il veut faire des ponts entre lui et les autres, entre la matière, et l’esprit, entre la raison et cette folie de la recherche du bonheur pour tous, entre son cœur et son âme.

 

Par des allers et retours constants entre la terre et le ciel, le long du fil qui descend de la voûte étoilée de sa loge, ce pont échelle, semblable au linga de l’Inde, ce poteau du sacrifice, ou se confond le sommet et les racines.

Le franc-maçon cherche à résoudre, l’inconnaissable mystère de la vie, il enjambe le cadavre de la mort, son cadavre, pour se redresser plus radieux que jamais. Il prie le Grand Architecte en silence contemplant les merveilles de la nature, espérant obtenir la liberté de passer le pont.

 

JF.

 

 

VICTOR HUGO A GUERNESEY

VICTOR HUGO A GUERNESEY

LE PONT.

 

Livre sixième des Contemplations : Au bord de l’infini. Victor Hugo

 

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîme

Qui n’a pas de rivage et n’a pas de cime

Était là, morne, immense ; et rien n’y remuait.

Je me sentais perdu dans l’infini muet.

Au fond, à travers l’ombre, impénétrable voile,

On apercevait Dieu comme une sombre étoile.

Je m’écriai :-Mon âme, ô mon âme ! Il faudrait,

Pour traverser ce gouffre où nul n’apparaît,

Et pour qu’en cette nuit jusqu’à ton Dieu tu marches,

Bâtir un pont géant sur des millions d’arches.

Qui le pourra jamais ? Personne ! Ô deuil ! Effroi !

Pleure !-Un fantôme blanc se dressa devant moi

Pendant que je jetais sur l’ombre un œil d’alarme,

Et ce fantôme avait la forme d’une larme ;

C’était un front de vierge avec des mains d’enfant ;

Il ressemblait au lys que la blancheur défend ;

Ses mains en se joignant  faisaient de la lumière.

Il me montra l’abîme où va la poussière,

Si profond, que jamais un écho n’y répond,

Et me dit :-Si tu veux, je bâtirai le pont.

 

Vers ce pâle inconnu, je levai ma paupière.

--Quel est ton nom ? Lui dis-je. Il me dit : - La prière.

                                   

 

Jersey, décembre 1852.

 

 

C’est avec le produit de la vente de ce recueil des Contemplations, que Victor Hugo acheta sa propriété de Guernesey, où il passa 19 ans en exil, après avoir été chassé de Belgique puis de Jersey. C’est là loin de tout, mais sans doute au plus près de lui-même qu’il écrivit la majorité de son œuvre, qu’il construisit un pont imaginaire entre l’ombre et la lumière.

 

Fils de franc-maçon il ne le fut pas lui-même, bien qu’on ait tenté de lui mettre à plusieurs reprises ce tablier qu’il ne porta pas. Sa pensée était maçonnique : humanisme, liberté de conscience, liberté politique, égalité sociale, laïcité, toutes ces valeurs exprimées avec gloire dans un discours marqué par le  symbolisme.

Il fut inhumé directement au Panthéon.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Portrait de Saint-Pol-Roux

Portrait de Saint-Pol-Roux

SAINT –POL-ROUX, POETE SYMBOLISTE ET ROSE-CROIX

 

Saint-Pol-Roux poète symboliste aurait été membre de la Rose-Croix esthétique de Josephin Peladan surnommé « le pélican blanc. »Ce farouche opposant de Zola fonda avec Stanislas de Guaïta l’ordre Kabbalistique de la Rose-Croix. Il semble que le poète Saint-Pol-Roux fut membre de cet ordre, mais n’y fit qu’un bref passage sans doute quand il était à Lyon.

 

André Breton qualifie déjà à son époque Saint-Pol-Roux de poète oublié, et il considère qu’il fut un précurseur de son surréalisme.

 

La Bretagne celle du finis terrae sera pour notre poète sa terre d’inspiration pour la dernière partie de sa vie il décédera Brest en 1940. Il vécut dans son manoir de Camaret, c’est l’homme de Roscanvel  qui disait : « face à la mer on est plus près de Dieu. »

 

Saint-Pol-Roux a fait l’éloge du Verbe et de la Lumière, qui pour lui sont les forces premières. Ainsi il était l’ami des peintres de son époque, a qui il donnait ce conseil : « Ah ! Frères peintres tenez votre palette comme nous tenons la lyre.»

