Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Tour de Babel National Géographic

Tour de Babel National Géographic

LA POLYSÉMIE DES MOTS, UNE RICHESSE …

 

 

 

Derrière les mots, des images, des symboles, derrière les symboles des idées, derrière les idées l’infini, le monde imaginal un autre monde que celui connu par les sens et l’intellect. Un troisième monde, un intermonde à découvrir entre le sensible et l’intelligible. Un monde de l’inconscient, que révèle la polysémie des mots.

S’abstenir de réduire, de dogmatiser, ouvrir son cœur et son âme tendre vers l’absolu, déchirer les voiles, pousser encore et encore les portes, laisser entrer le souffle, ouvrir les fenêtres.

 

Partir de l’un vers le multiple, pour retourner à l’unique, la polysémie des mots est un levier pour connaissance. Elle permet l’accès à la richesse des différences, la connaissance de l’autre, le respect de l’autre.

 

Dans un monde univoque au même son, on oublie que le même mot cache des différences de significations, ce monde des apparences, n’est pas le monde réel. La polysémie est plurivoque.

 

La pensée occidentale contemporaine, sous une apparente diversité est une pensée souvent unique. L’individuel se confond avec l’individualisme.

 

L’initiation maçonnique, est un éveil, un essor de l’être intérieur, une tension vers la spiritualité, le sacré, le divin sans dogmes, elle donne un sens et du sens à la vie. Par l’appropriation des mots de passe, de reconnaissance, des mots sacrés, des images et des symboles, l’on avance par degré sur le chemin de la Connaissance, de la vérité, de la parole originelle. Chacun ses propres mots sur le même chemin, toutes les valeurs essentielles des traditions sont transmises par les mots justes qui sont universels et se retrouvent dans une tradition première, primordiale, le multiple se retrouve dans l’un.

 

À chacun ses mots, ses rites, ses rituels, la sève, le suc, l’essence, la moelle de toutes les traditions se retrouvent une tradition primordiale.  Ainsi l’Occident va à la rencontre de l’Orient, le nadir le soleil à minuit, va à la rencontre du soleil au midi, au zénith. Le fil à plomb est toujours présent au centre de l’espace sacré pour nous rappeler que ce qui est en haut est semblable à ce qui est en bas.

 

La polysémie des mots incarne la pensée de l’autre, impose le respect et l’écoute de l’autre. En franc-maçonnerie l’on vient comme on est, avec ce que l’on a sa soif de connaissance, sa faim de nourritures spirituelles, l’on sait que nous aurons à boire et à manger tant que nous aurons faim et soif. Nous recevrons, mais notre devoir sera aussi de transmettre, de donner ce que nous avons reçu, nous donnerons avec nos mots et nos frères transmettrons avec les leurs, ce qui compte c’est le sens, la direction, l’harmonie des notes dans cette partition universelle.

 

En douceur, mais aussi avec la force des mots, l’exigence de l’action. À chacun l’image de son Grand Architecte, de son Géomètre suprême, ce principe qui régit le monde dans son ensemble et nous tous en particulier à un nom aux multiples significations, nous sommes incapables de le prononcer, mais nous pouvons en épeler quelques syllabes, un jour peut-être, nous pourrons au-delà de nous-mêmes retrouver ce nom, cette parole unique et multiple.   

 

Jean-François Guerry. 

Polysémie

Polysémie

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
Babylone

Babylone

ENTIÈREMENT DE MÉMOIRE….

 

 

La transmission constitue le socle, l’assise d’un rite initiatique, les rites maçonniques n’échappent pas à cette règle. L’enfant apprend à parler en écoutant sa mère. La mère des enfants de la veuve, c’est-à-dire des francs-maçons est leur Loge Mère. C’est dans l’espace sacralisé de la loge après avoir franchi la porte du temple que l’apprenti maçon recevra le premier mot. Il passera ‘en force’ par le souffle du Vénérable Maître de la Loge, et il descendra au plus profond de son être intérieur. C’est ce premier mot qui ranimera l’étincelle de lumière qui n’a cessé de briller en lui depuis le début des temps. La force du souffle fera de cette étincelle un flambeau, qui se transmettra de cœur à cœur. C’est le par le cœur si bien régénéré dans le rite émulation.

 

La vraie transmission est donc orale, c’est ce souffle qui pousse et ouvre les portes fermées, c’est ce souffle qui déchire les voiles, ouvre les yeux.

C’est le psaume du prophète Jérémie qui revient à notre mémoire :

« Si je t’oublie Jérusalem, que ma main droite se dessèche !  

Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le premier sujet de ma joie. »

Ces mots sont la mémoire de la liberté à conquérir, à retrouver. Ils doivent êtres transmis, Moïse le bègue depuis l’épisode biblique du buisson ardent, où il reçu la parole, ne sachant pas lire, ne sachant qu’épeler a transmis à Aaron la parole, pour qu’elle ne soit pas perdue.

Le mot à peine prononcé, à peine épelé est un appel à notre mémoire. L’art Royal est, se fonde dans l’Art de la Mémoire, le frère Charles-Bernard Jameux en a fait la démonstration dans ses recherches sur l’origine de la franc-maçonnerie spéculative.

