Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L’UNIVERSEL, L’INDIVIDUEL, LA COMMUNAUTÉ.

L’UNIVERSEL, L’INDIVIDUEL, LA COMMUNAUTÉ.

 

 

La dictature de l’universel, s’impose de plus en plus dans notre société, la place de l’individuel se réduit de plus en plus. Comme par une sorte de mimétisme avec la marchandisation des produits, tout se vend donc, jusqu’à nous-mêmes, nous devenons des produits.

 

À force de vouloir ne vendre que de l’universel, on en oublie l’identité, le particulier, il faut absolument de l’égalité, qui se transforme en égalitarisme.

Par glissement le combat mené contre le communautarisme  atteint les communautés dans leur ensemble, on oppose la république des égalités, à toutes les orthodoxies religieuses. On tue les communautés bonnes ou mauvaises. On tolère les communautés sociales, les quartiers bobo, LGBT, pourquoi pas les quartiers chinois cela fait exotique ! On stigmatise les communautés d’esprit, les communautés religieuses, en les assimilant à des communautarismes. Il en est pourtant ou le « dogme » est la pratique du bien, du beau, du vrai.

 

Les traditions ne sont pas les ennemies de l’universel, elles  confondent leurs essences dans une essence unique. La Franc-Maçonnerie n’est pas une secte, mais un ordre initiatique fraternel, de défense des libertés, elle permet une construction spirituelle qui libère l’individu, dans un cadre collectif, une communauté de sœurs ou de frères, un lieu de partage et non d’exclusion, de clivage sont but étant de rassembler ce qui est épars, de favoriser le passage de l’individuel au collectif en préservant les deux.

 

La Franc-Maçonnerie est à la fois horizontalité et verticalité, celui qui veut transformer le monde doit d’abord se transformer lui-même, en exerçant en permanence son discernement en cherchant la justice dans son propre cœur. À de persévérance, d’exercices spirituels sur lui-même, il pourra prétendre à transmettre les effets sa propre métamorphose, incarnée par son exemplarité, empreinte d’humilité et d’amour fraternel, sans arrogance, dans le respect des individualités. Tous nous pourrons alors nous retrouver dans une communauté élargie à tous les hommes de bonne volonté.

 

Jean-François.   

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
SOURIRE

SOURIRE

 

« Est-ce qu’un sourire peut changer le cours d’une vie ? Pas de réponse, au diable les années et les années.»

                           Christian Bobin Extrait de GEAI

 

Toute déconsidération, tout mépris, tout rejet, discrimination de l'autre, aboutit à sa déshumanisation, ainsi qu’à notre déshumanisation. À trop considérer l’autre en chiffre, en avoir, on finit par oublier l’être. Face au sourire de l’autre, je ne cherche pas à savoir ce qu’il a, quel son statut social, son aisance matérielle, mais d’abord ce que je ressens, qui il est. 

 

Être serein et déterminé face à la souffrance de l’autre, ce n’est pas bon pour soi, et comment aimer l’autre, sans s’aimer soi-même ?

 

L’éveil à soi-même est l’éveil à l’autre, voilà le sens. Le refus de l’altérité  nous appauvrit. Oui il y a des différences, et alors ! Elles ne sont pas que des injustices, qu’il faut combattre sans discernement.

 

Sourire aux différences pour les accueillir et en faire une richesse, ne pas mourir d’envie, réaliser son désir du bien et du beau dans une humanité fraternelle.

Agir en soi et sur soi, pour vaincre son égoïsme donne du sens son existence et à sa quête spirituelle. Fleurir sa vie, est une renaissance.

 

Sans les autres je ne puis rien dit cette maxime maçonnique, je rajouterais sans le sourire de l’autre je ne suis rien. Voir briller la Lumière dans ses yeux c’est comme voir sourire son âme, communier d’âme à âme.

 

Jean-François.

 

                                                             

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

 

 

 

Je ne vais pas vous parlez de cosmogonie en général, ni en particulier des cosmogonies ésotériques, de ces récits mythologiques qui expliquent la fondation du monde, selon des mythes ou des légendes. Mais plutôt de la question, de la vérité combat contre l’ignorance, voie vers la liberté de l’homme.

Ces concepts qui fondent la démocratie, la font, plus juste, plus harmonieuse, plus acceptable, plus vivable que toutes les autres formes de gouvernance de la cité.