 

Les images, l’imagination, le rêve, les symboles sont les moteurs de la vie de Saint-Pol-Roux, les leviers de son écriture, les guides de sa pensée. André Breton dans son premier manifeste du surréalisme raconte à propos du rêve et de Saint-Pol-Roux, que celui-ci avant de s’endormir, faisait mettre à la porte de son manoir de Camaret un écriteau sur lequel on pouvait lire : « le poète travaille. »

 

C’est bien au-delà du réel, du commun, de l’habituel, de la raison que naît un autre monde, là ou débarrasser de ses encombrants, de ses certitudes, l’homme peut entrer en contact avec lui-même, éloigné des dogmes, des doctrines il peut apercevoir l’infinie puissance et beauté de son âme, cela se produit spontanément pour le rêveur, pour celui qui fait vivre son imagination, de manière totalement désintéressée. C’est dans ce monde des merveilles que nous entrainent les poèmes de Saint-Pol-Roux qui méritent mieux que l’oubli.

 

JF.

 

Voir Biographie du poète dans Wikipédia :

Naissance à Marseille le 15/01/1861 mort à Brest le 18/10/1940.

 

Aphorismes

 

 

Le soleil monte faire téter la vie.

Le Temps récite le rosaire du soleil.

Mais il y a des justices futures !

Que tout meurt hormis l'œuvre, poète, et qu'il t'importe de sculpter la Forme à mettre sur ta pourriture à la merci des vents futurs, si tu ne veux mourir totalement à la Nature. 

La joie de vivre est toujours ça de pris sur l’immortalité.

Le droit de l’artiste consiste à défaire le monde et son devoir à le refaire.

S’atteindre pour atteindre les autres.

Ne croire à rien c’est croire à quelque chose qui n’existe pas.

L’amitié c’est se couper en deux sans se faire mal.

L’enfant est une invention d’avant les miroirs.

 

Une nation, c’est une solitude qui a réussi : les enfants.

Une religion, c’est encore une solitude qui a réussi : les idées.

 

La solitude fait de la foule, la foule fait de la solitude.

Dans la foule on s’évite dans les autres, dans la solitude on se cherche dans soi.

Se trouver, problème, et se trouver c’est se trouver dans tous les autres, car, vu de très loin ou de très haut, on n’est qu’un : comme il n’ya qu’une fourmi, qu’un chien, qu’une poule, qu’un coq, il n’y a qu’un homme. Tous les autres gravitent dans ma tête et dans mon sang.

Le dévouement consiste à projeter son cœur dans la poitrine du prochain désemparé, le temps de rendre celui-ci plus fort ou bien meilleur. Le dévouement c’est la transfusion de l’âme.

 

Lumière : vitesse qui nous éclaire.

Le sourire évoque une petite fenêtre de l’âme qui s’ouvre.

Imagination, n’est-tu pas la moisson précédant les semailles ?

 

Tous les hommes, je les considère comme soit mes reflets, soit mes ombres ; le revers de cet orgueil serait que chacun d’eux me prît pour un de ses reflets ou une de ses ombres.

Successivement, les ancêtres se sont noyés dans le sang familial, les veines de leur postérité les charrient, et nous percevons leurs cadavres livides sur les plages intermittentes de notre conscience.

 

A parler cru, je ne m’em… jamais seul.

Dieu non plus.

Nous sommes au moins deux.

 

SAINT-POL-ROUX

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
CYRANO ENTRE LUNE ET SOLEIL

CYRANO ENTRE LUNE ET SOLEIL

 

Savinien de Cyrano de Bergerac, philosophe, écrivain ; ne fût pas gascon, il est né à Paris rue des deux portes, comme une prémonition de ses deux œuvres principales : « L’histoire comique des états de la Lune, et L’histoire comique des états de l’Empire du Soleil. »Ce sont deux voyages initiatiques, hors du monde vulgaire des apparences, vers le monde du vrai, celui de l’âme.

 Que l’on aborde sur une barque solaire, ce monde du dessus, ce monde, au-delà de l’intelligence et de la raison où règne la beauté universelle du bien, on repose dans l’harmonie.