 

L’initiation maçonnique est à la fois personnelle et collective, sans le secours des autres nous ne pourrions retrouver les mots perdus, même s’ils sont en nous, le rite transmis agit comme un levier pour soulever la pierre cachée. Comme un guide pour aller dans la vallée de Josaphat franchir le Cédron entre le mont des oliviers et le mont du temple, obtenir la liberté de passer sortir de l’exil, ne pas oublier.

 

Revenir à la source de la fontaine de jouvence, pour se purifier dans l’eau de la mémoire, puis donner à boire à ceux qui ont soif, transmettre le souffle, donner le mot, les mots qui résonnent en nous depuis le début des temps. Les donner entièrement par cœur, par le cœur, donner le souffle reçu, le feu de l’empyrée, qui brûle en nous, pour que sans cesse l'acacia reverdisse, pour que le grain tombe en terre, pour que la joie de l'amour règne parmi les hommes. 

 

 

Jean-François Guerry.

 

 

 

À lire : L’Art de la Mémoire et la formation du symbolisme Maçonnique. Par Charles-Bernard Jameux aux Éditions Dervy.

ENTIÈREMENT DE MÉMOIRE....

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
LA VIE EN VRAC

LA VIE EN VRAC, FRAGMENTS…

 

 

La vie en morceaux, brisée, cassée, la vie à construire, à reconstruire, plus modestement à réparer, comme on peut. Remettre un peu d’ordre dans le chaos, mais surtout beaucoup d’amour, la rose est sans pourquoi.

 

L’HOMME ET LA MACHINE, L’HOMME ROBOT

 

L’homme créateur, l’homo faber d’Henri Bergson celui qui est capable du meilleur comme du pire. Le constructeur des robots qui libèrent où qui asservissent. La machine à toujours faim, jour et nuit elle ne connaît pas de repos, l’homme est son chevet à son service. Il faut travailler en 3 x 8, il faut rentabiliser la machine. Il faut renoncer à voir grandir ses enfants, à partager les repas de famille, la machine à faim tout le temps. Les hommes se relaient à son service et se délient entre eux.

 

À MON FRÈRE

Mon frère, j’ai un temps espérer que le facteur soit en grève, mais la lettre est bien arrivée ce matin. Quelques lignes, seulement quelques lignes, comme un bruit sec, un clap de fin. Une lettre de démission, ta démission mon ami, mon frère, toi qui à toujours été fidèle, qui à toujours été présent, sans rien demander en retour que la joie de rendre ce que tu avais reçu. Toi qui n’as jamais cherché les grades et les honneurs, tu étais simplement présent avec nous dans cette aventure merveilleuse de l’initiation. Tu étais là pour toi, mais aussi surtout pour les autres.

Mais ta lettre est arrivée, il faudra la lire, la relire, elle est un simple merci à tous, pour tout. Elle est un engagement sur un autre chantier, le temps presse pour l’essentiel.

Un regret sans doute d’avoir trouvé tout en haut de la pyramide des cœurs secs, remplis d’ironie, d’égoïsme et de vanité, qui ont réussis à ternir les valeurs et les vertus tant défendues avec humilité. Hélas le poisson pourri toujours par   la tête suivant le proverbe chinois, et il suffit d’un poisson pourri pour contaminer tout un panier.

 

Un autre de tes frères m’a dit tout simplement il démissionne, c’est regrettable, mais il est grand ! C’est le mot juste, tu es grand et libre, bonne route mon frère.

 

À MES CERTITUDES…

 

La voie était tracée, l’ordre devait régner sur le chaos. J’avais j’en étais persuadé, les bonnes manières, j’avais convoqué tout ce qui était bon pour moi et les miens. Le bon Job, le bon compte en banque qui va avec, la bonne assurance de moi-même, et celle sur tout, le bon placement qui devait rapporter, la bonne école pour les enfants, le bon endroit pour vivre loin de la pauvreté des autres, je prendrais une bonne retraite, j’avais beaucoup appris à prendre et à avoir et peut-être pas assez à donner ? J’étais dans l’impossibilité de tout perdre, de devenir pauvre comme Job.

Marion Muller-Collard écrivaine, théologienne protestante écrit :

 

« Un virus arrive, et ce virus, ou les mesures pour le contrer, nous propulse avec Job sur le tas de fumier vieux comme l’humanité : celui des désillusions de l’homme qui perd. »

 

Et puis il y aura la lumière celle de l’espérance et du courage, celle que Kipling enseigne à son fils : tu seras un homme mon fils si….

Alors il faudra comme les agriculteurs replanter dans les champs et les cœurs les graines de l’amour fraternel, car rien ne meurt vraiment….

PHILIPPE JOUVERT EST REVENU….

 

 

 

La ville assoupie

 

Entendez braves gens le vent glapir dehors

Sous vos fenêtres closes, il souffle sur la braise

De nos rêves d’infortune, nos somptueuses thèses,

Les douces certitudes de nos vies indolores.

 

La ville est assoupie et les hommes se terrent,

On les entend parfois chahutant au balcon

Pour conjurer le sort du châtiment abscons

Qu’ils reçurent en partage d’avoir voulu se taire.

 

Tandis que les soignants s’agitent en tout sens

Pour préserver la vie et calmer nos souffrances

J’observe le destin d’un monde à l’agonie.

 

Par-delà les frontières de ma quête muette,

J’aperçois la folie d’un rêve racorni

Et tranche alors mes fils de triste marionnette...

 

PHILIPPE JOUVERT – Avril 2020

MANOIR DE KERDREAN LE BONO 56 CAUSERIE PABLO CASALS

 

UN ÉVÉNEMENT Mercredi 5 Août 2020

 

Au Manoir de Kerdréan, le manoir de la pierre, au Bono sur les bords du golfe du Morbihan une rencontre avec le violoncelliste René Benedetti et son ami le musicologue Hervé Deroeux. À guichet fermé ils ouvriront la porte à quelques privilégiés pour une causerie musicale sur le thème : Pablo Casals le violoncelliste de la paix.

PABLO CASALS LE VIOLONCELLE DE LA PAIX
René Benedetti Violoncelliste
Hervé Deroeux Musicologue

 

EN HAUT, PLUS HAUT…

« Il y a un temps pour tout dit l’Ecclésiaste : un temps pour agir, un temps pour contempler, un temps pour la peine encore, un autre pour la joie. »

 

Jean-François Guerry.  

Voir les commentaires

Publié le par JF GUERRY
Madrid

Madrid

Se perdre pour se trouver, se retrouver…

 

 

Celui qui recherche la pleine lumière est sans le savoir perdu dans les ténèbres. Comment supporter la grande lumière, vouloir être dans la lumière sans s’y être préparé, sans être initié, c’est succomber sous les coups de son ego. 

 

Le cheminement d’Icare dans le labyrinthe construit par Dédale est à ce titre exemplaire, comment éviter la chute, comment ne pas se brûler les ailes en plein soleil. Dédale l’architecte connaît les secrets du labyrinthe, il donne à Thésée le fil d’Ariane pour sortir du labyrinthe après avoir tué le minotaure, Thésée fuit le vice pour pratiquer la vertu. Il sort des ténèbres du vice pour aller vers la lumière de la vertu. Mais il ne peut le faire sans l’aide du fil d’Ariane confié par l’architecte, ce fil est semblable à un bâton de pèlerin, une frêle baguette de roseau, le contenu d’un rituel, la montée d’une échelle, une élévation par succession d’états de conscience.

 

Dédale, le maître architecte, aime son fils Icare. Il l’aide à construire les ailes qui lui permettrons de s’élever vers la lumière, le mettant en garde, contre le feu destructeur de sa vanité. Perdu, plonger dans les ténèbres il doit apprendre à se garder d’une trop grande lumière, apprendre la connaissance de ce qui est en bas. La lumière réveille le jeune enfant, elle éclaire l’adolescent elle illumine l’adulte face à la porte de l’orient éternel.

Ne pas mépriser ce qui est en bas, travailler nic et hunc dans une sodalité fraternelle, ici et maintenant. Pour pouvoir atteindre le sommet de la montagne, mais surtout retrouver le chemin de la descente rempli de joie.

 

L’on peut se perdre dans les ténèbres mais aussi dans la lumière. L’initié qui garde en lui la vertu la plus grande, l’essence même de la vie, la vertu d’amour évite la chute. Celui qui sait humblement se perdre, garde l’espérance de se trouver de se retrouver.

 

Jean-François Guerry.

 

Angelus Silesus :

 

« N’adresse pas des cris à Dieu, c’est en toi qu’est la source ; n’en bouche pas l’issue elle coulera pour toujours. »

 

« Ah ! Ne cours pas au-delà des mers après l’esprit et la sagesse : la dignité de l’âme vient de l’amour seul. »

Japon et Pérou
Japon et Pérou

Japon et Pérou

Voir les commentaires

Publié le par JF GUERRY
PARUTION N°2 LA REVUE L'INITIATION TRADITIONNELLE
La Revue L'Initiation Traditionnelle est parue vous pouvez la consulter en ligne c'est entièrement gratuit.
Ci-dessous le sommaire.Un article sur la révolution française particulièrement intéressant, une chronologie historique.

Le numéro 2 de l'année 2020 de la Revue L'Initiation Traditionnelle est paru

Depuis 2013, la revue L'Initiation est devenue une revue en ligne qu'il vous est possible de télécharger gratuitement sur le site Web LInitiation.eu au format pdf. A cette occasion, la revue L'Initiation se nomme désormais revue L'Initiation Traditionnelle pour bien préciser son caractère traditionnel.

Sommaire du numéro 2 de 2020

  • Éditorial, la Révolution française, par Bruno Le Chaux
  • 1789-1799 - La Révolution française, par Annie Delcros
  • Louise Marie Thérèse Bathilde d’Orléans, par Fabien Decorps
  • Le problème Marcion : un questionnement incompris, par T Lazarus
  • L'eucharistie gnostique, par T Lazarus
  • Méditation gnostique sur les ordres mineurs, par T Lazarus
  • Saint-Expédit l’Égyptien, par Gaëtan Adam
  • Joseph de Maistre et les Martinistes, Par Saturninus
  • Instruction particulière et secrète à mon fils, par jean-Baptiste Willermoz - seconde partie : cahiers 5, 6, 7, 8 et 9
  • Les livres et les revues
Accès WEB cliquez sur le titre en rouge.
L'Initiation - Philosophie - Théosophie - Histoire - Spiritualité - Franc-maçonnerie - Martinisme - Revue des divers courants initiatiques et de la tradition ...

Voir les commentaires

Publié le
L'AMOUR DE LA SAGESSE

L’Amour de la Sagesse

 

 

C’est en contemplant les merveilles de la nature et la beauté des créations humaines en les associant ce qui est en haut étant semblable à ce qui est en bas, c’est ainsi que l’on trouve en cherchant les clés qui ouvrent la porte de l’esprit, puis celle du cœur et le sommet de l’âme.

 

Le fusain, la branche de saule noircie, guidée par la main de l’âme trace sur la feuille blanche de notre vie, les plans de notre temple intérieur. À force de construire et de reconstruire les ouvrages de pierre, l’on construit le temple de l’esprit. En prenant la douce et lente habitude de cultiver dans son jardin les vertus cardinales, elles finissent par s’enraciner au plus profond de nous, sur leurs branches poussent les fruits de la foi, de l’espérance et de la charité.

 

Du plus profond de la terre, de notre caverne intérieure ou brille la lumière éternelle, porteur du flambeau de la joie nous apparaissons plus radieux que jamais, nous montons les barreaux de l’échelle mystérieuse qui mène jusqu’aux hautes sphères de la spiritualité.

 

En cette fin de juillet, la nuit s’illumine d’étoiles filantes, que nos mains ne peuvent retenir, mais notre souffle les suit. Comme nous avons suivit l’étoile flamboyante, l’étoile des chercheurs, l’étoile des navigateurs. Après avoir tracé l’étoile, sans lever la main de la planche, après avoir construit tant d’œuvres de pierre, Emerek l’homme véritable, va construire son tabernacle pour accueillir le sacré en lui. Il a appris le maniement des outils de mathématiques. Il a les clés à lui d’ouvrir les portes de la connaissance qui le guideront jusqu’au centre de lui-même, là où est son cœur et son âme.

 

Comment y parvenir en mettant dans son bissac toutes les vertus cardinales, pour aller du visible à l’invisible avec l’humilité vers la sagesse. Cette sagesse que l’on approche que grâce à l’ultime vertu de l’amour de son soi véritable et l’amour des autres.

 

Jean-François Guerry.

R E R Jean-Claude Sitbon

R E R Jean-Claude Sitbon

Jean-Claude Sitbon écrivain, Franc-Maçon spécialiste du Rite Écossais Rectifié.

 

Voir son site :
rite-écossais-rectifie.com

 

Voir les commentaires

Publié le par JF GUERRY
LE SENS DE L’HONNEUR IV- RECENSION DU 6ème CAHIER DE L’ALLIANCE.

LE SENS DE L’HONNEUR IV- RECENSION DU 6ème CAHIER DE L’ALLIANCE.

 

 

Le thème du Sens de l’Honneur mis à l’honneur dans le 6ème Cahier de L’Alliance se clôture par deux interventions l’une sur Le Serment Maçonnique ses origines et son histoire par Claude Beau ancien Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, Claude Beau s’intéresse particulièrement aux différents Rites Maçonniques, ceux-ci contiennent tous des serments aux divers degrés qui les structurent.

Puis intervient Jean Dumonteil responsable du pôle Dialogues-Recherche-Spiritualité à la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française et de surcroît Vénérable Maître de la Loge de Recherche de l’Alliance quand on aime…

Il nous propose Une Méditation sur l’Honneur, si le serment incarne et impose le respect de la parole donnée, la Méditation sur l’Honneur peut apporter des réponses au pour quoi du sens de l’honneur.

S’il existe des pénalités qui sanctionnent la rupture des serments, la plus grande des pénalités est bien celle que l’on s’inflige à soi-même en étant parjure, on est frappé par le déshonneur, cela mérite une méditation.

 

Claude Beau : Le Serment Maçonnique ses origines, son histoire. Les serments maçonniques des Francs-Maçons opératifs prononcés dans les corporations de métiers, les guildes de bâtisseurs, et sans doute les Collegias romaines. Scellaient les secrets des métiers. Ces serments, ont perdurés dans les rituels des francs-maçons spéculatifs, nous pouvons mesurer leur importance au regard des pénalités morales infligées en cas de rupture. Serment, Secret, Sacré sont indissociables ou plutôt créent une échelle initiatique.

 

La transmission des rituels de manière orale à ses débuts a rendu nécessaire les obligations de serment, et leur a donné plus de force.

 

Claude Beau traite des origines du serment dans l’ancien et le nouveau testament de la genèse à l’arrestation du prophète Jésus, puis dans le moyen-âge chez les bâtisseurs de cathédrales.

Pour arriver aux Serments Maçonniques chez les Francs-Maçons spéculatifs, il nous fait une description intéressante de la gestuelle symbolique liée à l’exécution des serments.

Claude Beau nous parle ensuite des pénalités symboliques liées à ces serments. Pénalités qui font couler beaucoup d’encre dans les milieux antimaçonniques. Chacun sait bien sûr, qu’on extrait chaque année des centaines de cadavres suite à des cérémonies maçonniques !

 

Il termine son article sur la Lumière qui fait son apparition suite au serment. Cette Lumière incline à la Méditation sur l’honneur. Le respect des serments honore les francs-maçons, les rend plus vertueux, c’est sans doute pourquoi ils sont sans cesse renouvelés tout au long de leur initiation. Jean Dumonteil nous précise que la vertu d’honneur est une valeur sûre, parce que c’est la seule vertu, dont on ne peut pas se vanter. Elle permet la reconnaissance du maçon par ses frères, ainsi commence à peu près la Méditation sur l’honneur de Jean Dumonteil il poursuit avec la beauté des gestes de celui qui a le sens de l’honneur. Cela me fait penser à Emerek : « l’homme vrai en toutes circonstances », il pourra devenir le chef d’une des douze tribus d’Israël.

L’homme d’honneur, d’engagement possède en lui une force qui lui donne un horizon moral, éthique c’est un Grand Maître Architecte capable de construire les temples les plus sublimes et surtout son temple intérieur.

L’homme d’honneur est un homme de courage qui respecte ses engagements, ses serments jusqu’à la mort. Il a la force de l’humilité qui surpasse celle de l’ambition et de l’égoïsme, suivant ainsi la voie de l’amour tracée par le plus humble de tous, jusqu’au sacrifice.

L’honneur rend l’homme digne, plus humain et juste avec lui-même et les autres. La fraternité dans l’honneur est le paragraphe qui clôt cette méditation. La fraternité d’honneur, n’est pas recouverte par le voile des apparences, c’est celle qui conduit les frères au travail ; pas seulement dans leurs loges, mais dans le monde, ils ont l’honneur de transmettre à l’extérieur du temple les vertus qu’ils ont reçus.

Les hommes d’honneur cherchent à réaliser la grande utopie de la fraternité universelle. Utopie ! les utopies d’hier sont souvent les réalités d’aujourd’hui. 

 

Alors vive le sens de l’honneur, qu’il habite toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, qu’il soit pour eux une joie dans leur cœur, l’espérance d’un monde meilleur.

 

Je ferais un merci tout simple à tous les auteurs de ces articles, du 6ème Cahier de l’Alliance, c’est toujours un bonheur et un honneur de pouvoir partager avec eux, cela nous encourage et nous soutient pour nous maintenir sur la voie de l’honneur.   

 

Jean-François Guerry.

 

À lire absolument ce Cahier de l’Alliance qui ouvre les portes de la méditation sur cette belle vertu de l’honneur et nous encourage à sa pratique en toutes circonstances, car dans des périodes difficiles tout peut-être perdu fors l’honneur.

 

 

LE SENS DE L’HONNEUR IV- RECENSION DU 6ème CAHIER DE L’ALLIANCE.

 

Les Cahiers de l’Alliance sont disponibles par abonnement :

 

GL-AMF- Cahiers de l’Alliance. 8, rue Gesnouin 92110 Clichy.

 

Contact : gl-amf@gl-amf.net

 

Éditions Numérilivre : www.numerilivre.fr

Voir les commentaires

Publié le par JF GUERRY
LE SENS DE L’HONNEUR III- RECENSION DU 6ÈME CAHIER DE L’ALLIANCE.

LE SENS DE L’HONNEUR III- RECENSION DU 6ÈME CAHIER DE L’ALLIANCE.

 

 

Après la présentation du thème, et le débat qui a fait circuler la parole entre des intervenants de qualité ; vient le temps de la réflexion et de l’influence de ce sens de l’honneur dans la société et dans la démarche initiatique.

 

Comme l’architecte fait le tour de son futur chantier, commence à se projeter pour réalisation de sa construction, prend ses mesures, évalue, jauge et juge, ajuste son plan sur la planche à tracer. Il doit ajuster ses plans avec le réel, en ayant le souci conscient de l’écoute de cette parole intérieure qui résonne dans notre conscience et de notre cœur. C’est ainsi que nous trouverons les justes proportions compatibles avec le réel et nous saurons au-delà du comment, aller jusqu’au pourquoi, de la vie. Construire sa vie avec fermeté, mais aussi humilité et sens de l’honneur qui honore l’homme juste.

 

Jean-Claude Guillebaud, écrivain, essayiste, journaliste propose sa vision de l’honneur, il dématérialise l’honneur il dit :

« Ce qui compte est plus important que ce qui se compte. »

Quand tout est perdu, dévoyé il reste l’honneur. Il est plus important de vivre dans l’honneur que d’en parler. Savoir refuser ce qui nous semble contraire à l’honneur, est un acte de courage, certes mais cela ne devrait-il pas être une habitude, une normalité, un devoir plus que d’être considéré comme un acte d’héroïsme hors normes.

Ne pas mentir, ne pas se mentir c’est se respecter, c’est ce qui fait les hommes d’honneur. Évoquant le langage d’espérance des jeunes, il cite son ami Edgard Morin qui rapporte leurs paroles : « Alors là Monsieur total respect ! »

S’efforcer de toujours considérer l’honneur, c’est le faire vivre.

 

Christophe Calame, philosophe, Franc-Maçon à la Loge Alpina de Suisse, se penche sur « La Métaphysique de l’honneur »

Il nous invite à une réflexion autour des mots : Valeur, honte, fierté, colère. Ces mots régissent les rapports sociaux. Francis Fukuyama auteur de « la fin de la fin de l’histoire et le dernier homme. » Ainsi que Montesquieu et son « Esprit des Lois » sont convoqués. Qu’on nous laisse comme nous sommes, et être soi-même.

 

Francis Bardot, rédacteur en chef de Salix animateur des Rencontres Écossaises, prend la plume pour traiter du thème « Honneur, Vertu et Voie Initiatique. »

Le but de la Franc-Maçonnerie de Tradition est l’élévation spirituelle de l’homme, comment par la pratique des vertus, et le combat contre les vices, pour que règne l’amour, l’harmonie entre les hommes et la justice, existe-t-il un combat plus honorable ? Les femmes et les hommes qui adhérent de leur libre volonté à ce but se réunissent dans une union fraternelle.

Je retiendrais entre autres dans cet article d’une grande richesse, deux affirmations de Francis Bardot :

La voie singulière de la Franc-Maçonnerie Initiatique de Tradition.

 

  • D’une part le monde d’en haut, sans lequel il n’est pas de spiritualité, peut être tout autre que religieux.
  • D’autre part, qu’une démarche authentiquement spirituelle est radicalement incompatible avec l’idée que l’homme est la seule mesure de l’homme.

Si la première affirmation est acceptable par tous les chercheurs de lumière. La seconde, risque de faire couler beaucoup d’encre. Un article qu’il faut lire dans son intégralité, avec une belle illustration.

 

Jean-François Guerry.

 

À suivre… la dernière partie de cette recension avec : Le serment maçonnique, ses origines, son histoire de Claude Beau et la Méditation sur l’honneur de Jean Dumonteil.

 

 

 

Les Cahiers de l’Alliance sont disponibles par abonnement :

 

GL-AMF- Cahiers de l’Alliance. 8, rue Gesnouin 92110 Clichy.

 

Contact : gl-amf@gl-amf.net

 

Éditions Numérilivre : www.numerilivre.fr

Voir les commentaires

Publié le
LE SENS DE L'HONNEUR II

Le Sens de l’Honneur – II- Recension du 6ème Cahier de l’Alliance.

 

 

Dans le prolongement de la parution d’hier : la philosophe Corine Pelluchon nous parlait de « Réparation du monde ». Pour elle, réparer le monde ne veut pas dire recoller les morceaux, mais défendre la vie…

 

Le Sens de l’honneur thème travaillé dans le 6ème Cahier de l’Alliance, fait partie à mon sens de l’architecture de la vie en général et de la vie maçonnique en particulier, le terme réparer est chargé de l’humilité nécessaire, pour faire la distinction entre honneur et orgueil. Comme j’aime à le répété, il y a en Franc-Maçonnerie des hiérarchies, celles qualifiées à mon sens improprement d’honneur, doivent faire l’objet de la part des Francs-Maçons sincères de vigilance, afin de ne pas sombrer dans le ridicule de la « cordonite ». La voie initiatique de la Franc-Maçonnerie est une hiérarchie spirituelle, qui se vit dans l’honneur.

 

Depuis que les Francs-Maçons opératifs ont déposés définitivement leurs outils dans les colonnes du temple, pour en faire des symboles. Ils ont, entamés la construction d’un monde plus spirituel, plus sacré, la construction de leur vie véritable, en recherchant la vérité et la parole perdue. Ils veulent construire un monde meilleur, avec humilité c’est leur honneur.

 

Les Dialogues de l’Alliance contribuent à cette tâche, en remettant sans cesse l’ouvrage sur le métier, comme le disait Nicolas Boileau, ces Dialogues tissent un espace où les hommes et les femmes se rencontrent avec un esprit largement ouvert, comme peut l’être le compas maçonnique, de cette élévation d’esprit, de ce débat apaisé et fraternel naît la lumière. 

 

LE SENS DE L’HONNEUR EN DÉBAT…

 

La première intervenante dans le débat est la journaliste agrégée de lettres modernes Natacha Polony.

« L’honneur, c’est l’idée qu’il y a des valeurs qui valent plus que la vie individuelle elle-même… »

Le ton est donné, pour cette combattante énergique et passionnée qui est présente dans de nombreux médias.

L’honneur a « quelque chose de noble de chevaleresque »

L’on ressent dans ses propos sa sensibilité pour la mise en avant, la priorité du collectif, du partage, l’individu doit se surpasser au profit du groupe, c’est son honneur.

 

Elle s’interroge et nous interroge sur la propriété de l’honneur, sur son appartenance, serait-il l’apanage d’une aristocratie, est-il compatible avec la démocratie ?

 

À la question l’honneur ne risque-t-il pas d’être une simple posture ? Sa réponse est : « l’indispensable association de l’honneur et du courage. »

 

Platon s’invitera une nouvelle fois dans le débat avec la valeur de justice indispensable à la vie de toute société.

 

Alexandre Adler, Journaliste, agrégé d’histoire poursuit le débat avec l’humilité du doute.

« Si on ne sait pas toujours ce qu’est l’honneur, on sait bien ce qu’est le déshonneur. »

 

D’emblée il rejoint la vertu de courage de Natacha Polony en affirmant : Je revendique « L’honneur d’être Franc-Maçon et de le dire parce qu’il n’y a aucune raison de ne pas le faire. »

Si l’on peut émettre certaines réserves, pour les Francs-Maçons à dévoiler leur appartenance compte-tenu de l’opinion publique souvent négative sur la Franc-Maçonnerie en général. L’on peut aussi sans ostentation et sans recherche de gloriole revendiquer son appartenance, et avoir le courage de dire, j’en suis, parce que mes frères me reconnaissent comme tel.

 

Alexandre Adler évoquera sa famille, en particulier son père engagé dans la légion étrangère lors de la guerre d’Espagne. Nous confrontant ainsi au réel de l’honneur, qui n’est ni concept, ni une abstraction, mais un engagement, une manière de vivre ses engagements dans l’honneur.

 

Je ne puis à cet instant que penser à mon grand-père et à mon oncle qui furent honorés par une autre légion, c’est de l’honneur, l’un au titre d’officier de marine dans la royale et l’autre comme grand commis de l’état, homme de devoir. L’on peut aujourd’hui légitimement se poser la question de l’attribution de ces médailles.

 

Alexandre Adler dans ce débat délivre aussi un message d’espérance. Je dirais qu’il nous montre que l’honneur existe, qu’il est bien vivant comme un arbre vertical que nous devons protéger, car il produit chaque les fruits les meilleurs qui soient.

 

Le magistrat Éric de Montgolfier quatrième et dernier intervenant dans ces Dialogues, apporte une contradiction, une critique positive, que l’on pressent inspirée par son vécu professionnel. Je le cite : « Je trouve que l’on abuse de la notion d’honneur…. Les hommes et les femmes doivent s’attacher… au respect de la parole donnée. »

L’on sent là le magistrat imprégné des droits et des devoirs. Il ne croit pas « qu’il y ait un honneur à être Franc-Maçon, mais que le Franc-Maçon se condamne à l’honneur. »

Pour ma part j’accepte ave joie et humilité cette condamnation. Éric de Montgolfier ne semble pas non plus croire au courage. Il croit ou au moins nous encourage à l’humilité, il préfère à l’honneur, la notion de devoir, et insiste sur le respect du choix.

 

Jean Dumonteil directeur de la rédaction des Cahiers de l’Alliance, écrivain, Vénérable Maître de la Loge nationale de recherche de l’Alliance, anime ensuite le débat entre les quatre intervenants. Chacun apportera sa pierre et sa sensibilité confirmant ainsi l’esprit d’ouverture et dialogue de ces Cahiers de l’Alliance.

Jean Dumonteil portera la conclusion, en mettant en lumière les mots courage, lâcheté et fraternité. Cette fraternité chère aux Francs-Maçons qui n’est pas clanique, mais ouverte à toutes les femmes et les hommes en recherche de la vérité et défenseurs de la justice.

 

Jean-François Guerry.

 

À suivre …. Les articles décrivant une architecture de l’honneur : l’honneur ?- Métaphysique de l’honneur.- Honneur vertu et voie initiatique.- Le serment maçonnique, ses origines, son histoire. – Méditation sur l’honneur.-

 

Les Cahiers de l’Alliance sont disponibles par abonnement :

 

GL-AMF- Cahiers de l’Alliance. 8, rue Gesnouin 92110 Clichy.

 

Contact : gl-amf@gl-amf.net

 

Éditions Numérilivre : www.numerilivre.fr

Voir les commentaires

Publié le
LE SENS DE L'HONNEUR CAHIERS DE L'ALLIANCE

Le Sens de l’Honneur.

 

 

C’est avec bonheur dans la lumière de l’été que nous retrouvons le 6èmeCahier de l’Alliance la Revue d’Études & Recherche Maçonniques. À l’honneur dans ce numéro : « Le sens de l’honneur. »  Comme d’habitude la qualité des intervenants et leurs réflexions sont au rendez-vous, pour enrichir nos connaissances et nous conduire sur le chemin de la Vérité et de la Justice dans l’Honneur comme il se doit pour tout homme libre.

 

Vous y trouverez les mots qui consacrent l’engagement des hommes qui ont fait de la probité une exigence pour leur vie, ce sont les hommes de « bonnes mœurs » en général et les Francs-Maçons en particulier, le sens de l’honneur est pour ces derniers consubstantiel à leur démarche initiatique et leur recherche de plus spiritualité.

Leurs mots sont Force, courage, persévérance, grandeur, noblesse d’âme, partage, amour fraternel et humilité devant les grands mystères de la vie.

Leur référence le symbolisme de la construction : s’initier c’est construire, se construire dans l’honneur. Cela commence par les serments prêtés devant ses frères à chaque étape de son chemin maçonnique, serments prêtés devant soi-même en présence du Grand Architecte.

 

Définir sa vie, lui donner du « Sens », définir une architecture honorable de celle-ci, pour laisser de notre bref passage sur terre à l’échelle du temps, une trace sur cette planche, un sceau symbole du respect d’une éthique à hauteur d’homme. Il est un degré au Rite Écossais Ancien et Accepté qui incarne particulièrement « ce sens de l’honneur » c’est celui de Grand Maître Architecte 12ème degré du Rite, comme les 12 mois de l’année, les 12 heures de midi à minuit, ainsi le Grand Maître Architecte travaille toujours avec le sens de l’honneur. 

 

Le Grand Maître Architecte successeur d’Hiram va accomplir l’acte ultime de la construction, celle du Saint des Saints, là ou est le tabernacle. Il est aidé par les instruments de mathématiques soigneusement rangés dans leur étui, mais surtout par son sens de l’honneur. À force de construire, il finit par se construire lui-même.

 

Le sens de l’honneur du Franc-Maçon prend tout son sens au regard de ses serments, de ses engagements d’aider ses Frères et de travailler sans relâche à faire régner la justice. C’est dans les actes les plus humbles que l’on reconnaît les véritables enfants de la lumière, ce sont ceux qui acceptent sans ostentation les tâches plus humbles, c’est l’apprenti maçon qui sert ses frères pendant les agapes, c’est le compagnon qui en toute humilité écoute les conseils de ses maîtres, c’est le maître plus radieux que jamais quand il aide ses frères sans orgueil. Tous ces frères démontrent leur sens de l’honneur, par leur exemplarité et leur dévouement fraternel, il ne se glorifient par eux-mêmes, ils travaillent à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers.

 

C’est avec le sens de l’honneur que l’on touche le faite, la hauteur d’âme. Là est « Une force d’âme qui oblige » comme il est dit dans ce 6ème Cahier de l’Alliance. Dont je vous propose en plusieurs articles une courte recension pour vous donner le désir d’une lecture complète, pour aller plus loin, plus haut…

Dans son avant-proposJean-René Dalle, Grand Maître de l’Alliance Maçonnique Française, associe le sens de l’honneur et la beauté, troisième colonnette symbolique. Un goût des vertus dit-il encore, qui guide le chemin initiatique, lui donne de la force. Le sens de l’honneur est donc une force d’âme.

Les mots des textes fondateurs de la franc-maçonnerie réunissent des hommes de probité et d’honneur. Ces hommes qui se sont par serment engagés à la pratiquent maçonnique et à la fraternité dans l’honneur. Ils sont étrangers à l’ironie railleuse des marronniers. « L’exigence de l’honneur est fondamentale pour les francs-maçons. »

 

Le thème du Sens de l’Honneur développé dans les Dialogues de l’Alliance, prolonge avec bonheur et logique les thèmes précédents du Sens de la Vie, et de la Spiritualité, l’ensemble faisant « reliance » avec le sacré dont nous avons trop perdu la mémoire dans notre société.

 

Alain Juillet, Ancien Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, intervient dans ces Dialogues de l’Alliance. Il fait un rappel historique sur le sens de l’honneur et l’actualité de celui-ci, insistant sur sa nécessité. Il conclut sa présentation avec une citation de Guy Dupré pour extrait : (…) , à l’honneur sans quoi la vie n’est rien. »

 

Puis intervient Corine Pelluchon Philosophe spécialiste de Emmanuel Levinas.

Elle passe l’honneur sous le ciseau de philosophe : Au-delà d’une Éthique de l’honneur. »

Dans son introduction elle cite Paul Ricoeur au sujet de l’honneur : « La visée de la vie bonne avec autrui dans des institutions justes. »

Elle appelle ensuite Platon qui s’invite dans son dialogue : « Un être humain qui aime la Vérité et la justice n’est jamais envieux ; alors que le désir d’honneur et l’amour de l’argent rendent toujours insatisfait et envieux, l’amour de la Vérité et de la justice conduisent à être heureux que d’autres partagent cet amour. »

Son analyse se poursuit avec et autour des mots de vertu, conscience, humilité. Enfin elle traite de la réparation du monde, avec un surplus d’humanité.

 

Elle conclue, avec la réparation et la considération en citant Etty Hillesum pour extrait : « …à la condition, d’accepter, que nous ne pourrons corriger quoi que soit dans le monde extérieur, que nous n’ayons d’abord corriger en nous. »   

Cela nous donne à réfléchir sur notre responsabilité, sur notre action, sur nous-mêmes et dans le monde, en dehors du temple. La philosophe rejoint ainsi le processus initiatique de la Franc-Maçonnerie….

 

Jean-François Guerry.

 

À suivre… d’autres articles sur ce 6ème Cahier de l’Alliance sur le sens de l’honneur en débat avec :

 

Natacha Polony, agrégée de lettres modernes, journaliste…

 

Alexandre Adler, agrégé d’histoire, E N S, journaliste essayiste …

 

Éric de Montgolfier, Diplômé de la Haute École de la Magistrature….

 

Les Cahiers de l’Alliance sont disponibles par abonnement :

 

GL.AMF. Cahiers de l’Alliance 8, Rue Gesnouin 92110- Clichy. Les 3 numéros 48 €.

 

Contact : gl-amf@gl-amf.net

Voir les commentaires