Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Première de couverture un chant parmi les ombres de Pierre Tanguy

Première de couverture un chant parmi les ombres de Pierre Tanguy

MERCI À TOUS LES POÈTES

 

Quelques lignes, comme une pierre jetée sans pourquoi simplement pour faire des cercles dans l’eau. Quelques lignes à tous les poètes que j’ai lu et pas lu, à tous les poètes que je n’ai pas rencontrés et ceux que je n’ai pas reconnu.

À tous les poètes qui chantent dans des langues étranges et que je comprends, à leur amour pour la terre et les hommes, à leur quête de paradis éternel. Tous ces poètes dispersés qui se rejoignent en regardant la voûte étoilée, à tous ces rêveurs de cathédrales de lumière.

Merci à eux de faire de chaque jour un jour unique où le soleil se lève pour chasser inlassablement les ombres du cœur des hommes ; pour que l’amour fraternel triomphe.

À Pierre Tanguy celui du finis terrae :

-2-

Enfant, j’ai écouté ma grand-mère

Elle parlait de cimetière et d’enterrements

La mort n’était jamais un horizon lointain

 

Elle posait des glaïeuls sur la table de la cuisine

Elle ouvrait sa fenêtre

Et chantait des cantiques

 

Elle cheminait avec entrain vers les sanctuaires

Sous ses pas

Les herbes s’inclinaient

À son chant

Les fleurs des talus s’éveillaient.

 

Toutes les ombres s’effaçaient

Dans les sentiers bordés de noisetiers

 

Elle n’avait pas de doutes

Une terre promise l’attendait.

 

Pierre Tanguy –

 

J’avais la même grand-mère que Pierre Tanguy. Elle chantait avec les femmes dans l’église Saint-Pierre à Plougastel, elle chantait avec ma jeune cousine, qui revenait de temps en temps des îles lointaines et chantait en riant à tue-tête « aux ananas ! aux ananas ! » (1) ma grand-mère souriait. Je souriais aussi à côté, fier sur le rang des hommes. Nous mangions avec bonheur ce morceau de vie, il avait la saveur du gâteau de pâtisserie du dimanche.

                                                              Jean-François Guerry.

 

  1. Hosanna : hymne de joie.

Pierre Tanguy est un journaliste et écrivain originaire de Lesneven, il a vécu plusieurs années à Rennes et réside maintenant à Quimper. Le poème -2- est extrait de : Un chant parmi les ombres son 15ème recueil qu’il publie aux Éditions La Part Commune. Ce recueil est préfacé par François de Cornière un poète qui revendique son athéisme.

ISBN : 978-2-84418-385-9 sur 94 Pages 13€.

Laurier
Photo de kierinsight sur Unsplash

Laurier

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
MAÇONNOLOGIE ET INITIATION
Photo de gulfergin_01 sur Unsplash

MAÇONNOLOGIE ET INITIATION

 

Cette courte réflexion, pour démontrer que ce que l’on appelle la maçonnologie, peut transformer l’initiation maçonnique en un corpus dogmatique, qui transforme la méthode symbolique en une collection de dogmes, faisant de la Franc-maçonnerie une sorte de science ayant une dimension historique, littéraire, philosophique. Une sorte de dissection tendant à individualiser chaque mot, chaque rituel, chaque cérémonie. Une analyse phénoménologique dégradant l’unité de l’initiation, on est alors bien loin du doute constructif qui ouvre le compas de l’esprit, de l’acquisition de la capacité du cogito ergo sum, ou du Sapere aude. Vous me répondrez avec justesse l’un n’empêche pas l’autre, connaître ses racines, son histoire n’est pas inutile pour vivre le présent et imaginer l’avenir. Mais si l’initiation est transmission elle l’est de savoirs mais surtout d’une méthode de construction par soi-même de son soi, de la Connaissance de son soi. Elle est théorie mais surtout pratique, elle n’est pas information, mais formation pour une application à soi-même et plus dans la société. Comme le dialogue n’est pas un cours magistral dont le but est de convaincre l’interlocuteur que l’on détient la vérité, mais une aide, une méthode pour qu’il la découvre par lui-même, pour lui-même.

La pratique du doute constructif, permet l’ouverture du compas de l’esprit, de se préparer à recevoir toutes les idées, sans les rejeter, sans préjugés, il nous faut les examiner par respect des autres et ensuite faire son propre jugement.

Qui n’a pas été confrontés lors de travaux de loge aux diktats ou oukases d’un impérator victorieux et sûr de lui, affirmant que son interprétation d’un symbole, d’un mot est la seule bonne, prenant les mots pour idées. Un puits de science maçonnique en quelque sorte, quelle chance de rencontrer un tel homme, plein de certitudes et de vérités ! Souvent ses travaux donnés en loge ne suscitent aucun commentaire, aucunes questions, aurait-il endormi son auditoire ? Son texte est-il incompréhensible ? Une chose est sûre il ne fait pas naître beaucoup d’émotions.

Bien sûr, il convient d’admettre que le symbolisme, n’est pas un syncrétisme débridé, où plus rien n’a de sens, où la contradiction est permanente. Il y a ce n’est pas scoop des symboles universels communs à toutes les traditions, ils sont représentatifs des vertus elles-mêmes universelles, les savoirs ne sont pas les ennemis de la Connaissance ; ils sont utiles et doivent être employés pour accéder à la Connaissance, mais ils ne sont pas la Connaissance.

Les symboles fussent-ils universels provoquent en nous des réactions différentes, et suscitent des interprétations différentes, ils vivent en nous, donc nous transforment, ils sont comme nous-mêmes en permanence en mouvement, comme les bâtons du pèlerin des soutiens initiatiques.

Les symboles universels nous renvoient au même, au semblable, ils ont en quelque sorte une carte d’identité, c’est leur message universel. Mais ils nous interrogent aussi qui suis-je moi ? Comment je me comporte face à ce message de l’universel, ou je me situe dans ce cosmos, comment je me comporte. Le symbole est à la fois une mêmeté et une ipséité, les deux étant indissociables. L’invariant de l’identité universelle du symbole, évité toute polysémie, tout syncrétisme abusif qui dénaturerait la Force du symbole, en même notre ipséité permet l’interprétation singulière du symbole, qui apparaît dès lors comme étant à la fois le même et autre pour nous. Ce qui est identique, c’est en quelque sorte le noyau du symbole, son cœur, mais chacun a aussi un cœur qui bat différemment en fonction des moments et des confrontations avec les choses, les événements, les mots qui évoquent des choses différentes, ou au moins dont la force du ressenti est différente.

Vouloir imposer, sa vision personnelle c’est confondre l’universel et le multiple. Vous l’avez compris, cette réflexion est partie inspirée par la lecture de Paul Ricœur dans : Soi-même comme un autre.

L’on discerne là l’équivocité de l’interprétation des symboles et de leur valeur pour chacun, ce n’est pas un écueil mais une Force ; la conséquence est que l’on ne se lasse pas en loge à l’écoute des planches données par des sœurs et des frères différents sur le même symbole, qui se révèlent êtres les mêmes et autres à la fois. Ce qui impose à mon sens le respect de l’autre, cette altérité qui est l’intime de l’autre. Ainsi je pourrais avoir décrypté les plus occurrences symboliques des rituels, si je ne l’ai pas fait avec l’œil qui lève le voile et aperçoit le réel, mon propos sonnera creux, il sera sans âme.

C’est pourquoi, me semble-t’il que les plus belles planches, les plus belles interprétations des symboles sont toujours celles qui font naître les émotions du conférencier. C’est quand ses mains tremblent, quand ses lèvres balbutient, c’est là, à cet instant magique que son être intérieur, son Maître secret nous parle et que la joie résonne dans nos cœurs. Il s’initie, et nous nous initions avec lui, on est loin de la science de la maçonnologie, nous sommes dans le monde réel et vrai.

 

                                                              Jean-François Guerry.

MAÇONNOLOGIE ET INITIATION
Photo de dewang sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le
Les articles à lire ou relire à partir de votre moteur de recherche, ou sur demande par mail au format word à l'adresse :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

Vous voulez faire paraître un article dans le thème du blog merci de l'expédier par mail à l'adresse ci-dessus. Pour les auteurs faire connaître un livre etc... 

 

 

LA SEMAINE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR
Dimanche 13/11/2022 les Portes du sacré de Bernard Rio
LA SEMAINE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR
Photo de gkumar2175 sur Unsplash
Lundi 14/11
Tournez votre regard vers la Lumière de JF GUERRY.

 

Chante aussi vidéo 

 

Poème Philippe Jouvert.

 

Tenue de Mare Nostrum
LA SEMAINE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR
Photo de seanstratton sur Unsplash
Mardi 15/11

 

Anniversaire JF GUERRY
LA SEMAINE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR
Photo de marcospradobr sur Unsplash
JEUDI 17/11 

 

LA FRATERNITÉ À L'ÉPREUVE : JF GUERRY
LA SEMAINE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR
Vendredi 18/11 et Dimanche 20/11

 

Recension : 13ème CAHIER DE L'ALLIANCE - Le Banquet une éthique de la joie et du partage- PART I et PART II. par JF GUERRY

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
13ème CAHIER DE L'ALLIANCE

13ème CAHIER DE L'ALLIANCE

 

 

 

 VIENT DE PARAITRE-

 

Le banquet

une éthique de la joie et du partage

 

La nourriture contient l’incroyable merveille sensorielle du monde. Elle est indissociable de la vie mais on mange vraiment, seulement dans le partage.

Le monde naît dans le banquet !

 

Dans ce numéro, les auteurs nous invitent tour à tour à la table de l’antiquité gréco-romaine où les formes du banquet sont très ritualisées, à celle des récits bibliques, expérience de communion davantage que de consommation, en passant par la table de Gargantua et celle de la Renaissance, avant d’arriver à nos agapes fraternelles.

« Partager le pain et le sel », c’est par cette expression qu’on rappelle que les Frères se sont réunis pour les agapes. La forte charge symbolique de ces deux éléments, pain et sel, donne la pleine dimension de ce repas placé sous le signe de l’amour.

 

Et pour prolonger cette réflexion, il faut revisiter la vertu cardinale de tempérance, comme un écho au “toast du Tuileur“ qui appelle à « la sagesse et la modération dans l’usage des biens de ce monde ».

 

Au sommaire

 

Fred PICAVET,  Le banquet

Gaston-Paul EFFA, L’alliance sacrée avec la nature

François-Xavier TASSEL, Du banquet civique au banquet fraternel

Jean-Claude TRIBOUT, A la table de l’antiquité gréco-romaine

Richard BACIN, A la table de Rabelais

Jean DUMONTEIL, A la table des récits bibliques

Jeûnes et interdits alimentaires

Laurent QUIVOGNE, Abondance et sobriété

Jean DUMONTEIL, Méditation sur le pain, le sel, l’agape et la libation

 

 

 

« Cahiers de L’Alliance » n°13, Le banquet, Ed Numérilivre,

Paris, octobre 2022, 120 pages, 20 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

 

 A commander sur   www.eosphoros.fr   ou   www.numerilivre.fr

 

 

 

Au rythme de 3 numéros par an, les « Cahiers de L’Alliance » sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Directeur de la rédaction : Jean DUMONTEIL  - Rédacteur en chef : Jean-Claude TRIBOUT

RECENSION : TREIZIÈME CAHIER DE L’ALLIANCE- LE BANQUET- Une éthique de la joie et du partage. PART -II-

 

À la suite de l’avant-propos de Fred Picavet le Grand Maître de la GL AMF, qui met l’accent sur le premier rôle du banquet son essence le Partage. Car après-tout l’on peut manger pour manger, sans se sustenter c’est-à-dire chercher des forces dans la nourriture qui soient au-delà du physiologique, c’est alors manger seul, sur le pouce, sur son seul pouce un sandwich qui réduit la nourriture à sa seule matérialité et dont une des formes modernisées est le hamburger. Les amateurs de cette nourriture, se précipitent l’un derrière l’autre, chacun regardant le dos et les pieds de l’autre en file silencieuse pour recevoir comme des bêtes leur ration. Au mieux le regard plongé sur leur smartphone s’inquiétant de la qualité du WIFI, une mauvaise réception les obligerait à parler aux autres, à dialoguer, à faire partie de la communauté humaine. « Celui qui ne parle pas à un homme, ne parle pas à l’homme. Celui qui ne parle pas aux hommes ne parle à personne. » Antonio Machado – Poète espagnol.L’homme qui mange en ne voyant que les bouts de ses doigts, ne participe pas au banquet fraternel.

Gaston-Paul EFFA, lui nous parle à propos du banquet, des repas pris ensemble, en famille, avec des amis, c’est tout autre chose…Il discerne dans ces banquets « Une Alliance Sacrée avec la nature. » Le banquet devient alors une célébration, un rite initiatique. Son article commence par ces mots : « On mange pour la naissance, on mange pour la mort…on mange pour les initiations. »

Manger nous rappelle Gaston Paul EFFA est lié avec un événement, on ne se rappelle pas du sandwich anonyme avaler, on se rappelle du repas partagé avec ses parents, ses amis, ses sœurs et ses frères. La saveur de ces banquets est sublimée par les mots échangés, les rires, les joies, les paroles des convives. Gaston Paul EFFA souligne que ces banquets nous relient aux autres à la nature. Imperceptiblement ce ne sont pas nos sens, mais notre esprit qui conduit, quand le soleil brille ou quand les étoiles illuminent le ciel à sortir pour manger, pour communier avec la nature c’est un des messages de Gaston-Paul EFFA.

Il nous incite à ne pas négliger la simplicité des repas partagés, ne pas négliger non plus notre corps porteur de notre esprit qui élève notre âme. Partager le repas, en faire un banquet, éviter qu’il ne devienne qu’une simple pause, un intervalle au milieu du travail qu’il faut réduire absolument. Cela me fait penser au lecteur qui avale les mots de son livre, de ce livre qui jamais ne lui fait lever les yeux, il mange il ne se nourrit pas. Pourtant chacun sait, que l’on ne mange pas pour manger, qui n’a pas entendu sa mère lui dire : « Mange bien si tu veux grandir ! » Cela, peut faire sourire, est-ce seulement du bon sens ?

Plus profondément Gaston-Paul EFFA nous dit : « Le partage est un art, celui de nourrir en soi la vie pour en assurer la durée. » Le dernier chapitre de son article élève la nourriture au rang du sacré. « Le repas est une partition qui donne à chacun une place dans la communauté. » Le repas partagé relie donc au sacré à l’amour de l’autre, l’amour le plus grand des biens, la plus haute des vertus. Les stoïciens pensaient que c’est par la pratique d’exercices simples que l’on devient homme. Marc Aurèle, l’empereur stoïcien écrit dans ses Pensées pour lui-même, qualifiées d’évangile éternel par Ernest Renan : « Mange comme un homme, bois comme un homme, maire-toi, fait des enfants, mène une vie de citoyen. » Mais aussi : « Évite de te césariser ! ». C’est pourquoi, la table du banquet doit-être ouverte à tous aux plus riches, mais surtout aux plus humbles. Les stoïciens l’avait il y a longtemps déjà compris parmi eux l’on trouvait un empereur, des ministres mais aussi l’esclave Épictète référent de l’empereur.

Le banquet de Gaston-Paul EFFA, nous rappelle que nous sommes des hommes et non bêtes ou des barbares, le banquet est bien une éthique de la joie et du partage.

                                            Jean-François Guerry.

 

À SUIVRE …

 

À LIRE : Le 13ème Cahier de l’Alliance.

Abonnement : GL-AMF – CAHIER DE L’ALLIANCE –

8, rue Gesnouin 92110 CLICHY.

3 numéros pour 48 €

Où chez : www.eosphoros.fr

Où chez Numerilivre : www.numerilivre.fr

RECENSION : TREIZIÈME CAHIER DE L’ALLIANCE- LE BANQUET- Une éthique de la joie et du partage. PART -II-
Photo de raphhowald sur Unsplash
POÈSIE de Philippe Jouvert

 

La destruction du Temple

 

Quand l’élu fut déchu, ils se virent orphelins

Privés d’une lumière délicieuse et pure

Et des larmes amères coulèrent sur leurs figures

Tandis que dans le ciel s’immisçait le déclin.

 

Les grands élus doutaient et la Voûte sacrée

Qu’ensemble ils atteignirent avait un goût de sang ;

Ils contemplaient les ruines de leurs temples absents

Où Galaad périt par l’amour consacré.

 

Ils tendirent leurs bras vers l’azur infini

En clamant leur amour en une litanie

Adressée au très-haut quémandant des réponses.

 

Le ciel restait muet quand ils quittèrent Juda.

Guibulum chevauchait au milieu des ronces

Quand il vit se lever l’invincible armada…

Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Les 4 éléments Jean Beauchard Blog EKTABLOG

Les 4 éléments Jean Beauchard Blog EKTABLOG

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

RUINES
Bombardements en Ukraine Le TEMPLE DÉTRUIT image France-Info

Bombardements en Ukraine Le TEMPLE DÉTRUIT image France-Info

Voir les commentaires

Publié le
COMMUNIQUÉ
ACADEMIE MAÇONNIQUE

DE LILLE




Samedi 26 novembre 2022

9 h à 13 h




Apports des philosophies

et des religions

à la Franc-maçonnerie
 
 
 

Ma Très Chère Sœur,
Mon Très Cher Frère,

Nous avons grand plaisir à diffuser les informations concernant les prochaines rencontres de l'Académie maçonnique de Lille qui se tiendront le samedi 26 novembre à Ronchin, mais qui seront diffusées en direct pour les autres régions.
La participation aux frais pour la journée est de 15 €, mais l'accès et la retransmission sont gratuits pour tous les abonnés 2022 de l'Académie Maçonnique Provence.
Vous trouverez ci-dessous le programme complet de la journée ainsi que le bulletin d'inscription qui doit être retourné à l'adresse suivante :
 
Cette adresse est également valable pour toute demande d'information complémentaire.
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
RECENSION : LE TREIZIÈME CAHIER DE L’ALLIANCE -Le Banquet- Une éthique de la joie et du partage.

 

 

 

 VIENT DE PARAITRE-

 

Le banquet

une éthique de la joie et du partage

 

La nourriture contient l’incroyable merveille sensorielle du monde. Elle est indissociable de la vie mais on mange vraiment, seulement dans le partage.

Le monde naît dans le banquet !

 

Dans ce numéro, les auteurs nous invitent tour à tour à la table de l’antiquité gréco-romaine où les formes du banquet sont très ritualisées, à celle des récits bibliques, expérience de communion davantage que de consommation, en passant par la table de Gargantua et celle de la Renaissance, avant d’arriver à nos agapes fraternelles.

« Partager le pain et le sel », c’est par cette expression qu’on rappelle que les Frères se sont réunis pour les agapes. La forte charge symbolique de ces deux éléments, pain et sel, donne la pleine dimension de ce repas placé sous le signe de l’amour.

 

Et pour prolonger cette réflexion, il faut revisiter la vertu cardinale de tempérance, comme un écho au “toast du Tuileur“ qui appelle à « la sagesse et la modération dans l’usage des biens de ce monde ».

 

Au sommaire

 

Fred PICAVET,  Le banquet

Gaston-Paul EFFA, L’alliance sacrée avec la nature

François-Xavier TASSEL, Du banquet civique au banquet fraternel

Jean-Claude TRIBOUT, A la table de l’antiquité gréco-romaine

Richard BACIN, A la table de Rabelais

Jean DUMONTEIL, A la table des récits bibliques

Jeûnes et interdits alimentaires

Laurent QUIVOGNE, Abondance et sobriété

Jean DUMONTEIL, Méditation sur le pain, le sel, l’agape et la libation

 

 

 

« Cahiers de L’Alliance » n°13, Le banquet, Ed Numérilivre,

Paris, octobre 2022, 120 pages, 20 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

 

 A commander sur   www.eosphoros.fr   ou   www.numerilivre.fr

 

 

 

Au rythme de 3 numéros par an, les « Cahiers de L’Alliance » sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

 

Directeur de la rédaction : Jean DUMONTEIL  - Rédacteur en chef : Jean-Claude TRIBOUT

RECENSION : LE TREIZIÈME CAHIER DE L’ALLIANCE -Le Banquet- Une éthique de la joie et du partage.

 

Juste avant la fermeture des travaux maçonniques la loge résonne de cette injonction : « Que la joie soit dans les cœurs ! » Comme un signe, une volonté, une espérance. Quand le volume de la Loi Sacrée est refermé, la porte de la loge s’ouvre sur le monde extérieur, les sœurs et les frères, se précipitent vers la salle humide, celle des agapes. Le maître des cérémonies se retrouve souvent bien seul pour remettre le temple dans son état antérieur. (La Fraternité semble parfois avoir des limites, certaines sœurs et certains frères sont plus souvent dans le paraître, plus enthousiastes à ciseler leurs planches qu’à aider leurs sœurs où leurs frères aux tâches matérielles.)

Les banquets, les agapes qui prolongent les tenues régulières et rituelles prennent des formes différentes suivant les rites initiatiques, mais se rejoignent dans leur but, faire des agapes un moment de partage fraternel.

Ce moment qui fait suite à la sacralité de la tenue maçonnique, est un moment intermédiaire comme un sas entre l’espace sacré et l’espace profane, physiquement la salle des agapes se situe à proximité de la loge et c’est important, les agapes quand elles ont lieu dans un restaurant avec des personnes n’ayant pas participé à la tenue, ne sont plus le prolongement de la tenue.

J’imagine, que les maçons opératifs dans leurs loges adossées aux murs extérieurs des cathédrales, quand ils s’étaient transmis les secrets de la construction, de leur construction, quand les plans étaient soigneusement rangés, enfermés. Ils dressaient la table pour partager les agapes. L’apprenti maçon qui n’a jamais préparé les agapes, ni servit ses frères à table, n’aura pas expérimenté la nécessaire humilité recommandée pour réaliser son parcours initiatique. Les travaux de loge fussent-t ’ils d’une haute teneur intellectuelle, ne sont rien sans l’humble Fraternité, ils ne peuvent concrétiser la construction d’un monde meilleur, qui oblige au partage.

« Que la lumière qui a éclairé nos Travaux continue de briller en nous pour que nous achevions au-dehors l’œuvre commencée dans le Temple… » Rituel du R E A A.

« Mes frères …je vous invite tous à un banquet frugal et fraternel, venez-y goûter dans une société de frères, les charmes de l’égalité. »  Rituel du R E R.

Ainsi s’ouvrent les Travaux de table dans « les loges de table », véritables supports de la convivialité et de la Fraternité. Les banquets ont été ritualisés comme par exemple au Rite Français, il s’agit alors d’une véritable tenue ayant la particularité de se dérouler à table.

 Remarquons la sagacité des rédacteurs de ce 13ème Cahier de l’Alliance qui ont choisis le thème du banquet dans cette période proche du solstice d’hiver. Lors des banquets d’ordre, les flambeaux qui vont briller sur la table vont symboliser le retour de l’ascension de la lumière. Le pain sera partagé entre compagnons, va devenir le symbole des nourritures spirituelles, le vin bu dans les coupes symbole de la Connaissance. Les santés portées par les frères des signes de l’union fraternelle qui unit les sœurs, les frères et les hommes en général. Personne n’est oublié dans ces banquets, ni les puissants qui font preuve de sagesse et de modération, ni les pauvres qui auront une place de choix à la table fraternelle, ne seront pas oubliés non plus les absents et ceux qui souffrent. Le banquet ainsi sacralisé devient une chaîne d’union entre les hommes.

Dans ce Cahier de l’Alliance l’Avant-Propos de Fred Picavet le Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, fait l’éloge du partage. Ce lien qui unit tous les hommes leur permet « de vivre ensemble ». Il souligne que le banquet « organisé » permet « dans l’athanor du corps » de réaliser « la transmutation de la matière en énergie (…) alimente le plan spirituel au travers de l’égrégore. » Il souligne en conclusion de son Avant-Propos, que les maçons ne doivent pas oublier « Que l’agape fait partie intégrante de la Tenue. » Nous avons pu mesurer cette réalité quand nous étions soumis aux règles sanitaires, la suppression des agapes a détourné plusieurs sœurs et frères des loges. Les agapes ont la saveur de la fraternité, les Tenues sans le partage des agapes perdent une partie de leur saveur, l’initiation se fait d’abord par le corps, c’est sa porte d’entrée, vers l’esprit. Sans les accolades fraternelles et les agapes partagées, l’on rentre chez soi avec un manque d’énergie.

                                                     Jean-François Guerry.

 

À suivre : L’Alliance sacrée avec la nature. Gaston-Paul EFFA

Du Banquet civique au banquet fraternel. François-Xavier Tassel.

 

À LIRE : Le 13ème Cahier de l’Alliance.

Abonnement : GL-AMF – CAHIER DE L’ALLIANCE –

8, rue Gesnouin 92110 CLICHY.

3 numéros pour 48 €

Où chez : www.eosphoros.fr

Où chez Numerilivre : www.numerilivre.fr

RECENSION : LE TREIZIÈME CAHIER DE L’ALLIANCE -Le Banquet- Une éthique de la joie et du partage.
Photo de jlcoupaud sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
LA FRATERNITÉ À L'ÉPREUVE
Photo de youssefnaddam sur Unsplash

LA FRATERNITÉ À L’ÉPREUVE

 

La Franc-maçonnerie telle que pratiquée en Grande Loge de France et dans beaucoup d’obédiences. Associe et confond spiritualité et humanisme pratique individuelle dans un cadre collectif, comme des regards convergents dans la même direction, des milliers de petites lumières rassemblées dans un prisme et qui se diffusent ensuite dans le monde. Ces lumières si faibles soient-elles, sont à l’image de l’humble colibri, qui sans cesse œuvre à la réalisation d’une utopie dans laquelle il discerne la réalité d’un demain plus juste, plus beau, plus vrai, meilleur. Le Franc-maçon par sa démarche, active, volontaire élève sa dignité et celle de ses Frères humains, sans vanité à hauteur d’homme. Ainsi se construit, brique après brique une société plus belle, plus tolérante, une société faite de pierres vivantes et actives. Sans cela, la Franc-maçonnerie, ne serait qu’un cénacle ou sont entendues des spéculations intellectuelles, une compilation imparfaite de savoirs temporaires, propices à favoriser les egos de quelques-uns. Il ne s’agit pas de remettre en cause l’utilité des savoirs, des sciences, des progrès qui soulagent l’homme dans ses tâches les plus pénibles. Les symboles et leurs outils, ne vivent que par les idées qu’ils génèrent, ils sont des instruments de la construction, favorisent par les idées qu’ils dissimulent, le passage du visible à l’invisible. Ils donnent accès au feu intérieur de l’esprit qui anime l’âme.

Dans l’initiation maçonnique, comme dans les autres, il y a des passages, des parcours, des chemins. Le Franc-maçon marche à l’horizontal, puis en se perfectionnant il aspire à connaître les plus hautes sphères de la spiritualité. Son regard change, se convertit progressivement, plus que de voir, il regarde le monde et les autres, l’autre, son visage et partage avec lui. C’est par le corps, l’extériorité qu’il affronte l’autre, devient responsable de l’autre, c’est une épreuve qui lui permettra l’accès au meilleur qui est en lui. Extériorité et intériorité pour une réalisation d’unité, son regard se tourne de plus en plus vers plus haut que lui. Il n’est cependant pas un mystique ou un anachorète, sa réalisation spirituelle et humaine se réalise pour son profit personnel et celui des ses Frères, des autres. Plus il s’élève, plus se rapproche des autres, plus il fait alliance avec les autres, après avoir fait alliance avec le principe. L’épreuve de la Fraternité est peut-être la plus difficile, l’amour de l’autre avec ses qualités, sa proximité est assez facile. Dès que l’autre nous montre, ses défauts, ses imperfections, ses parts d’ombre, son éloignement l’épreuve est plus dure, elle devient une responsabilité, un devoir. Admettre que nous sommes le gardien de notre Frère, de nos Frères, sans fuir et chercher un quelconque bouc-émissaire, faire preuve de tolérance sans tomber dans l’indifférence est une épreuve. Ceux qui parviennent à franchir cette épreuve, sont reconnus comme justes, ce sont des praticiens de la Fraternité, souvent de grands initiés, comme Jean par exemple qui nous recommande de « faire en actes pas en paroles », Socrate, Confucius … et le plus humble de tous.

Quelques réflexions sur la spiritualité, qui n’est pas opposable à la Fraternité. La spiritualité est souvent associée à la religion, à une religion, elle devient alors une dévotion et souvent par conséquence une contemplation. Elle serait dans ce cas : « Tout ce qui a rapport aux exercices intérieurs d’une âme dégagée des sens, qui ne cherche qu’à se perfectionner aux yeux de Dieu. » Transformer la matière en esprit, et non faire pénétrer l’esprit dans la matière pour l’améliorer. Chateaubriand a vu dans le Génie du Christianisme cette faculté de transformation du but de la spiritualité en amour de l’autre, en loi d’amour. En élevant la vertu d’Amour au premier rang des vertus, le christianisme a fait de l’Amour fraternel une valeur universelle, valeur reprise dans la plupart des traditions initiatiques. La spiritualité devient alors inséparable de l’amour et de la Fraternité. Peu importe le principe, la polysémie du mot, il y a un rassemblement dans l’unité. Les dieux, le Dieu, le soleil, le feu, l’esprit, la parole, la vérité même. Il y a deux princes souverains l’un temporel et l’autre spirituel ensemble ils ne font qu’un. L’homme perd son temps en voulant les séparer, se séparer d’eux, l’alliance entre le temporel et le spirituel, permet l’action dans le monde. Jusqu’au seuil de l’Orient éternel, l’homme ne peut vivre en séparant  le corps de l’esprit, la foi et la raison, l’Amour du principe et l’Amour de l’homme. Foi et Raison sont les deux ailes de l’espérance. Jusqu’au moment où la chair quittera mes os, je serais fait de corps et d’esprit. J’aurais peut-être insensiblement fait penché, un peu, un tout petit peu la balance qui pèsera mon âme vers l’esprit plus que la matière avant de franchir le fleuve.

De La Fraternité elle est en nous, elle est nous, faisons en sorte qu’elle le soit toujours. Parce qu’elle est à la fois le ferment et le ciment de l’humanité, le ciment de l’union entre les hommes. Elle concrétise cette union, comme la spiritualité elle est, elle n’a pas besoin d’adjectif, elle n’est ni religieuse, ni laïque, ni blanche, ni noire, elle est universelle. Tout autre formulation entrainerait son amoindrissement, en ferais une solidarité de groupe ou de circonstance. Les Francs-maçons l’ont bien compris, en faisant le ciment de leur institution. Ce ciment des pierres vivantes que nous sommes, sans elle nous ne serions que des pierres sèches, séparées, tremblantes, soumises à tous les vents, prêtes à s’écrouler sans le soutien des autres. La Fraternité, serait-ce cette tension permanente qui nous relie à plus haut que nous, à l’amour inconditionnel de l’autre différent de nous et le même à la fois. Elle est le levier de la morale la plus élevée. Cette morale aujourd’hui aussi à l’épreuve,  comme l’écrivait E. Levinas dans Totalité et infini son essai sur l’extériorité, cette morale donc : « dont il importe au plus haut point de savoir si l’on n’est pas dupe de la morale. La lucidité - ouverture de l’esprit sur le vrai – ne consiste-t-elle pas à entrevoir la possibilité permanente de la guerre ? » Force est de constater, que les faits de notre actualité font plus que d’entrevoir, ils affirment cette possibilité, la concrétise. Il rajoutait : « l’état de guerre suspend la morale. » J’abonderais, comme le manque de Fraternité suspend l’amour entre les hommes. Cet état de guerre : « dépouille les institutions et les obligations éternelles de leur éternité et, dès lors, annule, dans le provisoire, les inconditionnels impératifs. Il projette (l’état de guerre) d’avance son ombre sur les actes des hommes. La guerre ne se range pas seulement -comme la plus grande- parmi les épreuves dont vit la morale. Elle la rend dérisoire. »

Je dirais par une analogie, que je concède exagérée, que les performances intellectuelles, les exercices intellectuels d’information, s’ils ne sont enrichis par des exercices spirituels de formation et d’application nécessaires à l’élévation de l’homme, de ses états de conscience, s’ils ne sont pas soumis sans cesse à l’épreuve de la Fraternité. Ils sont alors comme les ricochets de ces pierres plates, incapables de pénétrer dans la profondeur de notre intérieur et de participer à sa construction et son élévation. Les savoirs appréhendés par notre intellect fussent t’ils immenses, s’ils ne cherchent pas le chemin de notre cœur s’ils ne frappent pas à sa porte, ils résonnent alors comme des cymbales sans but, incapables de pénétrer dans notre cœur, ils ne servent à rien. La spiritualité ne peut vivre qu’en symbiose avec la Fraternité. Nous serions donc inconséquents à vouloir les opposer. La joie ne pourrait pas alors être dans nos cœurs, et nous ne pourrions pas transmettre au dehors les vertus approchées expérimentés dans nos loges et parmi celles-ci l’Amour Fraternel, la plus sublime d’entre elles.

Je dédie ces quelques lignes à toutes les Sœurs et les Frères et en particulier à mon Frère F. D en le remerciant pour la grandeur de sa Fraternité en actes pas seulement en paroles.

                                            Jean-François Guerry.        

LA FRATERNITÉ À L'ÉPREUVE
Photo de louis_mna sur Unsplash

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
L'ANNIVERSAIRE
Photo de epan5 sur Unsplash

L’ANNIVERSAIRE

Dans un mois, dans un mois bientôt, déjà ! Le 17 décembre j’ai crié sur tout, sur la route, sur la voiture, sur la nuit trop noire, sur la bête, sur les autres, sur moi, des pourquoi sans réponses, qui laissent seul.

Pas facile de naître, d’être. Encore moins de partir vers l’inconnu seul.

Courbé, je regarde, cette pierre sculptée lisse, sur laquelle glisse mes larmes.

À Paimpol ses cendres sont dans le carré numéro quatre, le carré Vert, la pierre est en granit Rose.

Emmanuelle, la fleuriste la paix soit avec elle, dépose chaque mois les fleurs de sa boutique le Nid fleuri.

 

À Paimpol, entre les pierres poussent sans cesse les herbes folles qui défient la mort, c’est la nature, il me reste tous les autres qui m’attendent.

Parfois, l’été, un papillon tourne autour de moi joyeux, il s’élève et disparaît dans la Lumière.

                                            Jean-François Guerry.

 

 

PARTIR

S’il nous faut naître pour mourir,

il nous faut aussi peut-être mourir pour renaître.

Il n’est pas facile de naître,

comme il n’est pas facile de mourir

car nous avons peur de quitter

la vie que nous connaissons,

pour une vie inconnue.

 

 

Et de même qu’il existe des naissances avant terme,

Il y a des morts qui nous semblent bien prématurées.

Mais la vie pousse toujours en avant.

 

 

« À moins qu’il ne meure,

le grain ne porte pas de fruit. »

Il nous faut un jour quitter notre manteau d’hiver,

pour vivre un printemps nouveau.

« La vie ne nous est pas ôtée. Elle est transformée. »

Finalement, la mort n’existe pas.

Bien sûr, il y a la mort corporelle

qui fait souffrir et pleurer

mais ce n’est pas la mort spirituelle.

 

L’homme ne meurt pas.

La mort est un accouchement vers la lumière.

 

Henri Meunier – Extraits de Partir – Méditations sur la vie – Éditions Gründ. 

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
TOURNEZ VOTRE REGARD VERS LA LUMIÈRE
Photo de mnelson sur Unsplash

TOURNEZ VOTRE REGARD VERS LA LUMIÈRE…

 

C’est Lundi, la Lumière va devenir de plus en plus dense. Au faîte des colonnes d’arbres surgira peu à peu le feu du ciel pour inonder la clairière. C’est le moment où les oiseaux commencent à parler aux hommes et aux Roses dont les larmes glissent sur le velours des pétales.

L’athanor de l’alchimiste se réveille et commence à chanter, le feu des Druides bouillonne dans mon labyrinthe intérieur réchauffe mon cœur mon âme. À Délos sur les pentes douces du mont Cynthe, Hécate Artémis et Séléné fertilisent l’esprit des hommes. C’est Lundi, jour de la « lumineuse active », jour de méditation et de métamorphose, mon regard se tourne vers la Lumière, sans rire c’est le moment de demander la Lune, la douceur de son miel, de s’accrocher comme le Petit Prince à son croissant pour grandir un peu.

                                                     Jean-François Guerry.

CHANTE AUSSI !

 

Proposition de  Philippe Jouvert.

20e Anniversaire

MARE NOSTRUM


LOGE REGIONALE DE RECHERCHE
DE LA GRANDE LOGE DE FRANCE
N°1306
 
Mon Très Cher Frère, Ma Très Chère Sœur

J'ai le plaisir de te transmettre l'invitation de Mare Nostrum, Loge de recherche Méditerranée de la Grande Loge de France, qui fêtera son 20e anniversaire le samedi 19 novembre au Château Saint-Antoine à Marseille.

La journée se déroule en deux parties :
- La tenue anniversaire au 1er degré le matin.
- Une conférence -Master Classe, l'après-midi, ouverte aux tous les Frères et Sœurs de tous les degrés et de toutes obédiences

La journée sera riche et tous les Frères de Mare Nostrum seraient honorés de votre participation...


 
MARE NOSTRUM

No 1306

 
Samedi 19 Novembre 2022

Château Saint-Antoine
 10, boulevard Jules Sébastianelli
13011 Marseille

 

Programme de la journée
 
10 heures


Tenue du 20e Anniversaire

Avec la participation de
Jean-Jacques Zambrowski


Grand Maître honoris causa de la GLDF
Vénérable Maître de la loge nationale de recherche
Le Marquis de La Fayette



Conférence de

Jean-Luc Potherat

Vénérable Maître Fondateur
de Mare Nostrum



Histoire(s) de la création
de Mare Nostrum



 
12h30
Agapes très fraternelles





14h00



CONFÉRENCE
MASTER CLASSE


Ouverte à tous les Francs maçons
et Francs-maçonnes de toutes obédiences



Comment construire et réussir

une recherche historique

et maçonnique ?


 
Découvrir une méthode simple et efficace avec 

 
Yves HIVERT-MESSECA
Universitaire, historien

Méthodologie d’un travail de recherche
historique et maçonnique 



Christine ROUX
Docteur ès Lettres, historienne
Droit Humain


De l’intuition à l'affirmation


François ICHER
Universitaire, historien 

L'historien face à l'étude 
d'une société initiatique



Gérard AVENEL
Auteur, membre de Mare Nostrum

Paroles d’un FM historien amateur 


 
Tous les Frères de Mare Nostrum seraient honorés de vous accueillir lors de cette journée et nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire en cliquant sur le lien ci-dessous

 
Je souhaite participer à la journée

du 20e anniversaire de

MARE NOSTRUM



Bien fraternellement,
 
Alain Boccard
Vénérable Maître
Loge régionale de recherches MARE NOSTRUM
N°1306

Pour me joindre par mail pour tout autre sujet que la présence ou l'absence:

Loge régionale de recherche MARE NOSTRUM
 
 
 

Contact : academie.maconnique.provence@gmail.com
Téléphone: 06 ​42 26 75 95

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
LES PORTES DU SACRÉ

Quoi de mieux que d'ouvrir la porte à celui qui frappe, celui qui frappe à notre porte fait appel à notre coeur, notre bon coeur!

Dans un monde matérialiste, monétisé à outrance, déshumanisé, désacralisé, il reste face à nos yeux des espaces, des lieux, où l'âme endormie renaît, s'élève et prend son essor. Le corps vibre alors, tremble parfois, mais surtout vit. Quand l'oeil du coeur s'ouvre la vie reprend Force et vigueur. Il est des livres, qui une fois ouverts, ne se referment pas, ils nous aident à nous tenir debout. Dans un monde trop horizontal, et dont l'horizon a oublié sa couleur azur. Bernard Rio, avec son talent et ses connaissances nous incite à regarder les symboles, mais surtout les idées qu'ils cachent. Lire" les Portes du Sacré" est une aventure, la plus belle aventure qui soit celle qui fait passer de la matière à l'esprit.

 

Jean-François Guerry 
Une communication de Bernard Rio

Chère lectrice, cher lecteur,

 
Vous avez été destinataires de mes courriels annonçant mes dernières parutions, car vous avez, un jour ou l'autre, croisé ma route ou lu un de mes ouvrages.
 
Aujourd'hui, je vous épargnerais un copier-coller de mes envois antérieurs afin de vous donner un autre point de vue de l'édition et de mon actualité éditoriale. 
 
Le monde change. Ce n'est pas la fin du monde mais la fin d'un monde. 
 
En effet que nous le voulions ou non, nous sommes tous confrontés à ce changement. Les auteurs, qui continuent d'écrire leurs historiettes comme si de rien n'était, et les éditeurs qui continuent de les publier appartiennent à l'âge du déclin.
 
L'édition est à l'image de la société. Elle est malade, comme frappée d'un mélange d'affairisme, de népotisme, d'égocentrisme et de wokisme. 
 
Il n'y a néanmoins pas de problème sans solution. Et la publication de mon dernier livre est une aventure sortant de l'ordinaire. Peut-être relève-t-elle d'une utopie, mais si tel était le cas il s'agirait d'une union féconde de la pensée et de l'action augurant un nouveau cycle !
 
Cet automne, deux éditeurs m'ont publié dans des registres différents : 
"Hauts lieux de l'histoire en Bretagne" (édition Le Papillon rouge, diffusion Ouest-France)
"Les portes du sacré" (édition Ar Gedour, diffusion Coop Breizh)
 
La publication initiée par Ar Gedour s'inscrit dans une démarche éditoriale novatrice. C'est une première pour un auteur comme moi, habitué à travailler dans un cadre "classique" de l'édition : un contrat d'édition préalable à la rédaction de l'ouvrage, puis, après remise du manuscrit, une liberté totale de l'éditeur pour fabriquer et diffuser l'ouvrage. 
 
Dans le cas des "Portes du sacré", l'éditeur a utilisé son fichier clients ainsi que les réseaux sociaux pour promouvoir l'ouvrage bien en amont de la publication, ce qui a permis d'une part de vérifier l'adéquation du projet avec le lectorat, et d'autre part de financer en grande partie la maquette et l'impression de l'ouvrage.
 
Lorsque la souscription a été close, la pré-vente de l'ouvrage s'est poursuivie jusqu'à la parution du livre en octobre. Les lecteurs ont ainsi validé la démarche de l'éditeur qui a cependant dû surmonter un handicap de taille à la fin de l'été : 
l'envolée des prix du papier et de fabrication due à la crise énergétique ! 
 
Cette inflation aurait pu remettre en cause la publication de ce volume de 504 pages, mais elle a pu être surmontée grâce aux efforts consentis par l'éditeur et par les auteurs.
 
Dans cette même logique de changement de paradigme, l'éditeur a associé des libraires à la promotion de l'ouvrage pendant la seconde quinzaine d'octobre. 
 
Editeur, libraires et auteurs, nous avons animé un cycle de conférences inédites puisqu'organisées directement par les libraires, sans le soutien des journaux institutionnels (presse quotidienne et hebdomadaire régionale), mais avec l'aide de médias audiovisuels et alternatifs (radios et réseaux sociaux). Là encore, ce fut une démarche nouvelle et enrichissante.
 
Le bilan est positif, et je ne peux que remercier Eflamm Caouissin d'avoir ouvert une porte et de m'avoir proposé une nouvelle manière de travailler. 
 
La parution des "Portes du sacré" augure par la forme participative (auteurs, éditeur, libraires, lecteurs) et par son approche transdisciplinaire d'une édition innovante.
 
Compte-tenu du rythme des ventes depuis la parution du livre, la première édition de l'ouvrage sera épuisée avant Noël. C'est une bonne nouvelle.
 
Après la hausse des coûts de fabrication, le coût de diffusion (55% du prix du livre hors taxe) par Coop Breizh ne permet pas à l'éditeur n'assurer une marge bénéficiaire mais seulement d'équilibrer les comptes de fabrication. Aussi, les ventes directes auprès des libraires partenaires et sur le site de l'éditeur Ar Gedour ont elles été privilégiées.
 
Les libraires partenaires d'Ar Gedour sont les suivants :
  • LOCRONAN : Librairie Celtique – place de l’Eglise, 29180 Locronan
  • LORIENT : librairie « Quand les livres s’ouvrent » – 47 rue Maréchal Foch, 56100 Lorient
  • NANTES : librairie Siloë – 3 r Gén Leclerc Hauteclocque, 44000 Nantes
  • PONT-AVEN : Pension Gloanec – 5, Place Gauguin – Pont-Aven
  • PARIS : La Nouvelle Librairie – 11 rue Médicis – 75006 Paris
  • PONTIVY : Trady Breizh – 6 rue du Fil, 56300 Pontivy
  • QUINTIN : « le Marque-Page » – 8 rue des Toiles, 22800 Quintin
  • RENNES : Librairie « L’encre de Bretagne » – 28 Rue Saint-Melaine, 35000 Rennes
  • SAINTE ANNE D’AURAY : Magasin de la Basilique – 7 rue de Vannes – 56400 Sainte Anne d’Auray
 
Une seconde édition des "Portes du sacré" est attendue. Pour intégrer un nouveau surcoût de fabrication de 32 % annoncé en novembre par l'imprimeur, l'éditeur étudie diverses alternatives techniques afin que cette hausse ne porte pas préjudice aux nouveaux lecteurs. 
 
Pourquoi donc vous avoir affranchi de la gestation de ce livre ? 
 
D'une part il me paraît opportun de partager l'information en amont de l'achat d'un livre. D'autre part, je crois utile d'impliquer mes lecteurs dans la démarche de mon éditeur. Le monde du livre ne fait pas exception à ce qui se passe en ce moment dans le monde, un frémissement en surface et un mouvement d'une grande ampleur dans les profondeurs !
 
Il appartient à chacun de ne pas s'accrocher à un ancien régime et d'imaginer des solutions nouvelles, des rapports économiques différents, moins déséquilibrés que ceux issus de la société qui se lézarde sous nos yeux ! 
 
En conclusion, et pour revenir au sujet du livre coécrit avec Loïc-Pierre Garraud, Alain Perrot et Jean-François Le Roux. Il me plaît de penser que ce sujet hors mode (l'architecture des anciens sanctuaires chrétiens de la Bretagne) soit associé à une conception hors norme de l'édition et de la diffusion du livre en 2022 ! C'est là un pied de nez aux marchands du temple (au sens propre et au sens figuré)
 
Pour les lecteurs curieux qui souhaiteraient découvrir "Les portes du sacré, voici quelques liens utiles,
 
 
 
 
 
Si vous souhaitez commander un ouvrage, Ar Gedour vous offre un code de réduction PONCTUEL qui vous permettra d'avoir le port gratuit : quand vous commandez en ligne sur https://www.argedour.bzh/produit/les-portes-du-sacre-de-bernard-rio/ , indiquez le code promotionnel PDS2022 dans la case correspondante, validez le code, puis validez le panier.
 
C'est grâce aux lecteurs que ce livre a pu voir le jour. Comme l'éditeur et les libraires partenaires, les lecteurs peuvent être les acteurs et pas seulement des consommateurs. 
 
Aux premiers souscripteurs des "Portes du sacré", des liens seront adressés par messagerie privée pour télécharger deux vidéos et participer à un webinaire.
 
Merci à tous ceux qui ont souscrit aux "Portes du sacré". Merci à tous ceux qui soutiendront d'ici Noël la démarche d'Ar Gedour.
 
Bien à vous
 
Bernard Rio
Nous sommes loin du secret maçonnique, même de la discrétion trop souvent mise en avant. Le fameux complot instillé par les extrémistes en prend un coup. Il n'y a pas de mal à faire voir que la Franc-maçonnerie est fidèle à son but agir pour rendre la société, plus vivable, plus humaine, plus fraternelle, en deux mots plus juste et plus belle.

Félicitations aux Soeurs et aux Frères du Grand Orient de France de Vannes.

Jean-François GUERRY.

 
À Vannes, la fondation du Grand Orient de France a remis 7 500 € au restaurant associatif Ty Colibri
Publié le 09 novembre 2022 à 10h30
 

Michel Brochard, vice-président de la fondation du Grand Orient de France a remis un chèque de 7 500 € au restaurant Ty Colibri, en présence du maire adjoint Mohamed Azgag et de quelques habitants de Michel Brochard, vice-président de la fondation du Grand Orient de France a remis un chèque de 7 500 € au restaurant Ty Colibri, en présence du maire adjoint Mohamed Azgag et de quelques habitants de Ménimur, à Vannes.

Lundi 7 novembre, à Vannes, la fondation du Grand Orient a remis un chèque de 7 500 € à Akim Khounchef, responsable du restaurant Ty Colibri.

Créée en 1987 et basée à Paris, la fondation du Grand Orient de France agit dans différents domaines : actions humanitaires, enfance en difficulté, domaine culturel et laïcité républicaine. Lundi 7 novembre, en présence du maire adjoint Mohamed Azgag et de quelques habitants du quartier de Ménimur, son vice-président Michel Brochard a remis un chèque de 7 500 € à Akim Khounchef, responsable du restaurant associatif Ty Colibri.

CONFÉRENCES DE JC SITBON
LES PORTES DU SACRÉ
C'est avec bonheur que notre poète Philippe Jouvert reviens enrichir le Blog.

Fuite

 

Sous le soleil glacé, ses ritournelles meurent,

La pluie dégoulinant sur l’arrête de son cœur

Il ressemble à l’intrus apprivoisant son corps

Pour tuer la passion, jurant de port en port…

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée quand sa compagne dort

Quand il fait froid dehors et qu’il maudit son sort

Sous la lune diaphane qui révèle son décor…

 

Il dît un jour: «je pars!», je fuis vers l’horizon

Où disparaissent, tels d’erratiques fantômes,

Les souvenirs honnis des années polychrome

Sur la rive assassine de mon destin abscons.

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée quand sa compagne dort

Quand il fait froid dehors et qu’il maudit son sort

Sous la lune diaphane qui révèle son décor…

 

Se retournant il vît, sur le pas de la porte

Sa compagne d’hier; elle était résignée

Les bras le long du corps comme une pâle escorte,

Qui taisait ses reproches sous un air indigné.

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée quand sa compagne dort

Quand il fait froid dehors et qu’il maudit son sort

Sous la lune diaphane qui révèle son décor…

 

Un instant il doutât; il ne lui devait rien,

Ni promesse ni tendresse, il lui laissait du bien,

Et quelques souvenirs, mais l’amour était mort

Il ne pouvait plus rien sinon briser le sort.

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée quand sa compagne dort

Quand il fait froid dehors et qu’il maudit son sort

Sous la lune diaphane qui révèle son décor…

 

Cette halte assassine qui durât tant d’années,

L’avait privé d’espace et puis de liberté,

La belle insouciance de ses années d’errance,

Où il se sentait vivre sans aucune allégeance.

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée quand sa compagne dort

Quand il fait froid dehors et qu’il maudit son sort

Sous la lune diaphane qui révèle son décor…

 

Regardant par-delà le sentier pierreux

Partageant le vernis d’un jardin de banlieue,

Son regard se posa sur la branche d’un chêne

Qui pointait vers le ciel où se brise les chaînes.

 

Il est seul sur la grève et contemple le port

Au bout de la jetée et sa compagne pleure

Il fait si froid dehors, elle tremble de peur

Sous une lune absente  qui éteint le  décor…

Philippe Jouvert

AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE L'AUTEUR.

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Astuce : cliquez sur les images pour les aggrandir.

 

FAITES CONNAÎTRE LE BLOG À VOS AMIS.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>