 

 

Fulcanelli a considéré Cyrano comme un des plus grands philosophes de l’hermétisme, Henri Le Bret son compagnon d’écriture qui a préfacé  L’Histoire comique des états de la lune,parle de Cyrano en ces termes extrait : « Cyrano a un goût pour la Liberté, une haine pour le dogmatisme et le plagiat, une certaine austérité dans ses mœurs, une générosité… »

Fût il un des premiers romanciers de science fiction ou le philosophe de l’hermétisme de Fulcanelli ? 

 

En tout cas il fût aussi le précurseur de Peter Wohlleben et de sa Vie secrète des arbres, et de son, Écoute les arbres parler.Cyrano pratiquait à l’instar des Druides, le langage universel qui permet de rentrer en contact avec la nature mère, comme les Druides parlent aux chênes séculaires, était il aussi un adepte du Shinrinyoku, cette sylvothérapie japonaise ?

 

Cyrano nous parle d’un autre monde, un monde caché, celui de l’alchimiste, ce monde où l’on accède par étapes successives de transformations, transmutations intérieures de notre matière spirituelle, par élévation de celle-ci. C’est le monde du Mercure des voyageurs de la sagesse, le monde du Soufre des hermétistes, le monde du feu régénérateur, un monde de combat entre la Rémoraet la Salamandre. C’est à travers les histoires de ce fabuleux bestiaire symbolique que nous entraine Cyrano, dans ce monde fantastique, utopique où règne la suprématie de l’esprit, un monde qui ne manque pas de Sel ! « Au frais ondin de la Rémora s’unit l’ardente Salamandre. »

Ce n’est pas par hasard que François 1era choisi la Salamandre comme emblème, il savait que le sang  de cette Salamandre, cette vapeur rouge qui s’élève au-dessus de la cornue pendant la distillation de l’esprit de nitre, cet acide hypoazotique qui a la propriété de dissoudre le plomb était un chemin vers la fabrication de l’or spirituel.

 

 

Les voyages de Cyrano vers la Lune et le Soleil sont-ils des voyages comiques ou cosmiques ?

Sous un masque de carnaval, sous cette comédie humaine se dissimule une œuvre qui touche à l’universel, qui oblige à pénétrer au-delà de la matière apparente. Pour ce jeu de la vie, Cyrano nous met en main le Jokerce fou du Roi, cette figure de clown sous laquelle se cache la vérité du sage.

 

 

Derrière ces mots comiques, ce bestiaire symbolique Cyrano nous ouvre la porte de la quinte essence, comme le fit Alcofribas Nasier, Séraphin Calobarsy, François Rabelais ce médecin du corps et de l’esprit, sublime dissimulateur de la substantifique moelle.

 

 

Cyrano adepte du rêve d’un monde nouveau, a vu au-dessus de lui le vol du Phénix l’oiseau du grand œuvre, Cyrano est un chevalier de l’épée, de l’esprit, de la Lune et du Soleil.

 

JF. 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE CHAR PHAETON MUSEE DU LOUVRE

LE CHAR PHAETON MUSEE DU LOUVRE

LA FRANC-MACONNERIE VEHICULE VERS LA CONNAISSANCE

 

La franc-maçonnerie puise ses enseignements dans diverses traditions, dont l’alchimie et son langage secret : la langue des oiseaux ou cabale solaire. Elle est un ordre initiatique accessible à ceux qui glorifient le travail, à ceux qui font l’effort de ne pas s’en remettre totalement à leur raison, mais ouvrent leur imagination, porte d’entrée de leur cœur.

 

 

La recherche de la Connaissance à notre époque fait singulièrement défaut, la tendance est de s’en remettre, à déléguer aux machines, aux ordinateurs le sens de notre vie.

 

Ce jardin secret de la Connaissance est donc le privilège d’une certaine « caste », d’une élite, bien éloignée des préoccupations des masses. Ce sont ceux qui malgré les pressions, continuent d’emprunter les véhicules, les chemins, vers cette Connaissance, Lumière de Vérité. Ils doivent êtres protégés, ils sont des phares isolés, récepteurs et diffuseurs des lumières, ils vont à contre –courant du paraître pour privilégier l’être.

 

Ces hommes retranchés dans leur loges à l’abri des regards, des bruits de la société, modestes combattants, pauvres chevaliers de l’esprit, ils luttent sans cesse contre l’ignorance et l’injustice, ces maux qui envahissent notre société, ils sont les croisés modernes engagés dans une guerre contre « le moi haïssable » de Pascal.

 

 

Ce sont des lanceurs d’alertes pour employer un terme à la mode, ils ont pris conscience des dangers des progrès illimités, ils sont les héritiers de Rabelais et Fulcanelli, ils savent que la « Science sans conscience.. »Ne peut être un chemin à suivre.

 

 

Il est temps de tisser des couronnes de laurier et d’olivier à tous les hommes, sans exception, qui ne sont pas dans les lumières artificielles, qui modestement, dans l’ombre, rêvent, imaginent, croient en un hasard objectif. Ceux qui inspirés par une réalité qui les dépasse, s’efforcent de décrypter le cosmos dont ils font partie. Ceux qui veulent mettre à bas l’hypocrisie, le patriotisme exacerbé, ce patriotisme qui rejette l’autre, notre frère, et qui doit être remplacé par la dictature du cœur, par la puissance infinie, indestructible, universelle de l’amour.

 

 

Monter dans un véhicule sur le chemin de la Connaissance, c’est l’espérance folle comme le disait André Breton de : « Transformer le monde et changer la vie. » Je veux bien humblement être de ce combat, avec mes faibles moyens.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
TENUE D'ETE

Comme tous les ans la loge "La Solidarité Bretonne" GLDF organise une tenue estivale à Lorient.

Le jeudi 2 août à 19h 30

Planche du F FB sur le thème: " Camelot entre Mythe et Réalité"

Tenue réservée aux FF suivant règlements de la GLDF

Renseignements réservation agape :

secretaire@solidaritébretonne.fr

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
EXCURSION SOUS LA VOÛTE ETOILEE

EXCURSION SOUS LA VOUTE ETOILEE.

 

Dans le ciel de Guyane montent les fusées Ariane, messagères des temps modernes, le savoir et la technologie envahissent la voûte étoilée, pendant que les orpailleurs impunément déversent du mercure dans le fleuve, affamant et chassant les populations qui ne vivent que de la chasse et de la pêche.

 

Les Wayana se déplaçaient tous les sept ans le long du fleuve, suivant un rite ancestral pour ne pas épuiser les ressources naturelles, ils sont maintenant fixés par les structures occidentales, sédentarisés, près des centres de soins et des services de communication.

 

Ils continuent néanmoins dans leurs Tukusipans, leurs Loges, a ériger leurs « Ciels de Case », leurs voûtes étoilées, les Maluwana.

Qui sont décorés de peintures évocatrices du bien et du mal, c’est sous ce ciel de case, que se déroulent les rituels de passage et de purification, cela nous rappelle l’initiation maçonnique.

Selon l’ethnolinguiste Eliane Camargo dans la pensée Wayana, chaque être possède un double sous la forme d’entité qui se révèle au moment des rêves. Le ciel de case serait la porte d’entrée vers ce monde symbolique, comme le voyage du franc-maçon le long du fil à plomb, vers la voûte étoilée. 

 

 

Les dessins du ciel de case permettent aux chamans de relier les deux mondes, le visible et l’invisible. Lire le ciel pour y découvrir la Lumière.

 

Ces dessins sont l’expression de la création de l’univers, une véritable genèse, une cosmogonie qui se dévoile à l’initié.

 

Il y a donc dans la pureté du ciel de Guyane bien d’autres choses que des fusées, on peut y faire comme partout ailleurs sur terre une grande excursion dans l’univers entier à la recherche de soi-même, comme sous la voûte étoilée de ma loge.

 

JF.

 

Source et étiquette : le magazine livre ULTREÏA !, article Wayana le ciel de case par Aurélie Sècheret.

 

 

EXCURSION SOUS LA VOÛTE ETOILEE

Aurélie SÉCHERET

Biographie

Aurélie Sécheret, journaliste et auteur, se passionne depuis son plus jeune âge pour les cosmologies, la spiritualité, les ailleurs. Après avoir étudié l’histoire des religions, elle voyage depuis une quinzaine d’années en Afrique, Asie et Amérique latine, attirée par les syncrétismes, les expressions artistiques, la protection du patrimoine et de l’environnement.
Elle a réalisé un film sur les croyances religieuses dans les Caraïbes, des reportages sur l’écotourisme et des portraits d’artistes.

 

SOUS LA VOUTE ETOILEE

Voir les commentaires

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog