Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
SOLIDARITE

Solidarité

Liberté

Compassion

Paix

Aucun article ce jour.

JFG

HORREUR A PARIS

COMMUNIQUES

il

Grande Loge Féminine de France :

Au lendemain des terribles attentats de Paris, ville lumière, la Grande Loge Féminine de France dénonce avec force et vigueur la lâcheté de ces actes odieux.

Elle affirme sa solidarité avec les victimes et leurs familles et partage leur douleur. De tels actes ne peuvent qu’inspirer l’horreur, ils révèlent un total déni de la valeur de toute vie humaine. La Grande Loge Féminine de France appelle à surmonter la peur et à vivre la tête haute : la meilleure réponse à la barbarie.

La Grande Loge Féminine de France affirme et défend les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité qu’elle partage avec tous les citoyens démocrates et humanistes.

Celui de la Grande Loge de France :

Face aux actes perpétrés cette nuit à Paris par des barbares animés par la haine avec pour seul projet d’établir la terreur, les frères des loges de la Grande Loge de France, profondément émus par les évènements dramatiques qui viennent de se produire, présentent aux familles et aux proches des victimes leurs condoléances attristées.

La Grande Loge de France réaffirme son attachement aux valeurs de respect de tous les êtres humains quelles que soient leurs origines.

La détermination et la fermeté s’imposent plus que jamais face à ces atrocités.

Le Grand Maître de la Grande Loge de France, Philippe Charuel.

Celui du Grand Orient de France :

Le Grand Orient De France, dans les moments tragiques qui viennent d’ébranler notre société, est aux côtés des familles cruellement éprouvées par les actes barbares qui les endeuillent. Après les attentats du mois de janvier, il est manifeste que la France fait l’objet d’une offensive terroriste de grande ampleur qui s’en prend au modèle de civilisation dont notre République est l’héritière.

L’heure est plus que jamais à la mobilisation pour que les ennemis sans visage qui nous menacent n’aient pas le dernier mot.

Les Francs-Maçons, comme aux heures les plus sombres de notre Histoire, devront être aux avant postes du combat pour la liberté et la dignité humaine.

Celui de la Grande Loge Mixte de France :

A la suite des abjects attentats perpétrés à Paris et en région parisienne ce vendredi 13 novembre, qui suscitent effroi, affliction et désolation, la GLMF tient à exprimer sa solidarité indéfectible et sa profonde émotion à l’égard de toutes les victimes et de leurs proches.

C’est armés de nos valeurs et de notre courage que nous ferons résolument et fermement face à ce déferlement de haine, qui vise à saper les fondements et les principes de notre société républicaine.

Plus que jamais, notre action doit être frappée du sceau de l’union, de l’attention portée à autrui et du combat pour nos libertés.

Edouard Habrant, Grande Loge Mixte de France.

Celui de la Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité :

La terreur a de nouveau frappé ! D’un côté l’aveugle barbarie de fanatiques conditionnés, de l’autre des victimes innocentes qui n’ont commis d’autres fautes à l’égard de leurs bourreaux que celles de vivre dans la liberté et la tolérance Aux victimes et à leurs familles les membres de la GLCS adressent le témoignage de leur très sincère compassion et de leur total soutien moral.

Aux auteurs de ces crimes innommables et à leurs commanditaires, ils affirment leur volonté de ne rien céder à l’intimidation.

Il est temps que les sources du terrorisme soient éradiquées sans tergiversation, avec force et vigueur. Le sursaut national et international doit prendre toutes les formes possibles pour faire respecter nos valeurs contre la puissance de l’obscurantisme.

Marcel Laurent, Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité.

Celui des Membres de la Charte d’Ethique, Grande Loge Unie de Memphis-Misraïm, Grande Loge Orientale Régulière de France, Grande Loge Française de Misraïm et Grande Loge Française de Memphis-Misraïm. :

Face à l’horreur des attentats de Paris du vendredi 13 novembre 2015, les obédiences maçonniques membres de la Charte d’Ethique expriment leur très grande tristesse, leur soutien aux victimes et condamnent avec la plus grande fermeté ces actes inqualifiables de barbarie humaine.

Chaque vie humaine est infiniment précieuse. Les obédiences maçonniques membres de la Charte d’Ethique se rangeront toujours derrière la défense de la démocratie, les valeurs universelles des droits de l’homme et de notre devise républicaine, Liberté, Egalité, Fraternité.

Celui de la Grande Loge Mixte Universelle :

Après les actes de barbarie commis cette nuit à Paris, la Grande Loge Mixte Universelle, au nom des valeurs humanistes qu’elle ne cessera de défendre, exprime son horreur et son rejet de telles monstruosités.

Elle partage la tristesse et la douleur de ceux qui en sont les victimes et leurs proches.

Plus que jamais, elle considère que la réponse du peuple français et au delà des démocrates du monde entier doit se faire en restant unis autour des valeurs de Liberté, d’Égalité, de Fraternité, de solidarité et de liberté absolue de conscience.

Paris, le 14 novembre 2015 Le Conseil de l’Ordre

Celui de la Grande Loge Mixte de Memphis-Misraïm, de la Grande Loge Symbolique, et de la Grande Loge Mixte Nationale :

Le vendredi 13 sera une journée de deuil pour l’humanité.

La France, la République et notre idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité ont été attaqués en plein Paris. Nous, francs-maçons, devons rester Unis et faire face ensemble à cette horreur et défendre les valeurs universelles qui sont les nôtres.

Les francs-maçonnes et francs-maçons des obédiences signataires font part de leur grande tristesse et de leur colère face à ces actes odieux et barbares. Nous défendons et défendrons toujours les libertés fondamentales et la dignité humaine reprises dans notre devise qui a été bafouée.

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Les francs-maçonnes et francs-maçons des obédiences signataires s’élèvent et s’élèveront toujours contre les dogmatismes, les sectarismes, et intégrismes de toutes sortes.

Que nos pensées se joignent en une Chaîne d’Union dédiée aux innocentes victimes de cet obscurantisme et surtout à leurs proches dans ces moments difficiles.

Celui de la Fédération Française du Droit Humain :

La Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte International le DROIT HUMAIN condamne les actes barbares et la violence aveugle qui ont endeuillé la nuit du 13 novembre 2015.

Elle exprime sa compassion et sa profonde solidarité envers les familles et les proches des personnes arrachées à la vie, ainsi qu’envers les blessés.

Elle apporte son appui aux institutions de la République dans leurs efforts pour assurer la sécurité de la population.

Elle rend hommage à tous ceux, policiers, pompiers, professionnels de santé, secouristes, bénévoles, qui ont mis et mettent toute leur énergie pour secourir les victimes.

Elle met en garde contre toute forme de récupération et d’amalgame qui consisterait à assimiler tous les musulmans, français ou non, à des terroristes réels ou potentiels. Cela ferait le jeu des tueurs et de leurs commanditaires, qui ne souhaitent rien d’autre que porter la guerre sur notre territoire en dressant des groupes de population les uns contre les autres.

Face à cette barbarie, la Fédération Française du DROIT HUMAIN appelle à marquer plus encore notre solidarité envers les enfants, les femmes et les hommes qui demandent protection et asile pour échapper à cette terreur, quotidienne dans leur pays.

Confrontés à la tragédie inhumaine de la nuit du 13 novembre, bouleversés par ces vies fauchées en rafales, les Francs-Maçons du DROIT HUMAIN n’abandonneront rien de leur Idéal ni de leur volonté de construire une humanité fraternelle. Il convient de maintenir lumineuse et droite la flamme de la vie, de la pensée humaine libre, et de tout bonheur possible.

Celui de la Grande Loge Nationale Française :

Devant les abominables actes de terrorisme perpétrés au cœur de la capitale, dans la nuit de vendredi à samedi, la Grande Loge Nationale Française fait part de sa sincère compassion aux très nombreux blessés et s’associe pleinement au deuil des familles des victimes.

Profondément atteinte dans les valeurs et l’idéal qu’elle défend, elle se dresse avec la plus grande fermeté contre ces actes inhumains.

Elle remercie chaleureusement les Grandes Loges du monde entier qui, à travers les condoléances adressées à notre Grande Loge, manifestent leur fraternité dans l’épreuve que traverse la France.

La GLNF forme des vœux pour que notre pays trouve en lui la force et les ressources pour endiguer les actes de barbarie qui le frappent.

Jean-Pierre Servel, Grand Maître.

La Liberté en feu, Souvenir il y a bientôt 30 ans le 17 Septembre 1986 à 17h 23 devant le Magasin Tati  Rue de Rennes, 57 victimes dont 6 morts, attentat revendiqué par le Comité de soutien aux prisonniers politiques Arabes, qui exige la libération de trois terroristes détenus dans les prisons françaises.
La Liberté en feu, Souvenir il y a bientôt 30 ans le 17 Septembre 1986 à 17h 23 devant le Magasin Tati  Rue de Rennes, 57 victimes dont 6 morts, attentat revendiqué par le Comité de soutien aux prisonniers politiques Arabes, qui exige la libération de trois terroristes détenus dans les prisons françaises.
La Liberté en feu, Souvenir il y a bientôt 30 ans le 17 Septembre 1986 à 17h 23 devant le Magasin Tati  Rue de Rennes, 57 victimes dont 6 morts, attentat revendiqué par le Comité de soutien aux prisonniers politiques Arabes, qui exige la libération de trois terroristes détenus dans les prisons françaises.

La Liberté en feu, Souvenir il y a bientôt 30 ans le 17 Septembre 1986 à 17h 23 devant le Magasin Tati Rue de Rennes, 57 victimes dont 6 morts, attentat revendiqué par le Comité de soutien aux prisonniers politiques Arabes, qui exige la libération de trois terroristes détenus dans les prisons françaises.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Hommes et Paysages Itinéraire de la Franc-Maçonnerie à Bruxelles.

Hommes et Paysages Itinéraire de la Franc-Maçonnerie à Bruxelles.

VOYAGE A BRUXELLES

Dès la sortie du Thalis à la Gare du Midi, l’impression est d’un bouillonnement se fit sentir, comme le dit Jacques : « Tout Bruxelles, Bruxellait ». Le caractère cosmopolite de la Cité me surprends et pourtant quoi de plus normal, c’est un carrefour de l’Europe. Plus loin dans le Centre Ville, on parle ici de l’ilot Sacré. La multitude de restaurants en particuliers asiatiques, semble refléter le monde de demain. La rigueur, le respect, la civilité, la gentillesse des Bruxellois surprends également. L’absence de forces de l’ordre sur la Grand Place noire de monde, impose une certaine sérénité communicative, décidemment je me sens bien à Bruxelles :l’Européenne, l’Universelle. Armé de mon guide : « Itinéraires de la Franc-Maçonnerie à Bruxelles » je pars du pied gauche bien sûr !

La visite se décline en 24 points, comme sur la règle c’est un bon présage.

  1. La Fontaine – Obélisque Anspach. Située près de Ste Catherine et du Marché aux poissons. Elle est dédiée au Bourgmestre Anspach célèbre Franc-Maçon Belge.
  2. Le Monument Van Humeck. Place du nouveau marché aux grains Agit pour l’enseignement public , il fût Vénérable Maître des Vrais Amis de l’union et du progrès réunis de 1863 à 1869.
  3. La Place du Nouveau Marché aux Grains. Crée en 1787 par l’architecte-géomètre R Nivoy sous la supervision du Franc-Maçon Fisco.
  4. La Maison de la Bellone. Rue de Flandre N°46, face à la ruelle aux chiens. Pousser la porte cochère, édifiée en 1697, préservée grâce au Franc-Maçon Buls ; vous ferrez un parcours symbolique sur son fronton.
  5. La Plaque Commémorative à Auguste Orts. Place de la Bourse, Orts Franc-Maçon, historien, juriste, avocat, échevin, député, défenseur de la Liberté de la Presse, ministre d’état. Au dessus de son buste une Etoile à cinq branches.
  6. Les Boulevards Nord Midi et L’œuvre D’Anspach. Ce Franc-Maçon réalisa la percée du midi, la Bouse, la place de Brouckère, le coin de la rue St Michel d’inspirations Haussmanienne.
  7. La place des Martyrs. Fisco cité plus haut créa cette place calme entre 1773 et 1775.
  8. L’immeuble du Coin de la rue des Sables. Le sculpteur Isidore De Rudder Franc-Maçon a surmonté de bas reliefs à caractère symbolique les fenêtres du 2ème étage : signes du zodiaque,chouette, compas, équerre, triangle etc..
  9. Les Galeries Royales St Hubert. Au N°30 les siège de l’ Ordre de la Rose croix (AMORC), au N°28 la boutique du magasin Halter bijoux Maçonniques.

10-Le N°7, Rue du MarchéAux- Herbes. Au coin de la petite rue au beurre, face au chœur de l’église Saint-Nicolas ; un immeuble reconstruit en 1696 à l’enseigne des « Trois Compagnons »

11-La Grand Place. On ne se lasse pas de venir et de revenir, de voir et de revoir cette place, de jour et de nuit c’est une féérie, un bonheur pour les sens, malgré la foule, il règne comme un silence admiratif au milieu du bruit, chaque maison à son histoire, le symbolisme est partout en beauté, le style baroque flamant s’y déploie avec magnificence, mais en même temps on s’y sent bien, c’est l’un des lieux ou l’envie de suspendre le vol du temps. Tout est grand, beau, harmonieux, c’est le témoignage d’une idéologie culturaliste de la Franc-Maçonnerie, cette beauté émotionnelle est difficile à décrire, c’est comme une initiation au beau, au vrai qui pénètre les sens et remonte jusqu’à l’esprit, en imprégnant notre mémoire. Voir la grand place de Bruxelles est déjà un désir d’y revenir. Pour nous Francs-Maçons c’est comme si dans un creuset, nous avions mélangé l’opératif, le spéculatif, l’alchimique, pour atteindre une forme de bonheur sensoriel.

12- Le hall du Bâtiment des Assurances Fédérales. Au N°12 de la Rue de l’étuve, dans le bâtiment deux statues en bois représentent des hommes de métier en tablier portant divers outils.

13-L’Ancien Athénée Royal Jules Bordet et la Place de la Vieille Halle-aux –blés. Après le Maneken Pis tourner à gauche et monter la rue du Chêne. L’architecte Franc-Maçon Désiré de Keyser a laisser quelques symboles dans des moulures décoratives.

14- L’Institut Karel Buls, Ancienne École N°10. Difficile d’accéder à l’intérieur, pour voir l’admirable préau œuvre du Franc-Maçon architecte Adolphe Samyn.

15- La Fontaine de Minerve. Au centre de la partie inférieure du Grand Sablon elle fût par Jean Bruce Franc-Maçon, fils de Lord Thomas Bruce.

16- Le Square du Petit Sablon 1890. Fait sur une initiative de Buls voir avant, une statue évoque les quatre couronnés, une représentation avec des outils de tailleurs de pierre, et également en main droite le compas et en main gauche un plan. Il s’agit là de références opératives.

17- La Place Royale. La place à été construite dans l’esprit qui dominait la Cour de Charles de Lorraine entre 1774 et 1780. C’est à dire la froide expression de la domination. La Statue de Godefroy de Bouillon qui trône au centre de la Place semble être là par hasard ?

18- La Place du Musée. En allant vers le Parc de Bruxelles on y trouve la Statue de Charles de Lorraine que l’on doit au Franc-Maçon Louis Jehotte.

19- Le Parc de Bruxelles. A l’entrée du parc, la palais des Académies qui fût la Résidence du prince Franc-Maçon Guillaume d’Orange, initié à Bruxelles en 1817 à la Loge L’Espérance, prince héritier des pays bas et frère aîné du Grand Maître Frédéric d’Orange.

20- Le Palais de la Nation. Siège du parlement après l’indépendance, le fronton du Palais sculpté par le Franc-Maçon Godecharle en 1781 et restauré par Guillaume de Geefs également Franc-Maçon en 1861 est orné d’un bas relief montrant la Justice récompensant les vertus et punissant les vices.

21- Le Quartier de Notre –Dame- Aux- Neiges. Place de la Liberté la statue du Maçon Charles de Rogier.

22- La Colonne du Congrès. Elle fût érigée entre 1850 et 1859, elle célèbre les droits constitutionnels pour lesquels militèrent la bourgeoisie et les Francs-Maçons au XIXème siècle. Aux 4 angles 4 statues féminines représentent les 4 Libertés de la Constitution : Liberté d’Association, Liberté d’enseignement, Liberté de la presse, Liberté des Cultes.

23- Les Monuments Maçonniques du Campus du Solbosch.

  1. le monument offert à l’ULB (université Libre de Bruxelles) par la Loge des amis Philanthropes.
  2. Le monument Verhaegen.
  3. Le monument Francisco Ferrer.
  4. Le monument du square Groupe G.

24- Tombes et monuments Funéraires Maçonniques du Cimetière d’Ixelles. Suivre l’allée principale jusqu’au rond point, puis immédiatement à gauche se trouve le monument de Félix Bovie, et ainsi de suite découvrir de nombreux monuments.