 

Une des richesses des démocraties est la liberté d’expression en général et celle de la presse en particulier. La loi du 29 juillet 1881 sur la Liberté de la Presse, précise dans son Art-1- L’imprimerie et la librairie sont libres, Art-2- Le secret des sources des journalistes est protégé dans l’exercice de leur mission d’information du public.

 

 

Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse - Article 2 bis

Article 2 bis

Tout journaliste, au sens du 1° du I de l'article 2, a le droit de refuser toute pression, de refuser de divulguer ses sources et de refuser de signer un article, une émission, une partie d'émission ou une contribution dont la forme ou le contenu auraient été modifiés à son insu ou contre sa volonté. Il ne peut être contraint à accepter un acte contraire à sa conviction professionnelle formée dans le respect de la charte déontologique de son entreprise ou de sa société éditrice. 

Toute convention ou tout contrat de travail signé entre un journaliste professionnel et une entreprise ou une société éditrice de presse ou de communication audiovisuelle entraîne l'adhésion à la charte déontologique de l'entreprise ou de la société éditrice. 

Les entreprises ou sociétés éditrices de presse ou audiovisuelles dépourvues de charte déontologique engagent des négociations à compter de la publication de la loi n° 2016-1524 du 14 novembre 2016 visant à renforcer la liberté, l'indépendance et le pluralisme des médias. Cette charte est rédigée conjointement par la direction et les représentants des journalistes. A défaut de conclusion d'une charte avant le 1er juillet 2017 et jusqu'à l'adoption de celle-ci, les déclarations et les usages professionnels relatifs à la profession de journaliste peuvent être invoqués en cas de litige. Le comité institué à l'article 30-8 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication est consulté lors de cette rédaction. Le deuxième alinéa du présent article s'applique à compter du 1er juillet 2017.


 

Liens relatifs à cet article

Cite: 
Cité par: 
Créé par:
 LOI n°2016-1524 du 14 novembre 2016 - art. 1

 

 

 

Cette loi, à subi quelques entorses douloureuses, dans le cadre d’enquêtes judiciaires, des journalistes, ont été convoqués, pour leur demander de révéler leurs sources.

 

Cette loi de 1881 est issue des articles 11 et 19 : De la déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Renforcée par l’Art-19 de la : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948.

 

 

 l'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »L'article 19 de Déclaration universelle des droits de l'homme aussi dispose la protection de la liberté de la presse.

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 10 décembre 1948, Article 19.

Rattachée à la liberté de la presse, la liberté d’expression est également en lien avec la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté de manifestation et le respect d’autrui.

 

 

Le monde bouge, le nouveau monde bouscule l’ancien monde. La « la com » et « l’info » se confondent, se raccourcissent comme les mots, tout se Babelise.

Les autoroutes du net, au faible péage et où la vitesse est illimitée, les réseaux sociaux, le Web 2.0, déversent des informations, sans contrôle, sans déontologie, formant un chao médiatique sans aucune éthique. Les mots-clés triturés par la dictature des algorithmes, modifient la réalité, la vérité et la liberté, avec le Web 2.0 ces pseudos informations ne sont en réalité que des instruments au service d’un militantisme en ligne, un vecteur de mobilisation.

 

Face à cette communication débridée sans aucun cadre déontologique, une idée se dégage : « La mise en place d’un conseil de déontologie journalistique. » Nos politiques impuissants face aux excès du net, à la dictature des GAFAM, veulent encadrer la profession de journaliste, qui l’ait déjà ! Ils se trompent de cible, en s’interrogeant sur les manquements à la marge de certains journalistes, alors que la presse est de moins en moins lue.

 

L’intention est de protéger le citoyen qualifié : « d’Ordinaire.» Il y a là une certaine forme d’arrogance et de déconsidération.

 

Arnaud Mercier professeur en sciences de l’information et de la communication à l’institut français de presse de l’université Panthéon-Assas écrit : 

 

« Ce pari n’est pas sans risque. On est arrivé aujourd’hui à un tel niveau de défiance de l’opinion vis-à-vis des médias qu’il est important de réagir, d’avancer des propositions. Il ne faudrait pas que cette instance (Le conseil de déontologie journalistique) ne soit qu’une première étape vers la création d’une sorte de conseil de l’Ordre des journalistes. »

 

Dans ce chao seuls les journalistes seraient soumis à des règles, et à défaut des règles strictes, l’on aura créé un nouveau conseil Théodule !

 

À mon sens il serait plus efficient, que chaque citoyen s’applique à lui-même cette pratique maçonnique : de l’écoute, de la réflexion, s’obligeant à se faire par lui-même son opinion librement, après avoir avec rigueur vérifié chaque information qu’on lui propose, en langage simple faire l’effort de ne pas prendre « les vessies pour des lanternes.»

 

L’homme vulgaire qualifié d’Ordinaire auquel les promoteurs dédient ce projet, avec quelque mépris, est le plus souvent un homme de bon sens. Cet homme ordinaire du latin ordinarus est un homme d’ordre. Ordo ab Chao.

 

                                   Jean-François.

CHAO AB ORDO, ORDO AB CHAO.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
OUTRENOIRS - Le cabinet de réflexion

OUTRENOIR- Dans le cabinet de réflexion.

 

 

L’Outrenoir de Pierre Soulages est une expérience initiale, initiante, comparable au premier pas de l’homme qui pénètre dans sa caverne, au profane qui franchit la porte du cabinet de réflexion. Soudain plongé dans son être intérieur, débarrassé des lumières artificielles, il voit, au plus profond de lui-même la lumière qu’il croyait éteinte, re naître à nouveau. Il retrouve la mémoire de cette lumière transmise du fonds des temps, source de son humanité.

 

Monde de l’imagination ou monde du réel, jamais perdu, Vérité, Lumière, Parole unique, éternelle, secrète voie vers le Sacré.

 

« Que dessines-tu avec ta plume dans l’encrier noir ! » Demandaient les parents Soulages à leur jeune fils Pierre. Il leur répondit : « De la neige ! »

Les vitraux de l'abbatiale de Conques

 

 

Au plus profond de chaque être, brille la lumière de la vie, coule la source de l’espérance. Pierre Soulages en ouvrant la porte de l’abbatiale de Conques, a pénétrer dans son cabinet de réflexion, il a discerné l’intemporel, ouvert le livre éternel de la vie intérieure. Ce fut sans doute sa seconde venue, sa parousie, la naissance de son être intérieur. Il n’a vu que la Lumière derrière l’ombre.

 

Les vitraux noirs de Pierre Soulages, chacun y voit ce qu’il veut, ce qu’il est. Ils ne sont pas les livres aux mille lumières des cathédrales gothiques, ils n’enseignent pas, ils sont la lumière nue, la Lumière intérieure, la grande Lumière du cœur de l’homme simple, humble. Ils sont l’expression du symbolisme, de l’ésotérisme, de l’art sacré roman. De ces hommes pèlerins de la Jérusalem céleste, lancés sur les routes dans une marche ascendante, reliés au monde invisible, intérieur, au monde de l’esprit. Ce symbolisme universel qui révèle à la fois une réalité et une présence invisible.

Pierre Soulages

 

La pureté et le dépouillement de l’art Roman mettent en gloire la Lumière de l’âme, les vitraux Outrenoirs de Pierre Soulages participent à la révélation et à la vie de cette Lumière éternelle.

 

Pierre Soulages a fait apparaître la lumière invisible à l’œil, celle que seul le cœur peut voir. Il écrit à propos de ses vitraux :

 

« C’est la couleur de la lumière. C’est la lumière naturelle qu’ils captent et dont ils montrent la couleur. »

 

Pierre Soulages a mis du noir dans ses vitraux pour qu’ils soient visibles de l’extérieur. À l’intérieur l’on ne voit que les couleurs de l’abbatiale, les ocres, les rouges, les bleus. Ses vitraux sont les gardiens de la Lumière intérieure, de la beauté intérieure.

 

Ils provoquent une émotion personnelle, cette émotion semblable à celle ressentie quand l’on pénètre dans le cabinet noir, et que l’on dirige son regard vers la lumière. 

 

C’est cela pour moi l’Outrenoir, l’au-delà du noir, de Pierre Soulages, un allégement, une espérance, une montée vers la Lumière.

 

                  Jean-François.  

Pierre Soulages sur RTL : maître du noir et éternel élève de la lumière

Le 11 décembre sera inaugurée l'exposition Soulages au Louvre, l’événement artistique de cette fin d'année. Pierre Soulages est une des figures majeures de la peinture non figurative. Il est considéré aujourd'hui comme le plus important peintre Français au monde.

02/12/2019

Après Pablo Picasso et Marc Chagall, Pierre Soulages sera le troisième peintre vivant à avoir une exposition au Musée du Louvre. Cette rétrospective se fera à partir du 11 décembre, à quelques jours des 100 ans de cet artiste considéré aujourd'hui comme le plus important peintre français au monde. 

Qui dit peintre le plus important, dit aussi le plus cher ; le 27 novembre, sa toile appartenant à l'ancien directeur du Guggenheim et du Moma, peinte le 14 mars 1960 et qui mesure 2m x 1m62, a été vendue aux enchères chez Tajan pour 9,6 millions d'euros. Un record de plus pour Pierre Soulages, qui ne parle pas de fierté, mais se dit tout de même "étonné". "Je n’ai jamais imaginé que ma peinture aurait des conséquences comme celles-là", a-t-il confié au micro de RTL.

L'as de la peinture non figurative fêtera ses 100 ans le 24 décembre. "C’est mieux que 102 ou que 98", estime le peintre dans un rire. Pour marquer ce centenaire, le président du Louvre, Jean Luc Martinez, lui a proposé il y a deux ans une exposition dans le saint des saints du Louvre : le salon carré. C'est là où sont exposées les toiles les plus anciennes du musée, celles d'avant la Renaissance. Les Fra Angelico, les Cimabue, les Giotto.... les toiles préférées de Pierre Soulages. 

Des réactions inattendues chez ceux qui regardent les toiles de Pierre Soulages

Les commissaires de l'exposition, Alfred Paquement et Pierre Encrevé, ont choisi avec l'artiste une vingtaine d'œuvres recouvrant toutes les étapes de sa carrière : de 1946 à 2019. Certaines toiles viennent des musées français, comme le musée d'art moderne, le Centre Pompidou, le musée Soulages à Rodez ou le musée Fabre à Montpellier. D'autres proviennent de l'étranger. Pierre Soulages a également peint pour l'exposition deux grandes toiles de 3m90 x 1m30 dont la dernière a été achevée le 18 octobre 2019. 

Les toiles de Pierre Soulages provoquent des choses inattendues chez ceux qui les regardent. Certains parfumeurs ont imaginé des parfums qui évoquent l'outre noir, des jeunes femmes ce sont fait tatouées des reproductions de toiles de soulages sur le dos, des astrophysiciens ont élaboré des théories sur ces toiles, sans parler du nombre de chercheurs qui ont fait des thèses sur son travail.

L’inventeur de l’outre noir ira lui-même veiller à l’accrochage. Colette, son épouse sera là, à ses côtés pour seconder ce centenaire à la fois grand maître du noir et éternel élève de la lumière. 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
UNE SYMPHONIE FANTASTIQUE  Influence, Engagement, Allégeance.

UNE SYMPHONIE FANTASTIQUE 

Influence, Engagement, Allégeance.

 

 

C’est trois mots forment une sorte de symphonie reliant la dualité de l’ésotérisme et de l’exotérisme qui constitue l’être humain, c’est une symphonie de la recherche de l’unité, de l’un, de la parole perdue, de la vérité, de l’incarnation de l’Adam originel à la fois un et multiple.

 

Nous sommes à la fois, les instruments et les créateurs de l’œuvre. Le chef d’orchestre est le rite maçonnique librement choisi, voie d’accession à l’initiation, réponse au désir d’être surpassant l’immédiateté dérisoire et destructrice de l’avoir.

Il y a plusieurs notes dans cette symphonie mais une consonance dans l’œuvre à accomplir.

 

Seul je ne suis rien, qu’un instrument fut-il le plus élaboré, le plus beau, il n’est qu’un instrument dans cette polyphonie qui seule permet la réalisation de l’œuvre, certains diront une seule pierre dans un immense édifice.

 

Sans les autres je ne suis qu’une cymbale dont le son se perd dans le désert, elle ne fait pas écho, elle ne résonne pas dans les cœurs. Il faut donc que la loge soit comparable à un orchestre symphonique, un orchestre philarmonique, une harmonie dirigée par un chef. Ce chef est le Rite qui fait régner l’ordre, nécessaire à la sortie du chaos, du Babel des sons.

L’ordre est ce chef ayant de l’influence sur nous, pour nous conduire avec la force de la baguette du pèlerin, le maillet qui rythme le travail,  la vigueur de l’épée de justice qui ne tremble pas, le parfum de la rose mystique de l’amour, instruments de la musique du bien et du beau.

 

La fidélité de l’engagement sacralise l’œuvre, le respect de la partition transmise par les anciens. L’allégeance sans la soumission à un individu fut-il le meilleur joueur de l’œuvre, est-il le plus sage et le plus humble ? L’allégeance est le respect de l’ordre initiatique, de sa lente progression, le respect de ses serments successifs faits devant les autres, mais surtout devant soi-même.

 

Cette symphonie maçonnique est le chemin en spirale qui monte en nous, qui nous mène de la matière à l’esprit.

 

                                            Jean-François.

Joseph Muscat 1er Ministre de Malte

Joseph Muscat 1er Ministre de Malte

BRÊVES SUITE À L'ARTICLE DE DIMANCHE

Quelques centaines de manifestants déterminés on eut raison du gouvernement de la République de Malte.

Mort de la journaliste Daphne Caruana: le Premier ministre maltais annonce sa démission

La famille de la journaliste, l'opposition et des mouvements civiques l'ont accusé d'intervenir dans l'enquête sur la mort de la journaliste, assassinée en 2017.

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana et soumis à une intense pression pour quitter ses fonctions, a annoncé dimanche à la télévision qu'il allait démissionner en janvier. 

Joseph Muscat, au pouvoir depuis 2013, n'a pas évoqué dans son allocution le meurtre de la journaliste, affirmant qu'il allait démissionner après la désignation d'ici le 12 janvier de son successeur, "car c'est la chose à faire". 

Il avait obtenu plus tôt dans la journée le soutien de parlementaires et ministres de sa formation politique, le Parti travailliste, pour rester en poste jusqu'en janvier. Samedi, des sources au Parti travailliste avaient indiqué que le parti se choisirait un nouveau dirigeant le 18 janvier et que Joseph Muscat "démissionnerait formellement quand le nouveau chef sera choisi". 

Tuée dans l'explosion de sa voiture

La pression s'est intensifiée ces derniers jours sur le chef du gouvernement travailliste pour qu'il quitte immédiatement ses fonctions. 

La famille de la journaliste Daphne Caruana Galizia, tuée dans l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017, l'opposition (Parti nationaliste) et des mouvements civiques l'ont accusé d'intervenir dans l'enquête, notamment pour protéger son chef de cabinet, Keith Schembri.  

Les détracteurs de Joseph Muscat le soupçonnent d'avoir obligé le gouvernement à rejeter cette semaine une mesure de grâce pour l'entrepreneur Yorgen Fenech, inculpé pour complicité dans l'assassinat de la journaliste, qui promettait en échange de dire "tout ce qu'il sait". 

Ce magnat de 38 ans, copropriétaire du groupe familial Tumas (hôtellerie, casinos, automobile, énergie) venait alors de désigner à la police Keith Schembri comme le "vrai commanditaire" du meurtre. 

Son chef de cabinet a démissionné en milieu de semaine en même temps que le ministre du Tourisme, Konrad Mizzi. 

Entendu par les enquêteurs, Keith Schembri est ressorti libre jeudi, déclenchant la colère de la famille Caruana Galizia qui a argué qu'"au moins deux témoins et de multiples indices impliquent Keith Schembri dans l'assassinat". 

Enquête sur les Panama Papers

Daphne Caruana avait creusé la partie maltaise des Panama Papers, qui révélaient l'existence au Panama de nombreux comptes offshore ouverts par des entreprises et personnalités du monde entier, et découvert des documents reliant notamment des sociétés panaméennes à Panama Papers Schembri et Konrad Mizzi. 

Elle avait aussi révélé qu'une société de Dubai, la 17 Black, avait payé 2 millions d'euros à Keith Schembri et KonradMizzi pour des services non précisés. Le consortium de journalistes Daphne Project, qui a repris ses enquêtes, a révélé que la 17 Black appartenait à Fenech. 

Source et étiquette L'Express.

Manifestation à La Valette capitale de Malte, Etiquette le Journal LA CROIX
Manifestation à La Valette capitale de Malte, Etiquette le Journal LA CROIX
Manifestation à La Valette capitale de Malte, Etiquette le Journal LA CROIX

Manifestation à La Valette capitale de Malte, Etiquette le Journal LA CROIX

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ERRATUM ARTICLE SUR LIVRE LE COMPAS ET L'HERMINE

À la demande de l'auteur du livre le "Compas et l'Hermine" j'apporte les rectifications suivantes:

- L'auteur ne date pas lui-même l'apparition des loges maçonniques en Bretagne à 1640 mais se réfère à des historiens spécialistes de la question en particulier André Kervella.

- Son livre n'est pas l'émanation d'une thèse universitaire, mais plutôt de "mémoires" dans le cadre d'un diplôme d'études celtiques.

- Son livre est un travail sociologique sur la Franc-Maçonnerie en Bretagne.

Jean-François.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE COMPAS ET L'HERMINE

LIRE : « LE COMPAS ET L’HERMINE. »

 

 

Un livre sur la Franc-Maçonnerie en Bretagne, d’hier et d’aujourd’hui, résultat de plusieurs années de recherches, dans le cadre d’une thèse universitaire en vue de l’obtention d’un diplôme d’études celtiques, c’est ce que nous propose l’auteur Arnaud d’Apremont. 

Il date l’apparition de la Franc-Maçonnerie en Bretagne dans les années 1640-1650, comme les premières loges d’Ecosse, c’est-à-dire bien avant le début officiel de la Franc-Maçonnerie spéculative en Angleterre en 1717.

 

Il est question de rituels maçonniques en langue Bretonne ! Des liens entre la Franc-Maçonnerie et le néo-Druidisme.

 

Ce livre résultat d’un travail d’investigation, parfois contrecarré, il s’adresse à tous les publics et se lit comme un roman, selon l’auteur.

 

Après sa lecture je reviendrais vers vous, dans une recension plus complète sur cet ouvrage original, qui a eu les honneurs de la presse voir photos de Ouest-France et du Télégramme.

 

Bonne lecture.

                                            Jean-François.

 

 

Le livre est disponible depuis le 13 novembre :

Le Compas et l’Hermine de Arnaud d’Apremont : Un regard sur la Franc-Maçonnerie d’aujourd’hui en Bretagne Éditions Coop Breizh 2019.  

Ouest-France

Ouest-France

Le Télégramme.
Le Télégramme.

Le Télégramme.

Coop Breizh : Le compas et l’Hermine parution le 13 novembre 2019

16 novembre 2019

Résumé : méconnue, mal comprise, souvent critiquée, fréquemment enveloppée de mystères, la franc-maçonnerie

apparaît tôt dans son histoire en Armorique. Après y être longtemps restée marginale, notamment à partir de la fin du

XVIIIe siècle, elle connaît de nouveau un certain essor depuis la fin du XXe siècle en Bretagne. Et en tout cas, un essor suffisant – et parfois inédit (par exemple, l’existence d’une chaire universitaire de maçonnologie à Rennes dans la décennie 1980, unique au monde) – pour s’intéresser à ses spécificités éventuelles. Qui sont les francs-maçons bretons ?

 Forment-ils un groupe monolithique ou kaléidoscopique ? Le vécu maçonnique breton présente-t-il des particularismes ?

En complément de ce travail sur la franc-maçonnerie bretonne, on trouvera une courte étude sur l’influence de l’ordre jésuite en Bretagne au XVIIe siècle et sur son rôle potentiel, précisément, dans l’émergence et la structuration de la franc-maçonnerie et d’autres démarches initiatico-fraternelles au cours de cette période. Il s’agit là encore d’une matière quasiment pas étudiée aujourd’hui, mais riche de conséquences pittoresques et paradoxales.

Préfaces de Danièle Juette, ancienne grande maîtresse internationale de la fédération du Droit humain (obédience maçonnique) et de Ronan le Coadic, sociologue et directeur du Diplôme d’Études Celtiques (Rennes 2).

Points forts :

• Ouvrage de vulgarisation sociologique pour tous publics intéressés par les sciences humaines, la franc-maçonnerie, l’histoire de la Bretagne et de ses mentalités…

• S’il existe une bibliographie abondante sur la franc-maçonnerie en Bretagne dans ses premiers siècles, aucune recherche réelle n’avait été entreprise sur sa

pratique, son vécu, aujourd’hui.

• Recherche appuyée sur une documentation abondante, mais surtout sur un

questionnaire sociologique anonyme et des témoignages nombreux de francs-maçons et de francs-maçonnes actuels qui ont accepté de se livrer sur leur

approche conjointe de la maçonnerie et de la Bretagne/Celtie.

L’auteur :

Conseil en communication, journaliste, conférencier, Arnaud d’Apremont étudie depuis de nombreuses années l’histoire des mentalités et des spiritualités, en Bretagne

 

 

Franc-maçonnerie en Bretagne : un livre pour en percer les ...

actu.fr/bretagne/paimpol_22162/franc-maconnerie-bretagne-livre-percer-mysteres...

Voir les commentaires

Publié le par Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine

Cet article est reposté depuis Le Blog-Notes du Rite.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ÎLE DE GOZO

ÎLE DE GOZO

CARTE POSTALE DE MALTE

 

 

C’est toujours avec enthousiasme que l’on boucle les valises, l’attente du départ, est un commencement au voyage, la promesse d’aller vers, le désir Malte m’a pris un jour déjà lointain dans l’enfance sans doute quand les chevaliers de mes rêves franchissent des ponts-levis armés de leurs glaives épris de justice.

 

Malta l’île aux chevaliers à la croix blanche, les protecteurs des pèlerins, les soignants de l’âme et du corps épris d’amour et de justice. La croix blanche a rougi. Le soleil se couche tôt à cette époque, il glisse lentement sur les pierres dorées des fortins, à l’abri desquels des ombres s’agitent.

La décollation de St Jean Baptiste- Caravage- Co-Cathédrale St John à Malte

 

Dans la Co-Cathédrale Saint-Jean, les prestigieuses chapelles de l’ordre des chevaliers, les 369 pierres tombales de marbre polychrome sépultures des chevaliers, précèdent l’oratoire la où se presse la foule des visiteurs pour contempler « La décollation de Saint-Baptiste », le précurseur, l’œuvre sublime de Michelango Merisi da Caravaggio, dit le Caravage. La lumière se propage sans limites sur les murs saturés d’or, splendeur du style baroque, plus proche de l’esprit de Pierre que de l’esprit de Jean. Le passage de l’espace sacré à l’espace profane du parvis est brutal, sur les marches au bas du parvis, quelques bouquets de fleurs fraîches entourent une photo de Daphne Caruana Galizia qui fait face comme une supplique au palais de justice de la Valette la capitale de l’île.

 

C’est la photo de cette journaliste morte le 16 octobre 2017, dans l’explosion de sa voiture piégée, assassinée pour avoir dénoncé la corruption de certains représentants de l’état Maltais. La vente de passeports maltais à des oligarques des pays de l’est, à des mafieux, dénoncée dans ses articles a provoqué une indignation et perturbé ce trafic. La journaliste, a mis aussi le doigt sur les comptes bancaires offshores d’autres politiques, découverts dans les Panama papers

 

Depuis des mois les Maltais, indignés, humiliés, outragés, manifestent et réclament justice dans la dignité. Ils ne veulent pas que leur pays soit considéré comme une obscure dictature. Malte fait partie de l’Union Européenne depuis 2004 et de la zone Euro depuis 2008. La vente de ces passeports à des oligarques, mafieux voulant bénéficier de tous les avantages de l’Union Européenne est parfaitement légal et autorisé par l’Europe ! Ces migrants-là ne posent pas de problème moral à nos représentants politiques européens. (Un passeport se négocie autour d’un million d’euro, il existe paraît-il une centaine d’agences spécialisées dans ces transactions rien qu’à Malte.)

 

Comment une jeune république européenne (Et les autres pays de l’union Européenne) dont le patron est Paul de Tarse a-t-elle pu se dégrader ainsi ? Se laisser aller à accueillir les riches mafieux et rejeter les pauvres, oubliant les paroles de Paul dans son épître aux Galates :

 

« Il n’y a ni hommes, ni femmes, ni Juifs, ni Grecs, ni hommes libres, ni esclaves, vous êtes tous un en Jésus-Christ. »

 

Les chevaliers manquent à Malte et ailleurs !

 

                                                             Jean-François.

 

 

Malte a toujours été une terre d’accueil, en se rendant à Rome Paul de Tarse fit naufrage et arriva à Malte, extrait du récit relaté dans l’Acte des Apôtres :

 

28- « Une fois sauvés nous apprîmes que l’île s’appelait Malte. Les indigènes nous traitèrent avec une humanité peu banale. (…) Le premier de l’île nommé Publius (….) nous hébergea complaisamment pendant trois jours. Le père de Publius était en proie aux fièvres et à la dysenterie, était alité. Paul alla le voir pria, lui imposa les mains et le guérit. Sur quoi, les autres malades de l’île vinrent le trouver et furent guéris. »

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
CONFERENCE

FÉRENCE 

 

 

Sous les auspices du Grand Orient de France et de ses Loges Maçonniques de Vannes : Conscience de l’Armor et Les Passeurs de Gué.

 

À l’occasion de la journée de la laïcité. Le philosophe, écrivain Henri Penã Ruiz auteur du Dictionnaire Amoureux de la Laïcité  traitera du thème suivant :

 

                                          « La Laïcité et la question de l’Identité. »

 

Nul doute que ce sujet traité en Bretagne terre d’une forte et vivace identité intéressera les participants. Ce concept d’identité :

« Qui fait qu’une chose est la même qu’une autre, que deux ou plusieurs choses ne soient qu’une. » Définition du Littré.

 

Comment concilier l’identité ou des identités avec la laïcité ? L’identité vue sous les prismes des traditions ou des Lumières ? Autant de questions qui seront sans doute posées au conférencier.

 

IMPORTANT :

 

La conférence est gratuite le nombre de places étant limité, l’inscription est obligatoire, pour tous les participants, maçonnes, maçons, profanes. L’entrée ne sera donc pas possible pour les non inscrits.

 

Inscription par mail : conf.6.decembre@gmail.com

Revue de presse

H. Pena-Ruiz : "Laïcité : un principe d’émancipation" (Marianne, 20 oct. 17)

Henri Peña-Ruiz, philosophe et écrivain, Prix de la Laïcité 2014, auteur de "Dictionnaire amoureux de la laïcité" (Plon). 20 octobre 2017

"A l’heure ou le mouvement progressiste semble se diviser sur le sens et les enjeux de la laïcité, j’ai voulu verser un effort de mise au point dans le débat. Le voici.

La laïcité n’est pas le produit d’une culture, qui serait celle de l’occident judéo-chrétien. C’est au contraire un idéal d’émancipation conquis à rebours de cette culture, souvent dans le sang et les larmes. Liberté de conscience, égalité des divers croyant(e)s et des athées, refondation de la puissance publique par le seul intérêt général : l’idéal laïque est limpide, et simple à définir. Certes l’émancipation qu’il promeut reste partielle et Marx a raison de dire que l’émancipation socio-économique est nécessaire. Mais lui-même salue l’œuvre laïque de la Commune de Paris, qui applique le propos de Victor Hugo : « Je veux l’Etat chez lui et l’Eglise chez elle ». Il insiste ainsi sur la dialectique des émancipations. N’opposons pas les registres d’émancipation sous prétexte que souvent les différents types de discriminations interfèrent.

Pour les femmes, premières victimes des sacralisations religieuses du patriarcat, c’est essentiel. L’intersection des injustices ne doit pas permettre de calomnier la laïcité. Ainsi une femme noire et musulmane invitée à ôter son voile pour garder des enfants de toutes origines dans une crèche publique n’est pas victime de racisme parce qu’elle est musulmane et noire, et de sexisme parce qu’elle est femme. Sa couleur de peau et son sexe ne la dispensent pas de rester discrète sur sa religion quand il s’agit de respecter la neutralité vestimentaire par souci de ne pas heurter les enfants et les familles qui ne croient pas en Dieu ou sont adeptes d’une autre religion. Si elle-même, croyante, place son enfant dans une crèche, elle vivra mal qu’un employé de la crèche porte sur son teeshirt « je suis athée ». Blanc et catholique, un homme exerçant la même fonction est tenu au même devoir de réserve.

Henri  Penã Ruiz : Philosophe, écrivain, agrégé de l'université, docteur en philosophie. Réputé pour ses travaux sur la laïcité. Il est également maître de conférence à l'Institut des Études Politiques de Paris.

Défenseur des idées de solidarité et de justice sociale.

Voir les commentaires

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog