Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
La Nuit Noire
Photo de williambout sur Unsplash

La Nuit Noire

 

Il y a des nuits noires.

Il y a des nuits plus noires que d’autres, des nuits d’encre.

 

C’est avec l’encre de ces nuits que j’écris aujourd’hui les mots imprononçables.

Des mots qui souffrent, qui pleurent aux portes de mon cœur.

 

Ces mots savent qu’il y a des souffrances qui ne meurent pas, des souffrances qui ne vieillissent pas.

 

Puis, il y a des balbutiements, des émotions, des mots maladroits aphasiques, des mots gênés qui frappent au cœur.

 

Puis il y a les mots des mains qui se tendent, les mots des accolades qui étreignent, les mots des épaules qui se prêtent.

 

Il y a les dos ronds des Nous qui soutiennent les trop fières jambes des Je.

 

Dans ces nuits noires les princes et les rois cherchent la même étoile.

Les colonnes de la Foi de la charité et de l’espérance nous encouragent, nous guident et nous soutiennent dans les nuits noires.

 

Elles sont les Lumières de la Fraternité.

 

                              Jean-François Guerry.

Rennes le 18 décembre 2022.

Voir les commentaires

Publié le

LE CABINET DE CURIOSITÉS

 

Si tu es ici par curiosité passe ton chemin ! L’injonction est sévère, est-elle justifiée ? Curieuse manière d’accueillir un profane qui recherche la Lumière ! À mon sens la curiosité n’est pas qu’un vilain défaut. Elle est avant tout désir de savoir, d’acquérir les savoirs qui mènent à la Connaissance.

Le dictionnaire Littré donne cette définition de la curiosité : souci, soin : « De rendre un cœur content, de combler une âme de joie, de prévenir d’extrêmes besoins ou d’y remédier, leur curiosité ne s’étend point jusque-là. » (La Bruyère) Bien sûr, elle ne doit pas être finalité, mais premier pas vers sur le chemin du savoir et de la Connaissance. Si le profane se limite à une simple curiosité, il ne sera qu’un spectateur passif. Or le cabinet noir est un cabinet de réflexion, il s’agit bien d’être participant et acteur parce que la première réflexion est de regarder en soi-même.

Nous pouvons abonder la réflexion de La Bruyère, la simple curiosité ne comble pas de joie l’âme ; elle est cependant début, commencement désir de savoir, elle préférable à l’indifférence et l’ignorance. Les Sœurs et les Frères actifs sur leurs colonnes sont attentifs, plus que ceux qui s’endorment adossés aux colonnes les pieds écartés. La curiosité est aussi demande donc humilité. Celui qui ne pose pas de questions, ne se pose même pas de questions sur lui-même. Il faut donc se garder de rester dans la simple curiosité qui n’a que le but de savoir pour briller ! « La curiosité n’est que vanité : le plus souvent on veut savoir que pour en parler. » (Pascal – Pensées- Part I art 5) Cette curiosité qui enorgueillit cesse d’être vertueuse. Pour autant on ne peut pas jeter la curiosité avec l’eau du bain, l’absence de la curiosité pour connaître les objets, les sciences, les hommes vertueux serait un manque. Nous n’aurions que des pages blanches dans les bibliothèques de nos têtes, sans la curiosité. « La curiosité est un besoin pour qui sait penser » écrivait d’Alembert dans son encyclopédie. Nous l’avons vu la curiosité est simplement le soin et le désir de connaître de curiositas en latin, de curiosus soin. L’incurieux est donc celui qui manque de soin, celui qui n'a pas le souci de son soi disait Socrate. Alors n’est-il pas curieux de prétendre ne pas l’être ? En parodiant Louis Jouvet l’on pourrait dire : vous avez dit curieux, comme c’est curieux.

Aristote évoquant sa métaphysique, parle de philosophie première, de physique première, de haut savoir qui nécessite une pensée en mouvement donc curieuse de connaître les choses et l’être. Cette soif de connaissance commence toujours pour Aristote par un étonnement, un émerveillement. Il faut rappeler me semble-t-il à ce moment, l’importance de la vue, du verbe voir. Le symbolisme du cabinet de réflexion plongé dans l’obscurité, le postulant avec le bandeau sur les yeux pour éviter toute curiosité malsaine, c’est-à-dire impure. La vision chez l’être humain est essentielle elle est soif de connaissance. Dans la langue grecque il n’existe pas de verbe « savoir », mais un verbe « voir ». Savoir pour le Grec c’est donc avoir vu, avoir fait une prise de vue avec son esprit, c’est-à-dire penser envisager.

Ainsi le début de la Métaphysique d’Aristote débute par : « Ce à quoi tendent tous les hommes de par leur règne, c’est prendre en vue. Un indice en est le fait que nous chérissons nos perceptions. Nous chérissons en effet ces perceptions pour elles-mêmes indépendamment de l’usage que nous pouvons en avoir, et plus que toutes celles qui nous viennent par le moyen de la vue. Et ce n’est pas seulement pour agir, mais même lorsque nous ne nous proposons d’agir en rien, que nous préférons pour ainsi dire le sens de la vue à tous les autres sens. La raison est que, de toutes les perceptions, c’est celle qui nous met le plus à même de prendre connaissance et qui nous rend visibles une multitude de différences. »

Je ne puis m’empêcher à ce instant au compagnon Franc-maçon qui après avoir pris connaissance de lui-même, prend connaissance du monde qui l’entoure grâce à ses sens, voilà un homme animé d’une saine curiosité, un homme curieux !

Emmanuel Kant le philosophe des Lumières, met lui aussi en valeur cette saine curiosité dans sa Critique de la Raison Pure, qui conclut ainsi : « La voie critique seule est encore ouverte. À supposer que le lecteur ait l’obligeance et la patience de la parcourir en ma compagnie, il lui est loisible maintenant de juger si, au cas où il lui plairait d’apporter sa contribution personnelle à la transformation de ce sentier en voie royale, ce que tant de siècles ne purent effectuer risque encore de s’accomplir avant la fin de celui-ci : de satisfaire entièrement la raison humaine dans ce qui a de tout temps occupé sa curiosité, mais jusqu’ici en toute vanité. »

J’en viens à conclure simplement que la curiosité bien employée n’est pas un vilain défaut, tous ceux qui cherchent la Lumière le savent.

                               Jean-François Guerry.  

LE CABINET DE CURIOSITÉS
Photo de monicasilva sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
L'OUVERT - PART - IV-

L’OUVERT – Part – III-

 

Le compas a aussi le pied marin, il monte sur les bateaux maman qui n’ont pas les jambes assez grandes pour marcher sur l’eau. Le compas se fait alors boussole qui indique la bonne direction aux marins pour éviter les fortunes de mer qui ne sont pas sources de richesses mais aléas fortuits.

Le compas est l’attribut de la création du monde et de la vie. Il y a peu de symboles aussi universels. En occident il symbolise les sciences exactes et la rigueur mathématique. Sur le plan ésotérique il est associé à l’équerre, il est un symbole cosmologique servant à tracer le cercle, alors que l’équerre sert à tracer le carré, ainsi sont représentés le ciel et la terre, ces symboles bornent le ciel et la terre. Ils ont des instruments de mesure donc de la connaissance, et aussi de l’humilité : « Rien de trop ». Le dynamisme constructeur du compas est de fait associé à l’architecte constructeur qui élève les bâtiments et aussi l’esprit. Celui dit Dante dans son Paradis (19. 40,42) : « Qui de son compas marqua les limites du monde et régla au-dedans tout ce qui se voit et tout ce qui est caché. »

Les degrés d’ouverture du compas sont à mettre en relation avec les capacités d’ouverture de l’esprit de l’homme, il représente aussi les bornes que l’esprit humain ne peut dépasser. Ouvert à 90° degrés les forces de la matière et de l’esprit sont équilibrées. Le Franc-maçon travaille à poser le compas sur l’équerre.

On remarque que le compas orne nombre de demeures philosophales, la symbolique du compas est comparable à une clé qui permet d’ouvrir les portes de ces demeures. Le compas contribue à la compréhension de l’alchimie, de l’hermétisme, il permet de lever les voiles pour ceux qui décident de l’ouvrir. Eugène Canseliet dans la première préface des Demeures Philosophales à propos de l’Égypte antique souligne l’importance des sciences et des arts industriels et des ouvriers inspirés par le divin. « Céramistes, émailleurs, orfèvres, fondeurs, verriers travaillaient à l’intérieur des temples. Le personnel ouvrier des ateliers et laboratoires faisait partie de la caste sacerdotale et relevait directement des prêtres. » Depuis l’époque médiévale jusqu’au XIXème siècle : « L’histoire nous offre de nombreux exemples d’organisation semblable , dans la chevalerie, les Ordres monastiques, la Franc-maçonnerie, les corporations, le compagnonnage, etc… »

On peut renchérir que : « Cet instrument de mesure et de comparaison doit permettre au compagnon d’apprécier la portée et les conséquences de ses actes. Le compas, est le symbole de la sagesse puisqu’à partir de lui on peut mesurer toutes choses à leurs justes valeurs. » comme l’écrit Jean-Pierre Bayard dans Le Compagnonnage en France Éditions Payot.

Le compas attribut de la création est créateur de sagesse.

On remarque que les pommeaux des canes compagnonniques, ainsi que ceux des canes des Maîtres de Cérémonie en loge maçonnique sont souvent ornés d’une équerre et d’un compas. Ces symboles accompagnent les marches initiatiques des adeptes symbolisant rigueur et sagesse, qui doivent être respectées dans les cérémonies. C’est souvent la même main qui guide les postulants et les frères dans leur ascension vers la Lumière spirituelle.

Enfin, le compas est aussi mis en exergue par les sociétés de libres penseurs, les meilleurs ouvriers de France. Le compas est décidément créateur de chef d’œuvres matériels et spirituels, il est le symbole de l’ouverture d’esprit.

 

                                            Jean-François Guerry.

L'OUVERT - PART - IV-

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
Compas de proportion compas de Galilée

Compas de proportion compas de Galilée

L’OUVERT – Part -III-

 

Le compas illustre bien les deux premiers de Maçon, avec la Force de ses deux jambes, ce compas simple et droit appeler aussi compas d’établi est donc celui qui sers à mesurer et à tracer. L’outil éclaire l’œuvre pour lui faire atteindre la perfection. Nicolas Bion circinusophile, spécialiste du compas écrit à la page 8 de son traité : « La bonté d’un compas consiste simplement à ce que le mouvement de la tête soit bien égal et qu’il ne faute point en l’ouvrant ou le fermant… » On réalise l’importance de la précision de l’ouverture. Il est rare qu’un même mot soit aussi polysémique, nous retiendrons que le compas sert à prendre des mesures et la mesure de toutes choses, à la conservée et la transmettre. Le compas est ainsi l’instrument de l’ouverture vers le savoir et la connaissance qu’il mémorise et transmet.

Le compas du tailleur de pierre dans la carrière du jour, lui sert à connaître l’épaisseur de celles-ci pour les mettre en rapport avec leur destination dans l’édifice, le compas du sculpteur viendra parfaire l’œuvre, pour la rendre plus belle.

Rendre l’œuvre plus belle, plus harmonieuse plus équilibrée c’est ce que permet le compas de proportion dit aussi de Galilée ; qui aurait en réalité son fondement dans la quatrième proposition du sixième livre d’Euclide, où il est démontré que les triangles semblables ont leurs côtés homologues proportionnels. Le compas instrument de la géométrie qui permet la réalisation du premier de tous les arts l’architecture, dont la géométrie est la clé. Ce qui explique pourquoi le Grand Maître Architecte doit savoir ce que contient un étui de mathématiques, dans lequel il trouvera en autres instruments de mesures, un compas de proportion, celui qui lui permettra de tracer les figures géométriques comme le triangle. Il trouvera aussi un compas à quatre pointes qui sert à reproduire des cartes ou des plans sur deux plans sécants. (À moi les enfants de la veuve, je ne suis pas du tout connaisseur en mathématiques et géométrie).

Labyrinthe de Dédale

L’usage du compas peut aussi être repéré en loge en observant les volutes de la colonne ionique, qui ont été tracées avec le compas dit à volutes. Ces volutes représentent les boucles de cheveux d’une jeune femme ionienne.

Pour conclure puisque nous sommes revenus à la Grèce antique, pour conclure la légende attribue à Talaüs le neveu de Dédale par sa sœur l’invention du compas, Dédale aurait tué son neveu pour lui dérober son invention ! Souhaitons que le compas de l’esprit avec sa mesure et son ouverture nous aide à sortir du labyrinthe de l’erreur et des préjugés, que nous ne tombions pas comme Icare le fils de Dédale dans l’hubris, et la démesure, nous souvenant la maxime rien de trop.

                                                     Jean-François Guerry.

L'OUVERT Part -III-
Photo de tripleb sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
LE RISQUE DE COUPURES PART II

LE RISQUE DE COUPURES – Part -II-

 

Selon Antoine Lilti l’historien titulaire de la chaire ‘Histoire des Lumières du XVIIIème au XXIème siècles au Collège de France’, comme nous l’avons vu hier dans le premier article ; non seulement nous ne sommes pas en occident les seuls héritiers des Lumières, mais ces Lumières sont nées simultanément en Europe et au-dehors de celle-ci. Il cite les révolutionnaires sud-américains des XVIIIème et XIXème siècles, qui lisaient le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, du Rio de la Plata entre Argentine et Uruguay, jusqu’au Venezuela. Ce Contrat social fût donc la source qui irrigua une grande partie de l’Amérique du Sud avec ses valeurs : égalité, liberté et volonté du peuple. Antoine Lilti cite également les réformateurs persans et ottomans ainsi que les intellectuels éclairés du Japon qui avaient ébauché dès le XVIIIème siècle une critique du néoconfucianisme, des rites et des traditions. Faut-il en conclure sans nuances que les Lumières furent le moteur de la coupure ou des coupures avec les traditions, les rites, les religions ? Antoine Lilti propose une lecture plus nuancée il parle d’hybridation avec les traditions locales, assortie d’une prise en compte des minorités intellectuelles plus réceptives aux Lumières. Il souligne donc, plutôt qu’un universalisme des Lumières, une universalisation de celles-ci. Plutôt que l’universalisme qui suggère en creux une forme d’arrogance de l’Europe qui voudrait assimiler le reste du monde à ses Lumières. À une sorte d’injonction à une conformité qui de fait serait une négation même de l’esprit des Lumières et de sa devise Kantienne sapere aude. L’on ressent parfois dans les discours emphatiques de tous nos dirigeants cette orgueilleuse arrogance, cette verticalité suffisante. Ils revendiquent un droit de propriété intellectuelle sur la vérité et l’esprit des Lumières, c’est une réflexion toute personnelle. Cette attitude dominatrice, ouvre la porte aux antis tout, anti colonialistes perpétuels, wokistes et nourri les intégrismes.

"Un diner de philosophes" de Jean Huber (1772-1773) Voltaire, Condorcet, Diderot, d'Alembert et de la Harpe

J’ai retenu cette réflexion pertinente d’Antoine Lilti illustrant par préférence à cette revendication verticale des lumières, un universalisme latéral, évoqué par Merleau-Ponty dans un texte dédié à Lévi-Strauss. Il cite donc à propos de cet universalisme, auquel on accède par : « L’incessante mise à l’épreuve de soi par l’autre et de l’autre par soi », ou encore il cite aussi Souleymane Bachir Diagne : « Par l’inscription du pluriel du monde sur un horizon commun. »

Personnellement cela m’inspire une forme de responsabilité de l’autre, de respect de la dignité de l’autre, de sa spécificité en clair une obligation un devoir de fraternité. Ce qui immanquablement nous ramène aux valeurs fondamentales de la Franc-maçonnerie spéculative universelle.

L’universalisation mise en avant par Lilti à propos des Lumières, ne revendique pas une position d’autorité qui serait l’universalisme, mais la faculté de faire progresser des valeurs universelles dans un contexte historique tenant des particularités différentes dans l’espace. Regarder, s’inspirer des Lumières serait alors regarder dans la même direction de ses valeurs morales avec nos différences culturelles.

Dans la fin de sa réflexion Lilti, met en Lumière la compatibilité de la liberté de philosopher, de l’usage critique de la raison, mais sans s’opposer radicalement aux religions révélées. Il prend pour exemple les pensées de Maïmonide et d’Al-Faradi, ainsi se juxtaposent Foi et Raison, sans opposition aux Lumières. L’homme éclairé est en capacité de ne pas se soumettre à des dogmes qui lui seraient imposés ; mais il est aussi capable de comprendre et connaître les mythes et les légendes avec leurs héros emblématiques, les symboles qui incarnent des valeurs morales universelles. Antoine Lilti, a démontré que l’héritage des Lumières peut être revendiqués hors de France, hors de l’Europe, il a aussi démontré les ambivalences des Lumières dans notre modernité.

Je retiendrais la consanguinité entre Lumières, l’esprit des Lumières et la Franc-maçonnerie spéculative, et un but commun l’émancipation de l’homme par le savoir pour lutter contre l’ignorance source de tous les intégrismes.

Antoine Lilti conclu que l’Europe des Lumières n’est pas réfutée, mais elle devient l’objet d’une approche comparative plutôt qu’une pétition de principe. Je dirais que nous pouvons trouver dans ces ambivalences une forme d’unité harmonieuse réalisable avec le ciment de la fraternité.

                                    Jean-François Guerry.

 

SOURCE : Antoine Lilti. Le journal Le Monde du samedi 10/12/2022 – Rubrique Idées Article : Pluraliser les Lumières est la condition même de leur universalisation.

CRITIQUE : L'HÉRITAGE DES LUMIÈRES.

Que nous reste-t-il des Lumières ? En quoi les questions qu’elles ont posées nous regardent-elles encore ? Ces interrogations reviennent souvent, mais les réponses qu’on y apporte sont souvent assez convenues. Elles sont pourtant essentielles, explique A. Lilti, et méritent la plus grande rigueur.

 

Auteur de deux ouvrages qui l’ont déjà fait connaître comme un historien majeur de sa génération (Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Fayard, 2005 et Figures publiques. L’invention de la célébrité, Fayard, 2014), Antoine Lilti offre, avec L’héritage des Lumières, un livre de maturité. L’aisance de l’écriture, fluide, rigoureuse, contribue à entraîner le lecteur dans une investigation passionnante. Si on est parfois arrêté dans la lecture, c’est que la richesse des analyses donne à penser, invite à faire pour son propre compte le bilan de ce que le livre apporte, des lumières nouvelles qu’il jette sur des questions qui sont les nôtres. L’ouvrage se compose de trois parties dont l’objet est à chaque fois bien identifié : « Universalisme », « Modernité », « Politique ». Assumant d’emblée une forme d’« anachronisme » qui faisait déjà l’un des intérêts de son livre sur l’invention de la célébrité telle que nous la connaissons aujourd’hui, celle des personnalités « connues pour être connues », A. Lilti aborde chacune de ces thématiques en se demandant de quelle façon les questions qui « nous regardent » (formule de Voltaire utilisée pour donner son titre à l’introduction) peuvent être mieux comprises en y voyant une forme ou une autre d’héritage des Lumières. Parmi les questions qui « nous regardent », A. Lilti évoque les attentats islamistes, la préoccupation environnementaliste, la globalisation, l’élection de Donald Trump ou encore le « Discours de Dakar » de Nicolas Sarkozy. La ligne directrice du livre est là : puisque, face à un certain épuisement ou aux dangers des idéologies politiques radicales et face à l’effrayante montée des fanatismes et de l’irrationalisme, notre réflexe est de nous réclamer des Lumières, faisons-le en connaissance de cause et non sur un mode incantatoire.

Les Lumières sont devenues notre Grand Siècle, mais c’est au prix d’une « vision aseptisée, édifiante » (p. 383), de leur réduction à des slogans et à quelques formules apocryphes (« je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire », « On n’enferme pas Voltaire »). Comme le remarque justement l’auteur, « nul ne songerait à se battre pour la Renaissance, pour le Romantisme ou pour la Belle Époque » (p. 15). On pourrait en dire autant du miracle grec ou du XVIIe siècle. Or, comme la Renaissance, ce sont là des périodes qui, au moins autant que le XVIIIe siècle, ont fait de la rationalité et d’une aspiration à l’universalité leur grande affaire. Pourquoi ce privilège accordé au XVIIIe siècle ? Ne devons-nous pas nous donner les moyens, pour reprendre une formule de Foucault, d’échapper au « chantage des Lumières » (p. 73) ? Afin de ne pas les réduire à un « crédo moderne » (p. 383), il faut accepter l’« inconfort » d’une conception paradoxalement « claire-obscure » des Lumières (p. 158).

L’exploration d’un nouveau monde

Cela suppose de (re)partir à la découverte d’un immense corpus de faits, de textes, de méta-textes. A. Lilti, qui avait déjà travaillé sur ce siècle pour ses deux précédents ouvrages, n’a pas ménagé ses efforts. Comme les explorateurs (Bougainville, Cook) qu’il évoque longuement et qui ont marqué leur époque, il revient lesté d’un impressionnant savoir – on apprend beaucoup en le lisant – et de la découverte d’un univers complexe, loin de toute vision simpliste et « monolithique ». Comment s’oriente-t-il pour ne pas s’y perdre ? Sa principale boussole est l’histoire, plus exactement l’historiographie. Comment faire l’histoire des Lumières ? Ce qui signifie parfois : comment connaître le propre d’une époque que l’on a, après-coup, nommée ainsi, en évitant aussi bien l’essentialisme naïf que le nominalisme relativiste (p. 19) ? De longs développements sur la méthodologie de la recherche documentaire (p. 207-212), sur le projet fondateur des Annales et les difficultés d’une « histoire globale » (p. 139-158), contribuent à répondre aux problèmes méthodologiques, sur certains desquels je reviendrai (les confrontations entre histoire sociale et histoire intellectuelle ou entre histoire des représentations, histoire des idées et histoire de la philosophie). On pourrait voir dans ces développements des apartés à destination des historiens. En réalité la centralité de la question historiographique est assumée et justifiée. La thèse centrale est en effet que les Lumières sont moins un corps de doctrines unifié que la production d’un « récit » historique, « le geste à la fois réflexif et narratif par lequel, dès le XVIIIe siècle, de nombreux auteurs ont cherché à définir la nouveauté de leur époque » (p. 19). C’était déjà une des thèses majeures de Cassirer dans La philosophie des Lumières, dont un chapitre s’intitule « La conquête du monde historique » et, plus récemment, de B. Binoche

 

 
Extrait : La vie des idées Collège de France par Blaise Bachofen. L'intégralité de la recension disponible sur le net.
TOUTE L'ACTUALITÉ MAÇONNIQUE EST SUR LE BLOG HIRAM BE fondé en 2004.

 

 

https://www.hiram.be
UN PEU DE PUB EXECEPTIONNELLEMENT
LE RISQUE DE COUPURES PART II
LE RISQUE DE COUPURES PART II
LE RISQUE DE COUPURES PART II

               CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR MIEUX VOIR

LE RISQUE DE COUPURES PART II
Photo de constant_lb sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le
Antoine Lilti

Antoine Lilti

LE RISQUE DE COUPURES

 

Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler des éventuelles coupures de courant électrique, ni faire de la polémique sur l’entretien des centrales nucléaires. J’en suis bien incapable, je ne sais sans doute pas comme vous où est la vérité sur ce sujet. Je vais vous parler des Lumières, du siècle des Lumières, de l’esprit des lumières. De cette obligation de « Pluraliser » les Lumières condition de leur survie et de leur universalisation. Un article du journal Le Monde du samedi 10 décembre rédigé par Antoine Lilti et qui fait écho à son livre L’héritage des Lumières édité en septembre 2019 dans la Collection Hautes Études, de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales des Éditions Gallimard et du Seuil. Un essai qui à mon sens, non pas en cause la valeur des Lumières, mais en question leur caractère occidental, voir franco français suivant la formule : « France pays des Lumières » ce qui peut être un paradoxe si l’on veut consacrer leur caractère universel, bien que l’universel n’aboli pas l’individuel. Pourtant on constate qu’aujourd’hui l’on parle plutôt d’esprit des Lumières, plutôt que des Lumières, comme une tendance à l’oubli ou à la dégradation. Ou est-ce un effet de prudence pour ne pas choquer, cliver une société et un monde qui l’est déjà suffisamment.

Antoine Lilti, historien spécialiste de l’histoire sociale et culturelle des Lumières est titulaire de la chaire Histoire des Lumières du XVIIIème au XXIème siècle au Collège de France, a donné, sa leçon inaugurale au Collège de France sous le titre « Actualités des Lumières » elle paraîtra en juin 2023.

Notre époque qui cède au Wokisme, à La Cancel Culture, qui remet en cause les traditions, l’histoire, les religions, il faut que tout change sans limites et parfois sans raisons. Les Lumières mêmes n’échappent pas à ce courant destructeur de déconstruction. Les enfants de la veuve, les enfants des Lumières, bientôt hésiterons à revendiquer leur filiation.

Antoine Lilti nous propose une réflexion sur ces Lumières, voir une remise en cause de nos idées sur celles-ci, une démarche qui s’inscrit dans l’esprit des Lumières et non dans un Wokisme ambiant bien entendu.

En 1784 c’est la fin de l’apogée des Lumières allemandes. Emmanuel Kant le philosophe de Königsberg, emblématique des Lumières et ami des Francs-maçons, comment pourrait-il en être autrement quand pour lui, comme pour les sœurs et les frères il est question de la construction de la société des hommes, une société qui surpasse celle des nations, une société universelle. La Franc-maçonnerie, enseigne une méthode scalaire de l’élévation de la conscience, de la liberté de conscience et de la liberté d’expression. Kant dans la Revue mensuelle berlinoise dirigée par son ami Biester en 1783 tente de répondre à la question : Qu’est-ce que les Lumières ? Kant ne pouvait ignorer les articles de Mendelssohn et Lessing, ils lui servirent de base pour élever au plus haut la perfection de sa réponse. Faisant d’abord le constat que l’homme dispose d’une raison qui lui permet par lui-même de découvrir des vérités, de s’affranchir des dogmes. Mais, il considère aussi que cette raison a besoin d’être éduquée, sublimée, éclairée pour se révéler au mieux. La Franc-maçonnerie ne fait pas autre chose, actant l’autonomie de l’homme et sa perfectibilité infinie qui lui permet de découvrir et de développer les Lumières de sa raison, les Lumières qui sont en lui. (À ne pas confondre avec la Grande Lumière.)

Ainsi quand Kant répond précisément à la question de Biester : Qu’est-ce que les Lumières ? C’est la sortie de l’homme hors de la minorité où il se maintient par sa propre faute. » On y voit le renoncement de l’homme à sa paresse intellectuelle, ses préjugés, les dogmes qui lui sont imposés, pour réaliser ce renoncement encore faut-il qu’il s’impose la volonté de travailler à se perfectionner. Les Lumières lui permettront alors de se libérer de toutes les tutelles, dans une démarche d’accomplissement de l’être, et je dirais pour ma part avec l’aide du Grand Architecte de l’Univers, principe unique. Cette démarche est parfaitement en rapport avec la démarche maçonnique. Acquérir la liberté de penser par soi-même, c’est la devise des Lumières. Faire le choix de la justice et non de la violence, de la tolérance et non du fanatisme. Les Lumières, c’est donc la liberté de conscience, la liberté d’expression. C’est le progrès de l’homme et de l’humanité, le courage de s’exonérer de toutes les tutelles, le refus de l’arbitraire.

Dès le début de son introduction dans son livre L’héritage des Lumières Antoine Lilti, évoque l’attentat du journal Charlie Hebdo en Janvier 2015 et le slogan : « Je suis Charlie »associé à la citation attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je ma battrais pour que vous puissiez le dire. » Les Lumières brillaient dans ce moment douloureux d’un éclat infini, quasi universel, comme un élan de fraternité humaine. Ces Lumières ranimées semblaient devoir briller à jamais et éclairer le destin des hommes, leurs sociétés, les démocraties. L’intégrisme religieux condamné aux oubliettes de l’histoire ancienne. Notre président Emmanuel Macron dans son discours du 7 juin 2017 déclarait, comme le rappelle Antoine Lilti : « L’Europe et le monde attendent que nous défendions l’esprit des Lumières. » emphase du discours, louables intentions, mais associer exclusivement l’esprit des Lumières en creux à l’Europe était-ce judicieux ? Parler d’esprit des Lumières et non des Lumières dans leur globalité, n’était-ce pas en réduire la portée ? Je manque sans doute de tolérance. Antoine Lilti plaide pour une pluralisation des Lumières, comme la garantie de leur universalisation, les lumières sont inhérentes à l’homme à tous les hommes pas seulement aux occidentaux. L’actualité des dernières années semble lui donner raison. Nous, nous devons de réfléchir avec lui sur ses Lumières et leur histoire, pour vivre mieux notre présent, et éclairer notre avenir.

Réfléchir et penser librement mais comment ? Kant nous donne une boussole : « Il faut orienter notre pensée qui n’a ni objet, ni forme déterminée, ni règle prescrite. Elle produit son effet en même temps qu’elle invente la manière de penser… comment, il lui faut des indications, des indices, des signes pour s’orienter dans cet espace vide et indistinct. » Ces indices peuvent provenir de son éducation, comme de notre intuition de notre conscience du bon, du vrai, du beau. Kant poursuit : « Comment s’orienter, qu’est-ce que s’orienter d’une manière générale, c’est déterminer son Orient. » Je dirais faire des choix, le bien de la justice et de l’amour plutôt que la haine et la vengeance. Comment, mais comment enfin précisément ! Kant répond : « Nul ne cherche son Orient, s’il peut ou doit suivre un chemin déjà dégagé ou balisé. Seul celui qui s’est égaré ou se trouve dans l’obscurité cherche un point donné de l’espace par rapport auquel se situer. » Maître Eckhart et Angelus Silesius disent à peu près la même chose, c’est les ténèbres que l’on trouve la Lumière, c’est par le labyrinthe que l’on parvient au centre. Le profane ne lui aussi dit : j’étais dans les ténèbres, j’ai cherché, j’ai demandé, j’ai frappé, j’ai demandé la Lumière.

                                            Jean-François Guerry.

LA PRESSE EN PARLE

Les Lumières d’Antoine Lilti dans la presse :

 

Louées parce qu’elles seraient le fondement de l’esprit critique et de la démocratie, critiquées parce qu’elles seraient à l’origine de tous nos maux environnementaux, du rabaissement des femmes, de la minorisation des peuples « lointains », les Lumières restent le cœur battant de beaucoup de nos débats. L’historien Antoine Lilti, qui se promène depuis longtemps sur ce continent historique, va s’occuper de la chaire « Histoire des Lumières, XVIIIe-XXIe siècle » au Collège de France.

Le Nouvel OBS.

 


L’actualité des Lumières ne se dément pas. Elles sont prônées comme la source vive des valeurs modernes de liberté, de tolérance et d’égalité, ou, à l’inverse, dénoncées comme l’idéologie de l’impérialisme occidental et l’origine d’un culte irréfléchi du progrès technologique.  Comment comprendre qu’un mouvement intellectuel, si profondément inscrit dans les transformations sociales, culturelles et politiques du XVIIIe siècle, puisse susciter aujourd’hui encore tant de débats ? Comment échapper aux caricatures pour penser, sans fétichisme ni anachronisme, l’actualité des Lumières ? 

Les études historiques ont profondément renouvelé notre compréhension de ce que nous appelons les Lumières. Celles-ci ne sont plus perçues comme une doctrine homogène ou comme le programme théorique d’une modernité triomphante, mais comme un ensemble de débats, comme une réflexion polyphonique et critique portant sur les ambivalences des sociétés modernes. Nous évoquerons en particulier la question de l’autorité savante dans l’espace public, qui fut un des enjeux principaux de la réflexion des philosophes du XVIIIe siècle, confrontés aux nouveaux mécanismes de production de l’opinion. 

Penser historiquement les Lumières implique de restituer leur pluralité. Leur héritage n’est pas un trésor européen, encore moins national. Les Lumières, dont les sources mêmes sont multiples, ont été appropriées et réinterprétées dans différents espaces culturels. Une histoire comparée des Lumières doit permettre de repenser la question de leur universalité.

Commentaire leçon inaugurale Collège de France.

Antoine Lilti, historien, titulaire de la chaire Histoire des Lumières, XVIIIe-XXIe siècle, au collège de France, est l'invité du Grand entretien.

Quelques heures avant sa leçon inaugurale au Collège de France, l'historien Antoine Lilti revient sur la définition des Lumières. "C'est à la fois une période historique, le XVIIIe siècle, considérée comme révolue, et un courant philosophique, un ensemble de valeurs et d'idées : la liberté, la raison, l'émancipation, le savoir", explique-t-il. S'y intéresser permet de mieux penser les défis actuels. "On voit que la plupart des défis auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés nous renvoient à l'état du débat sur ces questions, que ce soit la liberté d'expression, la crise écologique. Le problème, c'est que nous manquons de profondeur historique".

Avec ses cours, et à travers une réflexion historique sur le XVIIIe siècle, Antoine Lilti veut donc donner "une compréhension de la façon dont cet héritage a été travaillé, redéfini, contesté, jusqu'à aujourd'hui". Au cours de l'entretien, il évoque par exemple la figure du charlatan, qui hante les Lumières, comme figure du faux médecin et "comme celui qui utilise la liberté pour tromper le public au lieu de l'éclairer".

Entretiens Radio France.

LE RISQUE DE COUPURES
Photo de williambout sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
L'OUVERT Part III

L’OUVERT Part III

 

Les Francs-maçons s’inspirent pour leurs travaux du symbolisme de la construction. Ils ont donc des matériaux qu’ils burinent, façonnent, travaillent, pour les mettre en rapport avec leur destination. Ils ont aussi des outils appropriés sans lesquels leurs édifices ne pourraient naître, voir la lumière.

L’apprenti a ses outils spécifiques comme le compagnon à les siens. Le maître plus instruit, perpétue les secrets de la construction. Il dirige les apprentis et les compagnons, il trace les plans, de manière à ce que les œuvriers puissent travailler avec de justes mesures, tailler leurs planches avec précision. Les Maîtres plus tard seront capables d’élever toutes les colonnes avec Force et Sagesse en Beauté, de graver celles-ci et les disposer aux endroits requis pour la solidité de l’édifice. Ils orneront les escaliers et les colonnes de balustres. Feront des balustrades, disposeront des voiles pour séparer les lieux saints des regards des profanes et de ceux dont l’instruction ne leur permet pas encore l’accès.

Pour édifier ces balustrades ils vont se servir des compas à balustre, ces compas de précision munis d’une vis de réglage qui permet stabilité et précision dans les tracés, ainsi les branches du compas sont écartées selon leurs souhaits et leurs connaissances, ils créés l’harmonie de la construction. Les balustres respectent la règle architecturale entre le jour et le plein d’une séparation ajournée égale à la moitié de leur plus gros diamètre, le balustre est-il le Nec plus ultra de la colonne ? La main courante s’appuie sur les balustres de l’escalier symbolisant l’ascension dans l’espace.

On remarque parfois au-dessus des clés anciennes un petit balustre qui avec son renflement symbolise la fleur du grenadier, cela rappelle les grenades disposées au sommet des colonnes à l’entrée du temple on y voit aussi des fleurs de lotus ouvertes, comme cette clé à balustre qui permet l’ouverture des coffrets à mathématiques renfermant les compas de l’esprit. Les balustres des maîtres, sont parfois si lustrer qu’ils sont éclatants de lumière. Nul doute qu’ils sont tracés avec un compas à balustre.

                                            Jean-François Guerry.

 

NOTE : « C’est vers 1650 que l’on voit apparaître les premiers petits compas à balustre que l’on retrouve dans les boîtes ou étuis. Bientôt apparaîtrons des compas à section rectangulaire en forme de carré long.

L'OUVERT Part III
L'OUVERT Part III
POÈME - Philippe Jouvert.

 

L’hiver au cœur

Et le souffle du vent me met le cœur en miettes,

Je cherche sur la dune des épines de pin

Et contemple là-bas mon cimetière marin,

Où s’estompe déjà l’obscure goélette...

 

J’ai le cœur en hiver ce matin de printemps,

Contemplant mes alpages où se meurent mes rimes

Que je beugle ou récite ça dépend de mon crime,

Et ça dépend du feu qu’attise le grand vent.

 

Je marche sur l’arrête de l’absente colline

Où la fièvre brûle d’une passion chagrine

Où j’aimais tant rêver au temps de nos mensonges

 

Elle m’arrimait là-haut en m’esquintant le cœur

J’ai l’hiver dans la tête en sectionnant ma longe

Qui laisse sur mon âme une étrange langueur…

Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

L'OUVERT Part III
Photo de toddcravens sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

LIRE
L'OUVERT Part III

Disponible en librairie à la FNAC et sur AMAZON -

Éditions Le compas dans l'oeil.

L'OUVERT Part III
Pour se procurer le livre renseignements par mail 

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
Le Grand Architecte de l'Univers William Blake

Le Grand Architecte de l'Univers William Blake

L’OUVERT – Part II-

 

L’initiation commence par le corps du moins dans son aspect cérémoniel. C’est guidé par la main d’un initié que le postulant après avoir subi les épreuves initiatiques prêtera son serment compas en main et pointe sur son cœur.

Estampe William Blake

Le compas avec sa forme anthropomorphe permet à l’homme de trouver sa juste mesure, bien ancré sur ses deux jambes. L’extrémité du pied de l’homme lui permet de tracer sur le sol un arc de cercle, la main mesure aussi avec l’empan, c’est-à-dire avec la distance entre le pouce et l’auriculaire.

Au bord du Nil dans l’antiquité égyptienne à nos jardins contemporains on a tracé et l’on trace des plans avec un simple piquet et une corde. Les élèves de l’école d’architecture de Salomon portaient avec eux un étui de mathématique dont ils connaissaient le contenu. Anaxagore de Clazomènes le philosophe présocratique 500 av. J-C disait : « L’homme pense avec sa main. » J’ai remarqué aussi que les architectes, les artistes peintres se saisissent de leurs instruments à tracer avec le compas que forme l’index et le pouce de leur main.

On trouve dans la Bible plusieurs références au compas, dans le livre de Job (qui avait voyagé en Égypte) chef d’œuvre littéraire du mouvement de sagesse ; on peut lire dans sa la Réponse à Bildad- Grandeur de Dieu (26- 10).: « Il a tracé un cercle à la surface des eaux, aux confins de la lumière et des ténèbres. »

Dans Les Proverbes – Sagesse Créatrice (8- 27, 30) : « Quand il affermit les cieux j’étais là, quand il traça un cercle à la surface de l’abîme, j’étais à ses côtés comme maître d’œuvre. »

Dans les Livres Prophétiques – Isaïe- Néant et idoles (44 – 13) : « Le sculpteur sur bois tend le cordeau, trace l’image à la craie, l’exécute au ciseau et la dessine au compas, il exécute l’image de l’homme selon la beauté humaine, pour qu’elle habite une maison. » Toute comparaison avec le tracé du tableau de loge image du temple est pertinente, un tracé malheureusement de moins en moins réalisé à la craie, on se contente de dérouler un tableau déjà imprimé. On pourrait parler à l’infini du symbolisme du compas, que l’on retrouve par exemple dans les croquis des Carnets de Villard de Honnecourt sur l’Escaut maître d’œuvre et architecte, qui a ouvert son compas jusqu’aux flèches des cathédrales. Le poète Dante dans sa Divine Comédie In Paradis : « Celui qui de son compas marquera les limites du monde et régla au-dedans ce qui se voit et tout ce qui est caché. » Les encyclopédistes Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert s’intéressèrent aussi au compas comme instrument du Grand Architecte de l’Univers et William Blake sublima cette idée du tracé de la terre avec sa célèbre estampe dans son Livre Europe. A Prophecy. Je pense aussi à Pythagore, à ses nombres sacrés fondateurs de toutes choses, mais aussi à géométrie. Sans oublier la théogonie d’Hésiode et le Timée de Platon. Je terminerais avec les Douze Chants le Paradis perdu du poète John Milton qui nous incite en quelque sorte à la reconstruction perpétuelle de celui-ci avec nos mains qui prolongent l’action du compas : « Alors il arrête les roues ardentes et prend dans sa main le compas d’or préparé dans l’éternel trésor de Dieu pour tracer la circonférence de cet univers et de toutes les choses créées. Une pointe de compas il appuie au centre, et tourne l’autre dans la vaste et obscure profondeur. Et il dit : jusque-là étends-toi, jusque-là vont tes limites ; que ceci soit ton exacte circonférence, ô monde ! Ainsi Dieu créa le ciel, ainsi il créa la terre ; matière informe et vide. »

On imagine que l’ordre existait à l’origine, force est constater que cet ordre s’est pour le moins modifié, dégradé, la faute à qui ? Mais puisque nous participons de la terre, nous revendiquons en être les citoyens, les locataires de passage, il nous importe de faire notre part du travail de rénovation et maintien de l’état des lieux où l’on réside, plus encore si nous revendiquons êtres les propriétaires de cette planète. Nous avons le devoir ici et maintenant de nous saisir de l’équerre de la rectitude et du compas de l’esprit avec nos mains humaines pour léguer à nos enfants une terre qu’ils puissent admirer, je dirais que ce serait démontrer notre amour de la terre et de nos enfants.

                                                     Jean-François Guerry.

Cahiers de Villard de Honnecourt sur l'Escaut
Cahiers de Villard de Honnecourt sur l'Escaut
Cahiers de Villard de Honnecourt sur l'Escaut

Cahiers de Villard de Honnecourt sur l'Escaut

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
L'OUVERT
Photo de marekpiwnicki sur Unsplash

L’OUVERT.

                                                         Pour mon Frère Jean-Jacques Compagnon du Devoir.

Nous avons redécouvert notre besoin d’ouverture au moment du confinement lié à la pandémie de la covid. Rien ne peut contenir ce besoin, par même les plus sombres dictatures. Les despotes chinois ou iraniens sont en train d’en faire l’amère expérience. Nous avons, sans souvent en être conscients le privilège de l’ouvert.

Ce n’est pas par hasard que la Franc-maçonnerie incarne cet ouvert avec ses grandes lumières symboliques, et plus particulièrement celle du compas, nous sommes parfois sans le savoir fascinés par ce compas, des circinusophiles qui s’ignorent.

Il suffit d’observer, notre corps qui est un compas avec ses deux jambes et ses deux bras, un compas d’épaisseur. Il est l’image du Franc-maçon reposant sur ses deux jambes et ses bras exécutant le signe royal.

Le compas simple avec sa tête haute symbolise l’ouverture de l’esprit, si l’on place une barre verticale, il forme un « A » la première l’apprenti qui appelle la deuxième et la troisième en formant le ternaire, un triangle qui ramène à l’unité.

Les jambes de Force du compas nous permettent d’établir et d’ouvrir notre esprit, elles nous permettent de marcher, d’avancer en étant relié à l’œil du centre qui indique toujours la direction de la lumière.

Ce compas de l’ouverture est indispensable pour le tracé des plans de la construction, c’est l’outil par excellence des géomètres. À l’entrée de l’académie de Platon l’on pouvait parait-il lire cette phrase burinée dans la pierre : « Nul n’entre ici s’il n’est géomètre. » L’on pourrait graver cette même phrase à l’entrée de la loge de maître, dans la chambre du milieu, comme témoignage de l’ouverture d’esprit que doivent avoir les maîtres.

L’esprit est bien l’outil suprême de l’homme, il guide sa main qui trace avec le compas sa vie sur la feuille blanche.

Bernard Palissy artisan, peintre, écrivain et savant de la Renaissance considérait le compas comme le premier outil, il lui donna vie dans ses rêves et le fit parler : « Il m’appartient l’honneur, car c’est moi qui conduis et mesure toutes choses ; aussi quand on veut réprouver un homme de sa dépense superflue, on l’admoneste de vivre par compas. Voilà comment m’appartient l’honneur d’aller le premier. » (1)

L’on comprend mieux pourquoi il est du devoir du Grand Maître Architecte de savoir ce que contient un étui de mathématiques, et en particulier un compas de proportions.

Le compas peut relier et tracer. La pointe au centre il trace la circonférence, ainsi il relie l’infiniment petit à l’infiniment grand, le minuscule point du centre grandit jusqu’à l’immensité de la circonférence.

La juste mesure du compas ouvre la porte de la sagesse. À l’origine le compas sépara la terre de l’eau dans la tradition judéo-chrétienne, instrument du créateur qui permis à l’homme solidement implanté sur ses deux jambes de pouvoir regarder le ciel, quand ses yeux furent ouverts aucune limite ne s’opposait plus à son esprit. En Orient dans le cercle les principes Yin et Yang sont réunis, imbriqués les passages du monde matériel au mon spirituel se succèdent, les deux mondes sont insécables, inséparables. L’homme sage aspire à faire grandir en lui le monde spirituel, il manie le compas avec sa dextre, c’est-à-dire avec la droiture de l’équerre, pour en appliquer la pointe sur son cœur. Le compas de l’esprit malgré toute sa grandeur, son immensité a besoin de la rationalité, de la droiture, de la fermeté de l’équerre.

Maçon la pointe du coeur sur le coeur

Si le compas symbolise l’ouverture de l’esprit, la main sur le cœur en équerre symbolise aussi la pureté et la dignité.

Pour tous les amoureux du compas les circinusophiles, le compas est bien plus que leurs deux jambes, c’est surtout leurs deux bras ouverts, leurs doigts ouverts qui pétrissent la pâte qui vient du blé de la terre pour en faire le pain nourriture spirituelle. Comme le disait le compagnon « Chien blanc tourangeau » le boulanger en écartant les doigts : « Les voilà nos compas ! Ils donnent à manger à tous les autres compagnons. » (2)

Le compas de l’ouvert, donne à manger à tous ceux qui ont faim de nourriture spirituelle.       

                                    Jean-François Guerry.

 

  1. – Bernard Palissy – Recette véritable- 1563.
  2. – Laurent Bastard- Conservateur du Musée du Compagnonnage de Tours. Extrait de L’Esprit du Compas outil et symbole de René Verstraete et Lionel Royer Éditions L’àpart du beau. Préface page 8.

À SUIVRE…

Voir les commentaires

Publié le
COMMUNIQUÉ DE BERNARD RIO "Les Portes du Sacré"
La première édition bientôt épuisée !!!
 
ven. 2 déc. 19:40 (il y a 4 jours)
 
À bernard
 
 
 
 
 
 
Le compte à rebours est lancé. 
Dans quelques jours, l'édition originale "Les portes du sacré" sera épuisée...
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>