JFG

Étiquette et Sources :

La visite du Bruxelles maçonniques, se fera avec le guide : Itinéraire de la Franc-Maçonnerie à Bruxelles. Guide de la Collection des Itinéraires des Hommes et des paysages il est édité par la Société Royale Belge de Géographie, Campus de la Plaine, ULB BD du Triomphe cp 246 1050 Bruxelles, srg@ulb.ac.be, www.srg.be

Également en vente au Musée de la Franc-Maçonnerie Belge 73 Rue Laeken à Bruxelles.

HUMOUR BELGE.

Qu’est-ce qu’une fondue Belge ? Des frites trempées dans la purée de pomme de terre.

Pourquoi les Belges retirent-ils leurs lunettes lors d’un alcootest ? Cela fait toujours deux verres en moins.

Comment reconnaît-on les plates-formes belges de forage du pétrole en mer du nord ? Ce sont les seules d’où l’on lance du pain…aux hélicoptères !

Pourquoi les flamands sortent-ils tous sur le perron de leur maison quand il y a de l’orage ? Pour être sûr d’être sur la photo !

Info de l’agence belge de presse sportive : un Belge vient de battre le record du monde de 100 m plat !.... Il à réussi 102 m !

Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry
Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry

Plan du Centre, Musée de la F M Belge, Bd Anspach,Grand Place, Cathédrale Sainte Gudule,Halles Saint Géry

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
COOK A TONGA TABU 1777

COOK A TONGA TABU 1777

Sur les traces de l'expédition Lapérouse......

En avril et mai 1827, Dumont d'Urville, également à la recherche du navigateur disparu, s'arrêta quelques jours à Tonga- Tabou. La rien la Tamaha Faka-Kana, âgée, aux dires de Dumont d'Urville, d'environ 55 ans, apporta au commandant de la corvette l'Astrolabe, de précieux renseignements. (...) je voulus savoir si entre Cook et d'Entrecasteaux, il n'était pas venu d'autres Européens à Tonga. Après avoir réfléchi quelques moments, elle m'expliqua très clairement que, peu d'années avant le passage de d'Entrecasteaux, deux grands navires, semblables aux siens, avec des canons et beaucoup d'Européens, avaient mouillé à Namouka où ils étaient restés dix jours. Leur pavillon était blanc et non pas semblable à celui des Anglais. Les étrangers étaient fort bien avec les naturels.......

Extrait : De Lapérouse Voyage au tour du Monde Edtions de Conti.

FRANCS-MACONS DE LA MER II- 1690

La Source Quand on commence des recherches sur les origines de la Franc-Maçonnerie, que ce soit sur Mer ou sur Terre, il faut faire des choix, soit remonter à la source primordiale à la manière de René Guénon et rechercher au travers de toutes les traditions, un dénominateur commun, une tradition primordiale, originelle, universelle qui englobe l’ensemble tout en respectant les particularités de chacune d’entre elles. Le fil conducteur étant le symbolisme, le champ de recherche se démultiplie alors dans l’infini de notre imaginaire. Je dirais alors que tout étant permis ou presque aux caractères les plus imaginatifs ou poétiques. Il faut la puissance, la culture, les connaissances, le vécu et la force d’un Guénon pour rendre l’ensemble cohérent. Ou alors selon la formule consacrée , puisque tout est symbole l’on peut aboutir, à tout et par conséquence au meilleur comme au pire. La porte de l’auberge espagnole étant ouverte, il s’avère difficile de la refermer, sans paraître dogmatique ! Mais après tout pourquoi pas, la voie du bonheur est multiple.

Pour ma part je prendrais une voie plus cartésienne, plus historique autant que faire ce peut, ne refusant pas suivant mes désirs quelques digressions non contrôlées, mais qui se cantonneront à des commentaires personnels, à partir de documents d’archives ou de travaux effectués par auteurs dignes de confiance, évitant avec soin tout dogmatisme, laissant la place à l’erreur ou plus exactement à la découverte postérieure qui permet sans cesse de remettre l’ouvrage sur le métier, car il ne saurait être définitivement terminé compte tenu de l’importance et de la richesse du sujet. C’est me semble t’il la modestie de la méthode qui permet peu à peu d’avancer vers la Lumière et des parcelles de vérité. Ces recherches font apparaître le rôle déterminant, indispensable pour la mémoire, la transmission de la tradition, des secrétaires de loge, qui datent, écrivent, commentent la vie des loges. Ils ne sont pas bien sûr que de simples rédacteurs de faits vécus en Loge, ils sont à la Loge ce que les scribes étaient aux pharaons. Les planches tracées par leurs plumes doivent êtres constamment, vérifiées, enrichies par les membres de la Loge, l’exactitude, la persévérance, la rigueur, sont de mise.

Revenons à la Source, pourquoi choisir arbitrairement une date de départ et pourquoi 1690 au lieu de 1717. Concernant 1690 simplement parce qu’il m’apparaît à quelques années prés, et en fonction des archives consultées, que c’est le point de départ d’une Franc-Maçonnerie spéculative organisée. L’année 1717 étant comme chacun le sait , l’année du Pasteur Anderson et de ses constitutions, il est patent que la vie Maçonnique existait avant et sans nul doute aussi en France. André Kervella réfute avec justesse la naissance présumée de la Franc-Maçonnerie Française en 1720 et qui aurait vu le jour à Paris, pour ensuite se répandre dans nos provinces. Si l’on admet que Paris n’est pas au bord de la mer (même avec Paris Plage qui entre nous soit dit est au Touquet) et que la Franc-Maçonnerie spéculative nous vient probablement d’Ecosse ou d’Irlande, puis ensuite d’Angleterre, il est probable que les Francs- Maçons d’outre manche sont venus par bateaux (faute d’avion et d’Euro star sous la Manche). C’est donc tout d’abord des Francs-Maçons marins ou reliés aux métiers de la mer qui posèrent le pied sur nos côtes.

Mais alors pourquoi de nombreux historiens de la Maçonnerie datent son commencement en Angleterre en 1717 et en France dans les années 1720 voire 1725 ou 1738 ?

Cela vient d’une confusion entre l’existence de Loges et leur fédération ou regroupement, d’abord par petits groupes du genre mère fille au grès des fondateurs et de leurs affiliations et ensuite si j’ose dire de leur encadrement administratif par ce qu’il est convenu d’appeler des obédiences. Dans le terme obédience l’on retrouve le verbe obéir et la filiation de mère à fille, ce qui veut dire que l’obédience serait la mère des Loges. Personnellement je pense qu’il y a eu rapt des Loges par les obédiences et non genèse en effet, les obédiences sont nées des loges et non l’inverse. Donc il y a primauté hiérarchique des Loges sur les obédiences, et les obédiences qui ont oubliées cela l’ont parfois appris à leur dépends.

Donc notre Franc-Maçonnerie a pris naissance en France avant la constitution des obédiences, qui il faut le reconnaître ont eu le mérite d’ordonner la pratique, de certifier le respect des traditions et des Rites. Et notre Franc-Maçonnerie est venue par la mer, probablement sous forme de loge dont les membres furent à la fois des Maçons d’outre manche et des continentaux Français. Naturellement les premières loges naquirent dans les ports comme le Havre, Montreuil sur Mer ou Morlaix et Brest, avec une particularité historique pour Brest. En effet Louis XIV offrit à Jacques II le Stuart successivement dans le temps roi d’Angleterre, d’Irlande et d’Ecosse, l’hospitalité pendant la guerre civile qui ravageait son royaume et c’est en 1689 qu’il passa par Brest. Donc à moins d’admettre qu’il n’y avait aucune Loge outre manche à cette date, il est difficile de croire que les militaires et gentilshommes débarquant à Brest, soit venus sans leur tapis de Loge. Ces Loges à l’époque probablement Franco Anglaises et composées de négociants Français, de nobles, de militaires et de marins se répandirent en Bretagne et plus tard bien sûr à St Germain en Laye, le « rit » pratiqué en autre autres était le rit primitif écossais.

Entre 1689 et 1691 il y eut de nombreuses expéditions maritimes au départ de Brest vers l’Angleterre, à bord des marins et militaires Français et Anglais. Le Roi Jacques II meurt au Château de Saint Germain en Laye en 1701.

De nombreux militaires Anglais ont donc résidés en Bretagne, dans la région de Brest on trouve des traces de leur passage dans de nombreuses communes, comme Landerneau, Lanilis, Morlaix. Certains militaires on été membres des Loges « La bonne foi Ecossaise ou encore la Parfaite égalité Irlandaise ».

Ces Loges travaillaient probablement sous l’inspirations des préceptes connus dans les manuscrits anciens qualifiés de Old charges ou Anciens devoirs comme le Régius de 1390 ou le Cooke de 1410, le manuscrit d’Edimbourg de 1696 ou encore le Dumfries de 1710, précurseurs des fameuses constitutions du Pasteur Anderson et de Théophile Désaguliers.

Autre fait intéressant on notera que même si Alec Mellor situe la création de la Maçonnerie spéculative à l’année 1717. Il semble que le passage de la Maçonnerie opérative à la Maçonnerie spéculative, n’a pu se faire brutalement c’est le phénomène de l’acceptation, c’est peu à peu que la composition des Loges se transforme. Alec Mellor écrit également dans ses biographies Maçonniques : « De hautes convenances nous ont fait tenir pour préférable de ne pas citer des personnages vivants, mais nous n’avons pas hésité, en revanche, a remonter les siècles au-delà de la date canonisée de 1717, tenue pour l’an I de l’ère de la Franc-Maçonnerie spéculative. N’est-ce pas dès 1646 qu’en Loge Warington fût initié Elias Ashmole ? »

Il est donc clair que des Francs-Maçons travaillaient à proximité de nos côtes et plus particulièrement en Bretagne dans leur Loge, bien avant 1717. Dans l’introduction de son ouvrage qui fait référence : Brest et la Franc-Maçonnerie Jean-Yves Guengant écrit :« Des travaux récents (André Kervella) illustrent son ancienneté et sa filiation sans doute avec les émigrés Jacobites (jacques II), favorables aux Stuarts lors des premières guerres civiles anglaises. »

Et que plusieurs Loges existent avant la création de : « L’Union Lorientaise et La Parfaite Union de Rennaise en 1744, ainsi que l’Heureuse Rencontre de Brestoise en 1745, ou encore la Noble Amitié Morlaisienne en 1746.

JFG

Quelques témoignages de la présence de Loges avant 1717.

En 1661, il existe donc à Saint-Germain-en-Laye une loge militaire. Cette loge sera reconnue officiellement par le Grand Orient de France en son État du G:.O:.D:.F:. pour 1778, comme étant apparue indiscutablement le jeudi 25 mars 1688. Pourquoi cette date, que nous devons respecter, car à cette époque le Grand Orient est très sourcilleux sur la reconnaissance des anciennetés. Parce que depuis 1688, le successeur de Charles II est à son tour en exil à Saint-Germain-en-Laye. Il se nomme Jacques II, et avec lui sont revenus des régiments écossais et irlandais, avec leurs loges militaires et l’ancienne loge des Gardes Irlandaises (nouveau nom du régiment de 1661). Plus tard, elle figurera parmi les loges françaises sous le nom de la Parfaite Egalité

Auteur émérite d’une Histoire de la Franc-Maçonnerie française (1974), Pierre Chevallier convient d’ailleurs que « les origines de celle-ci baignent dans une obscurité profonde » et que « peu d’espoir existe de la voir un jour se dissiper ». La première loge de France est certainement à chercher en d’autres lieux que Saint-Germain-en-Laye.

Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’il n’y a jamais eu de francs-maçons parmi les militaires fidèles à Jacques II et que ceux-ci n’aient pas, à l’occasion, tenu loge en cet orient.

" Les deux plus anciennes loges de France pourraient être deux loges arrivées à Saint-Germain-en-Laye en 1689 dans les bagages, si je puis dire, des régiments de la garde de Jacques II, La Parfaite Egalité, loge du régiment de la Garde irlandaise du colonel Lord William Dorrington et La Bonne Foi, loge du Régiment écossais du colonel Dillon, mais les éléments décisifs de preuve manquent.

Ou encore Trébuchet

Le 24 octobre 1776, la loge La Parfaite Egalité, dont le régiment est alors sous les ordres du Colonel compte de Walsh-Serrant et stationne à Bapaume demande au Grand Orient de France une régularisation de sa constitution. Le 13 mars 1777 le Grand Orient admet que ses constitutions primitives datent du 26 mars 1688, époque où le régiment se battait pour Jacques II Stuart en Irlande, et qu'elles ont été renouvelées par la Grande Loge de France le 9 octobre 1772.

Nous n'avons malheureusement pas les document sur lesquels fut fondé cette décision, mais il y a là au minimum une forte présomption que La Parfaite Egalité soit la plus ancienne loge introduite sur le sol français, puisque son régiment débarqua à Brest le 9 octobre 1689 sous les ordres du Colonel Lord William Dorrington et tint garnison à Saint-Germain-en-Laye jusqu'en 1698.

Le 24 juin 1776 la loge La Bonne Foi est installée à Saint-Germain-en-Laye par la Grande Loge maintenue. Mais il est vraisemblable que la loge existait déjà auparavant. Alec Mellor rapporte l'anecdote d'un frère faisant don à la loge du cordon de son père "qui appartenait à l'ancienne loge" et en effet on trouve en 1774 trace d'une loge constituée mais n'ayant pas procédé au paiement de ses capitations, à l'adresse de "M. Duparc, officier du roi, au Château neuf", donc appartenant peut-être, comme le suppose Gustave Bord, au régiment du comte de Bulkeley, qui quelques mois plus tard passera au Comte de Dillon".

1688, soit 19 ans avant la création « officielle » de la maçonnerie en juin 1717 à Londres, maçonnerie dite des « Modernes » et soutien inconditionnel de la toute nouvelle monarchie hanovrienne à l’instar de son vrai mentor, Jean-Théophile Désaguliers.

ES ORIGINES ECOSSAISES DE LA FRANC-MAÇONNERIE SPÉCULATIVE

1) Les années 1580 jusqu’à 1720 : la dynastie des Stuart

- le grand problème du passage de la maçonnerie opérative à la franc-maçonnerie spéculative dite

moderne et de la genèse des «Ecossismes» réside dans la compréhension de ce qui s’est passé dans les années 1580 jusqu’à 1720 ;

- C’est durant cette période où s’opéra la transition et la transformation que nous voyons apparaître en Angleterre au XVIII° siècle en 1717 et 1723 le nom de franc-maçonnerie, dans lequel il y a un apport récupéré de l’Ecosse ; - Les premiers repères temporels concernent, bien avant la création de la Grande Loge de Londres en 1723, les affaires de «la Maison des Stuart».

Un peu de Chronologie :

1603 Mort d’Élisabeth Tudor : l’absolutisme stuartiste règne sur l’Ecosse et l’Angleterre

- suite au décès d’Élisabeth Tudor, le 24 mars 1603, son cousin Jacques VI d’Ecosse, fils de Marie- Stuart et initié franc-maçon en 1601 dans une loge écossaise, devient roi d’Angleterre, sous le titre de Jacques I .

1649 Charles I° son fils est décapité - son fils Charles I° lui succèdera, sera décapité en 1649, sur ordre du Parlement anglais pour s’être opposé à lui ainsi qu’à la noblesse presbytérienne écossaise.

1651 Charles II est couronné roi d’Ecosse contre Cromwell puis part en exil - l’Ecosse couronne le fils de Charles I°, Charles II, roi d’Ecosse en 1651, qui va se retourner contre Cromwell et sera contraint à l’exil.

1658 Charles II est restauré roi d’Angleterre à la mort de Cromwell - à la mort de Cromwell en 1658, Charles II Stuart est restauré roi d’Angleterre et d’Ecosse en 1660. Admirateur de l’absolutisme français, il tentera d’affirmer son pouvoir face au Parlement anglais anticatholique et aux presbytériens toujours protestataires en Ecosse, s’appuyant sur les «Tories», contre les presbytériens, les «Wiggs».

1663 Création de la «Royal Society» par Charles II et influence de la «Royal Society» sur la franc- maçonnerie moderne

- Charles II créait la « Royal Society » en 1663, un des premiers foyers de l’avancée des sciences en Europe, qui influera profondément sur la franc-maçonnerie moderne.

1668 Conversion du roi Jacques II au catholicisme

- en 1668, un évènement historique majeur s’est produit pour le royaume d’Angleterre et d’Ecosse, quand le petit-fils de Jacques I°, frère et successeur de Charles II en 1685, Jacques II se convertit au catholicisme.

1689 Jacques II est chassé du pouvoir par Guillaume d’Orange

- Jacques II, est chassé du trône afin de sauver les lois et la religion d’Angleterre par sa propre fille Mary et son gendre Guillaume de Nassau, prince d’Orange. dorénavant tout catholique est exclu de la succession à la couronne.

1689 exil des Stuart, Jacques II installe sa cour à Saint Germain-en Laye : la Franc-Maçonnerie fait son entrée en France par la voie de l’Ecossisme

- en 1689, Jacques II est chassé des trônes d’Angleterre et d’Ecosse où la Franc- maçonnerie est intimement liée à la dynastie des Stuart ; - Il se réfugie en France, où le rejoignent des milliers de partisans, les « Jacobites », dont un grand nombre sont francs-maçons ;

- à partir des années 1640, la quasi-totalité des hommes connus pour leur appartenance à la franc-maçonnerie, sont des fidèles de la dynastie des Stuarts ; - Jacques II et ses partisans mèneront une lutte progressive de la reconquête du pouvoir avec l’appui de la France ;

- Louis XIV lui offre comme résidence d’exil le Château-Vieux de Saint-Germain en Laye, où il constitue une cour importante ;

1701 Jacques III fils de Jacques II reconnu par la France comme prétendant légitime au trône d’Ecosse et d’Angleterre.

Étiquettes et Sources : Brest et la Franc-Maçonnerie de Jean-Yves Guengant Éditions Armeline, Franc-Maçonnerie Magazine, La Pérouse voyage autour du Monde Edition de Conti, Alec Mellor Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie et des Francs-Maçons Éditions Belfond, Textes Fondateurs de la Tradition Maçonnique de Patrick Négrier Éditions Grasset, Aux Origines de la Franc-Maçonnerie Française de André Kervella Éditions du Prieuré. Colloque GLDF Louis XIV et les Jacobites avec louis Trébuchet, Miscellanea Masionica :Une Loge Ecossaise en 1688 à St Germain en Laye. Recherches personnelles.

Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !
Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste  Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !

Rue Lars (anciennement, rue Traverse de la Source à Brest) maison de Charles Bruslé, Portait de La Pérouse, Buste de Bougainville, par François Joseph Bosio, Caisse à recueillir les plantes expédition La Pérouse, Lord john Graham dans sa cabine, Statue de La Pérouse à Albi, Buste Elias Ashmole, Lafayette le Voilà !

HUMOUR MACONNIQUE DE LA PART DE SERGE

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ARCANE IV L'IMPERATRICE

ARCANE IV L'IMPERATRICE

ARCANE IV - L'IMPERATRICE - DALETH

Symbolisme :

Deux principes féminins, le signe d’EAU et VENUS, surmontent un demi carré coiffé d’un demi-cercle contenant les deux flèches d’énergies, en harmonie, de la puissance sexuelle. L’ensemble est placé entre les deux colonnes sur lesquelles s’inscrit la quatrième lettre hébraïque, DALETH ; la matière, contenue dans SHADDAI, autre expression de DIEU et exprimant le nombre PI, les deux colonnes sont surmontées d’un signe de FEU, pour exprimer la puissance créatrice de l’initiation.

Au dessous, le QUATERNAIRE dynamique exprime les douze qualités de l’Homme Véritable, dont deux pointes sont mises en évidence pour souligner les qualités particulières de l’IMPERATRICE.

Le symbolisme de cet Arcane, est la féminité, l’intelligence créatrice, l’on remarque la dominance du bleu sur les cartes de tarot. Ce qui est intéressant c’est l’importance de la lettre hébraïque Daleth 4ème de l’alphabet qui signifie porte, ou accès à la connaissance, elle brille symboliquement sur le front de l’homme. Daleth exprime également l’équilibre matière esprit. Par ailleurs si l’on revient sur l’aspect de la porte, cela évoque la commissure de nos lèvres, porte de la parole créatrice, porte du Royaume d’en haut. On peut aussi oser un rapprochement avec la Porte de Sour à Jérusalem qualifiée de Porte des fondements dans le livre des Rois et le Chroniques.

Sur le plan de l’initié :

Cet arcane montre la grande féminité de l’IMPERATRICE avec sa beauté et sa sensualité. Elle maîtrise toutes les situations par sa beauté, son audace, sa persévérance, son courage et son imagination.

Si l’astre de l’arcane est Mars, il affirme à la fois la force et la féminité que l’on retrouve dans la persévérance, l’apprenti, réceptacle de lumière pâle doit persévérer et travailler, il ambitionne de devenir compagnon.

Quant au profane :

Belle femme énergique et autoritaire sans pour autant être dictatoriale, sachant s’imposer par sa volonté et son rayonnement, elle conduit, par sa compétence, toutes ses actions matérielles et sentimentales vers le succès.

C’est par sa propre volonté que l’homme passera de sa qualité profane à celle d’initié aux privilèges et aux mystères.

Synthèse :

Beauté, plaisir, sensualité, succès, grande féminité mais très possessive, volontaire, audacieuse, imaginative voire un peu tyrannique. Peut révéler le désir de vie commune, s’il s’agit d’une femme célibataire, surtout si elle rejette le 10. Peut être l’image de sa mère.

L’impératrice n’est rien sans l’empereur, ils sont complémentaires. En faisant alliance avec lui elle accomplie un acte créateur et ouvre donc la porte du fondement.

JFG

Étiquette : en italiques extraits du livre En quête de la Parole perdue de José Bonifacio.

TAROT DIVINATOIRETAROT DIVINATOIRE

TAROT DIVINATOIRE

TAVERNE ANGLAISE -  de l'Oie et du Grill (les premiers Temples)

TAVERNE ANGLAISE - de l'Oie et du Grill (les premiers Temples)

PARUTION : La Régularité Maçonnique.

 

Alain Pozarnik Ancien Grand Maître de la Grande Loge de France, auteur de nombreux ouvrages très intéressant sur la Maçonnerie tant symbolique, que de Perfection, qui font références. Publie un nouveau livre sous le titre un peu provocateur : « La Régularité des Maçons existe t’elle ? » cela attirera sans doute les lecteurs. C’est un sujet récurrent surtout dans les arcanes dirigeants les obédiences, qui en font parfois un argument de recrutement, maniant avec dextérité l’amalgame entre régularité et reconnaissance. C’est souvent un sujet de querelles entre obédiences, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sujet est le grand problème pour faire l’union entre les multiples corps maçonniques de France. Nul doute que le point de vue éclairé de notre Alain Pozarnik sera intéressant. Il semble qu’il place le rite au dessus des querelles obédientielles, il aborde également  la mixité maçonnique.

JFG

 

Présentation de l'éditeur

Y a-t-il des ordres initiatiques plus réguliers que d autres ? À quoi tient cette régularité ? Ces questions ont perturbé le paysage maçonnique Français depuis quelques années et vu publier de nombreux ouvrages traitant de régularité et reconnaissance. En revisitant les origines historiques des initiations l auteur décrit ici, plus spécifiquement, les fonctionnements externes et internes des transmissions. Pourquoi le RITE est-il le Maître ? Quelle est la puissance des Symboles ou celle des Mythes ? Quel regard traditionnel sur équerre, compas et Volume de la Loi Sacrée ? La mixité maçonnique est-elle inéluctable ? Sur tous ces sujets voici une réflexion fondée sur l histoire et la Tradition mais qui tient compte des évolutions sociétales. Une approche tout à la fois surprenante, innovante et traditionnelle.

 

La Régularité des Francs-Maçons existe t ‘elle ?  De Alain Pozarnik Éditions DERVY. 8,50 €.

HUMOUR -

Si la fortune vient en dormant, ça n'empêche pas les emmerdements de venir au réveil.

- Pierre Dac –

L'homme n'est pas fait pour travailler, la preuve c'est que cela le fatigue.

- Voltaire –

La forme des pyramides d'Egypte, nous apprend que dès la plus haute antiquité, les hommes avaient tendance à en faire de moins en moins.

- Anonyme -

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
La TEIGNOUSE

La TEIGNOUSE

CONFERENCE

Pour ceux qui sont à proximité et libres ce jour là, à ne pas manquer, cette conférence de la jeune U T L de Quiberon.

L'Université du Temps Libre a le plaisir de vous rappeler la prochaine conférence qui aura lieu le mardi 17 novembre à 14h30 au cinéma Le Paradis -Rue du Phare à Quiberon.

La musique de film

Hussam HINDI - Directeur artistique du film britannique de Dinard

Fondateur du Festival « Travelling » de Rennes. Directeur artistique du Festival du Film Britannique de Dinard. Chargé d’enseignement de cinéma à l’Université Rennes II Haute Bretagne

Article du journal La Croix ;

Son nom n’a rien à voir avec la langue hindi, ni avec le monde indien. Pour la bonne raison que Hussam Hindi est franco-palestinien. Son père est né à Haïfa et sa mère est d’origine bosniaque – une double ascendance qui explique ses yeux clairs. Celle-ci s’était engagée comme humanitaire, et c’est ainsi que ses parents se sont rencontrés dans un camp de réfugiés… Et que Hussam est né en 1959 à Jéricho, en Cisjordanie.

À l’issue de la guerre des Six Jours, en 1967, la famille est expulsée et s’installe à Amman, la capitale jordanienne. « À sept reprises, mon père a fait ses valises, pensant qu’il serait possible de rentrer en Palestine ; il a toujours gardé la clé de notre maison », évoque Hussam Hindi.

« A BOUT DE SOUFFLE », UNE RÉVÉLATION

Dès l’enfance, il découvre le septième art en famille puis décide, une fois son bac en poche, de quitter les siens. Hussam arrive en 1979 à l’université de Rennes 2, sans parler un mot de français. « Plusieurs mois, je suis resté enfermé dans ma chambre de cité u à lire et relire les pages du dictionnaire… »

Après un an de physique-chimie, il s’inscrit en lettres tout en continuant de fréquenter les salles obscures, friand de grosses productions américaines. Jusqu’au jour où il découvre À bout de souffle de Jean-Luc Godard, sorti en 1960. Désireux de partager ses découvertes, et tout en terminant un DEA de lettres modernes, il ouvre en 1984 un ciné-club sur le campus rennais de Villejean. « Au début, on choisissait surtout des adaptations d’œuvres littéraires, en consacrant une semaine entière à Marguerite Duras ou à Alain Robbe-Grillet en présence des auteurs. »

> A lire L’« English touch » à Dinard

Fort du succès de ce ciné-club étudiant, Hussam Hindi créé en 1988 l’association Clair obscur qui lance la première édition de Travelling deux ans plus tard. Ce festival, qui existe toujours, porte sur l’image de la ville au cinéma. Cette même année 1990, tandis qu’il commence à enseigner le cinéma à l’université de Rennes 2, il est repéré par Thierry de La Fournière qui vient de fonder, avec le soutien du maire de l’époque, Marius Mallet, le Festival du film britannique de Dinard (Ille-et-Vilaine). Hussam se voit d’abord confier les animations scolaires, puis au bout de six ans de collaboration, proposer la direction artistique du festival dinardais.

JANE BIRKIN, CATHERINE DENEUVE, ROGER MOORE...

Depuis 1997, il décide donc seul du choix des films, suivant de près l’évolution du cinéma britannique. Entre mars et août, il fait sa programmation, en essayant de voir un maximum de films, surtout à Londres où il lui arrive d’en voir une cinquantaine en dix jours… « Je fais mon marché ! Et comme le festival a bonne réputation, on me propose plein de films », sourit-il en rappelant qu’il ne sélectionne au final que 40 films dont 25 inédits.

Début octobre, le festival de Dinard (1) met ainsi en compétition six films – le meilleur remporte le « Hitchcock d’or » –, tout en organisant pour le public (30 000 entrées en 5 jours) des avant-premières, des rétrospectives et des hommages à des grands noms du cinéma britannique.

> A lire aussi Des villas au bord de mer pour « voir et être vus »

Au fil des ans, le festival est devenu une référence pour des films de qualité et d’émotion. Si bien qu’Hussam Hindi est parvenu à attirer des stars comme Kristin Scott Thomas, Jane Birkin, Catherine Deneuve, Roger Moore, Christopher Lee ou Hugh Grant… Mais sa fierté est d’avoir réussi à faire venir cette année le dramaturge britannique Hanif Kureishi qui s’était fait connaître grâce à My Beautiful Laundrette (de Stephen Frears, en 1985).

LA SINCÉRITÉ ET L’HUMOUR DU CINÉMA BRITANNIQUE

Il est fier aussi d’avoir « révélé » Danny Boyle, le réalisateur anglo-indien de Slumdog millionaire (2009), venu à Dinard avec son premier film Shallow Grave en 1995. Ou d’avoir montré les « dix-neuf films de l’âge d’or de Ken Loach sous Margaret Thatcher » et d’avoir vu primer Billy Elliot (de Stephen Daldry, en 2000) pour la première fois à Dinard.

« Le cinéma britannique, même s’il s’éloigne aujourd’hui de la veine réaliste, ose raconter avec sincérité et humour des problématiques sociales et politiques, ce que le cinéma français n’arrive pas bien à faire », s’enthousiasme-t-il, tout en rappelant que la Grande-Bretagne ne produit que 150 films par an, contre 250 en France.

Et par-dessus tout, Hussam Hindi se réjouit de « faire applaudir par un public bourgeois, dans une ville bourgeoise, des films sur des talibans afghans ou sur des chômeurs en fin de droits ».Que deviennent dans les films les notes de musique ? Quel effet y produisent les mélodies, les sonorités et les rythmes ( bruits et mots) ? Mais aussi, quel mirage représente depuis plus de 100 ans, pour le cinéma, la musique même ?

un survol historique de l'évolution des rapports images-sons tentera d'apporter des réponses à ces questions.

Les frais de participation seront à régler sur place. (2€ pour les adhérents -8€ pour les non-adhérents)

L'Université du Temps Libre du Pays de Quiberon

site internet: www.utlquiberon.fr

06 47 10 05 36.

Etiquettes: Message de l'UTL de Quiberon, Article journal la Croix.

JFG

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Publication du Musée de la Franc-Maçonnerie du Grand Orient de France, en rapport avec l'exposition qui a eu lieu du 24/04/2015 au 24/10/2015.Portrait du Capitaine de vaisseau Louis de Ravenelle par François-Louis Brossard de Beaulieu 1785 Musée National de la Marine.

Publication du Musée de la Franc-Maçonnerie du Grand Orient de France, en rapport avec l'exposition qui a eu lieu du 24/04/2015 au 24/10/2015.Portrait du Capitaine de vaisseau Louis de Ravenelle par François-Louis Brossard de Beaulieu 1785 Musée National de la Marine.

FRANCS-MACONS DE LA MER

PREAMBULE

Noé fils de Lamech descendant de Caïn selon le document Yahviste, la bible légendaire fait de lui le premier patriarche, et le premier marin. Il fût aussi le premier des hommes à faire Alliance avec Dieu, le premier constructeur, il réalisa l’arche pour sauver les hommes du déluge, ils étaient dans le vice, il fallait les ramener dans la vertu. Cette alliance fût scellée par l’arc dans le ciel. Malgré son ivresse, Noé selon la légende fût donc le premier constructeur et le premier homme incliné à faire le bien. Cela suffit aux Maçons du siècle des Lumières, pour en faire le premier des leurs. Le chevalier de Ramsay dans son discours en parle en ces termes :

« Le goût suprême de l'ordre et de la symétrie et de la projection ne peut être inspiré que par le Grand Géomètre architecte de l'univers dont les idées éternelles sont les modèles du vrai beau. Aussi voyons-nous dans les annales sacrées du législateur des juifs que ce fut Dieu même qui apprit au restaurateur du genre humain les proportions du bâtiment flottant qui devait conserver pendant le déluge les animaux de toutes les espèces pour repeupler notre globe quand il sortirait du sein des eaux. Noé par conséquent doit être regardé comme l'auteur et l'inventeur de l'architecture navale aussi bien que le premier grand-maître de notre Ordre. »

Certains considèrent cela, comme une poésie ou un romantisme maçonnique, d’autres s’y référent même si l’histoire évidemment ne peut être prise au pied de la lettre, elle est si belle et si symbolique, qu’elle me plaît bien. Après tout Noé est homme, qui a donné aux autres, avec ses défauts, mais son inclinaison à faire le bien, à s’élever spirituellement, le met en accord avec la démarche Maçonnique de là, à le considérer comme au premier degré, comme le premier grand –maître de l’ordre !

Je dirais, même si c’est un fantasme Maçonnique comme le considère les historiens de la Maçonnerie. La méthode Maçonnique fait appel au symbolisme, donc à l’imaginaire collectif et individuel en conséquence ce premier marin Franc-Maçon ou non, il y trouve sa place.

Il est pour moi révélateur du lien entre les Francs-Maçons et le milieu maritime, aussi avec l’aide des historiens de la Côte et de la Maçonnerie, des membres des Loges qui bordent nos rivages, des archives, des témoignages, des ouvrages qui traitent de la Franc- Maçonnerie et de la mer, je vous propose un voyage à la rencontre de nos Frères, qui travaillèrent dans l’intérêt de la Maçonnerie soit à bord, soit au quai, soit sur terre à proximité de la mer. Force est de constater au travers des archives, que dans les premières années de la Maçonnerie spéculative plus de 20% des Loges étaient proches de nos côtes. Ce qui me conforte dans l’idée exprimée par André Kervella (Historien, Philosophe de formation universitaire, docteur d’état, associé à l’institut de recherches Maçonniques.) dans son livre : « Aux Origines de la Franc-Maçonnerie Française 1689-1750 » ayant pour sous titre Exilés britanniques et gentilshommes bretons. Que la Franc- Maçonnerie Française est née, non pas exclusivement à Paris, mais aussi et simultanément sur nos Côtes de Dunkerque à Nice. Cette année 2015 fût riche en événements sur ce thème, je citerais le départ de l’Hermione, le rappel du rôle du marquis de Lafayette, l’exposition au Grand Orient de France à Paris : « Sur les Francs-Maçons et la Mer.» Mettent la Lumière sur la mer et les Francs-Maçons. Le voyage ne peut se dérouler qu’avec votre aide, plusieurs d’entre vous ont déjà mis dans mon bissac, des revues, des ouvrages, des planches de charpentiers Francs-Maçons, le fonds se constitue rapidement, témoignant de l’intérêt porté au sujet, en particulier en Bretagne. Compte tenu de sa richesse, j’opterais pour une méthode chronologique, et un enrichissement permanent, suivant ainsi le cycle des marées et ouvrant à chacun la possibilité de témoigner sur chaque période de l’histoire. Nul doute pour ceux qui sont de la Côte, Frères ou non qu’ils ont dans leurs tiroirs des petits secrets, ou des joyaux qui ne demandent qu’à voir le jour, merci par avance de nous en faire profiter.

Le blog n’ayant pas pour thème exclusif ce sujet, c’est pas à pas et épisodiquement en fonction des apports que les articles paraîtront. Bientôt j’irais à l’abordage de la première période de 1690 à 1701.

JFG

Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.
Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.
Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.
Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.
Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.

Pichet" Staffordshire" à décor maritime et maçonnique musée de Fécamp, Le Frère Bailli de Suffren Musée National de Versailles et du Trianon, Portrait de Lafayette 1789 Collection générale des portraits de l'assemblée nationale député de Riom et d'Auvergne élu par acclamation commandant de la garde nationale parisienne, le port de Nantes 1780 par Nicolas Ozanne coll GODF, La Pérouse Voyage autour du Monde ED de Conti.

HUMOUR MARITIME

Celui qui a un port d'attache en a qu'un, celui qui n'a pas de port d'attache en a mille....

Anonyme.

 

Le port de plaisance est un lieu concu pour que les navigateurs qui ne prennent pas la mer puissent rencontrer des vacanciers qui n'ont pas de bateau.

Philippe Bouvard.

 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Saint Michel au sommet de la fontaine obélisque Anspach (Jules Victor Ansbach Bourgmestre Belge et Franc-Maçon)

Saint Michel au sommet de la fontaine obélisque Anspach (Jules Victor Ansbach Bourgmestre Belge et Franc-Maçon)

HISTOIRE BELGE : Franc-Maçonnerie et enseignement.

Les Francs-Maçons sont souvent considérés comme les héritiers des corporations de métiers, ou à l’origine des sociétés de secours mutuel ou encore interviennent dans le domaine de la santé : service ambulancier, hôpitaux. Au royaume de Belgique, ils se sont illustrés dans l’enseignement, en particulier dans l’enseignement supérieur, voici en quelques lignes leur contribution à la création de l’Université Libre de Bruxelles.

Sous la domination Hollandaise des universités furent créées à GAND, LIÉGE et LOUVAIN, maintenues après l’indépendance de la Belgique sauf la fermeture de celle de LOUVAIN en 1835.

Le Grand Orient de Belgique avec l’aide de l’ensemble des Loges Maçonniques de Belgique décide de créer en 1834 l’Université Libre de Bruxelles, l’idée de cette création a vu le jour dès 1831 dans les milieux libéraux. L’adjectif libre se souche sur l’esprit d’indépendance par rapport à tout pouvoir public. Mais surtout sur le principe « du libre examen ».

Cette création vu le jour par réaction à la création par l’épiscopat de l’Université Catholique de Louvain.

La guerre était ainsi déclarée, non pas contre la chrétienté ou la croyance en Dieu, beaucoup de Maçons revendiquant leur catholicisme et leur croyance, mais ce fût une réaction anticléricale.

Le 24 juin 1834 Pierre Théodore Verhaegen (1782-1862) intervient en Loge il dit : « Ce sont les Maçons qui portent la Lumière dans les sciences et que le perfectionnement de l’instruction leur est dû » Plus loin il dit encore : « il convient d’opposer une instruction pure et morale, l’université libre doit servir de contrepoids à l’université catholique » L’université libre est anticléricale, mais elle n’est pas areligieuse ou antireligieuse, la majorité des Maçons de l’époque sont Déistes. Pour preuve en 1856 un texte diffusé par l’association des anciens étudiants : « L’homme doit s’élever à Dieu par l’esprit et le cœur dans la pleine liberté de conscience »

L’université libre de Bruxelles est soutenue par la municipalité, tous les bourgmestres de Bruxelles à l’exception d’un seul, furent tous Francs-Maçons. La très grande majorité des recteurs furent également Francs-Maçons et les Loges partagent avec l’université un idéal commun de liberté absolue de conscience, elles n’ont toutefois jamais joué de rôle directeur dans la gestion.

Le principal maître d’œuvre de l’U.L.B fût Pierre Théodore Verhaegen croyant, catholique mais anticlérical, grand avocat d’affaires, orangiste, homme politique, député et par deux fois Président de la chambre des représentants.

Initié en 1818 par le Prince Guillaume d’Orange (1792-1849) qui était Vénérable Maître de la Loge Espérance à Bruxelles. Il s’affilia aux Amis Philanthropes dont il fût V.M pendant 24 ans, puis Grand Maître du Grand Orient de Belgique, son souci développer la Maçonnerie et propager les idées libérales.

Verhaegen affirma sa volonté d’introduire le débat politique en Loge il ne fit pas que des amis ! En 1854 il parvient à faire modifier les statuts de l’obédience, ceux-ci donnèrent l’autorisation aux Loges de traiter de la politique, de la religion, de la morale, de la philosophie, toutes les questions qui intéressent le bien être et le progrès de l’humanité.

L’Université Libre de Bruxelles est reconnue aujourd’hui parmi les 150 meilleures du monde, actuellement elle occupe trois campus, elle professe dans toutes les spécialités. L’U.L.B. est partenaire entre autres avec :

Le Collège de France.

Cambridge, Oxford.

Berkeley.

Montréal.

Elle compte de nombreux Docteurs Honoris Causa entre autres :

Salvador Allende.

Simone Veil.

Simon Wiesenthal.

Claude Allègre.

Costa Gavras.

Elisabeth et Robert Badinter.

La Franc-Maçonnerie, s’assigne comme but, de changer l’homme, de l’améliorer, donner du sens à la vie et transmettre, cette réalisation de nos Frères Belges est un bel exemple de chantier, c’est une belle cathédrale offerte à nos enfants, leur passé exemplaire a permis de façonner un bel avenir.

JFG

Sources Société Royale Belge de Géographie :Hommes et Paysages –Itinéraire de la Franc-Maçonnerie à Bruxelles. Campus de la Plaine, ULB-Bd du Triomphe CP 246 1050 Bruxelles. Srbg@ulb.ac.be, www.srbg.be

Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.
Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.
Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.
Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.
Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.

Palais Charles de Lorraine a abrité l'ULB de 1834 à 1842, Le Palais Granvelle siège de l'université de 1842 à 1923, Un temple rue Laeken, Statue de Verhaegen et rassemblement du G O B, Anti ULB.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Musée de la Franc-Maçonnerie  Belge .73 Rue Laeken Bruxelles

Musée de la Franc-Maçonnerie Belge .73 Rue Laeken Bruxelles

Préceptes Maçonniques ?

Dis la vérité, pratique la justice, pense avec droiture.

Agis envers les hommes comme tu voudrais que les hommes agissent envers toi.

Aime ton prochain.

Ne fais point le mal : fais le bien.

Laisse parler les hommes.

Le vrai culte consiste dans les bonnes mœurs et dans la pratique des vertus.

Fais le bien pour l’amour du bien lui-même.

Aime les bons, plains les faibles, fuis les méchants, mais ne hais personne.

Parle sobrement avec les grands, prudemment avec tes égaux, sincèrement avec tes amis, doucement avec les petits, tendrement avec les pauvres.

Ne flatte point ton frère, c’est une trahison ; si ton frère te flatte, crains qu’il ne te corrompe.

Écoute toujours la voix de ta conscience, elle est ton juge.

Soulage les pauvres ; chaque soupir que ta dureté leur arrachera sera une malédiction qui tombera sur ta tête.

Respecte l’étranger voyageur ; aide –le, sa personne est sacrée pour toi.

Évite les querelles, préviens les insultes, obéis toujours à la raison.

Si tu rougis de ton état, c’est orgueil : songe que ce n’est point ta place qui honore ou dégrade l’homme, mais la manière dont il la remplit.

Lis et profite, vois et imite, réfléchis et travaille ; rapporte tout à l’utilité de tes frères : c’est travailler pour toi même.

Sois content partout, de tout et avec tout, si l’honneur n’y est pas contraire.

Réjouis-toi dans la justice ; courrouce toi contre l’iniquité. Souffre sans te plaindre.

Ne juge pas légèrement les actions des hommes ; loue peu et blâme encore moins ; pense que pour bien juger les hommes ; il faut sonder les cœurs et scruter les intentions.

Respecte les femmes ; n’abuse jamais de leur faiblesse et meurs plutôt que de les déshonorer.

Si tu deviens père, réjouis-toi, mais comprends l’importance de ta mission.

Sois pour ton enfant un protecteur fidèle.

Fais que jusqu’à dix ans il te craigne, que je jusqu’à vingt ans il t’aime, que jusqu’à la mort il te respecte.

Jusqu’à dix ans sois son maître, jusqu’à vingt ans son père, jusqu’à la mort son ami.

Pense à lui donner de bons principes plutôt que de belles manières ; qu’il te doive une droiture éclairée et non pas une frivole élégance ; fais –le honnête homme plutôt qu’habile homme.

Auteur Anonyme.

Texte reçu en main propre Le 06 Novembre 2015 lors de mon passage au Musée de la Franc-Maçonnerie de Belgique à Bruxelles au 73 Rue de Laeken. Auteur anonyme, l’emploi fréquent du point virgule laisse supposer l’ancienneté du texte. Il est a rapprocher dans l’esprit avec les manuscrits Halliwell dit REGIUS (1390), date de son édition et non de son écriture. Et le Cooke (1410) constituant ensemble une partie importante des Anciens devoirs, bien sûr ce texte est plus récent. Le rapprochement est plus flagrant avec la fin du REGIUS, véritable code du savoir vivre.

Ces préceptes qui pourraient êtres d’ordre général, correspondent à la Fraternité des Francs-Maçons libres et de bonnes mœurs. Ils sont constitutifs d’un catéchisme Maçonnique attaché à la formation de l’homme véritable. Les textes postérieurs s’attacheront plus à la Symbolique Maçonnique, l’organisation du travail en Loge, pour aboutir aux Rituels Maçonniques.

La Franc-Maçonnerie, fraternité initiatique dont le but est de Changer l’homme, de le perfectionner pour in fine essayer d’améliorer la société. J’entend souvent que l’institution est en désuétude surtout auprès des jeunes, mais ces mêmes jeunes font peut être de la Maçonnerie sans le savoir.

Si l’on reprend le verbe « Changer », on peut commettre l’erreur de penser que le changement doit être associé à l’immédiateté. C’est une illusion, une apparence, à mon sens le changement de l’homme ne peut avoir lieu qu’au terme d’une lente maturation on parle de la maturité. Il faut pour cela poser des fondamentaux qui seront les bases du changement, ces fondamentaux sont liés à notre comportement personnel. Pour changer il faut une volonté, il ne suffit pas de proclamer par exemple « le changement c’est maintenant ». Il faut, concrétiser l’affirmation par l’exemplarité. Nous sommes prêts pour ce changement, je lis dans le J.D.D. du 08 Novembre 2015, une enquête de l’observatoire AXA dont le but est d’observer les comportements des Français en matière de consommation et l ‘évolution de ces comportements. Vous allez me dire que nous sommes loin des préoccupations de la Franc-Maçonnerie et bien non !

En effet le journal titre : « Les Français soucieux de leur comportement civique » la préoccupation N°1 des Français pour 92% c’est l’importance d’adopter un comportement civique.

C’est plutôt rassurant, il y a donc une prise de conscience, que l’essentiel est en nous et que ce changement est de nature a faciliter la vie en société, en nous améliorant, nous pourrons ainsi améliorer la société, et mieux vivre ensemble. Comme quoi un catéchisme : explications par demandes et réponses, n’est pas inutile à l’amélioration de l’homme et la société. L’enquête d’AXA démontre que le désir existe, il nous reste à nous Franc –Maçons à prendre notre part pour le satisfaire.

JFG

PS : Si un lecteur connaît l’auteur du texte et sa datation, je suis preneur.

Journal du Dimanche le 08 Novembre 2015 AXA Observatoire.

Journal du Dimanche le 08 Novembre 2015 AXA Observatoire.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
La Justice

La Justice

La Semaine du 01 /11 au 07/11 sur la Franc-Maçonnerie au Cœur.

Les articles sont classés dans l’ordre du plus lu au moins lu.

Dimanche 01/11 : Glockenspiel la planche de Théodore.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/10/glockenspiel.html

Mardi 03/11 : Salon du Livre Maçonnique à Paris. Et Chrétiens d’Orient.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/salon-du-livre-maconnique-a-paris.html

Jeudi 05/11 : Jorges Valls : mon ennemi mon frère.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/jorge-valls-mon-ennemi-mon-frere.html

Lundi 02/11 : Franc-Maçon à Auray.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/franc-macon-a-auray.html

Mercredi 04/11 : La Voix libre du Franc-Maçon.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/la-voix-libre-des-franc-macons.html

Vendredi 06/11 : Hernie Fiscale.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/hernie-fiscale-aie-aie.html

Samedi 07/11 : Tarot Initiatique Arcane III.

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2015/11/tarot-initiatique.html

Bon Dimanche.

JFG

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Montre Triangulaire en argent ornée de symboles et préceptes maçonniques sur le cadran, et richement ornée d'un motif de temple sous oeil divin au verso Suisse 1925
Montre Triangulaire en argent ornée de symboles et préceptes maçonniques sur le cadran, et richement ornée d'un motif de temple sous oeil divin au verso Suisse 1925

Montre Triangulaire en argent ornée de symboles et préceptes maçonniques sur le cadran, et richement ornée d'un motif de temple sous oeil divin au verso Suisse 1925

LA PLANCHE DE THEODORE NEVILLE

Horodateur

Cauchemar de l’automobiliste qui, pour un temps, souhaite à nouveau devenir piéton mais aussi fidèle et silencieux collègue des agents préposés au stationnement, l’horodateur s’impose (si j’ose dire…) comme le plus sûr gendarme des trottoirs et des caniveaux urbains. Malgré son nom qui ne nous parle que du temps (date et heure), l’horodateur est tout autant lié à l’espace par l’emplacement que le paiement du ticket permet d’occuper… un certain temps. La machine infernale nous oblige donc à mettre le temps et l’espace en concordance, ce qui n’est pas si courant si on veut bien s’y attarder ( !) un peu. La voiture peut bien être garée au bon endroit mais avec un ticket de la veille et la faute est sanctionnée. Elle peut également présenter un ticket dûment horodaté mais être stationnée en dehors des bandes blanches adéquates et c’est à nouveau la punition tarifée. Car ni l’horodateur, ni les agents dûment assermentés, ne plaisantent avec les possibles disjonctions intempestives de l’espace et du temps. Et c’est bien le moins lorsqu’on a la charge écrasante de faire respecter l’ordre, quand bien même ne fut-il qu’un pâle bégaiement du cosmos.

De même, chacun de nous aura sans doute remarqué qu’il est très courant d’être soit en retard soit en avance à un rendez-vous et que rarement, très rarement, nous sommes exactement à l’heure au lieu dit. J’entends ici l’exactitude comme définie (au moins…) par une horloge atomique dont la précision en poussières de secondes n’a d’égale que la fugacité du temps. Coincé dans les bouchons du périphérique, je suis bien à la bonne heure mais sans doute pas au bon endroit ; plus tard, bien plus tard, je suis enfin au bon endroit, mais pas (mais alors pas du tout…) à la bonne heure. Nouvel effet d’une malheureuse disjonction spatio-temporelle.

Or toutes et tous (ou presque) lectrices et lecteurs de ce blog nous connaissons un endroit rare où toute disjonction de l’espace et du temps est impossible. Un lieu où même les retardataires, une fois les colonnes franchies, sont instantanément à la bonne heure et au bon endroit. Un lieu symbolique et métaphorique, centre de l’Univers et où le temps n’a de prise que sur notre âge. Un endroit si rare que, dépouillés de nos métaux nous ne pourrions même pas nourrir un horodateur, fut-il cosmique…

Théodore Neville.

HUMOUR DE PIERRE

« Le démon de midi arrive souvent à 14 heures ! »

« La mort n'est, en définitive, que le résultat d'un défaut d'éducation puisqu'elle est la conséquence d'un manque de savoir vivre. »

Pierre Dac ; Les pensées - Ed. du Cherche Midi (1972)

Tirelire petit vaisseau en forme de tronc, à la partie supérieure duquel est pratiquée une fente par où l'on fait entrer des pièces de monnaie, sans pouvoir les retirer autrement qu'en brisant la tirelire. (Le Littré)

Tirelire petit vaisseau en forme de tronc, à la partie supérieure duquel est pratiquée une fente par où l'on fait entrer des pièces de monnaie, sans pouvoir les retirer autrement qu'en brisant la tirelire. (Le Littré)

Voir les commentaires

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog